Politiques familiales et politiques d’emploi « genrées » au Royaume-Uni et en Europe

Signalons la parution du numéro 14 (2013) de l’Observatoire de la société britannique consacré au « Politiques familiales et politiques d’emploi « genrées » au Royaume-Uni et en Europe » et dirigé par Susan Finding et Anémone Kober-Smith. ISBN 978-295404734. 204p. 12€.

Table des matières

1. Politiques familiales et politiques d’emploi « genrées » au Royaume-Uni et en Europe

Susan FINDING (Université de Poitiers) & Anémone KOBER-SMITH (Université de Paris 13)

2. Gendered Organizations and Working Lives: continuities, change and policy engagement

Susan HALFORD (University of Southampton) & Pauline LEONARD (University of Southampton)

3. Women’s and men’s career interruptions in Europe: the role of social policies

Rosy MUSUMECI (Università da Torino) & Cristina SOLERA (University of Turin)

4. Dual Earner Parents Strategies for Reconciling Work and Care in Seven European Countries

Pamela ABBOTT (University of Aberdeen), Corinne NATIVEL (Université de Paris XIII) & Claire WALLACE (University of Aberdeen)

5. Private Assistants in the Italian Care System: Facts and Policies

Giuliana COSTA (Politechnico, Milano)

6. La politique familiale à l’épreuve des stéréotypes de genre : une comparaison France – Royaume-Uni – Suède

Natacha Ordioni (Université du Sud Toulon-Var)

7. Emplois genrés et les services à la personne au Royaume-Uni : la petite enfance

Susan FINDING (Université de Poitiers)

8.   British women’s human capital and employment evolution under New Labour

Catherine CORON (Université Panthéon-Assas)

9. Gender, education and employment within the education system in Britain

Susan FINDING  (Université de Poitiers)

Contacts

Observatoire de la société britannique
Faculté des Lettres et des Sciences Humaines
Université du Sud Toulon-Var
83957 La Garde cedex
France

Commandes

Les commandes sont à adresser à à Gilles Leydier à l’adresse ci-dessus.
Les chèques sont à libeller à l’ordre de M. l’Agent comptable de l’Université de Toulon.

Politiques familiales et politiques d’emploi « genrées » au Royaume-Uni

Compte-rendu de la journée d’étude « Politiques familiales et politiques d’emploi « genrées » au Royaume-Uni et en Europe » du 4 novembre 2011, Institut du Monde Anglophone, Université de Paris Sorbonne Nouvelle.

 Compte-rendu de la journée d’étude « Politiques familiales et politiques d’emploi « genrées » au Royaume-Uni et en Europe », tenue le vendredi 4 novembre 2011 à la Sorbonne Nouvelle,http://www.univ-paris3.fr/images/photos/0005/img_1224254183962.jpg 5 rue de l’école de médecine, 75006 Paris, organisée par Anémone KOBER-SMITH du Centre de Recherche
en Civilisation Britannique (CREC/CREW EA 4399), Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3 et Susan FINDING du MIMMOC (EA3812), Université de Poitiers.

La journée d’étude était structurée en trois sessions qui ont marqué une progression méthodologique allant de considérations théoriques et comparatives  à des études de cas spécifiques.  Les trois sessions ont abordé successivement les thématiques du travail et du genre sous un angle comparatiste international, l’évolution des marchés du travail féminin sous le New Labour, et l’articulation(s) entre travail rémunéré et non-rémunéré, vie professionnelle et vie privée.

Les deux interventions de la première session, qui était consacrée au travail et au genre et présidée par Anémone KOBER-SMITH (Université Paris 13), ont permis à Susan HALFORD (University of Southampton) et Pamela ABBOTT (University of Aberdeen) d’apporter à la fois une perspective internationale et une approche sociologique à la journée.

L’intervention du Professeur HALFORD servit à la fois d’introduction théorique, de réflexion sur des grands axes interprétatifs et d’étude de cas.  Sa recherche concerne la façon dont les organisations (entreprises, lieu du travail) peuvent être ‘genrées’. Elle passa en revue l’écart entre la littérature théorique de la sociologie et de la critique féministe d’une part et les questions de politique publique d’autre part, des préoccupations qui semblent souvent éloignés les unes des autres. Elle avança ensuite que les concepts d’espace et de temps – notamment sous la forme d’innovation technologique – peuvent aider à analyser les évolutions dans les rapports de travail « genrés », au-delà des concepts de classe sociale, de genre, d’âge. Enfin, elle montra la pertinence de ses analyses dans le cadre d’une étude de cas qu’elle a mené auprès des sages-femmes des îles Lofoten en Norvège au moment de l’introduction d’un projet de consultation obstétrique par internet. 

Le cas des familles composées de deux parents travaillant à temps plein a été étudié par le Professeur ABBOTT et sa collègue Claire WALLACE. Il s’agissait de confronter la typologie des régimes de travail et des modèles sociaux en Europe (Esping-Andersen, 1990, 1999) aux pratiques parentales en termes de garde d’enfant(s). Cette étude – qui a été menée dans six pays européens représentatifs des différents types d’État-providence,
le Danemark, l’Autriche, la Hongrie, l’Italie, le Portugal et le Royaume-Uni – a mis en lumière la façon dont les parents qui travaillent résolvent la question de la garde d’enfant(s).  Les solutions adoptées incluent, à des degrés différents, les horaires flexibles (télé-travail, travail à domicile, horaires décalés…), le recours à des structures de garde
publiques ou privées et l’emploi des grands-parents pour lesquels la question de la rémunération publique ou privée est débattue. Pamela ABBOTT a avancé qu’en dépit d’avancées significatives, les tâches ménagères et parentales restent très inégalement réparties entre les pères et les mères et a conclu en soulignant qu’il existe de fortes convergences dans les stratégies parentales pour l’ensemble des pays étudiés en dépit de divergences nationales en termes de modèle social ou d’emploi.

La deuxième session, présidée par Susan FINDING (Université de Poitiers), fut consacrée à l’examen des tendances des quinze dernières années en matière d’emploi des femmes, de temps partiel et de corrélation entre le niveau de formation et les taux d’emploi. La perspective économique et sociologique des intervenantes, Marie-Annick MATTIOLI (Université Paris-Descartes) et Catherine CORON (Université Panthéon-Assas), permit de saisir les enjeux sociétaux et économiques de la question.

Dans son intervention, Marie-Annick MATTIOLI s’efforça d’analyser dans quelle mesure le travail à temps partiel au Royaume-Uni entre 1997 et 2010 fut un choix libre ou une contrainte imposée pour les femmes. Après une brève contextualisation comparatiste concernant la nature du  travail à temps partiel dans d’autres pays européens, elle montra comment la diversité des situations et la construction des enquêtes (questions à deux réponses, non graduées) ne permettaient ni de fournir une analyse fine des statistiques ni d’apporter une réponse tranchée à la question. Elle mit cependant en évidence le fort taux de travail à temps partiel chez les 15-25 ans, et la nature temporaire de ce travail, ce qui correspond le plus souvent à des étapes précises du cycle de vie.

La contribution de Catherine CORON concerna la politique sociale du gouvernement New Labour, le ‘New Deal’. Mme Coron rappela que cette politique avait pour but premier de s’attaquer au chômage des jeunes. Ce n’est qu’accessoirement que le chômage des jeunes parents isolés fut ciblé. Le New Deal for Lone Parents doit être considéré comme une politique « genrée » d’activation car la grande majorité des parents isolés concernés sont des femmes. En outre, une analyse statistique du niveau d’étude des inactifs met en évidence le taux élevé d’étudiants dans la population masculine inactive et de personnes à charge de famille dans la population féminine inactive.  Ces chiffres soulèvent à nouveau la question du ‘choix’ de l’inactivité et du temps partiel chez les femmes.

Finalement, la troisième session, présidée par Corinne NATIVEL (Université Franche-Comté) et les deux co-organisatrices, fut consacrée aux articulation(s) entre travail rémunéré et non-rémunéré, vie professionnelle et vie privée. Elle a donné l’occasion à Sue YEANDLE (University of Leeds) et Cécile DOUSTALY (Université de Cergy Pontoise) de présenter l’impact des politiques familiales dans des secteurs où la recherche est plus récente, le ‘care’ (soins de personnes invalides) et les loisirs des mères. 

Le Professeur YEANDLE a souligné l’importance des lobbys dans l’évolution, voire la création, d’une politique prenant en compte l’important travail à domicile mené par les aidants (carers), des parents ou amis qui s’occupent à titre bénévole de personnes dépendantes invalides. Elle souligna le rôle décisif des politiques récentes en faveur de la petite enfance, des politiques qui ont ouvert une brèche dans laquelle se sont engouffré les lobbies de soutien aux aidants et qui ont servi de modèle à la mise en place de mesures législatives favorables aux aidants.

Cécile DOUSTALY analysa l’accès aux loisirs des mères de famille, considéré longtemps comme une question privée et ne faisant pas partie d’une politique familiale. Son intervention montra à quel point l’accès aux loisirs des mères de famille, notamment des mères de famille dans le besoin, est lié aux politiques de soutien à la famille et aux enfants défavorisés.

La mise en commun de recherches disparates, mais néanmoins liées, fut l’occasion de découvrir des similitudes, de comparer les méthodes de travail, de mettre en évidence des thématiques transversales qui pourront être réutilisées avec profit dans ce domaine où la recherche et la politique sont intimement liées, comme le prouvent la présence de nombreuses participantes dans diverses instances consultatives.

(SF et AK-S).

Le système de santé anglais

Compte-rendu de l’ouvrage Le système de santé anglais à l’épreuve des réformes managériales,  d’Anémone Kober-Smith, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, 202p. ISBN 978-2-7537-1167-5. 16€.

         http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQ3nPrlXiIcmvJKiFslvjvKL3Nhfe9F6cyeqaC6KyNe4Qz-fV2Xhg   Dans les années 1980 et 1990, la visite à mon médecin traitant français tournait immanquablement à une discussion des réformes en cours dans le système de santé britannique. Ce médecin de campagne, informé, souhaitait échanger avec sa patiente d’origine anglaise, fournir des éléments de réponse à ses interrogations et discuter des mérites et des démérites des évolutions. C’est dire l’importance que revêtait les réformes managériales du système de santé anglais pour un simple practicien du système de santé français. Les leçons qu’en tirait ce médecin généraliste furent prescientes. Il prédisait la mise en oeuvre de pratiques similaires en France. L’ouvrage d’Anémone Kober-Smith explique comment et pourquoi le système de santé anglais a subi de telles transformations à la lumière du contexte institutionnel et politique. A l’heure où le service de santé au Royaume-Uni est menacé par des coupes budgétaires les plus sévères depuis sa création et où la solution trouvée par le gouvernement de coalition mené par David Cameron est de donner aux médecins-traitants la responsabilité de la gestion de 80% du budget de santé en tant qu’acheteurs de services, la parution de cette étude permet une mise en perspective historique et une meilleur compréhension des choix qui s’opèrent.        http://www.pur-editions.fr/couvertures/1283244881.jpg

Le système de santé anglais (l’auteur emploie sciemment ce vocable car le système de santé écossais fut traité séparément par la législation britannique et le Pays de galles lors de la création du National Health Service n’avait pas d’existence comme entité indépendante) date de 1948, au sortir de la deuxième guerre mondiale, à un moment où le pays aspirait à des changements sociaux et à un plus grand égalitarisme. Anémone Kober-Smith consacre son étude à la mise en place et l’évolution de ce service qui, malgré une mise en place difficile, devint la fierté des anglais. Les spécificités du système furent l’accès universelle aux soins gratuits financé par l’impôt et
non l’assurance médicale, un choix politique délibéré pour lutter contre l’exclusion, qui dès les premières décennies rencontra des difficultés inhérentes à sa conception et sa mission, difficultés issues du contexte économique. Le choix de financement par l’impôt fut certes une contrainte, mais comme l’ont prouvé les déboires des systèmes de santé assuranciels en Europe, les services de santé sont tous victimes de leur succès et l’offre crée la demande.

L’ouvrage propose une histoire institutionnelle du système de santé anglais. Quatre grandes parties chronologiques abordent successivement la mise en place de 1948 à 1979 années de croissance pendant lesquelles le service national de santé semblait sans limites, la première mise en cause suite aux déboires économiques et à l’arrivée au pouvoir des néo-conservateurs (Thatcher et Major) et l’introduction de ‘quasi-marchés’, l’ajustement proposé par les néo-travaillistes à partir de 1997 en termes d’économie mixte et refonte organisationnelle. Il adopte un approche relevant de la théorie politique néo-institutionnelle qui met l’accent sur les acteurs d’un champ d’études : groupes d’intérêts, professionnels, usagers. Le lecteur désireux de comprendre les priorités de santé publique ne trouvera pas de chapitre dédié à cet aspect. L’ouvrage n’a pas pour ambition d’être un guide du système de santé au Royaume-Uni, ni une contribution à l’histoire médicale, encore moins un ouvrage de vulgarisation des pratiques de santé publique.

L’analyse de l’institution prend nécessairement en compte la tradition de gestion locale et mixte des services publiques britanniques. Les services de santé, d’éducation, les services sociaux, ont été créés à partir d’initiatives à l’échelle locale, publiques – dispensaires, crèches municipales (rares) – et privées donc payantes – hôpitaux, écoles supérieures – pour lesquelles les autorités locales allouaient des subventions, par exemple sous forme de bourses d’études secondaires et universitaires. Ce système, en place avant la création du service de santé nationale perdura dans son organisation interne et dans les solutions proposées aux difficultés de financement dès les années 1980. Les tentatives d’introduction d’une économie mixte de services à partir des années 1990 n’est que le retour au modèle classique. Les trente années d’après-guerre (1950-1980) semblent dores et déjà n’avoir été qu’une parenthèse et l’Etat providence britannique un chimère construit sur les sables mouvants de la croissance.

Les choix et les concessions visibles dès la mise en place du système national de santé créent d’emblée des tensions à plusieurs niveaux. A. Kober-Smith démontre comment le tiraillement entre la corporation médicale, les gestionnaires et l’Etat influe sur les solutions proposées. La centralisation de plusieurs systèmes locaux par la création du système national et les réformes qui, depuis 15 ans, proposent un retour à la gestion locale tout en accentuant la mainmise nationale, offre un volet institutionnel à l’économie mixte adaptée en même temps.

Destiné à un public de professionnels de la santé et de spécialistes des politiques sociales, l’ouvrage est l’oeuvre d’une chercheuse en civilisation britannique sociologue. Cette empreinte se traduit par l’importance que prend la sociologie des professions et des institutions, la sociologie politique et l’histoire des politiques sociales  dans l’analyse et une connaissance étroite des procédures administratives. L’auteur prête une attention particulière à l’interaction entre les politiques et les acteurs institutionnels – corps médical, administrateurs, gouvernement – et explique de façon extrêmement claire les arcanes des réformes entreprises.

Basée exclusivement sur des sources anglaises (documents officiels, témoignages, enquêtes mais aussi ouvrages d’histoire sociale) on regrette cependant qu’un certain nombre de points ne soient pas abordés. Ils pourraient utilement faire l’objet d’études ultérieures. Ces points concerne le débat historiographique, les études françaises sur le sujet, et, dans le prolongement de celles-ci, les études comparatistes mettant en relief le système britannique.

L’étude d’Anémone Kober-Smith est le premier ouvrage publié en France entièrement consacré au système de santé britannique. Dans la bibliographie de l’ouvrage, on ne relève que deux articles en lien avec le sujet publiés dans la Revue française d’administration publique et Lien social et politique. Cependant le manque d’études ne peut s’expliquer par l’inintérêt du sujet. Quelques études éparses existent: (Economie et Statistique (1996), Dossiers solidarité et santé, 2002 (3), Système mutuel d’information sur la protection sociale (2003); Ministère de l’économie, des finances et de l’industrie (2004)). L’auteur comble ainsi une lacune dans la connaissance en France du système de santé britannique. Bien que n’étant pas un ouvrage de comparatiste, le lecteur français ne manquera pas de tirer des comparaisons avec les pratiques et les réformes françaises.

Les études comparatistes sont encouragées par les instances européennes. L’explication du manque de publications sur les politiques sociales se trouve plutôt dans la difficulté d’appréhender les paramètres multiples (institutionnels, sociaux, politiques et législatifs) d’un tel sujet dans une culture et une langue étrangère. C’est ici que les spécificités et les compétences des ‘civilisationnistes’ entrent en jeux. A ce titre, d’autres ouvrages sur la protection sociale britannique publiés en France par des spécialistes de la Grande-Bretagne pourront être signalés  (Jean-Philippe Fons, Jean-Louis Meyer, La « flexibilité » dans les fonctions publiques en Angleterre, en Allemagne et en France – Débats, enjeux, perspectives, Documentation française, 2005; Gilles Leydier, Les services publics britanniques, PUR, 2004; David Fée et Corinne Nativel, Crises et politiques du logement en France et au Royaume-Uni, Presses Sorbonne Nouvelle, 2008; Sarah Pickard, Les phénomènes sociaux en Grande-Bretagne aujourd’hui, Ellipses, 2009, ou encore « Les politiques sociales et familiales en Grande-Bretagne”, Informations Sociales, n°159, 2010/3, dirigé par Corinne Nativel.

Au moment où une réforme, qualifiée d’audacieuse par les uns et menaçante pour les autres (Les Echos, 11/02/11, Nicolas Madelaine ‘ Réforme de la santé britannique : l’audace de trop ? ‘), propose de confier la gestion du service de santé aux médecins-généralistes, la raison d’être de l’ouvrage prend toute son ampleur. On ne peut mieux conclure qu’en citant l’introduction du livre d’ Anémone Kober-Smith  (p.15) :  « L’ouvrage montre que l’inflexion managériale des réformes conservatrices a non seulement survécu à l’alternance politique de 1997 – qui a vu le retour au pouvoir des travaillistes après dix-huit ans d’opposition – mais qu’elle s’est même traduite par le renforcement du managérialisme à partir de 2000. La question de la décentralisation administrative tient une place importante dans l’analyse parce qu’il s’agit de l’une des principales méthodes de la NGP qui touche à la fois à la nature, à la portée et au type de pouvoirs accordés aux acteurs locaux, qu’il s’agisse des directeurs, des professionnels de santé ou des représentants des usagers. »