Des missions de stages riches et variées pour les étudiants du Master 2 Marques et Produits Jeunesse

Chaque année les étudiants du Master 2 Marques et Produits Jeunesse du CEPE – IAE de l’Université de Poitiers partent en stage de 6 mois de pré-insertion professionnelle.

Le CEPE enseigne à ses étudiants les enjeux d’un marketing plurimédia responsable envers la jeunesse. Du comportement de l’enfant utilisateur au marketing digital, en passant par la gestion de projets soumis par les entreprises partenaires, les étudiants sont amenés à réfléchir à la responsabilité sociale et environnementale (RSE) des marques envers la jeunesse et à faire preuve de prudence pour choisir les meilleures modalités de valorisation de la marque ou de la propriété qu’ils sont appelés à gérer.

C’est pourquoi la formation bénéficie d’une solide réputation auprès des employeurs. Cette année (2019-20), les étudiants de master 2 se sont vu ouvrir les portes d’entreprises dans toute la France ou à l’étranger telles que : IGS-CP (Angoulême) – LES PETITS CHAMAILLEURS (Angoulême) – HASBRO (Chambéry) – PIC WIC TOYS (Lille) – MEDIATOON LICENSING (Paris) – PGS ENTERTAINMENT (Paris) – BAYARD PRESSE EXPORT (Paris) – BUKI France (Le Mans) – CARLIN Bureau de tendances (Paris) – SPARTOO (Grenoble) – SMOBY (Lavans-les-St Claude) LANSAY (Paris) – E! MKT DIGITAL (Brésil) pour leurs stages de pré-insertion professionnelle de 6 mois.
Les missions de stage sont également riches et très variées telles que : Assistant-e Trade Marketing, Assistant-e Chargé-e d’études, Assistant-e licences, produits dérivés et digital, Assistant-e Chef de Produit, Assistant-e Responsable développement produits éducatifs, Assistant-e développement et animation de réseaux, Chef de Produit digital junior, Community Developer, Assistant-e coordination pour le lancement d’une marque, Community Management…

Face à la crise sanitaire exceptionnelle due au Covid 19 à laquelle nous sommes confrontés, les entreprises ont très majoritairement fait le choix du télétravail et ont équipé les étudiants pour qu’ils puissent collaborer depuis leur domicile pendant la durée légale du confinement.
Les soutenances de stage de Master 2 auront lieu les fin septembre 2020. Elles sont publiques afin de permettre à la promotion entrante de découvrir les missions effectuées par les futurs diplômés.

Une collaboration très productive entre picWic Toys et les M2 MPJ

Le CEPE- IAE de Poitiers a reçu Madame Nathalie LIEVOIS – Leader de l’innovation au sein de l’enseigne PicWicToys – Groupe LUDERIX INTERNATIONAL SAS – qui a confié aux étudiants du Master 2 Marques et Produits Jeunesse, une étude dont la soutenance a lieu le jeudi 20 Février pendant 3 heures.
Dans le cadre de ce projet pédagogique, les étudiants en M2 ont réalisé des observations dans différents magasins du réseau PIC WIC Toys, issu de l’acquisition en 2018 par « Pic Wic », une enseigne nordiste spécialisée dans les univers du jeu et de l’enfant, de la chaîne « Toys R Us » en faillite en France. Les étudiants ont apporté leurs idées et créativité pour améliorer l’expérience des clients et contribuer à l’augmentation du trafic en magasin.

La presse locale est venue interviewer les étudiants ainsi que le responsable de l’enseigne, juste après la soutenance. Cliquez sur les liens ci-dessous, pour en savoir plus :
Article Sud Ouest du 22 février 2020
Article Charente libre du 21 février 2020
Reportage RCF Charente (1’55)

 

Journée Portes Ouvertes au CEPE-IAE de Poitiers

Vous êtes intéressé(e) par les formations du CEPE-IAE de Poitiers à Angoulême ?
– Master 2 Marques et Produits Jeunesse
– Master 2 Design Communication et Packaging
Vous souhaitez intégrer CEPE-IAE de Poitiers à la rentrée 2020 ? Venez à la rencontre des étudiants, responsables des formations et personnels à l’occasion de
– la Journée Portes Ouvertes, le samedi 15 Février 2020 de 9h30 à 16h30.
C’est l’occasion pour vous de visiter nos locaux et nous poser toutes vos questions. Les étudiants de chaque formation seront présents pour répondre à vos questions et vous conseiller pour préparer votre candidature :

Nom/Prénom Créneau Horaire Filière
Camille LE FOLL

Sarah D.

Matin M1 Marketing, Vente
Méghane CREN Matin M2 parcours design et Packaging
Blong YANG

 

Matin M2 parcours Marques et Produits Jeunesse
Adélaïde SAGNES

Adrien ROUCAIROL

Après-midi M1 Marketing, Vente
Sophie RYS Après-midi M2 parcours design et Packaging
Emeline G. Alexis D. Après-midi M2 parcours Marques et Produits jeunesse

 

Le CEPE/IAE de Poitiers dispose de locaux spacieux sur 1 500 m² et d’équipements de pointe :
– 7 salles de cours équipées de vidéoprojecteurs interactifs,
– 40 postes informatiques en libre accès pour les étudiants équipés de logiciels professionnels de bureautique (suite Office, etc.),
– un centre de documentation spécialisé qui propose plus de 4 500 documents sur la consommation et marketing jeunesse, des revues professionnelles et un fonds de plus de 300 ouvrages spécifiquement dédiée aux théories et pratiques ludiques au jeu vidéo et au « serious game »,
– une salle d’expérimentation et de recherche comprenant une régie vidéo, des caméras et une glace sans tain permettant de réaliser des observations scientifiques, régulièrement utilisée par les professionnels pour mener à bien des études qualitatives et des focus group.
– un centre de ressources pour la recherche, équipé de casques de réalité virtuelle, de dispositifs de projection immersive, de captation audiovisuelle et d’un eye-tracker.

Sous la supervision d’un enseignant-chercheur, les étudiants accèdent à ces ressources dans le cadre des projets pédagogiques et du mémoire de recherche individuel en Master 2.

Face aux écrans, sommes-nous tous vulnérables ?

 

Directeur des publications des CEMEA (Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Education Active), un mouvement d’éducation populaire engagé dans des pratiques éducatives porteuses des valeurs et des principes de l’Éducation Nouvelle, Christian Gautellier intervient pour nous parler des personnes vulnérables face aux écrans. Il se place ainsi du côté de la société civile : du côté des citoyens, du côté des activistes ou encore du côté des « rebelles » et « anticonformistes » pour prôner d’autres valeurs contre la consommation effrénée des écrans.

Un enfant n’est pas un consommateur comme les autres. S’adresser à un enfant doit conduire à s’interroger sur des questions de valeurs et d’éthique. Comment les protéger des abus marchands ? Comment établir des actions préventives ou éducatives ?

Une intervention mélangeant pratique et théorie sur la place des écrans dans notre quotidien et principalement dans celui des enfants. Les écrans – ordinateur, TV, tablette smartphone, etc. – sont désormais omniprésents dans nos vies et ce dans n’importe quelle situation : en parallèle d’une autre activité, lorsqu’on s’ennuie, pendant les repas, pour occuper un enfant, voire même un bébé !

Christian Gautellier nous a donc sensibilisés aux risques des écrans au travers de différents jeux.
– Une typologie des écrans. Saurais-tu à ton tour établir une typologie des écrans pour les enfants de 0 à 18 ans ? Selon toi, pas d’écran avant quel âge ? A quel âge un enfant a-t-il son premier portable ? Connais-tu le système PEGI de classification par âge des jeux vidéo ? A quel âge un mineur peut-il s’inscrire sur les réseaux sociaux ?
– Deux jeux de société pour sensibiliser les jeunes à propos de leurs présences sur les réseaux socio numériques : Sais-tu à qui appartiennent tes photos sur Facebook ? Connais-tu le droit à l’oubli ? Le droit à l’image ? Le droit d’auteur ?

Pour découvrir tous ces enjeux passionnants rendez-vous au CEPE-IAE de Poitiers dans le Master Marques et Produits Jeunesse !

Nous t’invitons à aller voir les autres articles du blog pour découvrir les professionnels de la communication, du marketing plurimédia et du très expérimentés qui interviennent dans cette formation

Le cluster Novachild invite les étudiants à une journée professionnelle

 

Dans le cadre du partenariat entre NOVACHILD, cluster professionnel regroupant plus de 80 entreprises spécialistes de l’enfant, et le CEPE-IAE de Poitiers, les étudiants du Master – Marques et Produits Jeunesse ont été invités au Mans et le 5 novembre, pour assister au colloque « Food Pack 4 Kids ». La journée a réuni non seulement des professionnels du secteur agroalimentaire mais aussi des universitaires et des nutritionnistes. Le but du colloque était d’échanger, dialoguer et partager des expériences sur les innovations en termes d’emballage des produits alimentaires des enfants de 6-12 ans. Une expérience riche en informations sur les enjeux clés d’écoconception, de taille de portions et d’éducation alimentaires qui innerve les problématiques du packaging alimentaire destiné aux enfants.

A cette occasion, les étudiants participant au colloque ont monté une vidéo. Pour la visionner, cliquer ici.

Le CEPE à la une du CNRS !

Suite au Colloque Child and Teen Consumption 2018, un article vient d’être publié sur le site grand public du CNRS :

Friandises, jouets, produits dérivés… Le marketing jeunesse s’est déployé dans tous les domaines de la consommation. Et intéresse parallèlement les chercheurs qui analysent les relations – parfois discutables du point de vue éthique – entre l’univers de l’enfance et la sphère marchande. Le point avec Valérie-Inès de la Ville, responsable scientifique d’une récente conférence sur la question.

Suite … https://lejournal.cnrs.fr/articles/les-enfants-du-marketing

8ème COLLOQUE CHILD AND TEEN CONSUMPTION

COMPTE RENDU DU

8ème COLLOQUE CHILD AND TEEN CONSUMPTION

« Creative Industries of Childhood and Youth »

Angoulême, 3 – 6 avril 2018

 

La 8ème édition du colloque CHILD AND TEEN CONSUMPTION s’est déroulée dans les locaux du Nil à Angoulême du 3 au 6 Avril 2018.

La journée du 3 Avril a été entièrement consacrée à l’atelier doctoral.

8 recherches doctorales ont été discutées par une équipe de 4 enseignants-chercheurs :

Dan COOK (Rutgers University – Philadelphia USA), Stephen KLINE (Simon Fraser University – Vancouver – Canada), Lydia MARTENS (Keele University – Royaume Uni) et Inés de La VILLE (Université de Poitiers France). Les doctorants ont pu exposer l’état d’avancement de leur recherche doctorale et bénéficier des échanges avec le corps professoral et les autres doctorants pour faire avancer leur projet.

Le colloque lui-même s’est déroulé du mardi 4 Avril au vendredi 6 Avril.

Le programme a compris la présentation 58 papiers de recherche sélectionnés en double aveugle et a réuni 92 participants venus de 20 pays : Australie, Nouvelle Zélande, Pérou, Chine, Brésil, Etats-Unis, Canada, Israël, Emirates Arabes Unis, Portugal, Espagne, France, Italie, Pays-Bas, Belgique, Royaume-Uni, Irlande, Finlande, Suède, Danemark, Hong Kong.

3 keynotes ont fait des interventions très appréciées :

  • Minna Ruckenstein(University of Helsinki – Finlande) : « Gaming life and data traces: transitions in children’s consumption ».
  • Marc Steinberg (Concordia University – Canada) : Delivering Media: the Convenience Store as a media hub mix ».
  • Marc du Pontavice(Fondateur et PDG Xilam – France) : « The new challenges confronting French animation producers ».

La table ronde portant sur : « Financing creative cultural content for young audiences : new forms of advertising, public funding and ethical stakes » animée de main de maître par Justine BANNISTER (Just B) et avec de gauche à droite :

Lucas BOUDET, Délégué Général de la European Advertising Standards Alliance (Bruxelles)

Michel MOGGIO, Délégué Général de la Fédération des Industries Jouet-Puériculture (Paris)

Julien BORDE, Directeur des chaines jeunesse, cinéma et séries TV chez Turner (Paris)

Philippe ALESSANDRI, Président du Syndicat des Producteurs de Films d’Animation (Paris)

ont été passionnants et particulièrement instructifs sur la démarche de responsabilité sociale des entreprises intervenant dans les industries productrices de contenus culturel pour la jeunesse.

5 prix ont été remis :

  • Revue Young Consumers(Emerald Publishing): Stine Liv Johansen (Aarhus University – Danemark) « A kid on YouTube – celebrity, play and paychecks ».
  • Syndicat des Producteurs de Films d’Animation: Sébastien François et Pascale Garnier (University Paris 13 – France) – « The creation of Cultural Value in Children’s Media : Studying the Production and Ciruclation of a Quality-TV Cartoon ».
  • Fédération des Industries Jouet-Puériculture: Nathalie Nicol – (HEC Paris et Docteur du Laboratoire CEREGE en mai 2017) – « Gathering the consumer’s meta-experience : an example through shopscapes among children from 4 to 12 ».
  • Pôle NovaChild: Elaine Ritch (Glasgow Caledonian University – Royaume-Uni) – « Is Pester Power the Secret to a Greener Future? Children’s stories of Eco-School Activities ».
  • Fondation pour l’Enfance: Shosh Davidson (Gordon College of Education – Israël) – « Good Mothering » labour: consuming and presenting your free, right choice ».

Au cours de ce colloque, sont intervenus Messieurs François RIGALLEAU, Directeur de la MSHS de l’Université de Poitiers, Jean-François DAURE, Président du GrandAngoulême et Xavier BONNEFONT, Maire de la ville d’Angoulême et Vice-Président du Pôle MAGELIS.

Le colloque a permis aux congressistes de faire l’expérience de la technologie en relief interactif TUMULTE de la société Cortex Productions ainsi que de découvrir le Musée de la Bande Dessinée de la Cité Internationale de la Bande dessinée et de l’Image.

    

L’apéritif du dîner de gala a constitué un moment convivial qui a permis de mettre en valeur les productions de Nayade, 2d3D, 2 Minutes Animation, Prima Linea, Superprod, Dreamtronic et l’EMCA.

Le prochain colloque sera organisé en 2020 par Dan COOK et son équipe – Child Studies Department – Rutgers University – Philadelphie – USA.

Merci à tous nos partenaires qui ont rendu possible cette très belle rencontre scientifique !

Angoulême, le 10 avril 2018.

8ème édition des Rencontres Nationales de la Bande Dessinée – Compte rendu n°2

Cette 8ème édition des Rencontres nationales de la bande dessinée avait pour objectif de discuter de la place de la bande dessinée à l’école. Au cours de cette 8ème édition, nous avons donc eu le plaisir d’assister à une intervention de Nicolas Rouvière, maître de conférences en langue et littérature, École supérieure du Professorat et de l’Éducation de Grenoble.

Sous la houlette du thème « Quelles formations pour les enseignants ? », il s’est attaché à présenter des perspectives de formation à la didactique de la bande dessinée pour la classe de littérature.

 

Les obstacles à l’insertion de la bande dessinée à l’école

 

Tout d’abord, Nicolas Rouvière nous a amenés à nous questionner sur les raisons de cette difficulté de la bande dessinée à intégrer le milieu de l’éducation nationale. Les raisons semblent être les suivantes :

  • Un volume horaire restreint. En formation initiale les volumes horaires sont très restrictifs et peu suffisants pour aborder la question de la bande dessinée de manière approfondie. Par conséquent, lorsque cette question est abordée, c’est plus d’une façon instrumentale : étude de la bande dessinée du point de vue de l’adaptation (en tant que marchepied pour accéder à l’œuvre littéraire d’origine) par exemple.

La bande dessinée est donc souvent abordée de manière ponctuelle, marginale et instrumentale.

  • Des programmes scolaires changeants. Le domaine de l’éducation est souvent soumis à des modifications, en particulier les programmes scolaires, ce qui n’aide pas à développer le champ de la bande dessinée dans la formation des enseignants.
  • Une maîtrise toute relative de la bande dessinée. De nombreux enseignants sont réticent quant à l’usage de la bande dessinée, tout simplement parce qu’ils n’en maîtrisent pas les codes. Ajoutez à cela la méfiance des parents envers ce médium « trop amusant pour être réellement pédagogique » et vous vous retrouvez avec un obstacle de plus.

Et même lorsque les codes du langage de la bande dessinée sont maîtrisés, quelle didactique appliquer ?

 

Quelques écueils liés aux pratiques enseignantes

 

Ainsi, lorsque la bande dessinée est utilisée, par exemple dans le cadre d’un cours de littérature, ce n’est pas pour sa richesse propre. Les enseignants, souvent peu à l’aise avec le médium, l’utilisent comme support pour initier à la lecture. La double lecture texte/image caractéristique de la bande dessinée est donc ignorée au profit du seul texte.

Une deuxième pratique peu efficace consiste à faire une approche technique du langage de la bande dessinée. On va donc étudier une planche de bande dessinée, sans s’intéresser à l’œuvre dans son ensemble, comme prétexte pour apprendre du vocabulaire relatif au monde de la bande dessinée.

 

Propositions pour une didactique de la bande dessinée en classe de littérature

 

Après ce tour d’horizon des freins à l’insertion de la bande dessinée à part entière dans l’éducation nationale, Nicolas Rouvière nous a présenté quelques didactiques possibles de la bande dessinée en classe de littérature.

  • Première possibilité, l’acculturation : Approche de la bande dessinée comme objet culturel

Il ne faut pas réduire la bande dessinée à un genre. C’est un médium, une forme d’expression multimodale qui recouvre une grande pluralité de genres. Il faut donc ouvrir l’horizon des élèves par le biais de manifestations autour de la bande dessinée, de rondes de livres (qui consistent à mutualiser les lectures, les comparer, les échanger) …

  • Seconde possibilité : Étude de récits complets et d’œuvres intégrales

Pour Nicolas Rouvière, l’une des premières pistes réelles pour une didactique de la bande dessinée serait d’étudier des œuvres intégrales. Ainsi, il ne faudrait pas se contenter de l’analyse d’une planche pour apprendre les codes de la bande dessinée, mais plutôt étudier une bande dessinée dans son ensemble, comme on le ferait avec un roman. La bande dessinée se prête, en effet, particulièrement à la dissociation des composantes textuelles, iconiques et plastiques…

 

 

Les bénéfices de la bande dessinée en classe de littérature

 

Une fois les obstacles écartés et des pistes suggérées, comment convaincre des bénéfices de la bande dessinée ?

Révéler les capacités narratives des élèves

L’intervenant nous a présenté le dispositif de l’écriture post-it. Le principe est simple, les élèves doivent écrire une histoire en écrivant une seule action par post-it. Ensuite, avec des post-it d’une autre couleur, ils reviennent sur ces actions et y ajoutent plus de détails et ainsi de suite. L’intérêt de la méthode n’est pas de construire un récit complet, mais de stimuler l’inventivité narrative des élèves.

En effet, ce dispositif permet de révéler les capacités narratives d’élèves qui sont habituellement en difficulté lorsqu’il s’agit de productions narratives « classiques » (rédactions, écritures d’invention…). A contrario, certains élèves très bons du point de vue des dîtes productions dites « classiques », éprouvent parfois des difficultés lorsqu’il s’agit du passage à l’image.

Adapter un récit en bande-dessinée : une méthode intéressante mais à revoir

Pour Nicolas Rouvière, en ce qui concerne les adaptations d’œuvres littéraires en bande-dessinée, le fait d’utiliser la bande-dessinée comme marchepied pour aller vers l’œuvre source est assez peu intéressant. Encore une fois, selon lui, il vaudrait mieux considérer la bande-dessinée dans son intégralité, sur un pied d’égalité avec l’œuvre source.

Suite à une expérience en classe de seconde, il nous a présenté quelques observations en découlant :

  • On observe une forte motivation des élèves lorsqu’il s’agit de la phase scénaristique (le moment où il faut transformer le texte de l’œuvre originale pour l’adapter au support de la bande-dessinée), mais une perte d’intérêt lorsqu’il s’agit de la mise en images.
  • S’il y a un vrai gain pour la compréhension du récit, le bénéfice pour la lecture du texte littéraire source reste limité. Le texte est instrumentalisé, les adaptateurs (ici les élèves) se servent du texte source uniquement comme un réservoir dans lequel ils puisent les idées et les phrases qui les intéressent.

En conclusion, pour Nicolas Rouvière, la bande-dessinée devrait être étudiée comme une œuvre à part entière, au même titre qu’un roman. Se servir d’elle comme d’un tremplin pour accéder à la lecture « traditionnelle » n’a que peu d’utilité, mais elle permet de révéler et de polir les talents narratifs des élèves, tout en leur apprenant un autre type de lecture : une lecture qui jongle entre texte et images.

Compte rendu réalisé par Maïa Hervé, étudiante en Master 2 MMPJ

8ème édition des Rencontres Nationales de la Bande Dessinée – Compte rendu n°1

Retour sur ces deux jours et focus sur la table ronde du vendredi 6 octobre 2017 – 17h15 ‘’À l’étranger‘’

Du 5 au 6 octobre 2017 se tenaient à Angoulême les Rencontres Nationales de la Bande Dessinée, rassemblant professionnels du milieu de l’édition, auteurs et dessinateurs, académiciens, étudiants passionnés et autres néophytes curieux.

Au fil des jours et des conférences, un fois de plus Angoulême a su justifier son titre de capitale internationale de la bande dessinée. C’est au travers de plusieurs interventions et de différents angles d’approche que les auditeurs ont pu durant ces deux jours prendre conscience de l’impact de la bande dessinée dans de nombreux domaines tels que l’art, l’éducation ou encore les sciences humaines ainsi que de son caractère fédérateur.

Du processus d’artification de la bande dessinée appuyé par les théories sociologiques de Nathalie HEINICH jusqu’à sa valorisation au sein de l’éducation artistique et culturelle, il est aujourd’hui impossible de reléguer la bande dessinée au rang de simple activité de divertissement, puisque l’ensemble des conférenciers nous a prouvé qu’elle est désormais reconnue comme un réel instrument d’éducation et qu’elle est devenue une véritable forme d’art.

Focus sur la dernière table ronde du vendredi, ‘’À l’étranger ‘’, encadrée par Jean-Philippe MARTIN, où une fois de plus le rôle de la bande dessinée dans l’apprentissage était à l’honneur. Menée par Jean-Pierre MERCIER (Conseiller Scientifique de la Cité de la bande dessinée), par Edmond BAUDOIN (auteur et ancien professeur de bande dessinée), Ingeborg RABENSTEIN-MICHEL (spécialiste de la bande dessinée) et par Anouchka De OLIVEIRA (chargée de projets au département langue française, livre et savoirs de l’Institut Français), cette conférence nous a éclairé sur la portée éducative de la bande dessinée, et ce au travers d’exemples concrets.

L’intérêt éducatif de la bande dessinée n’est plus à prouver, les conférences précédentes l’ont bien démontré. Mais pour étayer ceci, la dernière table ronde des Rencontres nous invite à élargir notre horizon et prend appuie sur des exemples concrets d’utilisation de la bande dessinée dans l’éducation non plus en France mais dans le monde entier.

C’est Jean-Pierre MERCIER qui ouvre le débat et rappelle que depuis déjà plusieurs décennies, les Etats-Unis utilisent la vulgarisation des grands classiques de la littérature (surtout occidentale) pour les transposer dans l’univers de la bande dessinée, dite ‘’comics‘’ dans la culture américaine. Cette vulgarisation, permet selon lui un accès au plus grand nombre à la culture.

Plus loin que la simple vulgarisation de la littérature, la bande dessinée sait revêtir un aspect militant et éducatif, et devient alors un réel outil, vecteur d’apprentissage, appelé aux Etats-Unis les ‘’ Edu-comics ‘’. La largeur des thèmes abordés par les bandes dessinées aux Etats-Unis s’étend même jusqu’à l’Histoire. Et d’expérience, Jean-Pierre MERCIER nous affirme qu’une bande dessinée, qui par sa nature reste un support cours et qui se doit synthétique, peut tout à fait si cela est correctement orchestré, transmettre un savoir correct et fidèle à la vérité au même titre qu’un livre d’histoire.

Il souligne alors le pouvoir de la bande dessinée à convaincre, en rappelant que ce support a su se transformer aux Etats-Unis en véritable outil de communication pour enrôler de nouvelles recrues, grâce aux manuels de maintenance de matériel militaire réalisé pour l’armée américaine.

Il définit alors pour finir la bande dessinée comme un média à la croisée du militantisme, de l’éducation et de l’art.

C’est ici qu’intervient Ingeborg RAVENSTEIN-MICHEL, qui rebondit sur les limites du caractère militant et communicant de la bande dessinée. En prenant exemple d’une série de 14 bandes dessinées commandées et diffusées il y a peu par l’Union Européenne elle-même, elle nous met en garde. Utilisant le terme de ‘’Media Séducteur ‘’, elle rappelle que si la bande dessinée peut effectivement devenir un outil de communication, il est bon de respecter une certaine éthique et une justesse dans les informations transmises aux lecteurs.

Cette série de bandes dessinées proposées par L’UE, abordant des sujets sérieux, d’actualité, avaient finalement pour but d’accroitre le nombre de militants et de volontaires désireux de s’engager pour des causes humanitaires. Cependant, derrière l’apparence divertissante de la bande dessinée, les sujets abordés (de la famine en Afrique aux guerres au Moyen-Orient) manquaient de réalisme dans les graphismes et minimisaient les risques, ce qui pouvaient biaiser l’appréciation des futurs militants. Ceci amenant la bande dessinée dite communicante, à la limite de la propagande.

Lorsqu’Anouchka De OLIVEIRA prend la parole, c’est pour montrer le fort potentiel éducatif de la bande dessinée. Après une rapide présentation du Département langue Française, livre et savoir de l’Institut Français, elle en explique les missions ; rendre le français attractif pour les jeunes générations et développer, dans cette optique, des dispositifs de formation et d’apprentissage innovants. À ce titre, elle nous présente une application foncièrement novatrice pour l’enseignement des langues et développée par l’Institut Français, LingoZING. Grâce à cette application il est possible d’améliorer son niveau de langue (en français, espagnol, portugais et anglais pour l’instant) au travers de la bande dessinée, en enrichissant son vocabulaire par la lecture et en corrigeant et/ou améliorant sa prononciation.

Il s’agit finalement ici de détourner la ‘’contrainte‘’ que représente un apprentissage traditionnel et de le transposer vers un média que les jeunes générations affectionnent plus particulièrement. C’est bien là que l’on a une preuve réelle (aux vues du succès de cette application) que la bande dessinée, si elle est certes un divertissement, peut devenir un véritable outil d’éducation. Pour conclure, Anouchka DE OLIVEIRA nous rappelle à juste titre que plaisir et éducation ne doivent être dissociés ; car en effet, lorsqu’on prend du plaisir à apprendre, on apprend par plaisir et non plus par obligation.

C’est Edmond BAUDOIN qui clôt cette table ronde et qui, pressé par le temps, nous propose rapidement son point de vue sur l’intérêt d’un système éducatif alternatif, entre deux anecdotes sur son expérience de professeur en bande dessinée au Québec. D’une certaine manière, son propos rejoint les allégations d’Anouchka De OLIVEIRA et affirme que de par son expérience, il est nécessaire de se diriger vers un système, vers des moyens d’enseigner aux jeunes générations qui soient alternatifs et innovant par rapport aux méthodes d’enseignement plus classiques.

Le mot de la fin pour Pierre LUNGHERETTI, directeur général de la Cité Internationale de la Bande Dessinée, qui clôt ces deux jours de rencontres par une synthèse des informations transmises tout au long des conférences.

La bande dessinée est aujourd’hui reconnue comme un art et un vecteur efficace de transmission des savoirs. Preuve en est la présence des Ministres de la Culture et de L’Éducation Nationale, (Françoise NYSSEN et Jean-Michel BLANQUET) lors d’une allocution du jeudi, qui annoncent le soutient de l’état pour la création de projets autour de l’enseignement dans le milieu de la bande dessinée, par la mise à disposition future de ressources financières. Pierre LUNGHERETTI réussit finalement à résumer en une phrase ce qui aura été le leitmotiv de ces deux jours :

‘’ Tout en étant un art, la bande dessinée sait se prêter à des usages pédagogiques ‘’.

 

Mais maintenant apparaissent des enjeux pour l’avenir de l’industrie de la bande dessinée, comme le besoin d’un élargissement du lectorat et de la formation d’enseignants dans ce secteur en pleine évolution, ces enjeux soulevant une interrogation plus globale ;

Quel avenir de l’éducation artistique pour la bande dessinée ?

 

Compte rendu réalisé par Clayton Thibeaud, étudiant en Master 2 MMPJ

 

Réunion des Anciens du CEPE à Paris : le 19 avril 2017 au Salon Kazachok des métiers de la licence

Comme l’année dernière, nous vous attendons au Salon Kazachok pour la réunion des « Anciens du CEPE ».

Le Kazachok Licensing Forum, c’est 2 jours pour rencontrer les représentants de droits des marques, suivre les tendances, participer à des Pitchs et aussi participer à des conférences !

Mercredi 19 avril 2017 à 17h30, tous les anciens du CEPE sont invités à networker et partager autour d’un verre l’expérience professionnelle d’anciens élèves du CEPE.

Ce moment d’échange entre diplômés qui ne se sont pas connus au CEPE est fort apprécié et permet aux anciens de parrainer les étudiants actuels qui construisent leurs projets professionnels en leur apportant des astuces,  des infos, des contacts, un soutien…

L’équipe Kazachok offre l’accès GRATUIT au Forum pour tous les étudiants (actuels et anciens)  du CEPE de l’IAE Poitiers, il suffit de renseigner le champs « Code promo » avec le code CEPE_KLF17 dans le formulaire en ligne : http://forumlicence.kazachok.com/index.php?page=BonDeCommande

infos complémentaires : daconceicao@poitiers.iae-france.fr