L’Université à la pointe du progrès !

L’Université est un monde peuplé de personnes réfléchies, innovantes, à la pointe des connaissances, faisant preuve de réflexivité, progressistes, modernes, etc. Pour preuve, le graphique du jour, trouvé sur ce site, grâce à @Freakonometrics.

femmes_universiteBien sûr, pour être rigoureux, il faudrait comparer ces proportions à celles observées dans d’autres milieux professionnels, n’hésitez pas à apporter des éléments en commentaire. Dans tous les cas, il y a du boulot…

 

Enseignement à l’Université : faire d’une contrainte une opportunité

La rentrée des premières années de la licence « économie-gestion » de l’Université de Poitiers a eu lieu hier matin. Nouvelle montée des effectifs : nous avons accueilli lors de la réunion de rentrée 214 étudiants, sur les 230 inscrits ou pré-inscrits, contre 173 présents et 180 inscrits l’an passé. Le graphique ci-dessous reprend la progression depuis la rentrée 2012.

Image1Les effectifs ont globalement été multipliés par 2,5 en 4 ans. Cette évolution quantitative s’est doublée d’une évolution qualitative du public accueilli :

  • la part du public cible (bacheliers ES et S), de 71% en 2012, dépasse depuis 2013 les 80%, elle est de 84% cette année,
  • parmi ceux-ci, 35% avaient une mention en 2012, cette part est de 52% cette année. 23% ont une mention Bien ou Très Bien pour cette rentrée,
  • 68% des étudiants avaient placés Sciences Eco en voeu 1 cette année, 14% en voeu 2.

Cette évolution s’explique d’abord par une évolution de notre offre de formation, avec de nombreuses possibilités de séjours à l’étranger et de stages en entreprise, ainsi que par une meilleure communication auprès des lycéens (nous accueillons environ 600 lycéens de première et de terminale chaque année). Pour des éléments plus précis, je vous renvoie à ce billet.

Mais ceci n’est pas sans poser problème : nos ressources humaines et financières sont en effet limitées. Globalement, je dirais que nos ressources nous permettent d’accueillir 200 étudiants en L1, or nous dépassons ce seuil et cela risque de continuer les années prochaines, a minima au rythme de l’évolution démographique attendue. Il va sans dire que l’augmentation en L1 conduit à une augmentation des effectifs en L2 et L3, ainsi qu’en master. Les réponses possibles face à cette contrainte sont les suivantes :

  1. demander au Ministère des moyens supplémentaires et attendre de les obtenir pour faire face à la hausse des effectifs,
  2. laisser augmenter la taille des groupes de travaux dirigés, pour passer par exemple de 30 étudiants par groupe à 50 ou 60,
  3. supprimer des cours et/ou des TD dans l’offre de formation,
  4. s’interroger sur nos pratiques pédagogiques et tenter d’innover pour faire face à cette contrainte sans dégrader l’apprentissage des étudiants, voire en l’améliorant.

Ayant anticipé ce dépassement du cap des 200 cette année, n’étant pas naïfs au point de croire en la solution 1 à court terme (même si cette question est évidemment cruciale et qu’on espère que les choses vont bouger), ne souhaitant pas dégrader la qualité de nos enseignements avec les solutions 2 et 3, nous avons opté pour la solution 4.

L’idée générale retenue par l’équipe pédagogique est la suivante. Prenons l’exemple d’un enseignement de 20h de cours et de 20h de TD, avec 6 groupes de TD. Sachant qu’une heure de cours coûte 1,5h TD, le coût de cet enseignement pour la composante est de 20*1,5+6*20=150h TD. Certains collègues proposent d’assurer la moitié des TD en face à face, comme auparavant, l’autre moitié des TD étant faite en autonomie. Lors de ces séances en autonomie, les étudiants doivent travailler sur des ressources en ligne, faire des exercices en ligne, qui donnent systématiquement lieu à évaluation. Si les exercices en ligne sont bien conçus, leur évaluation peut être automatisée (l’idée de corriger 200 copies tous les 15 jours étant peu envisageable…). Le coût est alors de 20*1,5h (cours) + 6*10h (TD en face à face) + 10h (préparation des TD en autonomie) = 100h TD. Soit une économie de 50h.

Que faire de cette économie ? Compte-tenu de la hausse des effectifs, elle permet d’augmenter le nombre de groupes de TD. Dans mon exemple, on peut ainsi passer de 6 groupes de TD à 11 groupes sans coût supplémentaire. Elle peut permettre également de créer de nouveaux enseignements, ou de développer d’autres initiatives (encadrement de plus de projets tuteurés, de création de start-up, …), la limite étant celle de notre imagination.

Tous les collègues ne proposent pas nécessairement la même chose : certains commencent par une ou deux séances en autonomie, d’autres vont jusqu’à la moitié, certains optent pour une réduction du nombre de TD et une augmentation du volume de cours avec TD en cours (avec utilisation de dispositifs numériques pour renforcer l’interaction), d’autres encore proposent en ligne des séquences de cours à travailler avant le cours (avec QCM d’évaluation pour que l’enseignant voit ce qui a été compris avant son cours), etc. Au total, nous allons donc passer en L1 de 6 groupes de TD à 10 groupes pour certaines matières et de 9 groupes à 12 pour d’autres. Les effectifs en TD seront donc plus faibles cette année que l’an passé, alors que nos effectifs devraient augmenter d’une bonne cinquantaine d’étudiants.

Beaucoup de questions en apparence annexes mais en fait essentielles se posent pour basculer vers ce nouveau système. En termes de formation des enseignants à ces nouvelles pratiques, d’outils numériques adaptés pour les ressources en ligne, d’équipement des étudiants pour travailler efficacement en autonomie, etc. Sur tous ces points, l’Université de Poitiers et ses services communs, notamment le CRIIP (Centre de Ressources, d’Ingénierie et d’Initiatives Pédagogiques), nous ont apporté et nous apportent encore un soutien essentiel. Nombre d’enseignants ont suivi un cycle dédié de formations, nous nous sommes équipés en logiciel, de nombreux espaces vont être dédiés au travail en autonomie (amphi, salles informatiques, salles classiques, espaces au centre de documentation), parfois avec un moniteur encadrant. Nous avons également échangé avec des collègues ayant introduits de telles innovations à l’Université de Poitiers ou dans d’autres Universités.

Une des questions que nous nous posions était celui du taux d’équipement en ordinateur des primo-entrants. L’enquête réalisée hier montre qu’il est élevé : plus de 93% des étudiants interrogés disposent d’un ordinateur, ordinateur portable pour 94% d’entre eux. Un seul des étudiants interrogés ne dispose pas de connexion internet sur son lieu de résidence. Pour les étudiants non équipés d’ordinateur, nous assurerons un prêt de portable.

Je précise pour finir que notre objectif n’est pas seulement de répondre à la hausse des effectifs, mais aussi d’améliorer l’apprentissage des étudiants. Les quelques expériences menées montrent en effet que ces innovations pédagogiques réduisent le taux d’abandon des étudiants et améliorent la moyenne des étudiants. L’explication tient sans doute en partie aux possibilités offertes par les outils numériques (possibilités de mettre des ressources supplémentaires pour les étudiants ayant des difficultés, de repérer plus vite les « décrocheurs », etc.), mais pas seulement : les collègues ayant expérimenté ce type de dispositif expliquent que l’effet massif tient au fait que les étudiants se voient obligés de travailler beaucoup plus, et plus régulièrement qu’auparavant. C’est pourquoi toutes les séances en autonomie seront accompagnées d’un travail à rendre, travail qui sera systématiquement évalué. A charge pour nous de suivre cette expérimentation et de voir les incidences sur nos taux d’abandon et de réussite aux examens, je vous tiendrai bien sûr au courant.

Les taux de réussite en licence : classement des Universités

Le Ministère de l’enseignement supérieur vient de sortir les derniers chiffres sur les taux de réussite en licence : taux de réussite L1/L2, d’une part, taux de réussite de la licence en 3 ans, d’autre part. L’intérêt est cependant ailleurs selon moi : le Ministère calcule en effet le taux de valeur ajoutée des établissements, en calculant la différence entre le taux de réussite observé et le taux de réussite attendu, compte-tenu des caractéristiques des entrants. Par exemple, Paris 4 et Paris 6 ont plutôt des bons taux de réussite à la licence en 3 ans, mais leur valeur ajoutée est plutôt faible (0,9 points pour Paris 4, -0,1 pour Paris 6), leurs bons scores semblent donc s’expliquer principalement par les caractéristiques des entrants.

Le Monde a rendu compte de ces chiffres dans cet article, et a fait un focus sur l’Université d’Angers, qui est sur la première marche du podium (Poitiers s’en sort également très bien, avec le 7ème taux pour le passage en L2, le troisième pour la réussite de la licence en 3 ans et le 6ème pour la valeur ajoutée sur ce dernier critère).

L’article sur Angers laisse entendre au début qu’il y aurait un effet taille, avec avantage aux « petites universités ». Je me suis donc empressé de calculer le lien entre la valeur ajoutée des universités et le nombre d’inscrits :

  • pour le passage L2, pas de lien statistiquement significatif,
  • pour la réussite en 3 ans à la licence, lien négatif mais faiblement significatif (significatif au seuil de 10%), 1000 étudiants en plus en licence réduirait de 1 point de pourcentage la valeur ajoutée,
  • pour la réussite en 3 ou 4 ans (cohorte 2010), pas de lien statistiquement significatif.

Bref, être une petite ou une grande Université, ça ne joue pas vraiment sur la valeur ajoutée des établissements…

En complément, je vous signale que j’avais analysé ce type d’exercice il y a quelques mois, après la parution des chiffres de l’année précédente, en alertant sur l’intérêt et les limites de l’exercice. Je vous renvoie à ce billet et vous rappelle rapidement quelques points importants :

  • la réussite est moins lié à l’Université qu’à la filière de bac, bons taux pour les bacs généraux, beaucoup moins pour les bacs technologiques, encore moins pour les bacs pro,
  • la problématique de l’échec est massivement une problématique L1, ensuite les taux sont élevés voire très élevés, et sur l’échec en L1, voir le point précédent,
  • problème important dans les données : le Ministère ne peut pas suivre les L1 qui se réorientent hors Université (en BTS, prépa, écoles notamment), les étudiants concernés sont donc considérés comme ayant échoué, ce n’est bien sûr pas toujours le cas, loin de là,
  • sur la valeur ajoutée des Universités, précision méthodologique importante, elle est calculée sur la base des caractéristiques observables des lycéens, des caractéristiques non observables peuvent jouer fortement, auquel cas on attribuera à tort à l’Université une valeur ajoutée à laquelle elle ne contribue pas.

Sinon, la recherche en sciences sociales, ça peut servir, vous savez ?

Jeudi dernier, j’ai participé au jury de thèse de Marion Maisonobe, à Toulouse, qui a travaillé, en gros, sur la géographie de la recherche à l’échelle mondiale. Travail remarquable, de l’avis unanime du jury (l’occasion pour moi de rencontrer enfin Yves Gingras, ce que je souhaite à tout le monde…).

Sur le trajet aller, j’ai vu que le Japon ne faisait pas dans la dentelle : fermeture de 26 universités de sciences humaines et sociales, qui ne servent à rien, c’est bien connu.

Ce que montre la thèse de Marion Maisonobe ?

S’appuyant sur les publications scientifiques recensées par le Web of Science, géolocalisées pour la première fois à l’échelle des agglomérations partout dans le monde (je ne vous dis pas le travail de fourmi réalisé sur Toulouse pour arriver à cela…), elle montre que si les co-publications sont de plus en plus nombreuses, elles ne signent pas la fin de la géographie : on assiste plutôt à un processus massif de déconcentration géographique de la recherche, les régions « centre » voyant leur part baisser dans la quasi totalité des pays (voir cet article auquel elle a contribué par exemple), au profit des espaces intermédiaires (en France, Paris recule au profit de la « province »).

La mondialisation de la recherche n’est donc pas synonyme de « mort de la géographie », elle ne conduit pas à l’émergence d’une « communauté scientifique sans frontière », elle est plutôt synonyme de renforcement des logiques nationales (croissance forte des co-publications au sein des pays) et continentales (bloc européen, bloc asiatique, bloc américain, …). Les pays dits « en développement » voient leur part augmenter, les relations entre eux augmentent très fortement, également.

Bref, plein de résultats riches d’enseignement, à l’heure où le discours dominant, en France (mais pas que), consiste à dire qu’il faut tout concentrer, et puis que quand même, il faut collaborer avec le pays leader (les Etats-Unis), le reste ne sert à rien.

En plus de traitements massifs de données à l’échelle mondiale, Marion Maisonobe a travaillé sur un sujet très pointu (la réparation de l’ADN) et interrogé des chercheurs spécialistes du domaine. On trouve dans sa thèse une anecdote croustillante, que tous les chercheurs et les politiques devraient garder en tête.

En 2009, une chercheuse a produit dans le domaine un travail considéré comme précurseur. Il a été demandé par les deux revues de référence, celles qui font rêver les chercheurs (plutôt « science dur ») du monde entier : Nature et Science. Ces deux revues n’ont pas publié l’article, finalement. Pourquoi ? La recherche s’appuyant sur un outil que personne n’avait dans le monde, il était clair que personne ne pourrait le citer dans les années suivantes, trop précurseur. Impossible de le publier, donc, parce que l’objectif des revues n’est pas de publier les meilleures recherches, mais les recherches qui seront les plus citées (il faut booster « l’impact factor », c’est-à-dire le nombre moyen de citations par article)…

Conclusion ? Les recherches en sciences humaines et sociales ne servent à rien.

 

Les taux de réussite à l’Université

Le ministère a publié en juillet dernier différentes statistiques sur la réussite dans les Universités françaises.  Avec des chiffres qui font peur : 27% des étudiants obtiennent leur licence en 3 ans, proportion qui monte à 39% pour les licences obtenues en 3 ou 4 ans. Le Monde vient de relayer l’information. L’objectif de ce billet est d’y voir un peu plus clair en évoquant différents points décisifs.

Premier point essentiel, ce taux de réussite varie très fortement selon la filière de bac des étudiants : plus du tiers des bacs généraux obtiennent leur licence en 3 ans et ils sont près de 50% à obtenir leur licence en 3 ou 4 ans, contre 15% pour les bacs technologiques et 5% pour les bacs professionnels. Raisonner sur un taux global n’a donc pas de sens, autant désagréger et s’interroger sur les moyens d’améliorer les choses pour chacun de ces sous-ensembles.

Deuxième point, il faut toujours faire attention quand on manipule ce genre de données, on a souvent du mal à appréhender les effets multiplicatifs. Je m’explique : supposons que le taux de réussite d’une licence soit de 70% en L1, 70% en L2 et 70% en L3, scores assez élevés. Devinette : quelle est la proportion d’étudiants qui obtiendront leur licence en 3 ans précisément ? Réponse : un tout petit plus d’un tiers… (0,7*0,7*0,7 = 34,3% très précisément). C’est ce que l’on observe pour les bacs généraux. Dans les faits, le taux n’est pas le même pour les trois années : pour Sciences Eco Poitiers, l’an dernier, ils sont respectivement de 50% en L1, 80% en L2 et 95% en L3, soit une probabilité d’obtenir sa licence en 3 ans de 38% et en 3 ou 4 ans de 66,5%. La problématique de l’échec à l’Université est massivement une problématique L1, qui concerne prioritairement les bacheliers technologiques et professionnels.

Troisième point, il faut également toujours s’interroger sur les données de base : en l’occurrence, le Ministère peut suivre la trajectoire des étudiants inscrits dans les Universités, mais ils perdent leur trace s’ils vont, après une L1, en BTS, en classe préparatoire ou en école. Ces étudiants qu’on ne peut plus suivre seront comptés comme ayant échoué dans leurs études, alors qu’en fait ils se sont réorientés et ont peut-être très bien réussi. Quelle est l’ampleur de ce phénomène ? Toutes universités, la proportion d’étudiants inscrits en L1 une année et non inscrits dans un établissement supérieur public l’année suivante est de 30,6%. On pourrait donc calculer un autre taux de réussite en retranchant ces étudiants du dénominateur, le taux d’obtention de la licence en 3 ans passerait en gros de 27% à 38% et le taux d’obtention en 3 ou 4 ans de 39% à 56%.

Une question importante reste cependant celui du devenir de ces non réinscrits. Le service statistique de l’Université de Poitiers (le SEEP) a enquêté les étudiants inscrits en 2012-2013, qui ne se sont pas réinscrits l’année suivante. Les résultats sont visibles ici. On y apprend que 27% des L1 ne se sont pas réinscrits l’année suivante, mais que ceci n’est pas synonyme d’arrêt des études. 71% sont en formation, massivement hors université : 34% en BTS, 23% en école, 6% en classe prépa, 10% en « autres formations », soit un total de 73%. Autre chiffre intéressant : 61% des non réinscrits se disent satisfaits de leur année de formation, certains se sont inscrits dans une stratégie d’attente d’être pris dans la formation de leurs choix, d’autres avaient fait le voeu prioritaire d’aller à l’Université et se sont rendus compte que ce système ne leur convenait pas (je vous laisse découvrir les nombreux verbatims, très instructifs).

Dernier point, on observe des différences fortes de taux de réussite : une réussite en 3 ou 4 ans, en moyenne de 39%, varie en France métropolitaine entre 13% à Paris 8 et 53% à Angers. Une partie de l’explication tient aux caractéristiques différentes des entrants : imaginons qu’une Université accueille plus de bacheliers technologiques que la moyenne, son taux de réussite attendu (« taux simulé » dans le document du Ministère) sera logiquement plus faible. A Paris 8, ce taux attendu est de 29,8 et à Angers, il est de 42,5. La différence entre taux observé et taux simulé permet de calculer ensuite la valeur ajoutée de chaque établissement : elle est de 10,5 à Angers et de -8,6 à Paris 8. L’écart sur les taux de réussite entre ces deux Universités est donc pour partie lié à la différence de caractéristiques des entrants, mais pour partie seulement, Angers « performe » plus qu’attendu, Paris 8 moins qu’attendu. Poitiers est plutôt bien placé également, avec un taux de réussite de 46,9 et une valeur ajoutée de 6 (7ème université selon ce critère).

Attention cependant à ne pas aller trop vite en besogne : le Ministère ne dispose pas de toutes les informations sur les étudiants, le taux attendu est donc calculé sur la base des caractéristiques observables. A titre d’illustration, on n’a pas l’information sur la part des mentions au bac, si une Université en accueille plus que la moyenne, le calcul du taux simulé ne prendra pas en compte cela, on l’attribuera avec erreur à la « valeur ajoutée » de l’établissement.

Il n’en reste pas moins que la production de ces statistiques est particulièrement intéressante, à condition de ne pas se contenter de regarder le classement des Universités, mais de les analyser en détail, plus pour mieux se connaître que pour se mesurer aux autres. Les services statistiques des Universités produisent également tout un ensemble d’études particulièrement utiles, celui de Poitiers en tout cas (voir ici), mais j’imagine que ce n’est pas le seul. Mon sentiment : elles sont sous-utilisées dans les Universités, leur mobilisation permettrait d’améliorer le diagnostic sur ce qui va, sur ce qui ne va pas, et donc de prendre ensuite de meilleures décisions en termes d’évolution des formations et d’accompagnement des étudiants.

Entreprises-Universités : de timides fiançailles ?

Je viens de voir passer un article du Monde se désespérant du peu de relations entre Universités et Entreprises, à l’occasion de la signature d’un « pacte » entre le MEDEF et  des représentants du monde de l’enseignement supérieur.

S’il y a des marges de progrès, notamment sur la part du financement privé dans les budgets des Universités évoquée en fin d’article, ou encore sur la faible reconnaissance des doctorats dans les entreprises, je tiens à préciser que les relations entreprises-universités existent bel et bien et sont forts nombreuses, contrairement à ce que pensent nombre d’acteurs et à ce que sous-entend plus ou moins cet article.

Je prends l’exemple que je connais le mieux, celui de la Faculté de Sciences Economiques de Poitiers, étant entendu que nous ne sommes pas l’exception, même si je sais que la situation est hétérogène.

En licence, nos étudiants ont la possibilité de :

  • faire des stages courts d’un à deux mois entre la première année et la deuxième année, plutôt des stages d’observation pour découvrir des univers professionnels susceptibles de les intéresser,
  • faire un stage long de quatre à six mois, au premier ou au deuxième semestre de licence, qui remplace l’ensemble des enseignements. C’est une vraie mission qui leur est confiée, co-encadrée côté entreprise et côté fac,
  • créer une start up dans le cadre d’un partenariat que nous menons avec l’association européenne de dirigeants d’entreprises « Entreprendre pour Apprendre ». Quatre start up ont été créées ces deux dernières années,
  • participer à des projets tuteurés : des entreprises nous sollicitent pour, par exemple, réaliser une étude de marché. Une équipe d’étudiants produit cette étude, co-encadrée par un enseignant et le responsable de l’entreprise,
  • participer au forum des métiers qui a lieu chaque année et permet aux étudiants d’échanger avec un large panel de professionnels,
  • plus classiquement, les étudiants ont chaque semestre un module de professionnalisation, avec préparation de CV, lettres de motivation, interviews de professionnels, simulation d’entretiens d’embauche, …

En Master, (nous en avons deux sur Poitiers, l’un dans le domaine de la banque, l’autre plus orienté « économie internationale ») cela continue :

  • la moitié des enseignements de M2 sont assurés par des professionnels du domaine du Master,
  • stage long obligatoire de quatre à six mois en fin d’études,
  • pour notre Master « banque », possibilité de suivre la deuxième année en alternance (contrat d’apprentissage ou contrat de professionnalisation),
  • pour notre Master « international », possibilité de remplacer le deuxième semestre de première année par un stage long en entreprise, solution adaptée pour ceux qui sont partis à l’étranger en L3 plutôt que de faire un stage,
  • organisation de plusieurs conférences, chaque année, avec des professionnels.

Le deuxième axe stratégique que nous défendons dans notre faculté concerne l’internationalisation, avec la possibilité pour les étudiants de partir à l’étranger au moins une fois, voire deux fois, pour un semestre ou une année à chaque fois, dans le cadre de plus de quarante conventions avec des universités partenaires.

Notre objectif : que nos étudiants qui entrent dans nos masters aient fait au moins un stage et un séjour à l’étranger. Qu’ils sortent de nos masters avec au moins deux stages et un séjour à l’étranger. Vu le menu que nous leur proposons, certains peuvent très bien faire trois stages et bénéficier de deux mobilités.

Au niveau de l’Université de Poitiers, je n’ai pas les chiffres précis, mais je crois que ce sont 3 ou 4000 stages qui sont réalisés par les étudiants chaque année (pour des effectifs globaux autour de 25 000 étudiants).

Bref, on n’en est peut-être toujours au stade des fiançailles, mais elles sont particulièrement actives…

Guerre entre économistes : éléments de réflexion

Francois_Dubois_001Le Monde vient de publier un article sur la guerre entre économistes « hétérodoxes » et « orthodoxes », à l’occasion de la sortie d’un ouvrage rédigé par des membres de l’Afep (économistes « hétérodoxes ») intitulé « A quoi servent les économistes s’ils disent tous la même chose ? » et sur fond de débat sur l’opportunité de la création d’une nouvelle section au CNU.

L’Afep (et les médias avec eux) en font une lutte essentiellement politique : les « orthodoxes » seraient convaincus que la régulation par les marchés fonctionne plutôt bien, tandis que les « hétérodoxes » jugeraient que les marchés seraient déficients.

Les « orthodoxes » (à commencer par Jean Tirole, dans son courrier adressé à la Ministre) en font une lutte entre les « bons économistes », capables de publier dans des revues en tête des classements scientifiques, et les « mauvais économistes », incapables de publier dans ces supports.

Je vous livre ici quelques éléments de réflexion, car je pense que ces lectures ne sont pas les bonnes, tout en étant convaincu qu’il y a un problème avec le fonctionnement de la science économique en France (voir aussi pour une analyse assez proche la tribune de Richard Arena et Jérôme Vicente).

Pourquoi je ne suis pas d’accord, ni avec les « hétérodoxes », ni avec les « orthodoxes »

Je ne suis pas d’accord avec les « hétérodoxes » quand ils assimilent l’ensemble des économistes « orthodoxes » à des économistes « néo-libéraux », convaincus des vertus du marché. Des économistes comme Stiglitz ou Krugman ne peuvent être considérés comme néo-libéraux mais peuvent être rangés dans la case « orthodoxes ». Dans le même sens, les échanges que j’ai pu avoir avec des collègues de TSE/PSE, lieux essentiels de concentration des économistes « orthodoxes », me font penser qu’ils se répartissent sur un large spectre de l’échiquier politique.

Je ne suis pas d’accord non plus avec les « orthodoxes », incapables de voir toutes les limites de leur façon de juger de la science sur la base du classement de revues qui privilégient clairement certaines façons de « faire de la science » en économie (penchant pour la modélisation mathématique et pour les traitements économétriques notamment).

L’opposition principale, de mon point de vue est précisément là : ce n’est pas une opposition politique, mais une opposition sur les méthodes mobilisées pour « faire de la science ». Un économiste qui, pour éclairer un problème quelconque, s’appuie sur des enquêtes sera très vite taxé de sociologue (inutile de préciser que « c’est mal »). S’il fait du terrain pour comprendre la dynamique économique d’un territoire, il sera taxé de géographe (c’est « très mal »). S’il fait de l’économétrie (des mathématiques appliquées, quoi), « c’est bien ». S’il fait des modèles (des mathématiques (presque) pures, quoi), c’est « très bien ». Ce problème essentiel dépasse largement l’économie, comme l’a montré récemment Michel Grossetti dans ce texte. Les méthodes et les instruments supplantent parfois l’objet d’étude et sa compréhension.

En quoi est-ce un problème ?

Pour avoir participé à de nombreux jurys de recrutement de Maîtres de conférences, les « allants de soi » qui se diffusent dans la sphère économique conduisent à « produire » de plus en plus de docteurs qui ont une assez faible connaissance de l’économie, qui ont entamé une thèse avec un directeur de thèse qui leur a fourni une base de données, ils se forment à l’économétrie, procèdent à des traitements sophistiqués, identifient quelques relations statistiquement significatives, publient tout cela dans des revues classées et parfois publient beaucoup quand ils maîtrisent une technique économétrique reproductible sur différents jeux de données. Ils s’interrogent assez peu sur le problème économique qu’ils traitent et/ou sur la qualité des données qu’ils mobilisent. L’essentiel est la maîtrise du modèle (théorique et/ou économétrique). Leur capacité à tirer des conclusions de leurs propres travaux est parfois très faible. Quant à parler d’un autre sujet économique…

Une autre façon de montrer les problèmes que cela pose consiste à revenir sur mon dernier billet, suite à la publication de l’article de Combes, Gobillon et Lafourcade, économistes que l’on peut qualifier d’« orthodoxes ». Je ne sais absolument pas quel est leur positionnement politique, mais leur analyse souffre à l’évidence de ce problème de méthode. Je m’explique.

Pour penser la géographie économique, la science économique a développé ce qu’on appelle la « nouvelle économie géographique », avec comme chef de file Paul Krugman. Les modèles de l’économie géographique sont « la » référence pour publier dans de bonnes revues sur ce sujet. Publier dans une revue de rang 1 ou 1* avec un autre cadre théorique est particulièrement difficile, voire impossible. Il faut dire que la « nouvelle économie géographique » se prête bien au développement de modèles mathématiques (qui offrent de plus de multiples variantes, donc d’opportunités de publication) et ensuite à des traitements économétriques sophistiqués. Assez logiquement, Combes, Gobillon et Lafourcade inscrivent leur analyse de la géographie des salaires dans ce cadre et commencent par développer une modélisation pleine d’hypothèses qu’ils n’interrogent pas : sont-elles recevables pour le sujet étudié ?

L’une des hypothèses fortes dans ce type de modèle consiste à supposer que les individus sont rémunérés en fonction de leur productivité. C’est ce qu’ils disent de manière littéraire en haut de la page 9 de leur document, puis sous forme mathématique en bas de la même page. L’objection que j’ai formulée avec Michel Grossetti, suite à quelques traitements statistiques particulièrement simples, qu’ils auraient pu (dû) faire en préalable à leur travail, est que si cette relation n’est pas totalement fausse, elle marche très mal pour certaines professions. Ne pas voir que les écarts géographiques de salaire peuvent s’expliquer aussi, en partie, par la géographie particulière de ces professions atypiques, plus généralement par la composition métiers des territoires (qu’ils intègrent de manière trop grossière, alors que des données plus fines existent dans les bases qu’ils mobilisent), m’a d’abord totalement sidéré mais, après réflexion, je pense que cela s’explique assez bien par cet aveuglement produit par les méthodes mobilisées par ces chercheurs.

Faut-il créer une nouvelle section, alors ?

Mon sentiment est que cette question est totalement différente des propos et débats mentionnés ci-dessus. Elle relève d’un problème de stratégie, plutôt même de tactique, la question étant de savoir comment faire bouger le plus efficacement les choses. Car il faut les faire bouger. La politisation du débat par les « hétérodoxes » me semble contreproductive. Le dédain affiché par les « orthodoxes », Jean Tirole en tête, franchement calamiteuse.

Certains plaident pour une évolution du dedans de la section actuelle, en indiquant que la suppression de l’agrégation modifie significativement les choses, que les taux de qualification pour les Maîtres de Conférences ou les Professeurs des Universités ont été assez importants et qu’ils ont permis à des candidats des différents courants de pouvoir ensuite candidater sur des postes. D’autres considèrent que ce n’est pas suffisant, que dans d’autres disciplines le nombre de sections est bien plus important et qu’il permet d’atteindre très vite un meilleur équilibre.

Personnellement, je ne sais pas, je n’ai pas d’avis très tranché sur la question. Je suis juste totalement convaincu de l’importance de maintenir une forte diversité des méthodes d’investigation.

L’attractivité de l’Université

Les lycéens avaient jusqu’au 20 mars minuit pour émettre leurs vœux d’orientation sur l’application post-bac (APB). L’occasion de faire un petit point statistique sur l’évolution des vœux pour la faculté de sciences économiques de l’Université de Poitiers.

France entière, le ministère a indiqué que l’Université dans son ensemble devient plus attractive, avec une hausse des vœux de 6,5%. Information relayée par exemple par le Parisien, qui ne peut s’empêcher d’ajouter « le ministère se félicite de « l’attractivité des filières universitaires » : +19,7% par rapport à 2013 et +6,5% par rapport à 2014. Attractivité ou limitation d’ambition par manque de moyen ? » J’y reviens plus loin.

Pour Sciences Eco Poitiers, nous sommes passés de 621 vœux l’an dernier à 760 cette année, soit 22% de hausse. L’analyse par filière de bac montre qu’il s’agit très majoritairement de notre public cible (bacs ES et S), qui représentaient 86% des vœux l’an dernier et 84% cette année.

Ces chiffres sont à prendre avec beaucoup de précaution : la filière « économie-gestion » se situe dans un univers très concurrentiel (BTS, IUT, prépas, bachelors, …), le chiffre le plus important est moins celui du nombre de vœux que celui du nombre de vœux n°1. Il était passé de 76 en 2013-2014 à 125 en 2014-2015, pour des effectifs totaux qui sont passés de 144 à 188 étudiants. Nous aurons l’information en mai-juin, mais vu l’évolution des vœux, je prédis une nouvelle hausse.

Est-ce par manque d’ambition ou de moyen, comme le sous-entend le journaliste du Parisien ? Non. 73% de notre promo de cette année nous avait placé en voeu n°1, près de 90% relève de notre public cible, près de 60% a obtenu un bac avec mention. Les lycéens qui viennent chez nous sont de bons bacheliers qui savent où ils mettent les pieds.

Comme je le dis souvent quand on m’interroge sur le sujet, la fac d’économie-gestion est une filière très sélective qui coûte très cher, comme toutes les filières de l’Université. Très sélective, non pas à l’entrée, certes, mais chaque année : pour passer dans l’année supérieure, il faut obtenir ses examens. Sélection ex-post plutôt que ex-ante, mais sélection. Notre public cible y réussit bien : 70 à 80% des bacheliers ES et S qui se présentent à l’ensemble des examens obtiennent leur première année.

Très chère, également. Si vous rapportez le budget de l’Université de Poitiers au nombre d’étudiants, vous obtenez quelque chose comme 10 000€ par étudiant. Comme la dépense est socialisée, chaque étudiant ne paye qu’une infime part de cet investissement. Mais c’est ce que chacun coûte (avec des variations, bien sûr, moins en licence qu’en master, moins en sciences humaines et sociales qu’en sciences dites dures plus gourmandes en matériel, etc.).

Je suis convaincu que nos meilleurs étudiants sont bien meilleurs que les meilleurs étudiants des autres formations, réputées meilleures parce que sélectives à l’entrée : un bon lycéen doit se battre, souvent, contre ses profs de lycée quand il explique qu’il veut rejoindre l’Université alors que son dossier lui ouvre grand les portes des prépas ; il doit se battre, souvent, contre ses parents, qui ont en tête l’image de l’Université d’il y a plus de trente ans ; il doit se battre contre cette pression sociale, véhiculée par les médias, qui font de l’Université, parce que non sélective, un choix par défaut ou par manque d’ambition. Ça forge un caractère, ça vous rend plus mature.

L’autre avantage de l’Université est de forger des jeunes qui restent humbles. Qui doutent d’eux-mêmes, qui s’interrogent. Qui ne débarquent pas dans une entreprise en terrain conquis, parce que quand même, on a été sélectionné, on est l’élite. Ils sont à l’écoute, avant de prendre la parole. Dans un monde incertain, c’est une grande qualité. C’est même la qualité première.

APB : faites un voeu… bien informé!

Comme chaque année, les lycéens doivent formuler des voeux d’orientation sur APB. Quelques éléments sur la Faculté de Sciences Economiques de l’Université de Poitiers, histoire de chasser quelques idées reçues et aussi parce que nous continuons d’innover !

Qui accueille-t-on ?

Nous avons vocation à accueillir des bacheliers ES et S qui souhaitent s’engager dans des études longues (bac+5). Ces bacheliers représentent cette année près de 90% de nos effectifs de première année de licence (dont 2/3 de bacs ES et 1/3 de bacs S). Leur taux de réussite, pour ceux qui passent l’ensemble des examens, est de 70 à 80%. Le taux de réussite des bacheliers technologiques est de 5 à 10%, celui des bacheliers professionnels est de 0%. Bacs ES et bacs S sont donc clairement notre public cible.

Le Monde a publié un article sur les lycéens qui ne regrettent pas d’avoir mis l’université en voeu 1 sur APB. Pour notre part, 73% des lycéens que nous avons accueilli cette année nous avaient mis en voeu 1, proportion qui dépasse 80% pour les bacheliers avec mention. S’agissant de ces derniers, je signale en passant qu’ils représentent près de 60% de la promotion.

Que propose-t-on ?

A partir de septembre 2015, nous proposons une licence généraliste « économie-gestion », organisée en partenariat avec l’IAE de Poitiers, dont les deux premières années sont communes à l’ensemble des étudiants. En troisième année, les étudiants peuvent poursuivre dans l’un des quatre parcours suivants : économie, gestion, communication ou comptabilité-contrôle-audit. Le premier se déroule à la fac de sciences éco, les trois derniers à l’IAE. Ci-dessous la plaquette de présentation de la licence :

  Nous proposons également, de manière optionnelle, un parcours « enjeux internationaux », composé chaque semestre d’un enseignement de langue (chinois, russe, portugais, allemand, italien) et d’un enseignement de géopolitique. Ci-dessous la plaquette de présentation de ce parcours :

Nos spécificités

Notre « positionnement stratégique » se caractérise par une forte ouverture à l’international. Au-delà du parcours mentionné ci-dessus, les étudiants peuvent partir un semestre ou une année en L3 dans l’une de nos universités partenaires (une quarantaine). Cette année, nous avons commencé à faire partir des étudiants de L2. Ci-dessous la carte de nos partenariats internationaux avec des informations pour chacun d’eux :


Afficher Partenariats internationaux de la faculté de Sciences Economiques de Poitiers sur une carte plus grande

L’autre spécificité de la faculté de sciences économiques de Poitiers concerne les possibilités de stage : stages courts optionnels entre la L1 et la L2 et entre la L2 et la L3 et surtout possibilité d’un stage long, remplaçant tout un semestre de cours, en troisième année de licence du parcours économie. Sauf erreur de ma part, nous sommes la seule licence d’économie à proposer cela.

Après la licence

Les étudiants diplômés de licence peuvent poursuivre dans un des Masters de la fac d’éco ou de l’IAE de Poitiers, ou, bien sûr, dans d’autres Masters d’autres villes universitaires. L’enjeu pour être pris dans un bon master n’est pas de faire sa licence au même endroit, mais d’avoir un bon niveau universitaire et d’avoir su profiter d’expérience de stages et de séjours à l’étranger. Bref, ce que l’on propose !

N’hésitez pas à visiter notre site pour plus d’informations et à venir nous rencontrer lors des Portes Ouvertes que nous organisons demain, samedi 14 février, pour échanger avec enseignants et étudiants.

Les journées de l’économie

JECOLa semaine prochaine, du jeudi 13 au samedi 14 novembre, ce sont les Journées de l’économie 2014, sur Lyon. Le programme est disponible ici.

Personnellement, j’interviendrai le jeudi après-midi, entre 14h et 17h, dans le cadre des Etats Généraux des Etudiants, sur le thème « Relever le défi de la professionnalisation dès l’entrée à l’université », aux côtés de Pierre-Cyrille Hautcoeur, rédacteur du rapport dont j’avais parlé ici. Une délégation d’étudiants de la Faculté de Sciences Economiques de Poitiers y participe.

J’interviendrai également le vendredi de 14h à 15h30, dans un atelier consacré à la gouvernance économique des territoires. L’occasion entre autres d’évoquer le travail que l’on vient de finaliser avec Michel Grossetti (nous continuons à travailler sur le sujet, nouveaux épisodes à venir!).

Le programme est vraiment très riche, difficile de faire des choix… Bon, j’irai sans doute à l’atelier Mieux enseigner l’économie à l’Université et pour le reste… je vais voir (d’autant qu’il faut que je case dans mon emploi du temps quelques bouchons lyonnais…)

J’invite en tout cas tous ceux qui peuvent s’y rendre à ne pas hésiter!