Thomas Schelling, ségrégation et conventions…

schellingThomas Schelling nous a quitté le 13 décembre dernier. Vous trouverez une synthèse de ses travaux ici ou (en anglais). A partir de jeux très simples à mettre en œuvre, il met en évidence des processus assez fondamentaux.

Premier exemple, les phénomènes de ségrégation spatiale, j’en avais parlé ici : il montre que les interactions de gens tolérants peuvent produire rapidement de la ségrégation, pas besoin de les imaginer racistes ou xénophobes.

Deuxième exemple : imaginez deux personnes qui veulent se retrouver à Manhattan, mais qui ont oublié de se dire où et qui ne peuvent pas communiquer entre eux. Interrogeant ses étudiants, il a observé que le choix majoritaire était de se retrouver à midi, au point d’information, gare centrale. Sans communiquer, alors que l’éventail des choix est pratiquement infini, on peut se coordonner efficacement.

Je propose régulièrement aux étudiants ce type de jeu pour introduire l’économie des conventions : je leur demande, sans échanger entre eux, de noter sur une feuille un prénom, ou un nombre entier compris entre 0 et 100, ou le nom d’une ville ; ils gagnent au jeu s’ils notent tous la même réponse. Alors que l’éventail des réponses possibles est très large, on observe qu’une majorité d’étudiants donnent les mêmes réponses : mon prénom ; 0, 100 ou 50 ; Paris ou Poitiers.

Ces réponses sont des points focaux, pour reprendre le vocabulaire de Schelling. André Orléan s’appuiera sur eux pour expliquer comment des conventions émergent sur les marchés financiers et comment elles sont à la base de la formation de bulles : en contexte d’incertitude radicale, les acteurs s’en remettent à des conventions pour orienter leurs décisions, des points focaux, du type « une bonne entreprise est une entreprise de la nouvelle économie », d’où la bulle internet. Même si on ne partage pas l’idée, si l’on considère que c’est la convention en vigueur, on a intérêt de la suivre, et, ce faisant, on la renforce.

Bref, un auteur passionnant, dont les travaux permettent de mieux comprendre des phénomènes complexes et/ou contre-intuitifs.

22% de pauvres à Poitiers

Rue89 a publié un article sur la pauvreté dans les 100 plus grandes villes françaises, suite à l’étude de Compas disponible ici. Le taux de pauvreté est défini comme la part dans la population des ménages disposant d’un revenu, après versement des prestations sociales, de 60% du revenu médian. Pour un ménage composé d’une personne seule, ceci correspond à une somme de 954€ par mois.

Ce taux oscille de 7% à Neuilly-sur-Seine à 46% à Roubaix, avec une moyenne France entière de 15%. De manière générale, les plus grandes villes connaissent des taux de pauvreté plus importants, pour des raisons bien expliquées dans l’article et l’étude.

Centre Presse m’a demandé de réagir sur le taux observé pour Poitiers, qui est de 22%, sensiblement plus fort que la moyenne France entière. Taux qui m’a surpris au départ, mais après réflexion, on trouve plusieurs éléments explicatifs :

  • Poitiers est une ville dont la population étudiante pèse beaucoup dans l’ensemble de la population, il s’agit même de la ville française dont le ratio étudiants/population est le plus élevé. Certes, tous ne résident pas sur Poitiers, mais ils sont nombreux à y être logés,
  • Ce n’est pas la seule dans ce cas cependant : Dijon, de taille comparable, présente également un ratio élevé. Pourtant, le taux de Pauvreté y est beaucoup plus faible (13%). Comment expliquer cet écart entre Poitiers et Dijon?
  • Première possibilité : la dynamique économique (chômage plus faible, croissance plus forte) et la structure des activités économiques (plusd’emplois à faible rémunération),
  • Deuxième possibilité : l’étude a calculé des taux de pauvreté sur les villes, non pas sur les agglomérations. Or, sur Dijon, le taux de pauvreté est plutôt faible car les logements sociaux sont majoritairement localisés dans les communes alentours. Sur Poitiers, nous sommes dans la configuration inverse : les logements sociaux sont majoritairement situés dans la ville centre, non pas dans les communes alentours comme Saint-Benoît, Buxerolles ou Mignaloux.

Sur ce dernier point, un travail réalisé par la Communauté d’Agglomération de Poitiers est plutôt éclairant, j’en reprends une des cartes les mieux adaptées au sujet (page 34) :

Les personnes disposant de contrats précaires sont localisés dans la ville centre, elles sont même fortement concentrés dans quelques quartiers.

Autre point important : être pauvre à Poitiers ou dans des villes plus grandes (Paris, Bordeaux, Marseille, …), ce n’est pas la même chose. Prenons le cas d’une personne seule disposant d’un revenu de 900€ à Poitiers, comparé au cas d’une personne percevant le même revenu mais localisée sur Paris. Compte-tenu du fonctionnement du marché du logement, il est clair que le coût pour se loger ne sera pas le même. Que la localisation de la personne pauvre sur Paris risque de la reléguer en périphérie lointaine ce qui va peser sur leur budget transport, etc. En complément, l’article évoque des prolongements intéressants, en étudiant par exemple le lien entre pauvreté monétaire et pauvreté ressentie.