Quarantine diary (1) May 2021

Travelling to the UK from France under quarantine regulations

Kent coast from Calais cliffs

I am currently in ten-day quarantine in the university residence provided for my stay at Cambridge. On Monday 10th May, I travelled by car via the tunnel and completed all the documentation needed online previous to travel : prebooked Covid testing package for days 2 and 8 of quarantine (£164), negative PCR Covid test less than 72h prior to travel (free in France), online passenger locator form giving quarantine address, Covid testing package reference number and various other details about travel prior to entering Britain.

This was a long process and I needed a check list with dates by which I had to make sure I had completed each step. Eurotunnel sent me regular reminders about these steps right up to within hours of my departure time. With the necessary papers the check-in and police checks at the Eurotunnel was very simple. The Eurotunnel staff and system recognize your number plate and identify you immediately. They ask you, once more, whether you have completed all the necessary steps. The French police checked my passport, the British Border control checked my ID and the two documents proving I had a negative Covid test result and had completed the passenger locator form. Neither asked me for proof that my trip was necessary, as would have been the case several weeks ago.

I had no delays in that respect, although I had had to change my booking at the last minute and rebook another train 2 hours later due to an unexpected battery failure on my car – solved by the emergency car service I called. Luckily I had chosen a rebookable and refundable ticket. Then again, having driven six hours to Calais, I had also chosen to stay overnight in a hotel the night before, firstly to avoid a 12h trip and to be in good time to respect the curfew in place in France (no travel from 7pm to 6am), but also so as to be less pressed for time and to make the crossing and checking-in less stressful. It meant I had allowed the full 90 minutes before departure to complete the checks had any problems with other cars in front of me in the queue held the proceedings up.

Once off the train and onto the M20 – no further checks necessary on the British side, I travelled directly to my university digs as instructed, although it was impossible not to stop at motorway services to buy petrol and use the toilet facilities as the Eurotunnel trains have no on-board services at the moment. Once I had retrieved my key and unloaded my car, I have remained in my flat. Luckily it has a courtyard for sun, air and outdoor exercise. I am also lucky in not having to pay for compulsory hotel accomodation as foreign residents who arrive by plane from ‘banned’ countries, and I’m getting two hot meals a day and breakfast delivered by the catering staff, and can order in food for delivery by local stores.

I have been contacted by phone by Test and Trace who asked me a number of questions. I was asked if it was ok to continue the phone call in English, I don’t know what would have happened had I said no – and in view of the extremely serious and detailed content of the call, many people who did not have a good command of English might not have understood everything that was recited.

The caller obviously had prompt cards telling him what he should say and the language was very formal. I was asked whether I was following the instructions to quarantine, reminded me of the £10,000 fine I incurred if I didn’t, asked if I had received my test package, told what to do if the first test was positive – who to call, not to go to doctor or hospital, not to take the second test… which seems obvious now I think about it, but I hadn’t envisaged.

In fact, despite the tone being business-like and polite, the content of the call was rather frightening – fines and the idea that you might have a positive Covid test back all being clearly set out. At no point was I reassured that if the two tests were negative I would be ‘free’ to leave quarantine after Day 10. I checked on the government website and the precise moment is 11.59 pm on day 10, no matter what time you arrived on Day 0. Apparently I can look forward to receiving these phone calls every day. Maybe I shall ask about what if everything is ok. But then, this is serious and the tone probably intentional to make people keep to the quarantine rules. Tomorrow I shall complete the first test (Day 2) and send it back for processing. I expect the result to take a couple of days.

At no time in the process since registering online, have I been asked whether I am vaccinated or to give details (when, where, which vaccine, how many doses). In fact, I am fully vaccinated and have been since the 30th April. However, it is still possible, although less likely, that I could catch Covid, and that I can pass it on. As the Government website states:

« What you can do after you’ve had the vaccine

The vaccine cannot give you COVID-19 infection, and a full course will reduce your chance of becoming seriously ill. We don’t know how much it will reduce the risk of you passing on the virus. So it is important to continue to follow current national guidance.

To protect yourself and your family, friends and colleagues, you MUST still:

  • practise social distancing
  • wear a face mask
  • wash your hands carefully and frequently
  • open windows to let fresh air in
  • follow the current guidance »

I intend to keep the habits dearly learnt even with family for the moment – my adult children are still socially distancing when we meet – although my 96 year-old father, also fully vaccinated, wants to be able to hug me when I see him again for the first time in 14 months… I will let him be the judge of that.

Note: As of May 17th, France will be on the Amber list and the same restrictions and obligations will apply.

 

Séjour de recherche, Churchill College Cambridge

Avec mon arrivée lundi 10 mai 2021, le séjour de recherche consacré au projet concernant les collections et collectionneurs d’ouvrages d’histoire économique (lien vers le projet décrit en français), qui devait commencer début janvier 2021 et avait été reporté pour cause de la situation sanitaire, a enfin pu commencer.

En consacrant le temps dégagé pour ce déplacement depuis janvier au projet en travaillant à distance, et en ciblant les ressources dont l’exploitation sera nécessaire, le projet de six mois, maintenant réduit à quatre mois et demi, ne sera pas trop impacté.

Déjà le mois de mai promet d’être riche en rencontres, à distance (quarantaine oblige) et de visu (à fur et à mesure que les mesures de confinement sont levées). Des collègues des départements d’histoire et de français de l’Université de Cambridge, et des collègues de d’autres universités britanniques (Institute of Education, University of London; University of the Arts, London; University of Essex…) ont prévu de m’inclure dans leurs réunions, deux communications ont déjà été ajoutées au programme initialement prévu.

J’assurerai pour la Churchill Review un compte-rendu de l’entretien qui aura lieu le 26 mai 2021, dans le cadre d’une série d’entretiens visant à mettre en avant les femmes scientifiques. Le « Maître » du College, Professor Dame Athena Donald, recevra la députée travailliste Chi Onwurah, membre du cabinet fantôme, chargée de deux porte-feuilles: les affaires, l’énergie et la stratégie industrielle; et le numérique, la culture, les médias, et le sport. Chi Onwurah a auparavant été Directrice du département de la Téchnologie des Télécom à l’Office of Communications (Ofcom), organe officiel de surveillance et de régulation des industries de la communication.

Collectionneurs de livres rares d’histoire économique, contemporains d’Auguste Dubois et leurs collections

Billet publié sur le site consacré au

Fonds Dubois / Dubois Collection

A la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle la vente de bibliothèques privées anciennes réunies par des gentilshommes britanniques a permis aux collectionneurs connaisseurs, érudits ou amateurs, d’acquérir des oeuvres rares d’histoire économique auprès des libraires spécialisés dans le marché du livre ancien ayant pignon sur rue à Londres.

Les recherches menées autour des livres rares d’histoire économique de langue anglaise dans le Fonds Dubois ont mis à jour un réseau restreint de cinq collectionneurs de raretés dans ce domaine à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle : Auguste Dubois, Herbert Somerton Foxwell, E.R.A. Seligman, Henry Raup Wagner et Leon Kashnor.

Le corpus collectif réuni par ces cinq collectionneurs éminents actifs pendant la période 1880 à 1930 constitue les plus grandes collections d’oeuvres dans le domaine de l’histoire des débuts de la science économique en dehors des bibliothèques de dépot légal ou des bibliothèques nationales telles que la British Library et la National Library of Australia.

Ces cinq collectionneurs comprennent un Français, deux Anglais et deux Américains. Trois d’entre eux furent professeurs d’économie :  Auguste Dubois (1866-1935) à l’Université de Poitiers ; Edwin Seligman (1861-1939) à l’Université de Columbia (New York)  ; et Henry S. Foxwell (1849-1936) à l’Université de Cambridge, puis professeur à l’Université de Londres. Ces trois hommes ont tous contribué à l’émergence de leur discipline, fondé des associations et des périodiques pour promouvoir l’étude de l’économie, et, réuni et préservé ce corpus ancien, à l’époque mal estimé.

 

Cliquer ici pour lire la suite.

Brexit, souveraineté nationale et mondialisation

Il y a un an, nous annoncions la sortie d’un numéro de l’Observatoire de la société britannique consacré à la question de l’Economie britannique et le Brexit.

concept créateur d'illustration de brexit, ballon volant avec l'ue de l'union européenne et le drapeau britannique du royaume-uni sur le fond blanc. - brexit photos et images de collection

La finalité de la décision acquise depuis quelques semaines, la mise en ligne du numéro de décembre 2019, et la sortie du numéro de décembre 2020 de la revue, dédié à nouveau à la question, BREXIT AND ITS DISCONTENTS/ LE BREXIT, UN MALAISE SANS FIN ? sous la direction de Margaret Gillespie, Philippe Laplace & Michel Savaric, nous incite à republier l’introduction du numéro rédigé il y a douze mois.

Brexit, souveraineté nationale et mondialisation, Susan Finding, Observatoire de la société britannique, 24 | 2019 : L’économie britannique et le Brexit, p. 15-28  https://doi.org/10.4000/osb.3146

Depuis l’entrée du Royaume-Uni dans la Communauté économique européenne en janvier 1973, un certain nombre de britanniques n’ont cessé de penser que l’entrée dans la CEE a eu un impact négatif sur l’économie du pays. Le passage au système métrique, décidé dès 1965, n’a fait que renforcer l’idée que l’économie de la première nation industrielle, son système impérial de poids et de mesures, tous deux séculaires, sont menacés par cette participation. Dans l’esprit de nombreux britanniques la décimalisation de la monnaie, à partir de février 1971, a contribué à la vision négative de l’impact, notamment sur la flambée des prix1. La demande – il y a quarante ans – d’une renégociation de la contribution britannique au budget européen par le nouveau Premier ministre, Margaret Thatcher, et ses déclarations péremptoires concernant le déficit démocratique des institutions européennes, reflétaient et entretiennent encore ce sentiment. En 2016, la contribution budgétaire britannique à l’Union européenne a été utilisée comme l’un des principaux arguments de la campagne en faveur du Brexit, ses partisans prétendant que les 350 millions de livres sterling hebdomadaires versés à l’UE – chiffre contesté – seraient consacrés au système public de santé (NHS), institution emblématique du système social britannique. Si l’entrée du Royaume-Uni dans l’union douanière, puis dans l’union politique et sociale, a posé problème aux britanniques, sa sortie, près de cinquante ans plus tard, ne pose pas moins de questions, notamment à propos son impact sur l’économie.

  • 2 Timothy Whitton (dir.), Le Royaume-Uni de Theresa May, Observatoire de la société britannique, 21, (…)
  • 3 Les coordinateurs de ce numéro adressent leurs remerciements aux laboratoires MIMMOC (EA 3812) et C (…)

Après un numéro de l’Observatoire de la société britannique consacré aux défis auxquels Theresa May devait faire face en accédant à la tête de l’exécutif en juin 2016, et deux numéros de la Revue française de civilisation britanniques sur le référendum de juin 2016 et les élections législatives de 20172, élections dont le Premier ministre espérait qu’elles lui donneraient une plus grande majorité et les coudées franches – mais qui en réalité ont produit un parlement sans majorité, incapable de dégager un consensus sur la difficile négociation des conditions du départ –, le numéro présent se penche sur l’économie britannique avant et après le Brexit et sur certaines questions épineuses qui se sont posées depuis le 23 juin 20163. L’éventuel impact de la sortie de l’UE sur l’économie britannique a peu joué dans la décision les électeurs de voter en faveur du Brexit, si ce n’est la fameuse contribution du Royaume-Uni à l’Union européenne, largement utilisée par les partisans du départ. Le gouvernement ne semble pas davantage avoir mesuré les conséquences économiques en déclenchant l’Article 50.­­­ Il semble toutefois que les conséquences économiques de cette décision politique soient multiples et profondes.

  • 4 Les auteurs des articles dans ce numéro se trouvent dans la même position – bien moins grave certes (…)

À l’aune d’une nouvelle ère de relations internationales pour la Grande-Bretagne, une ère de reconfigurations politiques, sociales et économiques, sont réunis dans ce numéro des articles qui analysent l’impact du « Brexit ». Depuis le résultat-surprise du référendum de juin 2016, une épée de Damoclès est suspendue au-dessus du Royaume-Uni. Les articles ont été rédigés pendant l’hiver 2018-2019, et révisés entre le moment où le parlement britannique a rejeté l’accord négocié entre le gouvernement britannique et l’Union européenne, le 15 janvier 2019, et la fin du délai imposé par l’activation de l’Article 50 par le Premier ministre, initialement le 29 mars 2019 (‘B-Day’). Ce délai se prolonge, prorogé jusqu’au 12 avril à cause de l’impasse à Westminster, et de nouveau, début avril, jusqu’au 30 octobre 2019. Ne souhaitant pas attendre le dénouement de la crise politique, constitutionnelle et existentielle que le résultat du referendum a déclenchée4, — ces lignes ont été rédigées en mars 2019, avant les atermoiements du départ de Theresa May et le choix de son successeur à la tête du Parti conservateur, et par conséquent du gouvernement — le présent numéro fait le point sur les débats autour de certaines questions économiques soulevées par la perspective de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Le Brexit, quel que soit son format, — même si l’accord négocié est finalement voté, et même si le processus est arrêté ou si un délai supplémentaire pour aboutir à une sortie est demandé, et accordé — ne manquera pas d’avoir des répercussions sur un certain nombre d’institutions, de politiques et de méthodes de fonctionnement européens. En attendant de savoir l’accord négocié, signé par le Royaume-Uni et l’Union européenne, est avalisé par le parlement (Deal ou No Deal ?), ou si une deuxième consultation du peuple sous forme de référendum ou d’élections législatives s’avère nécessaire, les acteurs de tous les secteurs économiques ont conduit des analyses prospectives, évalué les ajustements nécessaires et élaboré des plans pour faire face aux difficultés constatées : indisponibilité de main d’œuvre immigrée, délais de livraison prolongés, formalités administratives accrues, tarifs douaniers entraînant des coûts supplémentaires, valeur de la livre sterling incertaine, subventions agricoles évaporées… Les stratégies envisagées vont du déménagement du siège social dans un pays européen (secteur bancaire) où ailleurs (Dyson à Singapour ; Honda ; BMW pour la Mini) à la négociation bilatérale avec les autorités du pays concerné (Eurostar), de la création de stocks supplémentaires (fournitures, médicaments) à la création de filières de transport et de stockage dédiées (NHS, ferrys trans Manche)5. Devant les incertitudes quant au dénouement de la crise et sur la durée des négociations et des tractations parlementaires, de nombreux représentants de l’industrie et du commerce sont intervenus publiquement pour avertir le gouvernement des conséquences négatives qui se faisaient déjà sentir6.

Les articles dans ce numéro se classent dans trois catégories principales : le Royaume-Uni dans son ensemble ; le devenir de l’économie des régions à gouvernance autonome (Écosse et Irlande du nord) ; et le secteur financier. Les contributions font ressortir des questions fondamentales sur les prémices et le fonctionnement de la société britannique : la philosophie politique qui la sous-tend, la place des services et le poids de la finance dans l’économie britannique, les relations internes au Royaume entre les régions, et les relations extérieures du pays, sur le plan politique et économique. L’impact sur les relations extérieures ne se limite pas aux relations avec l’UE, mais aussi, conséquence du poids du secteur de la finance, avec les États-Unis.

Le Brexit et le Royaume-Uni : questions de philosophie politique

Les trois premiers articles envisagent le Royaume-Uni dans son ensemble et traitent de questions relevant de la philosophie politique et sociale. Céline Lageot retrace le processus constitutionnel de sortie de l’UE du Royaume-Uni. Ce faisant elle rappelle l’importance constitutionnel du principe de souveraineté parlementaire :

Alors que le Gouvernement a cru pouvoir passer outre le consentement du Parlement pour la sortie définitive du Royaume-Uni de l’Union européenne, les juges de la Cour suprême sont venus arbitrer le conflit dans l’affaire Miller en janvier 2017, en rappelant la plénitude du principe de souveraineté parlementaire. Non seulement, et nonobstant le résultat du référendum de juin 2016, le Parlement a dû donner son approbation au déclenchement de la procédure de sortie, mais il devra en définitive autoriser la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Ce principe a mené, tant bien que mal, aux votes indicatifs du 26 mars 2019 censés faire connaître ce que le parlement, souverain, après avoir rejeté à plusieurs reprises l’accord ramené de Bruxelles par le Premier ministre, Theresa May, accepterait comme solution. Cette consultation a révélé surtout les profonds désaccords au sein des deux principaux partis politiques, et, par conséquent, n’a pu dégager une majorité en faveur d’aucune des propositions alternatives.

Dans sa contribution, Emma Bell souligne les principes qui prévalent chez les tenants du Brexit et les conséquences qui en découlent :

Bien que le Brexit soit parfois considéré par la gauche comme une opportunité de tirer un trait sur le néolibéralisme, notamment en facilitant la renationalisation des services publics, la droite du parti conservateur britannique le voit comme une vraie occasion de montrer la voie en matière de déréglementation afin de créer une utopie néolibérale au Royaume-Uni. […] Cependant, bien que la création d’une utopie néolibérale après le Brexit soit irréalisable, « le néolibéralisme réellement existant » devrait perdurer, les incertitudes économiques du Brexit plaçant les grandes entreprises dans une position de force vis-à-vis du gouvernement britannique.

L’expansion du secteur des services dans les quarante années précédant la crise de 2007, quasiment depuis l’entrée du Royaume-Uni dans la CEE, a été significative. Si on ne peut imputer ce développement à l’adhésion au marché commun, la transformation de l’économie britannique suite au déclin industriel, accompagne l’expansion des échanges commerciaux avec l’Europe. Aujourd’hui, les services dominent l’économie et la vie des britanniques – les chiffres de 2016 montrent que 80 % des emplois sont dans les services publics et privés et seulement 12 % dans l’industrie, 1.5 % l’agriculture7. La place des services privés, et en particulier des services financiers, sera examinée dans des articles de la troisième partie. Louise Dalingwater analyse un aspect de l’impact du Brexit sur un pan du secteur public, le service public de santé :

L’un des défis les plus importants du post-Brexit est celui de la capacité du système britannique de santé publique (National Health Service) à retenir du personnel de santé qualifié. Le NHS a recours à des travailleurs étrangers pour combler le déficit chronique en personnel. Cet article montre pourquoi le NHS connaît actuellement une crise de recrutement et souligne comment la sortie du Royaume-Uni de l’UE pourrait aggraver le problème. Il examine ensuite l’impact potentiel du Brexit sur la présence de personnel européen dans le NHS. L’article examine pourquoi une évaluation de l’effet du Brexit sur cette crise de recrutement est difficile à effectuer. Enfin, il analyse les politiques mises en place par le Gouvernement britannique pour tenter de limiter les départs du personnel et pour remédier à la crise de recrutement.

La politique d’immigration du gouvernement conservateur aurait un effet négatif important sur l’économie, d’après des rapports officiels qu’on a tenté de garder secrets8. Si les politiques d’immigration ne sont pas directement liées à la sortie de l’UE, la perception du public et du personnel du NHS provenant de l’UE font ce lien entre les deux. Mieux contrôler ses frontières et l’immigration, on se le rappellera, fut un des arguments brandis par la campagne en faveur du Brexit.

Le Brexit et les régions à gouvernance autonome : les cas de l’Écosse et de l’Irlande du nord

  • 9 Ian Jack, « North to south, the seeds of division in Brexit Britain were sown long ago », The Guard (…)
  • 10  Sur Londres, voir Berbéri, C., « Londres : une ville plus favorable à l’euro que les autres villes (…)

Le résultat du référendum a souligné les faiblesses des relations inégales entre les différentes parties – régions et nations – du Royaume-Uni. Le décalage entre les régions anglaises ayant voté en faveur de l’UE – méridionales, prospères, cosmopolites – et les régions anglaises ayant voté en faveur du Brexit – au nord, au taux de chômage et de pauvreté élevé – reprend la division centenaire entre le nord industriel et le sud, centre administratif9, entre les régions et nations ‘périphériques’ et le centre du pouvoir, le cœur du Royaume – l’Angleterre et Londres10. Le résultat souligne également les attentes très différentes des nations composant l’Union et fait écho à l’évolution des vingt dernières années vers une autonomie plus grande de l’Écosse, mais aussi, dans une certaine mesure, du pays de Galles, et de l’Irlande du nord.

  • 11 Site officiel de l’exécutif gallois : What impact will Brexit have on the Welsh economy? 13 April 2 (…)

On s’attend à ce que l’économie galloise soit touchée par le Brexit : au niveau de son PNB, du commerce, de l’investissement et des emplois. Entre trois scénarios possibles évoqués en 2018, le plus couteux pour l’économie serait une économie sans accord avec l’UE entièrement livrée aux règlementations de l’Organisation mondiale du commerce. Le moins couteux serait le statut quo (pas de Brexit), avec un accord type CETA comme solution intermédiaire11. En accord avec ces estimations, le 4 décembre 2018, l’Assemblée galloise s’est positionnée en adoptant une motion qui rejetait l’accord obtenu par le Premier ministre britannique, et proposait que le Royaume-Uni reste au sein de l’Union douanière et du marché commun. Ce vote n’a de valeur que symbolique, mais indique, une fois de plus, l’écart entre le gouvernement britannique – Tory – et les gouvernements autonomes de ces nations, ici, l’exécutif gallois travailliste.

En Écosse, on est tout aussi préoccupé par les retombés économiques de la sortie du Royaume-Uni de l’UE. Selon Gilles Leydier :

Le débat autour des enjeux économiques résultant du Brexit s’est déroulé en Écosse dans un contexte politique particulier, en raison notamment du vote largement majoritaire exprimé par les Écossais en faveur du « Remain » ; mais aussi de la revendication exprimée par le gouvernement nationaliste d’un traitement spécifique du cas écossais dans le cadre des négociations engagées avec les institutions européennes ; et, enfin, de la question posée par le rapatriement des compétences exercées conjointement par l’UE et les institutions décentralisées vers le territoire britannique.

Sa contribution « analyse comment les enjeux économiques ont alimenté le débat politique autour de l’autonomie écossaise au sein du Royaume-Uni et de la perspective indépendantiste, dans un climat général d’incertitude et d’inquiétudes multiples face aux conséquences attendues du Brexit. »

  • 12 Marie-Claire Considère-Charon, « Brexit à l’irlandaise : vers la remilitarisation de la frontière ? (…)

En Irlande du nord, la situation est compliquée par d’autres facteurs. Philippe Cauvet analyse les retombées constitutionnelles et politiques du résultat du référendum britannique dans ce territoire en des termes qui replacent le débat dans la longue durée. La frontière entre le Royaume-Uni et l’Irlande, seule frontière terrestre de chacun des deux pays, pose des difficultés qui ne sont pas seulement économiques et administratives. Elle reste une question fondamentale depuis l’indépendance de l’Irlande, il y a un siècle. Le Brexit aura des conséquences du Brexit sur les relations entre les communautés en présence, conséquences qui pourraient même aller jusqu’au retour d’un contrôle militaire de la zone frontalière12. Selon Philippe Cauvet, le problème que pose la frontière est dû aux failles inhérentes à l’accord de paix. Ces failles seraient de deux ordres, l’une étant la nature du partage des pouvoirs, qui, au lieu de contribuer à la construction de relations de confiance et d’un consensus, a renforcé la polarisation sectaire en Irlande du nord ; l’autre faille se situant au niveau de la définition constitutionnelle incomplète des rôles du Royaume-Uni et de l’Irlande comme co-garants de l’Accord du Vendredi Saint.

  • 13 European Committee of the Regions, Assessing the exposure of EU27 regions and cities to the UK’s wi (…)

En élargissant la perspective au-delà des régions britanniques, le Brexit ne sera pas sans conséquences pour plusieurs régions européennes ayant un fort niveau d’échanges commerciaux avec le Royaume-Uni. Selon un rapport de mars 2018 par le Conseil européen des régions, à part les régions irlandaises, qui seraient impactées au même niveau que le Royaume-Uni, en raison de leur forte intégration économique, des régions néerlandaises, belges, françaises (la Bretagne et les Hauts-de-France particulièrement dans le domaine de la pêche), mais aussi italiennes et espagnoles, seraient particulièrement exposées aux conséquences économiques du retrait du Royaume-Uni de l’UE. Le rapport détaille les secteurs économiques qui seraient les plus touchées : les secteurs de l’automobile, l’agriculture, l’alimentaire, la chimie et l’industrie13.

Le Brexit et le secteur de la finance

Un secteur en particulier au Royaume-Uni, celui de la finance, a été un des premiers à se soucier des effets du Brexit sur les échanges. C’est ainsi que trois articles se penchent sur les questions financières – en examinant tour à tour l’impact sur la prédominance de la « City » dans la finance mondiale, sur les relations trilatérales Royaume-Uni – Europe – États-Unis, et sur les conséquences monétaires pour l’ensemble.

  • ‘Next Steps in the “Special Relationship” – Impact of a US-UK Free Trade Agreement’, Testimony by D (…)
  • La ville globale – New York – Londres – Tokyo, chez Descartes, 1996. Voir le résumé de son parcours (…)

 « Depuis des décennies, le Royaume-Uni a été le portail stratégique vers l’UE pour les entreprises et institutions financières américaines14 » selon Daniel S. Hamilton, professeur à John Hopkins University, specialiste des relations commerciales entre l’Union européenne et les États-Unis. C’est ainsi que les relations entre les Londres et New York, centres financiers historiques, villes « bi-moteurs de l’économie mondiale » selon l’expression de Saskia Sassen15, sont l’objet de l’article de Martine Azuelos :

Alors que le danger que représente le Brexit pour Londres en tant que place tournante de la finance mondiale a suscité beaucoup d’inquiétudes, ses effets potentiels sur les liens étroits existant entre Londres et New York, et que suggère la création du néologisme « NY-LON », ont fait couler beaucoup moins d’encre. C’est de cette deuxième question que traite cet article, en la replaçant dans le contexte plus large des débats sur la « relation spéciale » entre l’économie du Royaume-Uni et celle des Etats-Unis et sur le rôle des places financières dans le processus de mondialisation. La première partie met l’accent sur la centralité des investissements directs étrangers (IDE) et de la finance dans la relation entre les deux économies nationales et sur le rôle qu’ont joué les deux places de Londres et de New York dans la mondialisation. La deuxième partie définit « l’espace de flux » constitué par les deux villes globales jumelles et les fondements institutionnels qui sous-tendent ces flux en s’attachant à démontrer que la mondialisation est « enchâssée » dans l’espace que constitue NY-LON et dans les institutions qui s’y sont développées. En se fondant sur ce cadre d’analyse, la troisième partie fournit quelques pistes permettant de comprendre quels pourraient être les effets du Brexit sur NY-LON et sur la mondialisation.

Se centrant plutôt sur Londres, l’article de Nicolas Sowels souligne les principaux défis posés par le Brexit aux services financiers basés au Royaume-Uni et les défis qui existent également pour l’Union européenne. Il soutient que :

« les institutions financières ayant anticipé la possibilité d’un Brexit sans accord, les risques les plus graves d’instabilité financière sont moindres. Cependant, à long terme, le Brexit soulève des problèmes réglementaires importants, car l’accès au marché européen fondé sur « l’équivalence » sera beaucoup plus difficile que l’accès automatique actuel fondé sur la reconnaissance mutuelle et les « droits de passeport ». Ce processus engendrera des côuts pour le Royaume-Uni comme pour l’UE. »

Les risques d’instabilité économique pourraient être évitées par la planification, pour l’instant, laissée aux bons soins des entreprises, mais peu assurée par le gouvernement, préoccupé par l’obtention d’un accord sur les conditions de sortie.

  • 16 Report by the Comptroller General and Auditor General. Cabinet Office: Civil Contingencies Secretar (…)

À partir de juin 2018 – certains diront tardivement – le gouvernement a affecté un nombre important de fonctionnaires (6,000) à cette tâche, nommée ‘Operation Yellowhammer’, à laquelle 1.5 milliard de livres sterling ont été alloués. Devant la possibilité grandissante d’une sortie sans accord avec l’UE, un rapport établi par les services d’audit, publié en mars 2019, fait état des zones de risques de perturbation pour lesquels des plans devaient être mis en œuvre : les transports, les frontières (personnes et marchandises), la santé, l’énergie (et autres industries « critiques », dont les télécommunications), l’alimentation et l’eau, les britanniques dans l’UE, le droit, la finance, l’Irlande du nord, les territoires outre-mer et dépendances britanniques (y compris Gibraltar), la sécurité nationale16. On notera que plusieurs de ces domaines (droit, santé, finance, Irlande du nord) font l’objet d’analyses dans ce numéro.

Adoptant encore cette double perspective d’analyse des conséquences intérieures et extérieures de la sortie du Royaume-Uni de l’UE, Christian Aubin et Ibrahima Diouf analysent « Les conséquences monétaires du Brexit » pour le Royaume-Uni, pour l’Union européenne, et pour la zone euro :

« Même si le Royaume-Uni n’appartient pas à la zone euro, le Brexit a des conséquences monétaires qui ne doivent pas être ignorées. Les inquiétudes liées à la sortie de l’UE ont fortement affecté la monnaie britannique. L’impact prévisible du Brexit sur l’activité économique conduit la Banque d’Angleterre à adapter sa politique monétaire pour arbitrer entre stabilité monétaire et stabilité réelle. Enfin, la fragmentation financière induite par le Brexit peut entraîner un dysfonctionnement de la zone euro. »

Dans cette perspective, peut-on encore parler d’une économie « nationale » ? Le discours politique concernant la question de souveraineté nationale semble bien faible lorsqu’on se rend compte de cette imbrication des économies. Le paradoxe réel que l’ensemble de ces contributions souligne est celui de la difficile réconciliation entre, d’une part, l’indépendance et la souveraineté nationale, et, d’autre part, l’interdépendance et les échanges commerciaux dans l’économie mondialisée, et, en fin de compte, entre le politique et l’économique.

Notes:

1 Voir par exemple, Dominic Sandbrook, dans le quotidien conservateur, le Daily Mail, 31 janvier 2011, « The day Britain lost its soul. How decimalisation signalled the demise of a proudly independent nation ».

2 Timothy Whitton (dir.), Le Royaume-Uni de Theresa May, Observatoire de la société britannique, 21, 2018. Signalons également deux numéros de la Revue française de civilsation britannique : Karine Tournier-Sol (dir.) Le Référendum sur le Brexit du 23 juin 2016, Revue française de civilisation britannique, XXII-2, 2017 ; Stéphanie Bory, Fiona Simpkins, Le Brexit et les élections législatives britanniques de 2017, Revue française de civilisation britannique, XXIII-2, 2018.

3 Les coordinateurs de ce numéro adressent leurs remerciements aux laboratoires MIMMOC (EA 3812) et CECOJI (EA 7353) de l’Université de Poitiers, au Centre de recherches en civilisation britannique (CRECIB) et aux collègues qui ont participé à la journée d’études tenue à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Poitiers (USR 3565).

4 Les auteurs des articles dans ce numéro se trouvent dans la même position – bien moins grave certes – que les britanniques, chefs d’entreprise, simples citoyens, vacanciers, qui ont dû remettre sans cesse des décisions importantes devant l’impossibilité de prédire l’avenir ou de savoir quelle réglementation sera en vigueur à court ou à moyen terme.

5 https://www.theguardian.com/politics/2018/dec/30/food-prices-to-finance-what-a-no-deal-brexit-could-mean-for-britain.

6 Mike Hawes, président de la Society of Motor Manufacturers and Traders, Colin Stanbridge, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Londres, The Guardian, 15 janvier 2019 ; Tom Enders, Airbus CEO urges UK decision makers to avoid no-deal Brexit, Airbus, 24 January 2019, https://www.airbus.com/search.video.html?page=3&lang=en&newsroom=true.

7 https://www.bls.gov/emp/ep_table_201.htm.

8 Peter Walker and Anushka Asthana, « Second Brexit analysis leak shows harm of tighter migration rules », The Guardian, 31 janvier 2018.

9 Ian Jack, « North to south, the seeds of division in Brexit Britain were sown long ago », The Guardian, 2 février 2019.

10  Sur Londres, voir Berbéri, C., « Londres : une ville plus favorable à l’euro que les autres villes du Royaume-Uni ? », Observatoire de la société britannique [En ligne], 11 | 2011, http://journals.openedition.org/osb/1187 ; DOI : 10.4000/osb.1187.

11 Site officiel de l’exécutif gallois : What impact will Brexit have on the Welsh economy? 13 April 2018, https://seneddresearch.blog/2018/04/13/what-impact-will-brexit-have-on-the-welsh-economy/. ″The scenario simulations reveal that Brexit will lead to the imposition of costs, either through the imposition of tariffs or the loss of preferential access to the single market. The impact on the Welsh economy will be felt via reductions in GDP, GDP per capita, trade, investment and employment. The least costly outcome for Wales is if the status quo can be held to for as long as possible. The next best or next least worst is the conclusion of a CETA type agreement by the EU. The most costly is a Brexit based on WTO rules.

12 Marie-Claire Considère-Charon, « Brexit à l’irlandaise : vers la remilitarisation de la frontière ? », Observatoire de la société britannique [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 02 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/osb/2721; DOI : 10.4000/osb.2721.

13 European Committee of the Regions, Assessing the exposure of EU27 regions and cities to the UK’s withdrawal from the European Union, ECON Commission, 14 March 2018.

14 ‘Next Steps in the “Special Relationship” – Impact of a US-UK Free Trade Agreement’, Testimony by Dr. Daniel S. Hamilton, U.S. House of Representatives, Joint Hearing by the Subcommittee on Terrorism, Non-Proliferation and Trade Subcommittee on Europe, Eurasia and Emerging Threats of the Committee on Foreign Affairs, February 1, 2017, p. 4.

15 La ville globale – New York – Londres – Tokyo, chez Descartes, 1996. Voir le résumé de son parcours dans l’éloge prononcé lors de l’attribution du Doctorat honoris causa à l’Université de Poitiers : https://journals.openedition.org/mimmoc/585.

16 Report by the Comptroller General and Auditor General. Cabinet Office: Civil Contingencies Secretariat. Contingency preparations for exiting the EU with no deal. National Audit Office, HC 2058, 12 March 2019. Suivant le report, en avril 2019, de la date de sortie de l’UE au 1er novembre, les fonctionnaires detaches à la planification des mesures d’urgence ont été renvoyés à leur ministères d’origine, et la planification d’urgence abandonnée. Richard Johnstone, ‘Brexit: Whitehall churn means government may never be as ready again for no deal, says IfG’, Civil Service World, 5 juin 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Susan Finding, « Introduction
Brexit, souveraineté nationale et mondialisation », Observatoire de la société britannique, 24 | 2019, 15-28.

Référence électronique

Susan Finding, « Introduction
Brexit, souveraineté nationale et mondialisation », Observatoire de la société britannique [En ligne], 24 | 2019, mis en ligne le 01 mai 2020, consulté le 15 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/osb/3146 ; DOI : https://doi.org/10.4000/osb.3146

What do you want to do ?

New mail

Londres, Birmingham, Manchester, Liverpool : la révolte des maires

Manchester Town Hall, Mark Andrew, Creative Commons

L’opposition aux mesures sanitaires que le gouvernement à Westminster veut instaurer dans les villes anglaises les plus touchées par le regain d’incidence des cas de Covid remet sur le devant de la scène un changement dans la gouvernance au Royaume-Uni qui a été éclipsé par les pouvoirs accrus dévolus à l’Ecosse, le pays de Galles, l’Irlande du Nord. Ces trois pays ont chacun introduit des restrictions plus sévères que celles que le gouvernement de Boris Johnson a voulu imposer en Angleterre. Les maires, Andy Burnham, maire de Manchester, en tête, refusent que leurs villes soient assujettis à un confinement spécifique sans  des mesures d’accompagnement économiques et sociales pour la population et les industries locales. Le profil des maires élus en Angleterre en sort grandi, leur manque de pouvoir réel paraît d’autant plus paradoxal.

« This pandemic has been the making of England’s elected mayors »,

Pour en savoir plus, voici les résumés de deux articles consacrés à cette question, peu en vue en 2015 et 2018 .

CentreforCities.org

Métropoles anglaises : https://www.centreforcities.org

Depuis quinze ans au Royaume-Uni les électeurs ont été consultés par référendum sur des changements concernant la dévolution des pouvoirs exécutifs, la création d’un poste de maire de Londres (1997), l’élection des maires au suffrage direct (2002-2012) et, dernièrement, le système électoral (2012). Le poste de maire a une longue histoire au Royaume-Uni. La nouveauté est la manière dont ils sont élus et l’importance accrue de ce poste qui va de pair avec l’autorité qu’apporte le scrutin direct.  Les débats sur les avantages et les inconvénients de l’élection directe des maires sont à analyser dans le contexte de la problématique de la nature de la démocratie et d’interrogations sur l’efficacité des institutions démocratique au Royaume-Uni. Les raisons qui expliquent le succès ou non des changements que représente cette nouvelle forme démocratique, en particulier l’échelle à laquelle la démocratie directe semble être opérative, sont nombreuses. (Susan Finding,:  « Who governs Britain – Democracy in action? Directly Elected Mayors in England », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 14 | 2015.) En 2012, la ville de Bristol, aussi peuplé que la ville de Manchester, a élu son premier maire au suffrage direct. Pour ce poste, la ville a choisi non pas un membre des partis politiques traditionnels, mais un homme d’affaires, novice en politique, leader et unique membre de Bristol First, le parti ‘localiste’ qu’il a créé. La politique à l’échelle locale à Bristol a été modifié par l’introduction du scrutin direct pour les élections de maires. Le cas de Bristol est intéressant : cela augure-t-il une séparation du local et du national en politique et confirme-t-il la tendance dans les seize mairies où le maire est élu directement par les administrés?  (Susan Finding, « Bristol fashion ? Leadership and local politics in England and the power of democratically-elected mayors : an epiphenomenon or a national trend ? », Observatoire de la société britannique [En ligne], 20 | 2018).

 

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

Projet de recherche à Churchill College, Cambridge, janvier à juillet 2021

Le projet de recherche en lien avec le Fonds Dubois au SCD de l’Université de Poitiers, « Early 20th century economic history book collectors and their collections : Herbert S. Foxwell, 1849-1936 »,  soumis à l’Ambassade de France à Londres et à Chuchill College Cambridge, m’a valu l’honneur d’être nommée Overseas Fellow de Churchill College, où je mènerai ce projet  de janvier à juillet 2021.Churchill College

Ci-dessous le projet soumis (en anglais):

The comparative & interdisciplinary ongoing research project focuses on issues of collection formation and the sourcing of rare economic history books with reference tosignificant collections and collectors. It throws light on networking and nodal connections in the world of antiquarian books and academic scholarship in the late nineteenth and early twentieth centuries. This part of the project centres on the life, workand collections of Herbert S. Foxwell (1849-1936) Fellow at St. John’s between 1874-1889 and 1905-1936, and Professor of Economics, University College, London.

According to J.M.Keynes, the collections Foxwell sold to Harvard ‘should rank with the GL [Goldsmiths’ Library] in London and the Seligman collection in Columbia as one of the three outstanding economic libraries in the world’ (1), making Foxwell, responsible for two of the three, the foremost collector in the field.

[Photo : Keynes & Foxwell’s neighbouring houses in Harvey Rd., Cambridge]

Today, Foxwell’s collections at Senate House (Goldsmiths) and the Baker Library, Harvard Business School (Kress Collection of Business and Economics) together form the Goldsmiths’-Kress Library of Economic Literature, composed of 60.000 monographies from before 1850, reproduced on microfilm in the 1970s, and now an online subscription-based corpus which has recently been given digital humanities research tools.(2) Keynes called this corpus ‘Foxwell’s main life work and his chief claim to be remembered’. (3) Foxwell’s collecting and cataloguing set standards for the range and breadth of subjects and the methodological tools for economic history source description.

The collective corpus collated by five eminent collectors active in the period 1880-1930 (4) forms the largest privately-constituted depositories of works in the field of early economic history outside public institutions such as the British Library and the National Library of Australia. Major disposals of private librairies in country houses in Britain led to acquisitions of books by learned (and monied) private collectors, and, through subsequent donations and acquisitions of whole new collections, to significant depository holdings on economics in academic librairies in Britain (Senate House Library), the United States (Columbia & Yale Libraries), and The Netherlands (International Institute of Social History). The five collectors comprised one Frenchman, two Englishmen and two Americans. Three of them held chairs in economics: Auguste Dubois (1866-1935) at Poitiers from 1908, Edwin Seligman(1861-1939) at Columbia from 1904, and Henry S. Foxwell (1849-1936). All three were instrumental in the emergence of their discipline, founding associations and journals for the study of economics, and supporting institutional initiatives.

At Cambridge, ‘the struggle to establish Political Economy as a subject in its own right’ led to a specific economics department collection in 1906, with Keynes as Librarian.(5) Foxwell was founder member of the Royal Economic Society and the Economic Journal (1891-).Seligman was the editor of the Political Science Quarterly and founder member of the American Economic Association. Dubois co-founded the Revue d’histoire des doctrines économiques et sociales (1908-1912) – Revue d’histoire économique et sociale (1913-1977).The fourth collector, Henry R. Wagner (1862-1957), collected and catalogued rare books in the field. The fifth, one of their principle suppliers, was Leon Kashnor, a specialist antiquarian book dealer, sold collections to the International Institute of Social History, Amsterdam in 1937 & the National Library of Australia (Canberra) in 1950.(6)

The University of Poitiers Manuscripts & Rare Books Library holds the prestigious Dubois collection composed of around 6,000 works on political economy published between the 1670s and 1840s, with a number of extremely rare pamphlets, including a previously unexplored & unrecognized depository of around 900 early English titles (1560 to 1840), bequethed to the University in 1935 by August Dubois, Poitiers Professor of Economic & Political Doctrine. Fonds Dubois: ouvrages en langue anglaise, traduits de l’anglais ou publiés en Grande-Bretagne [PDF -439Ko]. Having recognised the significance of this deposit, I have been researching and promoting itthe past ten years. To date, 50,000€ has been awarded on competitive merit by international and French national and regional research institutions for the project. Thematic exhibitions have been held : The State of Ireland 1640-1830 (2015), 1688 The Glorious Revolution (2017, web publication forthcoming). A number of works in the collection have been digitalized in their entirety for the virtual library on early Utopian socialists. I have published articles, given papers, and organised conferences around this collection. I set up an international network comprising over forty academics and twenty institutions including Brown, Columbia, Yale, Harvard,London, Sheffield, Leeds, the Sorbonne, Montpellier, the EHESS (Paris), which, it is hoped, will be extended to include Cambridge as a result of this project, http://dubois.hypotheses.org/. These serve as a link between the different fields and researchers. In 2020, the European Early American Studies Association (EEASA) is holding its bi-annual conference in Poitiers as a result of interest generated in the Dubois collection.

Two previous visiting fellowships at Yale, 2014, and at the Huntington Library, California, 2017, provided support for studying firstly the collection of 6,000 items donated to Yale (Beinecke Library) by Henry R. Wagner; the collections bought from Herbert S. Foxwell (1849-1936) by the Baker Library, Harvard Business School, and the Hugh Bancroft (1879-1933) collection; the Seligman Papers and 50,000 item collection at Columbia University Library.

The web of collectors of economic history rarities and the provenance of a numberof books in these collections, bought from antiquarian booksellers in London, Leon Kashnor (Museum Bookstore), was established and I began to map the links between purveyors and collectors of rare economic tracts in London in the 1890s to 1930s. The William Reece Fellowship (Huntington), was dedicated to work on H. E. Huntington (philanthropist, collectioner) and H. R. Wagner (silver dealer & book collector in London in the 1910s), and antiquarian booksellers they dealt with. Wagner, like Foxwell, was a dedicated bibliographer. His Irish Economics:1700-1783, (7) was privately published in 1907. A bibliography of British economic tracts was never completed.(8) In the common pursuit of identifying and locating as many early works on economic history as possible at a time when their value in monetary terms and the profile of economics as a discipline were low, Foxwell, Seligman, Wagner and Dubois were aware of their peers, as collectors and academics and, from 1911 at least, (9) exchanged bibliographical information, and lent each other books, catalogues and index cards in an ongoing transatlantic conversation.(10)

This project proposes to further examine and revalue Herbert S. Foxwell’s book collecting, his unique contribution to the preservation of rare pamphlets & the bibliography of economic history and his status in the emergence of the Cambridge school of economics (11) in a wider perspective. His work ‘heavily influenced Edwin R.A. Seligman’ (12) and ‘testified to the “global exchange of knowledge” in the late nineteenth through early twentieth centuries’ (13) between a small but influential group of academics & bibliophiles on both sides of the Atlantic, whose expertise, connexions, flair and dedication, remain largely unrecognised.

Foxwell acquired over 50.000 items over his lifetime. (14) In 1901, at the age of 52, to finance and make room for further acquisitions, he sold a collection of 30,000 items to the Goldsmiths Company. It was deposited with the University of London in 1903. Both Cambridge University Library and the LSE had been interested in acquiring it. Seligman also showed an interest.(15) In 1929, a collection of duplicates was sold to Harvard. After his death, a collection of 20,000 volumes was acquired by Harvard with the help of C.W. Kress. Foxwell’s dispersed collections arethus now reunited in The Goldsmiths’-Kress Library of Economic Literature, 1450-1850, virtual online collection The Making of the Modern World. (16) I have already been able to consult the deposits at Senate House Library, London and the Baker Library Historical Collections,Harvard Business School. Further papers of Foxwell’s are held by the Kwansei Gakuin University Library (Japan)and are consultable online. During the Fellowship period, I intend to explore archival material and libraries at a number of Cambridge institutions: the Marshall Library of Economics (the papers of H. S. Foxwell, J. M. Keynes, Alfred Marshall (17), James Bonar, Austin Robinson, Charles Rye), Cambridge University Library, for additional archive material (letters from or to Foxwell, work by him, information concerning his correspondants and contemporaries) and the libraries of Churchill College (Robinson), St. John’s (Foxwell, Larmor, The Eagle), King’s (Marshall, Keynes, Pigou, Browning), Trinity (Edward E. Foxwell, Sidgwick), Magdalene and Sidney Sussex.

The history of these collectors and collections (provenance, acquisition, cataloguing, dealings with antiquarian booksellers) and the selection of the works deemed worthy of inclusion informs research in cultural studies : the book trade and the antiquarian market; the value/scarcity or popularity of works on political economy; philanthropy, academia, and bibliophilia in ‘fin de siècle’ London; the development of economics as an institutional and academic discipline. It also contributes to the archeology of economic concepts, epistemological debate, and the role of academe in preserving such artefacts. This research in Cambridge on Foxwell’s collecting and compiling, sourcing and cataloguing of rare economics books will enable several work-in-progress papers, and a book project, be completed and submitted for publication following this Fellowship.

1. J. M. Keynes, C. E. Collet, [obituary] « Herbert Somerton Foxwell, » The Economic Journal, Dec. 1936.

2. John J. McCusker, « An Introduction to The Making of the Modern World. » The Making of the Modern World. Detroit, Gale Cengage Learning, 2011.

3. J. M. Keynes, Essays in Biography, The Royal Economic Society, Palgrave Macmillan, (1st ed. 1933), 2010, p.238.

4. Other collections were constituted later: Kansas Howey Economic History Collection, Hitotsubashi University Li-brary, Tokyo.

5. Marshall Library of Economics. Origins.

6. Huub Sanders `Books and pamphlets on British social and economic subjects (ca. 1650-1880) at the IISH Amsterdam’, 1988; The Kashnor collection : the catalogue of a collection relating chiefly to the political economy of Great Britain and Ireland from the 17th to the 19th centuries, Canberra, National Library of Australia, 2 Vols., 1969.

7. Foxwell considered the title to be exaggerated, as half the titles concerned money and banking. Letter to W. R. Scott, July 1, 1931, H.S. Foxwell Papers. Baker Library Historical Collections. Harvard Business School.

8. Boxes of typescripts and index cards, Henry R. Wagner Collection, Beineke Library, Yale; m/s Bibliography of Brit-ish Economics, 1499-1799, UCLA Special Collections.

9. Columbia University, Rare Books Manuscripts Files, MS Coll Seligman, Letter Foxwell to Seligman, 4 June 1911.

10. Columbia, MS Coll Seligman, Letter from Seligman to Janet Bogardus, Librarian of the Seligman Collection at Columbia, 7 September 1936; Janet Bogardus, to Frank W. Fetter, Haverford College, June 14th 1937;Frank W. Fetter, Haverford College, to Janet Bogardus, 16 February 1938.

11.Peter Groenewegen,The Minor Marshallians and Alfred Marshall: An Evaluation, Routledge, 2012; Rogério Arthmar & Michael McClure, ‘Herbert Somerton Foxwell (1849-1936), in Robert A. Cord (ed.), The Palgrave Companion to Cambridge Economics, Springer, 2017.

12. McCusker, ‘An Introduction…’, 2011.

13. Foxwell papers, Kwansei Gakuin University Library.

14. Anon [Keynes]. ‘Professor Foxwell; The Bibliography of Economics,’ The Times, Aug. 4, 1936; .J. M. Keynes , C. E. Collet, « Herbert Somerton Foxwell, June 17, 1849-August 3, 1936, » The Economic Journal, Dec. 1936.

15. Letter from Foxwell to Seligman, letter dated 22 July 1901. Columbia University, Rare Books Manuscripts Files, MS Coll Seligman.

16. The Making of the Modern World. Detroit: Gale Cengage Learning; J.H.P. Pafford, “Introduction” in Canney, M., Knott, D., Catalogue of the Goldsmiths’ Library of Economic Literature,London: Cambridge University Press, 1970-1995, vol. 1, pp. ix-xxi.; Jeffrey L. Cruikshank, A delicate experiment: the Harvard Business School, 1908-1945. Boston, Mass.: Harvard Business School Press, 1987; Senate House Library, University of London, ‘Herbert Somerton Foxwell and the Goldsmiths’ Library: A Brief History’; Peter Groenewegen, ‘Alfred Marshall and Henry S. Foxwell. A Tale of Two Libraries’ in Classics and Moderns in Economics, Essays on Nineteenth and Twentieth Century Economic Thought, Vol. 2, Routledge, 2004, pp.72-85.

17. The Correspondance of Alfred Marshall, Economist, edited by John K. Whittaker, CUP, 1995.

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

Printemps des Humanités numériques UFR Lettres et Langues Poitiers Brève numérique n°5 Le Fonds Dubois & les humanités numériques: l’exposition virtuelle

Brève numérique n°5

Le Fonds Dubois & les humanités numériques: l’exposition virtuelle

Qui était Auguste Dubois? Licencié ès lettres en 1886, reçu docteur de la faculté de droit de Lille en 1893, il fut d’abord chargé de cours à la faculté de droit de Lille, avant de devenir professeur agrégé à la faculté de droit de Poitiers. Son enseignement a porté dès le début sur l’économie politique (doctorat) et l’histoire des doctrines économiques. En 1903, il publiait le premier tome de son Précis de l’histoire des doctrines dans leurs rapports avec les faits et les institutions, un ouvrage qui reste un exemple de méthode scientifique et de critique économique. Découvrez le parcours de cet intellectuel et son rôle dans l’histoire des idées, de l’histoire économique et sociale des XVIIe-XVIIIe s. en France et au Royaume-Uni à travers la présentation de Susan Finding (MIMMOC EA 3812), Elodie Peyrol-Kleiber (MIMMOC, EA 3812) et Anne-Sophie Traineau Durozoy (Conservatrice, SCD, UPoitiers).

Le projet en vidéo.

Pour en savoir plus: https://dubois.hypotheses.org/

11 Bibliographie : L’Angleterre au XVIIe siècle et la ‘Glorieuse Révolution’

11 Bibliographie : L’Angleterre au XVIIe siècle et la ‘Glorieuse Révolution’

Le catalogue d’ouvrages en anglais du Fonds Dubois peut être consulté ici : Fonds Dubois: ouvrages en langue anglaise, traduits de l’anglais ou publiés en Grande-Bretagne [PDF – 439 Ko]

 

En français :

COTTRET, Bernard, La Glorieuse Révolution d’Angleterre, 1688, Paris, Gallimard/Julliard, Collection Archives, 1988, Collection Folio, 2013.

MARX, Roland, L’Angleterre des Révolutions, Paris, Colin, 1971.

POUSSOU, Jean-Pierre, Les Iles Britanniques, les Provinces-Unies, la guerre et la paix au XVIIe siècle, Paris, Economica, 1991.

Ouvrages en langue anglaise :

*Ouvrages faisant partie de l’acquisition MIMMOC Région Poitou-Charentes 2013 dans le cadre d’un Appel à financement documentation.

ALEXANDER, J. M.,  MACLEOD C., Politics, transgression and representation at the Court of Charles II, New Haven, Yale, 2007   FM 23994

*Atlas of British Social and Economic History Since C.1700 Rex Pope F 311217

*ATACK, J., NEAL, L., The Origins and Development of Financial Markets and Institutions: From the Seventeenth Century to the Present Cambridge, CUP, 2009 F311381

*BLISS, R.Restoration England: Politics and Government 1660-1688, London, Methuen, 1982. FB 198371

CLARKE, George, The Later Stuarts 1660-1714, Oxford, Clarendon, 1956 (1st ed. 1934).

CLAY, C.G.A. Economic expansion and social change: ENGLAND 1500-1700, 2 vols. Cambridge, C.U.P., 1984.

COWARD, Barry, (Dir.), A Companion to Stuart Britain, Oxford, The Historical Association, Blackwell, 2003.

*DE KREY, Gary S. Restoration and Revolution in Britain: A Political History of the Era of Charles II and the Glorious Revolution, London, Palgrave, 2007.

DE RICCI, Seymour English Collectors of Books and Manuscripts, Cambridge, CUP, 1960.

DUNN, Mary Maples, William Penn, Politics and Conscience, Princeton, Princeton University Library, 1967.

*FINKELSTEIN, Andrea, Harmony & Balance, an intellectual history of seventeenth-century English economic thought, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2000. F 311362

*GRASSBY, Richard, The Business Community of Seventeenth-Century England, Cambridge, C.U.P., 1995.

HALEY, K.H.D., An English Diplomat in the Low Countries, Sir William Temple and John de Witt, 1665-1672, Oxford, Clarendon, 1986.

*HAMILTON, D. B., STRIER, R., Religion, Literature, and Politics in Post-Reformation England, 1540-1688, Cambridge, CUP, 1996 F 311271

*HARRIS, Tim, Restoration: Charles II and His Kingdoms, 1660-1685, London, Penguin, 2006, F 311244

HOPES, Jeffrey, « Daniel Defoe and the affairs of France », Études Épistémè [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 09 décembre 2014. http://episteme.revues.org/304.

*HOUSTON, A., PINCUS, S., A Nation Transformed: England After the Restoration, Cambridge, CUP, 2001.

HUGHES, Ann, Seventeenth-century England: A Changing Culture, vol.1. Primary Sources, London, Open University, Ward Lock Educational, 1980.

HUTCHINSON, Ross, Locke in France 1688-1734, Oxford, Voltaire Foundation, 1991.

ISRAEL, Jonathan I., Dutch Primacy in World Trade, 1585-1740, Oxford, Clarendon, 1989.

JONES, J.R., Liberty secured? Britain before & after 1688, Stanford, Stanford UP., 1992. F 173477

LOCKE, John, An Essay Concerning Toleration and other Writings on Law and Politics, 1887-1893, (Edited J. R. Milton, P. Milton), Oxford, Clarendon, 2006.    F 151143

LOCKE, John, Locke on Money, ed. P.H. Kelly, Oxford, Clarendon, 1991. S 99391-1, S 99391-2.

MIGRENNE, Jean, « Daniel Defoe. L’anglais de race pure, Traduction de The True-Born Englishman, A Poem », Temporel, revue artistique et littéraire, no. 18, sept. 2014. http://temporel.fr/Daniel-Defoe-Traduction-et.

*PINCUS, Steven, England’s Glorious Revolution, 1688-1689, Bedford, St Martin’s, Boston & New York, 2006.  F 311243

PINCUS, Steve, “La révolution anglaise de 1688: économie politique et transformation radicale”, Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 58, 1, 2011, pp. 7-52.

RAYMOND, Joad, Pamphlets and Pamphleteering in Early Modern Britain, Cambridge, CUP, 2003.

RICHETTI, John, The Life of Daniel Defoe: A Critical Biography, London, Wiley, 2015.

*ROSE, Jacqueline, Godly Kingship in Restoration England: The Politics of the Royal Supremacy, 1660-1688, Cambridge, CUP, 2011 F 311222

ROTHBARD, Murray M., Economic Thought before Adam Smith. An Austrian Perspective on the History of Economic Thought, vol.1, London, Edward Elgar, (Ludwig von Mises Institute), 1995.

SCOTT, J., England’s Troubles, Seventeenth-Century Political Instability in European Context, Cambridge, CUP, 2000.

*SHARPE, K., Remapping Early Modern England: The Culture of Seventeenth-Century Politics, Cambridge, CUP, 2000. F 311366

*SOUTHCOMBE, G., TAPSELL, G., Restoration Politics, Religion, and Culture: Britain and Ireland, 1660-1714, Basingstoke, Palgrave, 2010.   F 311225

SPIEGEL H.W., The growth of economic thought, Prentice Hall, 1971     L 4337

SWEDENBURG, H.T. England in the Restoration and early eighteenth-century: essays on culture and society, Berkeley, UCLA Press, 1972. R 235025-2

Ouvrages disponibles à la MSHS (Fonds MIMMOC):

BLACK, Jeremy, Eighteenth-Century Britain, 1688-1783, Basingstoke, Palgrave, 2001. 941.07 BLA

CRAGG, Gerald R. The Church and the Age of Reason, 1648-1789, Harmondsworth, Penguin, 1960. 270.7 CRA

GREGORY, Jeremy, STEVENSON, John, Britain in the Eighteenth Century, 1688-1820, London, Longman, 2000. 941.07 GRE

JONES, J.R., Britain and Europe in the Seventeenth Century, London, Arnold, 1966. 942.06 JON

PINCUS, Steven, 1688, The First Modern Revolution, New Haven, Yale University Press, 2009. 941.067 PIN

PINCUS, Steven, England’s Glorious Revolution, 1688-1689, Bedford, St Martin’s, Boston & New York, 2006. 941.067 PIN

10 Les Pays bas – le modèle maudit? L’Angleterre au XVIIe siècle

10 Les Pays bas – le modèle maudit ? (exposition virtuelle « La glorieuse révolution d’Angleterre 1688 » dans le Fonds Dubois)

(Les côtes d’ouvrages FD et autres sont les références du Fonds Dubois)

Si la Hollande est un exemple de tolérance – Locke y avait trouvé refuge et inspiration pour son Traité -, les Provinces-Unies sont également un exemple de gouvernement efficace, mais aussi un rival commercial de taille. On s’étonne que l’Angleterre possède de nombreux avantages naturels et prédit une révolution industrielle et la domination du globe, mais qu’elle soit néanmoins toujours inférieure à la Hollande dans le domaine du commerce. [FD2258  vol.2] Si la France a l’avantage des richesses naturelles – y compris sa population – la Hollande a l’avantage du savoir-faire, ce qui rend ce petit pays aussi puissant que les grands (Angleterre et France). [FD 2303]  Les traités publiés autour de 1670 cherchent à comprendre comment les hollandais ont fait dominer leur emprise commerciale. [FD 2276] comment sans les avantages d’une économie domestique aussi florissante que l’Angleterre, ils « dépassent les anglais en maintes choses ». [FD 2269]

La concurrence hollandaise en matière de transport maritime fut l’objet principal des lois de navigation anglaises de 1651, 1660, 1663, 1670 et  1673. Les lois anglais qui interdisent, entre autres, aux hollandais de transporter des produits anglais, ou à destination de l’Angleterre, n’ont pas empêché les Pays-bas de prospérer. Le zénith de la domination hollandaise du commerce maritime se situe en 1672 (Israel, 1989). Les auteurs sont envieux de ce rival exemplaire. On prend exemple sur leurs manufactures de lin, où les nécessiteux sont mis à l’œuvre. Les hollandais gèrent leur commerce de façon exemplaire, l’ont libéré des contraintes, ce qui semblait avoir contribué à la prospérité générale du pays.

La cause fondamentale des guerres anglo-hollandaises (1652-4, 1665-7) « pour obtenir les faveurs d’une maîtresse appelée Commerce » [FD 2255] fait donc acquérir aux anglais des possessions hollandaises en Amérique du nord, notamment l’acquisition de la Nouvelle Amsterdam en 1664, rebaptisé New York, en l’honneur du frère du roi Charles II.

« Nieuw Amsterdam op t eylant Manhattans. » [Nouvelle Amsterdam et l’île de Manhattan] Scale: ca. 1:3,300,000 Nicolaes Visscher : Novi Belgii Novæque Angliæ: nec non partis Virginiæ tabula multis in locis emendata / per Nicolaum Visscher nunc apud Petr. Schenk Iun. (1685) (Bibliothèque du Congrès) Libre de droits.

 

 

9 La France – l’ennemi ami? 1688

9 La France – l’ennemi  ami? (exposition virtuelle « La glorieuse révolution d’Angleterre, 1688 »  dans le Fonds Dubois)

(Les côtes d’ouvrages FD et autres sont les références du Fonds Dubois)

Le commerce est à la fois le moyen de contrer les maux internes, mais aussi de combattre l’influence étrangère. L’Angleterre se compare sans cesse à ses deux rivaux continentaux : la France et la Hollande. Ainsi le commerce devient un instrument, le moteur et la raison d’être des relations extérieures. Les problèmes internes – chute des loyers, manque d’argent, thésaurisation des richesses, investissements dans le bâtiment avec la reconstruction de Londres – sont pointés par les analystes, avant de proposer des remèdes [FD 385], [FD 2229, 2211, 2293] qui selon plusieurs passent par les monopoles commerçantes et la participation dans leurs actions.

La France, pays catholique, soutenait la monarchie anglaise Stuart – non sans motifs ultérieurs – et accueillit les réfugiés royaux successifs : pendant la République, le prince Charles et son frère Jacques, futurs rois; après la Révolution, à nouveau Jacques, mais aussi son fils, le prince de Galles. Ainsi dans les traités de commerce, dans les almanachs, dans les revues de l’état du pays, on retrouve la liste, parfois encyclopédique, des régions avec lesquelles les marchands anglais traitent, avec toujours présentes et en bonne place, la France et la Hollande.

L’exemple le plus célèbre de ce genre de littérature est l’ouvrage d’Edward CHAMBERLAYNE  (1616-1703)  Angliae Notitia ou l’état présent de l’Angleterre, publié en 1669. [FD 2303] Le succès de cet ouvrage qui avait pris comme modèle le (deux éditions supplémentaires dans l’année, le neuvième en 1676) est sans doute dû à plusieurs facteurs. D’une part, ses connaissances et connexions : l’auteur avait voyagé à travers l’Europe pendant la République. À son retour à la restauration en 1660, il devint secrétaire du 1er comte de Carlisle et l’accompagnait dans ses missions diplomatiques. Chamberlayne, devint en 1679 le précepteur du fils illégitime du roi Charles II, et fut chargé d’enseigner l’anglais au Prince George de Danemark, futur consort de la princesse Anne (1683) et beau-frère de William et Mary. D’autre part, l’essor du commerce et le besoin d’œuvres pédagogiques ont dû contribuer au succès d’auteur. Ayant été inspiré par L’Estat Nouveau de la France (1661), ce livre fut le sujet de plagiat par Guy Miège, The New State of England (1691), encore preuve du succès du genre.

Charles Howard, député, membre de la puissante famille Howard, 1er compte de Carlisle, patron de Chamberlayne. Son petit fils sera nommé First Lord of the Treasury  Privy Counsellor, Earl Marshal par William et Mary, et, à la mort de la reine Anne, Lord Justice.

Après 1688, la guerre intermittente, appelée guerre de la Ligue d’Augsbourg (1689-1697), par laquelle l’Angleterre, les Provinces-Unies, l’Espagne et la Sainte Empire s’unirent pour contrer les  ambitions de Louis XIV, amène une autre lecture des relations avec la France. La France – avec l’Espagne – est l’exemple même de la monarchie « universelle » – pour ne pas dire absolue -, selon DAVENANT, dans son traité de relations internationales De l’équilibre des pouvoirs (entre les nations), Du droit de la guerre, de la paix et des alliances, 1701. [FD 2445] Si pour lui « l’Angleterre a toujours tenté de tenir l’équilibre en Europe », la France représente l’allié du catholicisme ennemi. Associant forme de gouvernement et supériorité morale, ce sont précisément les droits et libertés d’un peuple libre, que les anglais peuvent opposer au nombre, richesses et capacité militaire de la France. [FD 2308]

La signature du Traité de Ryswick (1697)

Les persécutions françaises contre les Huguenots (Révocation de l’Édit de Nantes, 1685) sont dénoncées pour leur impact négatif sur l’économie française – de nombreux tisserands de soieries et autres artisans du luxe ont trouvé refuge à Londres (et au Pays bas). Une certaine crainte est présente dans l’ouvrage de SOULIGNE, protestant français réfugié en Angleterre, [FD 2320] la France pourraient encore renverser Guillaume et Mary et les Jacobites retourner sur le trône d’Angleterre. Mais PETTY, rassure par ses calculs logiques et arithmétiques, qu’en raison d’obstacles naturels, la France ne pourra jamais être plus puissant que les anglais ou les hollandais en mer. [FD 2461] D’ailleurs, par le Traité de Ryswick (1697), Louis XIV reconnut la légitimité de Guillaume et Mary.