D’étonnants ex-libris découverts au Fonds ancien (3/3)

Photo d’Auguste Dubois (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien)

Difficile de dire ce qui surprit le plus les bibliothécaires du Fonds ancien : découvrir les ex-libris superposés de Madame Sabatier et d’Alfred Mosselman, son amant, ou faire cette trouvaille au sein du Fonds Dubois !

Auguste Dubois (1866-1935)

L’enseignant à l’origine du Fonds Dubois

Chargé de cours à la Faculté de droit de Lille en 1896, Émile Marie Félix Auguste Dubois enseigna à la Faculté de Poitiers à partir de 1899, comme chargé de cours d’économie politique, puis, entre 1908 et 1935, comme professeur d’histoire des doctrines économiques et économie politique. À son décès, il légua sa bibliothèque de travail –  plus de six mille ouvrages et brochures – à l’Université de Poitiers, où elle constitue aujourd’hui le noyau du Fonds Dubois, conservé au Fonds ancien.

Lire la suite

D’étonnants ex-libris découverts au Fonds ancien (2/3)

Une collection de récits de voyages imaginaires abritant deux ex-libris superposés, de personnes ayant entretenu une relation amoureuse pendant une dizaine d’années, tel est le genre de découverte que l’on peut faire au Fonds ancien !

Les 17 premiers volumes (sur 36) des Voyages imaginaires, songes, visions, et romans cabalistiques / [éd. par Charles-Georges-Thomas Garnier].- Amsterdam [i.e. Paris], 1787-1789 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, FD 1511)

 

Cette collection, ce sont les 36 volumes des Voyages imaginaires, songes, visions, et romans cabalistiques, publiés entre 1787 et 1789, et les ex-libris, celui d’Alfred Mosselman, objet d’un précédent billet, et de Madame Sabatier, évoquée dans celui-ci.

Un troisième billet est consacré à Auguste Dubois, entré en possession de ces exemplaires, légués après son décès à l’Université de Poitiers, où il enseignait.

 Aglaé Joséphine‎ Savatier, dite Apollonie Sabatier (1822-1890), Madame Sabatier ou la Présidente

L’égérie des artistes et des écrivains Lire la suite

D’étonnants ex-libris découverts au Fonds ancien (1/3)

Quelle n’a pas été la surprise des bibliothécaires découvrant deux ex-libris superposés, celui de Madame Sabatier et dessous, visible par transparence, celui d’Alfred Mosselman, son amant !

Ex-libris de Madame Sabatier et d’Alfred Mosselman au tome 23 des Voyages imaginaires, songes, visions, et romans cabalistiques / [éd. par Charles-Georges-Thomas Garnier].- Amsterdam [i.e. Paris], 1787-1789 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, FD 1511-23)

 

 Ces ex-libris ont été trouvés sur la garde collée d’ouvrages parus entre 1787 et 1789 dans la collection Voyages imaginaires, songes, visions, et romans cabalistiques. Les trente-six volumes qui constituent cet ensemble portent tous ces deux ex-libris, à l’exception du quatorzième, où ils ont visiblement été ôtés.

Ces exemplaires sont parvenus entre les mains d’Auguste Dubois qui à sa mort, en 1935, les légua, ainsi que le reste de sa bibliothèque, à l’Université de Poitiers, où il enseignait. Ils sont à présent conservés au Fonds ancien.

Alfred‎ Mosselman‎ (1810-1867)

L’homme

Lire la suite

De l’écriture cunéiforme à l’invention de l’imprimerie

Contrat archaïque sumérien concernant la vente d’un champ et d’une maison Shuruppak, inscription pré-cunéiforme, 2600 av. J.-C. Paris, Musée du Louvre

Marie Godard, en L1 à l’UFR de Lettres et Langues à l’Université de Poitiers, a fait un stage de deux semaines au Fonds ancien. Elle nous propose un parcours historique, de la naissance de l’écriture à la fin du XVe siècle…

La Mésopotamie, berceau de l’écriture

Au cours du septième millénaire avant notre ère, les mésopotamiens utilisent des jetons en argile (calculi) Lire la suite

Flore médicale

Du 1er au 22 juin 2018, dans le hall de la BU Lettres, le Livre ancien du mois est consacré à la Flore médicale, écrite par Chaumeton, Poiret et Chamberet. L’ouvrage est habituellement conservé au Fonds ancien.

Flore médicale / décrite par MM. Chaumeton, Poiret, Chamberet ; peinte par Mme E. P. et par J. Turpin. – Paris : C. L. F. Panckoucke, 1828-1832 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, MED 573-01)

 

La Flore médicale est la flore du Dictionnaire des sciences médicales, ouvrage en soixante tomes, publié de 1812 à 1822 par le même éditeur, Charles-Louis-Fleury Joseph Panckoucke. Elle traite de chacune des 350 plantes qui font l’objet d’une entrée dans le Dictionnaire, dont elle adopte le classement alphabétique. Avec ses planches et sa description botanique plus développée, elle complète le Dictionnaire qui insiste davantage sur les aspects thérapeutiques des plantes, également abordés dans la Flore. Les souscripteurs du Dictionnaire bénéficiaient d’un tarif préférentiel pour l’acquisition de la Flore dont la première édition parut sous forme de livraisons de 1814 à 1820. Les deux titres connurent un très grand succès. Lire la suite

Gustave Doré illustre La Divine Comédie (1/2)

Du 2 au 31 mai 2018, dans le hall de la BU Lettres, le Livre ancien du mois est consacré à La Divine Comédie de Dante, illustrée par Gustave Doré. Elle est habituellement conservée au Fonds ancien.

L’Enfer / Dante Alighieri ; ill. Gustave Doré.- Paris : Hachette, 1861 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, FG 1369-01)

Dante Alighieri (1265-1321) et la Comédie

Perdu dans une forêt obscure (celle de l’erreur, du péché ?) le Jeudi Saint de l’an 1300, Dante doit traverser, vivant, l’Enfer et le Purgatoire, guidé par le poète Virgile. Il accède finalement au Paradis, sous la conduite de Béatrice, la femme aimée, qui siège parmi les bienheureux, près de Dieu. Telle est sommairement la trame de La Divine Comédie, l’ouvrage le plus célèbre de Dante Alighieri et sans doute de la littérature italienne. Le florentin appelait son œuvre, aux styles mêlés, en langue vernaculaire et au dénouement heureux, Comedia (ou Commedia). Boccace, le plus illustre de ses biographes, la qualifia de « divina », épithète intégrée au titre dans la seconde moitié du XVIsiècle. Lire la suite

Jan Swammerdam, entre science et mysticisme

Du 3 au 30 avril 2018, dans le hall de la BU Lettres, le Livre ancien du mois est consacré à l’Histoire naturelle des insectesœuvre principale de Jan Swammerdam, naturaliste du XVIIe.

Histoire naturelle des insectes, traduite du Biblia Naturæ de Jean Swammerdam dans Collection académique par une Société de Gens de Lettres, Dijon : Desventes, 1758 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, M 270701-5)

L’auteur

Jan Swammerdam est né à Amsterdam en 1637. Enfant, il fut marqué par le cabinet de curiosités naturelles que possédait son père. Aussi, après une thèse de médecine, il consacra son existence à l’étude des animaux, et plus particulièrement des insectes, au grand désespoir de son père apothicaire qui espérait le voir exercer la médecine.

Vers l’âge de 20 ans, Swammerdam commença à disséquer des insectes. Lire la suite

André Félibien et ses œuvres

Des principes de l’architecture, de la sculpture, de la peinture, et des autres arts qui en dependent / André Félibien.- Paris : veuve de Jean Baptiste Coignard et Jean Baptiste Coignard fils, 1690 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, M 70949)

Pendant tout le mois d’avril, la seconde édition des Principes de l’architecture, de la sculpture, de la peinture, et des autres arts qui en dependent, d’André Félibien (1690), est exposée à la BU Michel Foucault. Une petite pause méridienne lui sera consacrée le jeudi 5 avril à 11h (entrée libre sur inscription préalable : FondsAncien@univ-poitiers.fr ou 05 49 45 32 91).

Une belle carrière

Issu d’une famille bourgeoise de Chartres, André Félibien (1619-1695) étudia à Paris dès ses 14 ans. Il fut secrétaire de l’ambassadeur auprès du Saint-Siège, le marquis de Marueil, de 1647 à 1649. Ce séjour romain fut essentiel dans sa formation artistique. Il fréquenta en effet alors les collections de livres et d’arts. Il fit également la connaissance de peintres italiens et français, notamment de Poussin Lire la suite

Petite balade orthographique…

Le dictionnaire de l'Académie françoise.- Paris, 1694 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, Xg 25-01)

Le dictionnaire de l’Académie françoise.- Paris, 1694 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, Xg 25-01)

Vous êtes un amoureux de la langue française ? Vous rêvez d’explorer les trésors du Fonds ancien ? Philippe Caron, professeur émérite de linguistique, vient animer une « Heure du livre ancien » sur le thème « Les orthographes en France de 1533 à 1789 ; une mise à jour permanente ». Rendez-vous au fonds ancien (2nd étage de la BU Lettres, bâtiment A2), le lundi 26 mars à 18h et le vendredi 30 mars à 12h !

Entrée libre sur inscription (05 49 45 32 91 ou Fondsancien@univ-poitiers.fr)

L’orthographe, une histoire en perpétuel mouvement…

Les écoliers l’apprennent parfois à leurs dépens : la graphie d’un mot ne correspond pas toujours à sa prononciation… En effet, l’orthographe est aussi le fruit de décisions humaines. Les réformes orthographiques ne datent pas d’aujourd’hui ! D’âge en âge, la langue française évolue, au gré des querelles entre partisans de la simplification et défenseurs du respect de l’étymologie. Lire la suite

Aux frontières du réel

Mundus subterraneus in XII libros digestus / Athanasius Kircher.- Amsterdam : Johannes Janssonius van Waesberge et Elizaeus Weyerstraten, 1665 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, folio 598)

Mundus subterraneus in XII libros digestus / Athanasius Kircher.- Amsterdam : Johannes Janssonius van Waesberge et Elizaeus Weyerstraten, 1665 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, folio 598)

Jusqu’au 31 mars prochain a lieu dans le Hall de la BU de Lettres une exposition intitulée Aux frontières du réel. Du merveilleux au fantastique, organisée par le Fonds ancien avec la collaboration du CRIHAM, d’enseignants-chercheurs et d’étudiants. Deux visites guidées sont proposées, l’une le mercredi 21 mars à 12h et l’autre le vendredi 30 mars à 10h.

De la fin du Moyen Âge à l’aube de l’époque contemporaine, la perception de l’extraordinaire a beaucoup évolué. Quels sentiments les hommes et les femmes éprouvaient-ils face aux phénomènes qui sortaient de l’ordinaire ? Quand considéraient-ils qu’ils appartenaient pleinement au naturel, au réel ? Qu’est-ce que cela révèle de leurs conceptions du monde ? Portaient-ils sur les phénomènes extraordinaires un regard critique ? Quels rôles jouaient le texte et l’image dans leur perception ? Les écrivains, les auteurs utilisaient-ils des stratégies particulières pour convaincre le lecteur ? Quel but visaient-ils ? Distraction, évasion, contestation, compensation, ou glorification ? C’est à toutes ces questions que l’exposition cherche à répondre à travers six parties. Lire la suite