Le cas Alstom : la question du sens de la causalité

Alstom a annoncé il y a quelques jours devoir fermer son site de Belfort dédié à la fabrication de locomotives et de motrices. Pourquoi? Plus de commande. Le gouvernement s’agite pour sauver le site, l’objectif étant de trouver de nouvelles commandes, auprès de la SNCF, de la RATP et/ou pour la fabrication de trains régionaux. Si cela aboutit, tout le monde se réjouira de l’enchaînement : 1) Alstom va mal en raison de l’absence de commande, 2) le gouvernement s’agite, 4) Alstom décroche de nouvelles commandes, 3) le site de Belfort est sauvé.

Étant donné qu’Alstom est en concurrence sur certains de ces marchés avec d’autres entreprises (le canadien Bombardier et l’espagnol CAF), je me demande naïvement si on ne peut pas inverser le sens de la causalité : 1) Alstom veut décrocher ces commandes, 2) Alstom annonce devoir fermer le site, 3) le gouvernement s’agite, 4) Alstom décroche les nouvelles commandes, 5) le site de Belfort est sauvé.

Au moment où le Made in France revient dans les débats, quelle importance, me direz-vous, tant pis pour les canadiens et les espagnols, tant mieux pour les français. Sauf que Bombardier dispose de la plus grande usine ferroviaire de France à Crespin, dans le Nord, et que CAF a son usine à Bagnères-de-Bigorre, dans les Haute-Pyrénées. Ce n’est donc pas le Canada où l’Espagne, qui vont perdre, mais certains territoires français contre d’autres. Mais le symbole Alstom à Belfort est trop fort pour que le gouvernement ne vole pas au secours de ce site.

Donc bravo au PDG d’Alstom. Ce n’est qu’une hypothèse, bien sûr.

Investissements étrangers en France : l’ami américain et l’ami allemand

Dans le contexte de l’affaire Alstom, General Electric, Siemens, j’ai décidé de ne vous parler ni d’Alstom, ni de General Electric, ni de Siemens, mais de vous apprendre des choses intéressantes sur le sujet, malgré tout. J’aime les défis.

Je m’explique : je suis allé dégoter quelques chiffres sur les investissements et désinvestissements réalisés en France recensés par l’Observatoire de l’Investissement. J’avais déjà mobilisé cette base pour évaluer le poids des délocalisations et relocalisations. L’un de ses intérêts est qu’elle s’appuie sur un recensement média très large, en temps réel, si bien que je peux mobiliser des données récentes, en l’occurrence des données sur la période allant du 1er janvier 2009 au 31 décembre 2013. Comme toute base de données, elle souffre aussi, bien sûr, de certaines limites : les « petites » opérations ne sont pas recensées (l’ouverture de la boulangerie du coin, genre) ; si un grand nombre d’opérations sont recensées, les emplois créés ou détruits ne sont pas toujours renseignés (10 à 15% selon ma petite estimation), attention à l’interprétation des chiffres sur l’emploi, donc. Elle permet cependant d’estimer la part des investissements et des désinvestissements réalisés par des entreprises françaises, par des entreprises étrangères et, dans ce dernier cas, d’avoir des chiffres précis par pays d’origine de l’entreprise. Les chiffres obtenus ci-dessous me semblent par ailleurs cohérents avec ceux obtenus à partir de données Insee, voir ici par exemple.

Premier tableau : que pèsent les opérations d’investissement et de désinvestissement étrangers et français, dans l’ensemble des opérations recensées ?

nb opérations investissements désinvestissements différence
France 15138 9789 5349
Etranger 2791 2135 656
Total 17929 11924 6005
% étranger 16% 18%
nb emplois investissements désinvestissements différence
France 654185 -678833 -24648
Etranger 124436 -148592 -24156
Total 778621 -827425 -48804
% étranger 16% 18%

Sur 30 000 opérations recensées, 18 000 environ sont des investissements, 12 000 sont des désinvestissements. Les opérations d’origine étrangère pèsent 16% de l’ensemble dans le premier cas et 18% dans le second cas. Idem s’agissant des données emplois (partie basse du tableau).

Premiers constats : i) le poids des opérations d’origine étrangère est loin d’être négligeable, ii) il est plus fort côté destruction, ce qui peut sembler logique en période de crise, les entreprises ayant tendance à réduire la voilure d’abord dans les entités implantées hors de leur pays d’origine, iii) en nombre d’opérations, les investissements sont supérieurs aux désinvestissements, mais pas en nombre d’emploi : on créé en France des sites de petite taille, on détruit des sites de taille plus importante.

Venons-en à nos amis américains et allemands, avec la même structure de tableau : en haut les données en nombre d’opérations, en bas en nombre d’emplois.

nb opérations investissements désinvestissements différence
Etats-Unis 850 574 276
Allemagne 548 367 181
Etats-Unis (%) 30% 27%
Allemagne (%) 20% 17%
nb emplois investissements désinvestissements différence
Etats-Unis 41800 -48380 -6580
Allemagne 24108 -25998 -1890
Etats-Unis (%) 34% 33%
Allemagne (%) 19% 17%

Les pourcentages correspondent au poids des deux pays dans l’ensemble des opérations d’origine étrangère. Les États-Unis sont largement en tête, avec 30% des investissements d’origine étrangère et 34% des emplois associés. L’Allemagne pèse moins, mais elle arrive juste derrière les États-Unis.

Ces deux pays, qui pèsent beaucoup dans les investissements, pèsent également beaucoup dans les désinvestissements, mais, tous les deux, un peu moins. Ce sont donc de plutôt bons amis, meilleurs que la moyenne de nos amis étrangers (voir les chiffres du premier tableau : 16% des investissements et 18% des désinvestissements).

Alors, quel ami choisir ? Pour trancher, on peut calculer le nombre d’emplois détruits par emploi créé en fonction du pays d’origine de l’entreprise : en moyenne, sur l’ensemble de la base, ce ratio est supérieur à 1, très précisément égal à 1,06, effet crise oblige (1,06 emplois détruits pour 1 emploi créé). Pour les entreprises françaises, le ratio est de 1,04, contre 1,19 pour les entreprises étrangères. Sur cet indicateur, l’Allemagne est préférable (1,08) aux Etats-Unis (1,16). Mais encore une fois, tous les deux sont meilleurs que la moyenne des entreprises étrangères (dans le détail, le ratio est par exemple de 1,58 pour le Royaume-Uni, 1,95 pour l’Italie, 1,51 pour la Suisse, voire 3,84 pour les Pays-Bas…). Personnellement, je garderais les deux amis…

Futuroscope : ceci n’est pas un technopôle

magritte_ceci-n-est-pas-une-pipeL’Insee vient de publier les résultats d’une étude sur le Futuroscope, intitulée  « Technopôle du Futuroscope : plus de 10 600 emplois directs et induits ». Etude réalisée en partenariat avec le Conseil Général de la Vienne.

La méthodologie déployée par l’Insee est une méthodologie classique dans les études d’impacts économiques : il s’agit de dénombrer les emplois directs (salariés des entreprises de la zone), indirects (salariés de leurs fournisseurs et sous-traitants au prorata du volume d’activité concerné) et induits (emplois liés aux dépenses des deux premières catégories). Pour le Parc stricto sensu, on dénombre 800 emplois directs, 240 emplois indirects et 560 emplois induits. Sur l’ensemble de la zone, le total des emplois est de plus de 10 000, comme indiqué dans le titre (estimation plancher car des données manquent sur les emplois indirects des entreprises autres que le Parc).

Le plus intéressant n’est pas là, mais dans la recension des activités présentes sur la zone. Je me concentre sur les emplois directs. La zone du Futuroscope, c’est 1040 emplois pour le Parc, 300 dans l’hôtellerie-restauration et 2840 dans les centres d’appel. Soit plus de 60% du total de la zone. C’est ensuite 1360 emplois dans le domaine de la formation-recherche, notamment le CNED (500 personnes), le CNDP (250), l’ENSMA (230) et l’Université (160). C’est enfin 1000 emplois dans les services aux entreprises (assurances, informatique, autres services aux entreprises) et 300 dans les administrations publiques (Conseil Général et CCI de la Vienne).

En quoi est-ce intéressant ? Disons que les chiffres montrent que le Futuroscope est certes une zone d’activité économique importante du département de la Vienne, mais n’a rien d’un technopôle, que l’on peut définir comme un site destiné à accueillir des entreprises de haute technologie bénéficiant d’interactions locales avec le monde de la recherche et de la formation. Les laboratoires de recherche présents travaillent certes avec des entreprises, mais pas ou très peu avec des entreprises de la région, plutôt des entreprises de Midi-Pyrénées ou d’Ile de France. A contrario, les emplois privés ne relèvent pas de la haute technologie, il s’agit massivement d’emplois des centres d’appels.

C’est grave docteur ? Oui et non. Non car il s’agit d’emplois qui font vivre des milliers de personnes ainsi que leurs familles et c’est très bien. Oui, car affirmer que la zone est remplie d’entreprises high tech, i) ça relève du déni de réalité, ii) c’est considérer que certaines activités sont moins nobles et qu’il vaut mieux les cacher, iii) c’est se détourner de l’analyse des menaces et opportunités qui pèsent sur les entreprises effectivement présentes.

A ce titre, si les chiffres du document sont très clairs, certaines formulations prêtent à sourire. Notamment quand dans le chapeau de l’article, on nous indique que « les trois axes du développement souhaités à l’origine : Formation-Recherche, loisirs et nouvelles technologies sont toujours bien présents aujourd’hui »,  ou encore et surtout quand les auteurs expliquent que la concentration sur la zone des secteurs de la formation et de la recherche vise à « créer un effet « cluster » qui attire des organismes extra-régionaux ». C’était certes l’intention initiale, mais on a vraiment du mal à voir un quelconque effet cluster…

Au final, le Futuroscope n’est pas un technopôle, elle n’en n’a que l’image. Encore une fois, ce n’est pas grave. C’est même plutôt logique, vu la spécialisation du Parc.

Economie du paquet de Granola

Retour en douceur sur le blog, avec un petit billet tout en image.

Le paquet de Granola vendu seul, prix au kilo de 5,55€ :

granola1l

Le paquet par lot de deux, prix au kilo de 6,05€ :

granola2l

Même nombre de gateaux par paquet, même parfum, même date de péremption, tout pareil. Sauf le prix, plus cher pour le produit par lot de deux, de 9% environ.

Pourquoi ? Dans certains cas, ce type de discrimination tarifaire peut se justifier. Dans d’autres cas, beaucoup moins. Le tout est  résumé dans cet ancien billet, à relire. En l’occurrence, ça ne justifie pas.

Voilà, c’est tout. Je vous avais dit : retour en douceur.

PS : il faut que je pense à reverser les 20 centimes à ma Juliette, qui a découvert la supercherie. Avec une prime de 80 centimes, pour ne pas avoir eu (trop) honte d’être à côté de son père en train de prendre des paquets de Granola en photo, un soir de semaine, dans les rayons d’Auchan, Poitiers Sud…

Aux racines du déclin industriel

Débat intéressant ce matin sur France Culture, avec Benjamin Coriat, professeur à Paris 13, en invité. Philippe Manière dit pas mal de bêtises sur la fin (la Sillicon Valley est née de manière « naturelle », « spontanée »), mais Benjamin Coriat lui a répondu efficacement.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xtavmb_les-matins-aux-racines-du-declin-industriel-francais_news[/dailymotion]

Stratégies absurdes

Vous rappelez-vous de cette note de lecture sur l’ouvrage de Maya Beauvallet? Je vous redonne le fil conducteur : un nombre croissant d’organisations se dotent d’indicateurs de performance, d’une part, et mettent en oeuvre des systèmes d’incitation/contrôle, d’autre part, pour influer sur les comportements des acteurs et s’assurer de l’amélioration desdites performances. Sauf que cette “doxa manageriale” échoue souvent, les
stratégies mises en oeuvre conduisant à des résultats absurdes…

Je viens de découvrir un cas (via Maître Eolas sur Twitter) qui pourrait sans conteste figurer dans un éventuel volume 2 de l’ouvrage… Extraits :

Un commandant de gendarmerie de 57 ans a été condamné lundi soir à trois mois de prison avec sursis et 1.000 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Tours pour avoir jeté quelque 90 PV dans une broyeuse à papiers, à Vouvray (Indre-et-Loire), entre 2004 et 2005.

(…) « Concrètement, comme les dossiers ne remontent pas au procureur, ça ne rentre pas dans les statistiques de la délinquance. On dit alors qu’il y a un taux d’élucidation à la brigade de Vouvray meilleur qu’ailleurs. Et on obtient des bonnes notes »

Quelles conséquences ? Celle-ci notamment :

Parmi les procédures disparues, se trouvaient notamment des actes sur un double-meurtre, ainsi que l’enquête concernant l’accident, en 2004 à Chanceau-sur-Choisille (Indre-et-Loire), d’un sous-traitant de la SNCF, poseur de voies ferrées, qui avait eu le pied broyé par une pelleteuse.

L’homme, aujourd’hui âgé de 44 ans, « n’a pas pu établir la faute inexcusable commise par son employeur puisque l’enquête n’a pas été poursuivie », a affirmé son avocat Me Philippe Baron.

 Ah, ces modes manageriales, ça fait rêver… Vivement que ça se développe à l’Université!

Le syndrôme de Gulliver

Petit voyage dans la capitale, hier, pour assurer une petite conférence dans ce très bel endroit. L’après-midi, j’ai pu assister à la conférence de Pierre-Yves Gomez, qui a discuté des problèmes de gouvernance d’entreprise. Avec notamment
un recadrage du problème pas inintéressant :


 Il y a en France environ 4 millions d’entreprises. Sur ces 4 millions, une bonne partie sont des entreprises qui vendent des
produits au plus à 30 km de leur localisation (artisans, commerçants, etc.). Sur ces 4 millions, surtout, 800 environ sont cotées en bourse. Sur ces 800, la moitié ont un actionnaire principal,
souvent familial. Sur les 400 restant, 100 concentrent 95% des financements du marché, les autres se partageant les 5% restant. La dénonciation de la prise de pouvoir des entreprises par les
investisseurs institutionnels semble donc devoir être relativisée…

 

PY Gomez a poursuivi en indiquant que ceux qui demandent que des règles de gouvernance soient érigées et imposées aux entreprises
conduit les porteurs d’un tel message à être victime du syndrôme de Gulliver : on regarde le géant (Total par exemple) et on fait comme si toutes les entreprises étaient assimilables à ce géant.
Or, à l’évidence, ce n’est pas le cas. Ce qui ne signifie pas qu’il ne faille pas réfléchir à la question de la gouvernance des entreprises, mais plutôt qu’il convient de tenir compte de cette
diversité des entreprises.

 

Sur un sujet connexe, l’Insee vient de
définir
une nouvelle catégorisation des entreprises afin de mieux prendre en compte le rôle des groupes. La définition retenue est la suivante (voir ici) :

Une entreprise est la plus petite combinaison d’unités légales qui constitue une unité
organisationnelle de production de biens et de services jouissant d’une certaine autonomie de décision, notamment pour l’affectation de ses ressources courantes.

 

Sur la base de cette définition et de trois critères (effectifs, chiffre d’affaires,
total de bilan), quatre catégories d’entreprises sont définies : micro-entreprises, PME non micro-entreprises, Entreprises de taille intermédiaire, Grandes entreprises.

 

Les grandes entreprises sont au nombre de 242. Elles pèsent moins de 1% du nombre
d’entreprises, mais 27% des salariés, 34% de la valeur ajoutée, 53% du chiffre d’affaires à l’export et 62% des dépenses intérieures de R&D des entreprises.

Stratégies absurdes dans la police et la gendarmerie

Nouvelle illustration des dégats résultant d’un management centré sur la définition et le suivi d’indicateurs de performance, avec cette interview de Laurent Mucchielli, Directeur de Recherches au CNRS.

Extraits :

Ainsi, si le nombre de morts sur les routes ne baisse plus, on demande de refaire un maximum de contrôles routiers.
Mais les infractions routières ne sont pas « rentables », parce que non comptabilisées dans l’état 4001. Donc, on ne peut pas le faire trop longtemps, sinon on risque de se faire réprimander pour ses « mauvais chiffres ». Alors on ira faire des ILS (infractions à la législation sur les stupéfiants) ou des ILE (infractions à la législation sur les étrangers) et on s’occupera davantage de toutes les atteintes aux personnes, même les plus bénignes parce que ça c’est très « rentable » au contraire. Ce sont des faits constatés et surtout des faits élucidés.

(…)

il faut comprendre que les « indicateurs de performance » ne rendent compte que d’une partie des activités des fonctionnaires : l’activité répressive. Or, dans les services non spécialisés (qui sont les plus nombreux), sur le terrain, au quotidien, souvent la moitié voire davantage encore du temps de travail des policiers et gendarmes est un travail d’urgence sociale, de police secours. Mais cette part plus sociale du métier n’est pas reconnue, elle est même souvent dévalorisée. Il n’y a aucun indicateur pour cela et c’est très regrettable. Le temps de patrouille, de discussion, d’aide sociale finiront par être conçus comme du temps perdu. Ce jour là, la coupure entre police et population sera achevée.

Une bonne nouvelle cependant : le nombre de gardes à vue n’est plus un indicateur positif de performance policière. Leur nombre devrait donc rapidement diminuer…

Quelques billets sur le même sujet :

Incitation et contrôle, toujours
Bonus des managers : ca innove en Allemagne
La crise pousse à la fraude
Les stratégies absurdes
Carotte ou bâton?

Analyse de secteurs

Excellente initiative de Philippe Moati, qui propose de mettre en ligne progressivement les documents de Recherche du Crédoc qu’il a consacré à l’Analyse de Secteurs. Vous pouvez d’ores et déjà télécharger le premier document : Volume 1 – Partie Introductive + Les conditions de base (1)

Les volumes les plus récents sont disponibles sur le site du CREDOC :

Volume 5 : Evaluer les performances d’un secteur d’activité

Volume 6 : Les stratégies d’adaptation des entreprises : éléments d’analyse

Volume 7 : Les obstacles aux stratégies d’adaptation des entreprises

Volume 8 : Esquisse d’une méthodologie pour la prospective des secteurs.

 Je me suis largement appuyé sur ses écrits lorsque je dispensais le cours d’Analyse de Secteurs à l’Université de Poitiers. Je l’utilise encore dans mes cours en Master Développement Economique Local. Un outil indispensable pour tous les développeurs locaux.

Désindustrialisation et 35 heures

Entendu hier sur France Info, un extrait des propos de Nicolas Sarkozy selon qui i) la France a perdu des millions
d’emplois industriels, ii) cette perte est particulièrement forte depuis 2000, iii) ce n’est pas un hasard, ça coïncide avec la mise en place des 35 heures, les entreprises préfèrent aller produire
ailleurs, iv) en disant cela, affirme-t-il, il ne fait pas de l’idéologie, il ne présente que les faits, la réalité, etc.

Le problème, c’est que les faits présentés sont faux.

i) oui, les emplois industriels ont fortement baissé depuis le début des années 1980, en gros, 2 millions d’emplois en moins,
ii) non, cette perte n’est pas plus forte depuis 2000 : sur l’ensemble de la période 1980-2007, c’est en moyenne 71 000 emplois par an qui ont été détruits dans l’industrie française. Sur la
sous-période 2000-2007, on est descendu à 65 000 emplois par an (voir ici,
page 5),
iii) dès lors, s’il considère que l’association de deux faits suffit comme démonstration, c’est la proposition inverse qu’il devrait défendre : la mise en place des 35 heures a coïncidé avec un
ralentissement de la désindustrialisation. Ce n’est pas de l’idéologie, ce sont des faits,
iv) non, la baisse des emplois industriels n’est pas due pour l’essentiel à un déménagement de l’activité industrielle vers l’étranger, les délocalisations n’expliquant environ que 10% de la
baisse. Il y a bien d’autres raisons, résumées dans ce billet.

Sinon, pour rebondir sur le dernier billet des éconoclastes, qui conseillent à
juste titre de se méfier du fétichisme industriel, j’ai le regret de leur dire qu’avec not’ président, c’est totalement raté (vous pouvez l’entendre ici)…