Covid 19, épisode 7 : la géographie des Ehpad

Une des limites des statistiques publiées quotidiennement par Santé Publique France est qu’elles ne recensent que les décès en hôpitaux, ce qui conduit à sous-estimer la mortalité de l’épidémie, car l’on sait qu’il existe aussi de nombreux décès en Ehpad (Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) ou en ville. Ce biais devrait être partiellement éliminé avec la publication des chiffres des Ehpad,  même si ce n’est pas simple, vu le nombre de structures (près de 7 500).

Dans l’attente, je vous propose quelques éléments d’analyse de la géographie des personnes âgées, les plus exposées à l’épidémie, et des structures d’accueil. Pour cela, j’ai collecté des chiffres sur la population par tranches d’âge des départements en janvier 2020, ainsi que des chiffres sur les établissements d’accueil des personnes âgées (qui datent de 2017).

Premiers éléments de cadrage : on compte en France métropolitaine 26,6% de personnes de 60 ans et plus, et 9,5% de personnes de 75 ans et plus au 1er janvier 2020. Ces proportions varient cependant selon les départements, entre 6% pour le Val d’Oise ou la Seine et Marne à 15% pour le Lot ou la Creuse s’agissant des 75 ans et plus, soit un rapport de 2,5 pour 1 environ, et entre 19% et 39% (pour les mêmes départements) pour les plus de 60 ans.

J’ai construit une première carte qui représente à la fois la part des personnes de plus de 75 ans dans la population et le nombre de décès par département recensés par Santé publique France dans cette même population.

La géographie des décès et celle des personnes âgées sont pour l’instant très dissemblables, les décès se concentrant à l’est du pays, les personnes âgées étant plus présentes (en % de la population) à l’ouest et au sud.

S’agissant des structures d’accueil pour personnes âgées, l’Insee distingue les Ehpad, les maisons de retraite non Ehpad, les résidences autonomie, ainsi que le nombre de places en soins infirmiers à domicile et le nombre de lits en soin longue durée. On dénombre au total, France entière, fin 2017, plus de 600 000 places en Ehpad et près de 900 000 places toutes structures confondues. Je me concentre sur les places en Ehpad.

On constate que le nombre de places par habitant est assez bien corrélée au nombre de personnes de 75 ans et plus :

La relation est bonne, mais elle n’est pas parfaite : le « taux d’équipement » en Ehpad varie ainsi de 41 places pour mille personnes de 75 ans et plus à Paris à 169 places pour mille en Lozère. Ces différences ne sont cependant pas si simples à expliquer : certains départements, notamment dans le pourtour méditerranéen, ont des taux d’équipements en apparence faibles (74 pour mille dans le Var, 76 pour mille dans le Vaucluse), non pas parce qu’il y a peu de structures, mais parce qu’il y a une proportion encore plus forte, relativement à la moyenne, de personnes de 75 ans et plus. Dans d’autres cas, le taux d’équipement est fort car la construction d’hébergements pour personnes âgées a été vu comme un vecteur de développement économique local (en ex-Limousin par exemple).

Toujours est-il que la carte des places en Ehpad diffère un peu de la carte des personnes de 75 ans et plus (j’ai représenté sur la carte le nombre de places en Ehpad, et ce nombre pour 1000 personnes de 75 ans et plus) :

Sur la base de cette géographie des personnes âgées et des Ehpad, on peut s’interroger sur ce que vont nous apprendre les chiffres sur les décès dans ces structures : vont-ils concerner prioritairement les régions les plus touchées de l’est du pays, ce qui signifierait que l’épidémie reste principalement cantonnées dans ces régions, et qu’il convient de tout faire pour qu’elle ne s’étende pas ? Va-t-on assister à l’inverse à un « rééquilibrage » géographique, qui signifierait que la diffusion de l’épidémie vers l’ouest et le sud a été plus forte que ce que l’on imagine ? Impossible de répondre pour l’instant, mais on comprend que la réponse est essentielle.