Le bulldozer ou le bouledogue?

L’austérité est à toutes les unes de la presse française, du Figaro à Libération, après le ‘sauvetage’ de la Grèce, de l’euro, par le duo France-Allemagne. Après les États-Unis, la Chine et le Japon, le quatuor Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie sont les pays dont le Produit Intérieur Brut est le plus élevé, loin devant les pays européens suivants, l’Espagne (12e), la Suisse (19e), la Belgique (20e) (Source FMI).http://www.joy-of-cartoon-pictures.com/images/bulldog-cartoon.jpg

Que devient le Royaume-Uni, troisième puissance européenne, dans tout cela ? Selon les données fournies par le FMI début 2011, seule le Royaume-Uni affiche une évolution positive (+3.7%) entre 2009 et 2010, alors que ses trois partenaires  majeurs au sein de l’Union européenne affichent toutes une évolution négative du PIB.

Dans un article du Point (numéro 2041, du 27 octobre 2011), intitulé ‘Le Bulldozer Cameron’ Yves Cornu tente d’expliquer comment le premier ministre britannique parvient à imposer une ‘purge’ « bien plus sévère qu’en France » (ou du moins, avant les nouvelles mesures qui seront annoncées mi-novembre). Il s’étonne que le public britannique soit résigné,  acceptant ce mal ‘nécessaire’, alors que les mesures annoncées en 2010, réduction des dépenses publiques, augmentation de la TVA, retraite repoussée, gel des salaires dans les emplois publics, commencent à prendre effet. Cornu explique ce manque de réactivité de la population par une analyse politique : la crédibilité et efficacité de David Cameron, le manque d’alternatif sur l’échiquier politique.

L’austérité n’est pas cependant un phénomène nouveau, bien qu’il semble, après des années de croissance, mettre fin aux choux gras, au consumérisme effréné, aux dépenses sans égard pour le lendemain.Surtout au Royaume-Uni.

Il suffit de rappeler que depuis la crise de 1929, le chômage et les marches de la faim des années 30, les restrictions imposées par  l’effort de guerre, la période de reconstruction de l’après-guerre (le rationnement des denrées alimentaires ne fut aboli qu’en 1954), s’écoula une période de vingt ans pendant lesquels la population britannique supporta une
austérité de fait.

Le déclin de l’industrie britannique et la crise économiques et sociale (productivité en baisse, balance de paiements négative, augmentation des dépenses due à l’extension de l’état providence) qui secoua le pays à partir de la dévaluation du sterling en 1967, finirent par donner au pays la réputation d’un vieux malade. Cette période de mutation, de grèves, de chômage, de fermeture d’usines, dura encore vingt ans, jusqu’à la reprise qui suivit la transformation de l’économie (avec l’aide musclée de Margaret Thatcher) en une économie de services, à la fin des années 1980. La récession et la crise financière du début des années 90 viennent s’ajouter aux années difficiles. À son arrivée au pouvoir en 1997, le gouvernement New Labour et son ministre des finances, Gordon Brown, renommé pour sa prudence légendaire, ont imposé non pas l’austérité certes, mais un réalisme quant à la levée d’une rigueur de circonstance.

Ainsi, malgré l’état-providence, malgré un classement économique mondial maintenu, les efforts consentis, parfois à leur insu, par la population britannique dans son ensemble, sont importants. Sur les  quatre-vingt ans depuis la crise de 1929, le Royaume-Uni aurait ainsi connu dix ans d’insouciance de 1955 à 1966, une nouvelle décennie de 1987 à 1997 (entrecoupée par une courte récession et l’éclatement de la bulle immobilière au début des années 90) et peut-être depuis la fin du 20e siècle.

Autrement dit, les babyboomers, qui approchent de la retraite, et leurs enfants, ont vécu sinon pendant des crises aigües, du moins, dans le souvenir de ces périodes de disette et de difficulté. Même dans des périodes d’expansion, des couches de la population vivaient avec de maigres ressources et une parcimonie imposée.Le beurre (importé massivement de la Nouvelle Zélande avant l’entrée du Royaume-Uni dans le ‘marché commun’ en 1973) restait une denrée de luxe pour de nombreux foyers, remplacé par la margarine. Le rôti du dimanche (gigot congelé de la même provenance, poulet ou pièce de bœuf) était un repas de fête, religieusement découpé en fines tranches qui permettait d’en conserver pour le reste de la semaine, tandis que le jus froid du rôti avec sa graisse, servait à tartiner le pain grillé, souper économe.

Souvenons-nous que les retraites servies par l’État sont l’équivalent d’un RMI pour qui n’a pas cotisé à un fonds de retraite privée ou une caisse professionnelle. Le nombre de retraités britanniques au travail n’a cessé d’augmenter.  Les allocations familiales, les allocations de chômage sont également des minima, conçues sur le modèle d’un filet de sécurité et non de revenus de substitution.

La mémoire et la pratique de l’austérité sont donc bien présentes et contribuent à ce manque de réaction des britanniques envers les mesures exceptionnelles prise par le gouvernement. David Cameron, désigné comme un bulldozer rasant les avantages sociaux par Yves Cornu, trouve sa tâche de leader en ces temps difficiles facilitée par la résilience et le stoïcisme légendaire inculqué par des années de résistance et de ténacité.

Cependant, la réduction des services publics pourraient bien être la cause de révoltes populaires.  L’attachement du public à l’ensemble du ‘welfare’, le bien-être fourni par
l’état-providence, s’explique en partie précisément dans ce contexte de rigueur. La santé, l’éducation, les loisirs, gratuits ou subventionnés, ont survécu, malgré les assauts des privatisations successives menées par les gouvernements Thatcher, Major et Blair, soutenus par une certaine idée du bien (être) public et procurant des avantages importants. Les réactions violentes à l’augmentation des frais d’inscription dans l’enseignement supérieur, déjà réservé de fait en majorité aux enfants issus des classes moyennes, révèlent le malaise de cette couche de la population qui a le moins souffert des crises jusque là et le plus bénéficié des avantages procurés par l’état providence.

Les politiques sociales aux Etats-Unis et ailleurs

http://www.harmattan.fr/catalogue/couv/j/9782296127395j.jpgLes politiques sociales aux Etats-Unis sont le sujet d’une présentation dans l’ouvrage   MARGINALITÉ ET POLITIQUES SOCIALES Réflexions autour de l’exemple américain, co-dirigé par Taoufik Djebali et Benoit Raoulx, paru chez l’Harmattan en 2011.

1.  Les régulations sociales   INTRODUCTION  Susan Finding (p.25-27)

La définition fonctionnelle de la politique sociale, définition qui correspond au mode de pensée et à la pratique empiriques anglo-saxons, se limite à l’analyse de la fourniture de services sociaux, l’efficacité et les moyens d’intervention adoptés. La définition institutionnelle met l’accent sur la relation entre les acteurs institutionnels [1]. Les deux approches utilisées dans les analyses présentes démontrent comment les régulations sociales américaines contribuent à renforcer l’idée d’un modèle social néo-libéral outre-Atlantique.

En période de crise économique, les gouvernements interviennent pour préserver leurs populations des effets dévastateurs par une protection sociale plus étendue. En période de croissance le désengagement de l’État de cette même protection sociale semble avéré. Le taux de chômage en baisse, le nombre d’assistés devient moins critique. Le désengagement de l’État de domaine social, pour des motifs idéologiques plus que pragmatiques lors des périodes de croissance, amène dans son sillon des changements importants.

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTg1bD7sUmnxFS-Jkiq-3YGM58sHTll0iw2HbGkCxOtW5lb1KLYxwDans les politiques sociales étudiées, on constate le transfert du soutien de l’État, en particulier de mères célibataires, aux réseaux de solidarité informels et aux ONG (retour vers les formes anciennes d’aide aux pauvres), l’alignement des salaires sur un minimum déterminé par le marché, en l’absence de salaire minimum réglementé, le travail intermittent des assistés et une couverture sociale et médicale réduite. Si, aux Etats-Unis, la Personal Responsibility and Work Opportunity and Reconciliation Act (1996) réussit à « réconcilier » l’assistance et le travail au lieu de les opposer, -les handicapés britanniques, français et américains bénéficient dorénavant de programmes d’insertion au travail en plus de prestations compensatoires (Advielle) – ni la famille ni le travail semblent avoir été renforcées par les mesures (Djebali).

Le travail, part essentiel du rêve américain, est malmené par les effets de la globalisation. La prestation américaine, la Trade Adjustment Assistance, à l’origine, une concession aux syndicats pour faire avaler la pilule de la libéralisation des accords d’échange dans les années 1960, pèse de plus en plus lourde.  Conséquences directes de la foi placée dans les bienfaits de la libre-échange, les pertes d’emplois sont concentrées dans les secteurs manufacturiers et dans les états où, en raison des compétences peu élevées requises par ces, industries, les travailleurs sont peu rémunérés. Mesure politique permettant de faire adopter une libéralisation croissante, sa genèse, sa mise en œuvre, son coût élevé et sa faible portée en font moins une mesure de protection sociale qu’un maquillage habile des effets néfastes d’une politique essentielle à la doctrine consensuelle au cœur du projet économique national.

L’étude de l’économie politique des soins confirme cette réflexion sur ‘la prééminence idéologique et politique des intérêts économiques dans la société américaine’ (Oueslati). L’histoire de l’assurance maladie aux Etats-Unis au 20e siècle se caractérise par une opposition continue entre les groupes d’assurés d’un côté, et la profession et l’industrie médicale de l’autre. Cette dernière réussit, dans le contexte de faiblesse des institutions fédérales et de manque de soutien des associations syndicales pour le projet des progressistes de Roosevelt à Clinton, à faire rejeter l’instauration d’une couverture maladie étendue organisée par l’état fédéral. Celle-ci est dépeinte comme contraire aux valeurs américaines, divisant l’unité nationale. L’American Medical Association (Oueslati) et les compagnies d’assurance (Pihet) mobilisent des moyens de communication exceptionnels au service d’un message calqué sur la culture dominante mettant l’accent sur l’opposition fondamental entre l’individu et l’état. L’industrie médicale s’adjuge ainsi le soutien des forces politiques conservatrices et chrétiennes et met en œuvre un lobbying puissant qui utilise l’argument anti-big government (Pihet) et une conception minimaliste du rôle de l’État (Advielle). La mobilisation des groupes favorables à la réforme est plus difficile à coordonner face à la multiplicité des facettes de l’impact de la réforme (Oueslati) L’intérêt général est sacrifié à l’intérêt particulier dès lors que la puissance d’un lobby particulier s’avère plus puissante que celle, plus diffuse, des groupes défendant des intérêts divers.  

Le ‘semi-État providence’ du modèle états-unisien réunit protection sociale fédérale, locale faible et protection privée développée. La couverture maladie n’y est pas un droit mais une éventualité. Un système de santé ‘exceptionnel’ où les inégalités et les ruptures sont nombreuses actent l’impossible réforme des programmes fédéraux Medicare et Medicaid (Oueslati, Pihet). L’augmentation des dépenses de santé publiques et privées est répercutée sur les assurés, la couverture se réduit. On estime qu’en 2003, 40% des américains se retrouvent sans assurance santé complète (Pihet). Cette exclusion médicale suit les contours socio-géographiques de la population, comme la Trade Adjustment Assistance (Azuelos). La inverse care law décrite par Julian Tudor Hart (The Lancet, 27 February 1971) est toujours opérante. Paradoxalement, en période de croissance économique, le désengagement de l’État américain, accompagné par un discours mettant en avant les valeurs du travail et de l’insertion, contribue au délitement des liens sociaux, à une exclusion accrue de populations faibles.


[1] KLEINMAN (Mark) A European Welfare State? European Union Social
Policy in Context
, Londres: Palgrave, 2002, p. 1.