Qu’est-ce que New-York a de plus que Poitiers ?

C’est un petit complément à mon billet sur la concurrence territoriale calamiteuse entre Poitiers et Châtellerault, autour de l’implantation de Forsee Power. J’avais bien précisé dans mon billet que cette concurrence n’était pas l’apanage de ces deux territoires, qu’elle était assez généralisée, mais j’ai cru comprendre que mes propos avaient vexés certains.

Qu’ils se rassurent, New-York ne fait pas mieux : on apprend ici qu’elle a versé 1,5 milliards de dollars pour qu’Amazon s’y implante. Pour favoriser, donc, une délocalisation des Etats-Unis vers les Etats-Unis.

Ce qui a fait réagir Dani Rodrik (un économiste de Harvard) sur twitter :

Je traduis : « Même si vous pensez que les incitations fiscales créent parfois de bons emplois, cela n’a aucun sens. Un territoire américain en concurrence avec d’autres territoires américains alloue des ressources de contribuables à la troisième entreprise la plus riche du monde ».

La réponse à la question posée en titre est donc : rien. Poitiers peut être fière.