Le cas Alstom : la question du sens de la causalité

Alstom a annoncé il y a quelques jours devoir fermer son site de Belfort dédié à la fabrication de locomotives et de motrices. Pourquoi? Plus de commande. Le gouvernement s’agite pour sauver le site, l’objectif étant de trouver de nouvelles commandes, auprès de la SNCF, de la RATP et/ou pour la fabrication de trains régionaux. Si cela aboutit, tout le monde se réjouira de l’enchaînement : 1) Alstom va mal en raison de l’absence de commande, 2) le gouvernement s’agite, 4) Alstom décroche de nouvelles commandes, 3) le site de Belfort est sauvé.

Étant donné qu’Alstom est en concurrence sur certains de ces marchés avec d’autres entreprises (le canadien Bombardier et l’espagnol CAF), je me demande naïvement si on ne peut pas inverser le sens de la causalité : 1) Alstom veut décrocher ces commandes, 2) Alstom annonce devoir fermer le site, 3) le gouvernement s’agite, 4) Alstom décroche les nouvelles commandes, 5) le site de Belfort est sauvé.

Au moment où le Made in France revient dans les débats, quelle importance, me direz-vous, tant pis pour les canadiens et les espagnols, tant mieux pour les français. Sauf que Bombardier dispose de la plus grande usine ferroviaire de France à Crespin, dans le Nord, et que CAF a son usine à Bagnères-de-Bigorre, dans les Haute-Pyrénées. Ce n’est donc pas le Canada où l’Espagne, qui vont perdre, mais certains territoires français contre d’autres. Mais le symbole Alstom à Belfort est trop fort pour que le gouvernement ne vole pas au secours de ce site.

Donc bravo au PDG d’Alstom. Ce n’est qu’une hypothèse, bien sûr.

Investissements étrangers en France : l’ami américain et l’ami allemand

Dans le contexte de l’affaire Alstom, General Electric, Siemens, j’ai décidé de ne vous parler ni d’Alstom, ni de General Electric, ni de Siemens, mais de vous apprendre des choses intéressantes sur le sujet, malgré tout. J’aime les défis.

Je m’explique : je suis allé dégoter quelques chiffres sur les investissements et désinvestissements réalisés en France recensés par l’Observatoire de l’Investissement. J’avais déjà mobilisé cette base pour évaluer le poids des délocalisations et relocalisations. L’un de ses intérêts est qu’elle s’appuie sur un recensement média très large, en temps réel, si bien que je peux mobiliser des données récentes, en l’occurrence des données sur la période allant du 1er janvier 2009 au 31 décembre 2013. Comme toute base de données, elle souffre aussi, bien sûr, de certaines limites : les « petites » opérations ne sont pas recensées (l’ouverture de la boulangerie du coin, genre) ; si un grand nombre d’opérations sont recensées, les emplois créés ou détruits ne sont pas toujours renseignés (10 à 15% selon ma petite estimation), attention à l’interprétation des chiffres sur l’emploi, donc. Elle permet cependant d’estimer la part des investissements et des désinvestissements réalisés par des entreprises françaises, par des entreprises étrangères et, dans ce dernier cas, d’avoir des chiffres précis par pays d’origine de l’entreprise. Les chiffres obtenus ci-dessous me semblent par ailleurs cohérents avec ceux obtenus à partir de données Insee, voir ici par exemple.

Premier tableau : que pèsent les opérations d’investissement et de désinvestissement étrangers et français, dans l’ensemble des opérations recensées ?

nb opérations investissements désinvestissements différence
France 15138 9789 5349
Etranger 2791 2135 656
Total 17929 11924 6005
% étranger 16% 18%
nb emplois investissements désinvestissements différence
France 654185 -678833 -24648
Etranger 124436 -148592 -24156
Total 778621 -827425 -48804
% étranger 16% 18%

Sur 30 000 opérations recensées, 18 000 environ sont des investissements, 12 000 sont des désinvestissements. Les opérations d’origine étrangère pèsent 16% de l’ensemble dans le premier cas et 18% dans le second cas. Idem s’agissant des données emplois (partie basse du tableau).

Premiers constats : i) le poids des opérations d’origine étrangère est loin d’être négligeable, ii) il est plus fort côté destruction, ce qui peut sembler logique en période de crise, les entreprises ayant tendance à réduire la voilure d’abord dans les entités implantées hors de leur pays d’origine, iii) en nombre d’opérations, les investissements sont supérieurs aux désinvestissements, mais pas en nombre d’emploi : on créé en France des sites de petite taille, on détruit des sites de taille plus importante.

Venons-en à nos amis américains et allemands, avec la même structure de tableau : en haut les données en nombre d’opérations, en bas en nombre d’emplois.

nb opérations investissements désinvestissements différence
Etats-Unis 850 574 276
Allemagne 548 367 181
Etats-Unis (%) 30% 27%
Allemagne (%) 20% 17%
nb emplois investissements désinvestissements différence
Etats-Unis 41800 -48380 -6580
Allemagne 24108 -25998 -1890
Etats-Unis (%) 34% 33%
Allemagne (%) 19% 17%

Les pourcentages correspondent au poids des deux pays dans l’ensemble des opérations d’origine étrangère. Les États-Unis sont largement en tête, avec 30% des investissements d’origine étrangère et 34% des emplois associés. L’Allemagne pèse moins, mais elle arrive juste derrière les États-Unis.

Ces deux pays, qui pèsent beaucoup dans les investissements, pèsent également beaucoup dans les désinvestissements, mais, tous les deux, un peu moins. Ce sont donc de plutôt bons amis, meilleurs que la moyenne de nos amis étrangers (voir les chiffres du premier tableau : 16% des investissements et 18% des désinvestissements).

Alors, quel ami choisir ? Pour trancher, on peut calculer le nombre d’emplois détruits par emploi créé en fonction du pays d’origine de l’entreprise : en moyenne, sur l’ensemble de la base, ce ratio est supérieur à 1, très précisément égal à 1,06, effet crise oblige (1,06 emplois détruits pour 1 emploi créé). Pour les entreprises françaises, le ratio est de 1,04, contre 1,19 pour les entreprises étrangères. Sur cet indicateur, l’Allemagne est préférable (1,08) aux Etats-Unis (1,16). Mais encore une fois, tous les deux sont meilleurs que la moyenne des entreprises étrangères (dans le détail, le ratio est par exemple de 1,58 pour le Royaume-Uni, 1,95 pour l’Italie, 1,51 pour la Suisse, voire 3,84 pour les Pays-Bas…). Personnellement, je garderais les deux amis…