Emmanuelle MARTIN – Notre étudiante stagiaire dans une maison d’édition à Lyon

 

Bonjour à tous,

 Je m’appelle « Emmanuelle MARTIN ». J’effectue mon stage de fin d’études à Lyon dans la maison d’édition Lelivrescolaire.fr qui, comme son nom l’indique, édite des manuels scolaires papier et numériques. 

Je travaille au sein de la BAP (la brigade d’accompagnement des professeurs) où j’effectue des missions variées : du marketing opérationnel à du commercial en passant par de la communication. Comme notre nom le désigne nous accompagnons les professeurs de toutes les manières possibles pour comprendre leurs besoins et leur faciliter la vie grâce à nos manuels numériques. 

Ainsi, mes principales missions sont :

  • Faire du phoning et de l’emailing,
  • Animer des webinaires,
  • Mettre en place des stratégies de communication avec l’équipe CM,
  • Travailler sur des supports marketing,
  • Faire du support/formations auprès des professeurs et des déplacements dans les établissements.

J’ai également quelques missions annexes comme :

  • Participer aux stratégies de déploiement des manuels numériques,
  • Écrire la gazette de l’entreprise
  • Organiser un évènement avec les professeurs de la communauté, c’est à dire ceux qui ont contribué à élaborer nos manuels. 

L’équipe qui m’encadre m’a confié beaucoup de responsabilités. L’ambiance de travail est très sympa et toutes les connaissances que j’ai pu acquérir dans le master 2 DIGITAL YOUTH MARKETING me permettent d’être à l’aise dans les différentes missions que j’effectue durant mon stage.

 

 

Florian BRUNO – Notre étudiant stagiaire chez Nintendo France

Bonjour à tous !

Cela fait 2 mois que je suis en stage chez Nintendo et j’adore cette expérience. L’équipe est top, les locaux sont très beaux et agréables et surtout, les missions que l’on me confie comme assistant d’une chef de produit sont vraiment intéressantes.

Les deux premiers mois, j’ai pu travailler sur le lancement de trois jeux en même temps. Cela demande beaucoup d’organisation et d’adaptation car il faut rapidement apprendre à être efficace et fiable.

Pour l’instant, je suis dans l’opérationnel et les tâches qui me sont confiées sont très similaires à celles d’un chef de projet, car je coordonne nos différents prestataires (agence de création, régie publicitaire, agence de design, agence RP…) pour mener à bien chacune des actions marketing. J’ai beaucoup de missions différentes et valorisantes, avec beaucoup de responsabilités :

  • J’ai été chargé de réaliser le doublage de trailers et pub pour un jeu : casting, rédaction de script, enregistrement et retour sur le ton. J’ai fait valider le rendu par la directrice marketing.
  • J’ai géré la création de plusieurs pubs pour la TV et les réseaux sociaux.
  • J’ai élaboré un kit de relation presse à envoyer à des influenceurs pour qu’ils créent du contenu avec.
  • J’ai géré la création de plusieurs PLV à afficher dans les GMS.
  • J’ai géré la réalisation de « créas print » pour les magazines pour enfants : Le Journal de Mickey, J’aime Lire, Super Picsou Géant, Science et vie Junior..
  • J’ai géré des campagnes d’influenceurs avec des créateurs TikTok.
  • J’ai aidé à la mise en place de « preview » avec des journalistes pour qu’ils testent le jeu en avant-première et pour créer de l’awareness avant la sortie.

La bonne nouvelle, c’est qu’au bout de trois mois, l’équipe m’a confié mon premier défi : gérer le lancement d’un jeu de A à Z. !  J’ai commencé par rédiger un plan marketing avec un benchmark des jeux similaires afin d’estimer les ventes du jeu, j’ai renseigné les cibles pertinentes et j’ai regroupé les messages à mettre en avant pour chacune des cibles. J’ai soutenu mon plan marketing devant mes supérieurs afin qu’ils décident du montant à accorder pour promouvoir le jeu. Maintenant, je dois établir un plan web pour déterminer les plateformes sur lesquelles on va faire de la publicité : YouTube, Facebook, Insta, Twitter… Ainsi qu’un plan RP pour déterminer les influenceurs les plus pertinents pour notre cible.

Ce stage chez Nintendo France est une expérience très enrichissante et je peux dire sans me tromper qu’il constitue une mise en pratique directe des enseignements dispensés dans le Master DIGITAL YOUTH MARKETING. »

Intervention Thibault LELONG – Responsable Diversifications au Studio Adventure Line Productions

Vendredi 21 janvier 2022, nous avons eu l’occasion de recevoir au CEPE Thibault Lelong, Responsable Diversification au studio Adventure Line Productions (Groupe BANIJAY). A la fin de sa journée d’intervention, Thibault Lelong a accepté de nous accorder une courte interview que voici :

Présentation :

Je suis Thibault Lelong, diplômé du Master 2 DIGITAL YOUTH MARKETING en 2010.
Je suis aujourd’hui Responsable Diversification chez Adventure Line Productions qui est le producteur de programmes de flux pour la télévision, notamment de jeux d’aventure comme Fort Boyard, La Carte aux trésors et Koh-Lanta. Mon rôle consiste à diversifier les activités de la société, en gérant par exemple les droits des « marques antenne » et en développant une stratégie de Licensing.

Parcours professionnel :

J’ai effectué un stage de fin d’étude de 6 mois dans le groupe M6 au département licences puis j’ai trouvé un poste d’assistant commercial chez ALP pour un CDD 6 mois. J’ai travaillé ensuite en tant qu’assistant Licensing chez Studio 100 qui produisait à l’époque des dessins animés en images de synthèse comme Vic le Viking, Heidi ou encore Maya l’abeille durant 1 an. Enfin, j’ai réintégré ALP en tant que Coordinateur Licences tout d’abord, pour évoluer jusqu’à prendre la tête du service quelques années plus tard.

Qu’est-ce qui vous plait le plus dans votre poste de responsable diversification ?

Ce que j’apprécie le plus c’est la diversité des sujets sur lesquels je travaille. Quel que soit le projet, je suis présent de A à Z sur toutes les étapes, ce qui rend mon poste super intéressant.

Je discute avec un client/prospect de tous les aspects du projet envisagé. J’en négocie les conditions commerciales et juridiques, et rédige les contrats de licence. Sur les processus, j’interviens dès la réception d’un brief jusqu’aux détails du packaging, c’est très complet. Je vais également jouer un rôle créatif dans l’accompagnement des partenaires pour le développement d’un produit ou la création d’une offre. Accompagnement éditorial ou graphique, j’épaule nos partenaires dans leur communication autour de nos projets. Je traite également sur le volet financier, de l’analyse du P&L* d’un projet à la remontée de royautés. (*« profit and loss » ou P&L est, en finance, une façon de modéliser un projet afin de faire apparaître la marge qui peut être récupérée.)

Je touche à des secteurs d’activité divers, qui me permettent d’avoir des problématiques toujours différentes et intéressantes. De l’édition au textile en passant par le scolaire et parascolaire, de l’escape game à la réalité virtuelle en passant par le jeu vidéo, le renouveau est permanent.

En quoi le fait d’avoir appréhendé ces notions durant le master vous a aidé ?

En effet, les connaissances théoriques acquises, notamment en droit de la PI ou en licensing, ont été très formatrices, à titre personnel, car quand je suis arrivé sur le marché de la licence je savais ce qu’était un deal mémo, ce qu’il y a dedans dans les grandes lignes, ce que c’est qu’une licence, un ayant droit, comment on protège une marque et comment on l’enregistre à l’INPI… J’avais donc toutes ces connaissances théoriques et pratiques spécifiques sur le marché de licence qui m’ont permis d’appréhender mes premières missions avec les bases nécessaires.

Objectif professionnel à long terme

Continuer ce que je fais c’est-à-dire continuer à développer les marques mais aussi continuer la politique de développement stratégique des licences dont j’ai la charge et continuer à faire rayonner les programmes en-dehors de leur diffusion, par des produits, des expériences et des partenariats de qualité.

Un conseil pour les étudiants du Master DIGITAL YOUTH MARKETING ?

Vous n’en avez peut-être pas forcément conscience en y étant encore, mais la formation que vous y recevez au CEPE-IAE de Poitiers est de grande qualité et vous apporte énormément d’informations actualisées. Avec le recul, nous, les anciens, le voyons dans nos différentes carrières. C’est également pour cela que nous revenons partager avec vous nos expériences et que nous recrutons des stagiaires issus de ce parcours que nous connaissons. Rendez-vous compte de la qualité de la formation et considérez-la comme une force. Mettez-la en avant dans la recherche de vos futurs postes, car elle est un véritable atout !

Témoignages de quelques élèves :

« Je remercie Thibault Lelong d’avoir partagé avec les étudiants du CEPE son métier ! Son expérience et ses connaissances ont été très instructives et nous ont permis de comprendre et d’appréhender le licensing d’un point de vue opérationnel comme stratégique. Le licensing est bel et bien un des enjeux clés dans le marketing de demain. Il m’a conforté dans mon envie de travailler dans ce domaine. » Florian Bruno

« L’intervention de Thibault a été très enrichissante. Elle nous a en effet permis de comprendre le quotidien et les missions d’un responsable diversification mais avant tout de savoir négocier une licence avec les outils que cela implique ! Merci à lui d’avoir pris de son temps pour nous apprendre de nouvelles choses nous permettant ainsi d’être bien préparés pour notre stage. » May-Line David

« L’intervention de Thibault LELONG était très intéressante et enrichissante tout au long de la journée. En effet, nous avons appris beaucoup de choses sur Adventure Line Productions et sur le licensing que peut effectuer Koh-Lanta, émission produite par ALP. » Bastien Noureau

Par Emmanuelle MARTIN – Etudiante en Master 2 Digital Youth Marketing

Maryke Lefebvre HANNEMAN – Children’s Online Safety Advocate – Public Affairs

 

 

At CEPE, since the beginning of the academic year, we have had many highly enriching professional trainers, among which Ms. Maryke LEFEBVRE HANNEMAN. She is a children’s online safety advocate. As a public affairs specialist, she works for childcare products to check the legislative proposal before it is officially proposed.

She came all the way from Brussels for a full-day intervention to talk to us about EU and US advertising law, relevant case law and self‐regulation, EU advertising rules for children, the legislative process in the EU. She also lectured about what advertising is, how digital advertising and marketing are increasing, and how the challenges posed by growing children’s internet use are being addressed by industry self‐regulation and recent changes in the law?

Thanks to this lesson, we understood the difference between US and EU laws in terms of advertising and how they were made. So, we discovered all about the birth of these laws and their evolution. Did you know that the digital markets act (DMA) sets out a list of dos and don’ts that takes aims directly at each company?

Mrs. Maryke LEFEBVRE HANNEMAN also showed us cases where ads received complaints and explained what happened in each case. Did you know that more than half of consumers’ complaints are due to misleading ads? She presented us the rules about elements of advertising and legal issues, as well as the effects some laws, especially the French laws, have on an advertisement. Thus, we discovered the main rules of children’s ads. Did you know that in a children-related program, product placement is forbidden? Or did you know that advertising for toys is banned from 7 to 10 p.m. in Greece?

These examples give a little taste of what we learned during one lesson, and I let you imagine how much knowledge we acquire every day here at CEPE. We invite you to join us here and get the opportunity to attend the different lectures / speeches that will prepare you to enter the doors of the professional world of your dreams.

 

Written by Carole MIKHAIL, student of M2 MPJ (Digital Youth Marketing)

My startup doesn’t need a marketing department for the meanwhile… a little bombastic, no?

 

 

Here, at the CEPE (European Centre for youth Products), I had the privilege to meet and be taught by one of the most significant marketing icons, Laëtitia CONDAMIN (in photo above) . You can tell she is doing something she truly loves from her simple smile under the mask. Her tremendous guiding spirit made us indeed enjoy the lesson.

Laëtitia has had a remarkable career path in the world of multinationals. After working with many well-known companies like Kraft Food, L’Oréal, Suchard, and Unilever at the « Consumer Insights » service, she is currently working as a professor-researcher at EM Normandie Business School. And not to forget to mention her thesis on “the stakes of ethical marketing in the food industry” under the supervision of our dearest CEPE director, Valérie Inés De La Ville.

Thanks to the CEPE’s cooperation with her, Laëtitia came this year too to give us a lecture on « Youth Marketing » for the students of the master 2 Marques et Produits Jeunesse / Digital Youth Marketing. And when I say « too, » I mean it’s not her first time to be here with us.

Almost forget about the startup in the title above! So, this was the first lesson I learned from Mrs. CONDAMIN, which is that marketing is crucial for any business. It is the cornerstone of any business model. From the moment you had the idea of launching your startup, you must consider marketing! Startup means a new business on the market; that’s right, you have said it « market, » so you need to study your market, your target audience, you need to define your unique selling proposal!

During the lecture with Mrs. Condamin, we assimilated all the concepts of the marketing rationale. We learned how to look at a wider range of the environment, taking it from all its cultural, social & economic aspects in which we will implement our marketing strategy. The key issue is how to choose the right market ideally with the right target audience for the exact offer to promote? We also learned about the segmentation, targeting, and positioning concepts which are the heart of the marketing strategies. We learnt that there is a big difference between strategic, operational, and organizational marketing, and trust me, it’s complicated! But with the detailed explanation of Mrs. Condamin, it was like a piece of cake.

It’s not just about the explanations but also about the case studies! Here at the CEPE we are used to doing case studies, inspired from actual real ones! We are tough with dynamism & interaction. And honestly, that’s what makes the master experience here unique. You do not just have some boring lectures with a ton of standard assignments! Here you rather have a dynamic program with projects to work on, which puts you in the heart of professional life. Here you are prepared for the real world! You learn how to interact professionally, lead a professional marketing meeting, think like a marketer, negotiate & convince others with your point of view.

Also, at the master Digital Youth Marketing (MPJ), we are offered the opportunity to meet with many iconic professional people in the youth industry, CEOs, co-founders,etc. All of this is thanks to our outstanding CEPE director, Valérie Inés De La Ville’s constant efforts. And thanks to her non-stop work, we, the students of the CEPE, are having this terrific experience.

Special Thanks to Laëtitia Condamin & to our dearest director Valérie Inés De La Ville

Written by Ms. Nourhane FATHALLAH, Student, M2 MPJ/Digital Youth Marketing

Intervention Christine CORRIERI – ARPP ( Autorité de Régulation professionnelle de la publicité)

Christine Corrieri directrice service conseil à l’ARPP et Responsable du Jury de Déontologie Publicitaire, est intervenue au mois d’octobre pour nous présenter cette association professionnelle dont la mission consiste à réguler la publicité en France : un cours qui nous a permis de mieux comprendre comment s’exerce cette mission et de prendre du recul sur les méthodes publicitaires.

L’ARPP désigne l’autorité de régulation professionnelle de la publicité. C’est une association privée créée en 1935 financée et administrée par des professionnels. Elle compte aujourd’hui près de 800 entreprises ou institutions adhérentes et une vingtaine de permanents opérationnels. L’adhésion des agences, annonceurs et médias se fait sur la base du volontariat. L’ensemble du secteur accepte volontairement de se soumettre aux règles ou principes de bonnes pratiques qu’ils ont définis en commun.

Son rôle et missions ?

Agir en faveur d’une publicité loyale, véridique et saine.

Faire vivre l’autodiscipline : offrir un lieu neutre de concertation, valoriser les résultats de l’autodiscipline, élaborer les règles… L’ARPP est une institution flexible qui s’ajuste aux évolutions de la société, et procède à l’actualisation des règles sur lesquelles la profession s’accorde. Nous avons donc appris ce qui se cachait derrière cette institution : son fonctionnement, ses missions et l’exemple de certains cas.

Entant que futurs marketeurs, il est essentiel d’avoir des connaissances en communication pour avoir une vision stratégique et optimale. Christine Corrieri, nous a permis de voir et de savoir ce qui est acceptable dans le domaine de la publicité adressée à la jeunesse, en prenant en compte le contexte, l’objectif et la vision des consommateurs.

Témoignages de quelques élèves :

« Le cours de Mme Corrieri était un cours riche je trouve, en l’espace de quelques heures tu te sens plus à l’aise dans l’analyse d’une publicité. Le cours a donné de bons réflexes à avoir face à une publicité. C’est rare qu’une intervention ait un impact aussi rapide sur ses récepteurs. » Jenni Ralison

« En ce qui concerne l’intervention de Mme Christine Corrieri, j’ai bien aimé la deuxième partie du cours où on avait des exemples de publicités réelles. Cette analyse de publicités a été particulièrement efficace pour retenir les règles présentées dans  la première partie du cours et les associer avec des cas pratiques. J’ai également trouvé son métier très intéressant et j’ai bien aimé le découvrir plus en détails. » Carole Mikhail

 

  • Par Alix DION, étudiante en M2MPJ

Portrait de Hagar SOUSA, diplômée en 2019

 

Vous avez suivi la formation en Master 2 Études de Marques et Produits Jeunesse. Que vous a-t-elle apporté ?

Cette formation m’a apportée une forte base de connaissances dans le domaine des produits de l’enfant. Etant donné que la cible enfant représente une grande partie de mon métier, toutes ces connaissances acquises lors des interventions ou des cours de M2 Marques et Produits Jeunesse, me servent régulièrement dans mon travail aujourd’hui.

Quel a été votre parcours ?

J’ai fait une formation de Commerce et Gestion au Caire à l’Université Ain Shams. Puisque mon Université est en partenariat avec l’IAE de Poitiers, j’ai fait mes études en double diplôme, et j’ai obtenu ma licence en Sciences de Gestion de l’IAE de Poitiers en 2018.

Le parcours universitaire étant de 4 ans en Egypte, j’ai profité de ma quatrième année de licence égyptienne pour faire un M1 en Sciences de Gestion.

J’étais tellement intéressée par le domaine des dessins animés que pendant mes années d’études, j’ai pris des cours de storyboard et de character design dans une école d’animation au Caire.

A la fin de ces cours, nous avions des projets à rendre, comme par exemple créer deux mascottes pour une entreprise égyptienne de confiseries qui était en train de penser son re-branding. Cette expérience m’a fait comprendre qu’il était possible de combiner ma passion et mes études de Gestion et Commerce.

Pendant ma troisième année à l’Université au Caire, j’ai dû préparer mon dossier pour l’admission aux Masters à l’IAE de Poitiers. Et c’est là que j’ai connu le CEPE à travers une étudiante qui avait choisi le parcours Packaging. Elle étudiait à ce moment-là au CEPE et elle m’a parlé de ses études. Je suis allée voir le site du CEPE et j’ai découvert qu’il y avait un autre parcours : Management de Marques et Produits Jeunesse. J’ai vu les témoignages des anciens étudiants, et je n’ai pas hésité à postuler. Et comme vous pouvez le constater, je n’ai pas du tout regretté mon choix !

Comment avez-vous trouvé votre emploi actuel ?

J’ai postulé à Millimages pour un poste d’Assistante Coordinatrice Licences pour mon stage de fin d’études au CEPE. A la fin de mon stage, on m’a proposé un CDD pour remplacer ma tutrice de stage qui était partie en congé maternité. Durant cette période, j’ai eu beaucoup de responsabilités, ce qui m’a permis de faire mes preuves assez vite. J’ai été donc embauchée, par la suite, en CDI en tant que Coordinatrice Licences.

Quelles sont vos perspectives d’évolution ?

J’ai beaucoup évolué au sein de Millimages. J’occupe actuellement le poste de Responsable des Approbations Graphiques. Je gère les approbations de tous les produits développés sous licence, pour toutes les propriétés de Millimages. Ceci me permet de gérer tout le processus de développement des produits et également coordonner les différentes tâches entre mon service et celui du Marketing et de Communication pour faire la promotion de ces produits.

Ce domaine me fascine tellement. Voir le produit final sur les rayons après l’avoir vu en concept 2D sur un document PDF, après avoir demandé des modifications et reçu pleins de prototypes, me donne une énorme fierté !

Avez-vous quelques conseils pour les étudiants intéressés par cette formation ?

Le CEPE est vraiment une référence dans le domaine de marques et produits pour les enfants. Les anciens du CEPE occupent actuellement plusieurs postes clés dans la plupart des entreprises qui ont les enfants comme cible principale. Pour tirer le meilleur de vos deux années d’études au CEPE, il faut :

  • Rester curieux sur tout ce qui a trait à la vie des enfants, des familles et des jeunes.
  • Profiter des cours avec les différents intervenants ! Ceci va vous aider à vous orienter vers le domaine qui vous parle le plus parmi les différents univers de l’enfance.
  • Poser des questions, demander plus d’informations sur des sujets qui vous intéressent particulièrement.
  • Rester en  contact avec les intervenants, parce que vous allez sûrement les croiser dans des salons professionnels (de jouets, ou autres.)

 

Une diplômée 2016 du CEPE-IAE de Poitiers lauréate du prestigieux Licensing France Award 2021

 

Toutes nos félicitations à Jeanne Balédent (Licensing manager chez Wildbrain CPLG), diplômée du Master MARKETING PLURIMEDIA JEUNESSE en 2016 !!!

Le prix RISING STARS – Jeune Espoir – récompense la prochaine génération de leaders dans le domaine des licences, ceux qui font preuve d’une véritable ténacité et ont eu un impact sur leurs entreprises et l’industrie dès le début de leur carrière professionnelle.

Jeanne BALEDENT a été élue « étoile montante française » par le Licensing International France, panel international de professionnels du licensing. Les prix ont été dévoilés jeudi 4 mars lors d’un événement virtuel qui a réuni près de 250 dirigeants de l’industrie du Licensing du monde entier. Lors de cet événement professionnel, parmi les 104 candidatures reçues, 12 lauréats – dont Jeanne fait partie – ont été sélectionnés.

Le saviez-vous ? : Licensing International France est la principale organisation commerciale de l’industrie mondiale des licences. La mission de Licensing International est de favoriser le développement des partenariats de dans une grande variété des secteurs dans le monde entier.

 

 

Portrait de Mehdi HANSALI, diplômé en 2006

Vous avez suivi la formation en Master 2 Études de Marques et Produits Jeunesse. Que vous a-t-elle apporté ?

En 2005, après mon Master Marketing à l’Ecole nationale de Commerce et de Gestion de Settat au Maroc, j’ai postulé à quelques masters en France. J’avais le choix entre trois masters dont celui du CEPE  » Management des produits de l’enfant ». Je m’interrogeais sur l’aspect spécialisé du master et me demandais si les opportunités de carrières futures ne risquaient pas d’être limitées… Lors de l’entretien de sélection, Inès de La Ville m’a bien expliqué que le master analyse plusieurs catégories de produits, au-delà du jeu et jouet, et que l’enfant est étudié de 0 à 21 ans sans être isolé de son environnement familial.

Mon choix était vite fait après avoir raccroché : je voulais intégrer le CEPE et je me projetais au-delà de la formation ! Le master m’a apporté d’excellentes bases tout au long de ma carrière car j’ai toujours été confronté à une cible Enfant / Famille qui faisait appel à nos cours de psychologie et sociologie qui s’imbriquaient à nos connaissances marketing.

Quel a été votre parcours ?

En 2006, J’ai obtenu mon Master 2 après avoir passé un stage à la Jetix Consumer Product (JCP) ; division licensing de la chaine Jetix du groupe Disney. Durant cette expérience, j’ai découvert le monde de la licence à travers les Totally Spies, Les powers Rangers, le petit hérisson Sonic ou encore l’attachante Pucca. Cette expérience m’a ouvert les portes de Paris Arabesques pour gérer des licences iconiques comme Fido Dido et les copains de la forêt ou encore le portefeuille automobile « British Motor Heritage » à l’image de la Mini Cooper, la Austin et La Healey. Route 66 étaient aussi une licence en vogue avec un grand potentiel rétro.

Cette diversité de licences et de catégories à gérer m’a bien forgé sur l’aspect marketing et commercial que nécessite le monde du Licensing.

En Juillet 2008, je décide de rentrer au Maroc afin de démarrer une expérience Marketing en tant que Chef de Produit marques Kids chez Lu de Danone (BIMO). J’ai eu la chance de gérer des marques kids comme PRINCE et PEPITO avec des résultats probants et des campagnes de communication avec des films en 3D très ludiques. J’ai également géré des marques « Teens » locales fortes historiques telles que TAGGER et TANGO avec des activations télé et digitales.

La maîtrise de l’insight consommateur et l’activation adéquate de l’ensemble des leviers du Mix Marketing passaient souvent par un retour aux enseignements reçus au CEPE. Concrètement, l’ajustement, d’un brief, l’explication d’un comportement, l’orientation de l’agence de communication et de la maison de production, ne sont que de simples exemples de l’intérêt de la formation dans la vie professionnelle en marketing.

Début 2011, les bons résultats obtenus m’ont permis d’accéder à une promotion interne en passant sur la catégorie produits laitiers frais chez Centrale Danone Maroc en tant que Senior Brand Manager. Le défi était de taille, car je devais gérer la marque Yawmy de Danone considérée comme la plus grande marque FMCG au Maroc « 150 Millions d’euros ». La gestion d’une méga marque passe aussi par la gestion des marques recettes de la gamme telle que Velouté, Danup, Jockey, Assil, Assiri et Le Nature.

Cette expérience m’a permis de maitriser l’aspect stratégique d’une master Brand avec un grand budget marketing destiné à plusieurs activation ATL et BTL dont l’objectif et de gagner plus de croissance et plus de parts de marché. Les problématiques famille, nutrition, développement de la catégorie étaient des sujets complexes à gérer mais très formateurs pour la suite de ma carrière. Après avoir fait mes preuves dans le marketing, la direction générale m’a proposé de devenir Vertical Growth Manager en charge du développement commercial au sein de la direction commerciale.

Après avoir réussi le projet de visibilité Danone sur le terrain, la mise en place du programme de monitoring de l’exécution commerciale et la proposition d’un nouveau programme de fidélité du club VIP, j’ai accepté la proposition du groupe BEL en 2016 en tant que Chef de Groupe Marketing en charge du développement du lait et Produits Laitiers Frais. La mission consistait à Lancer sous la marque KIRI une gamme de lait et produits laitiers pour la première fois au Monde. Ceci s’inscrivait sous la stratégie « beyond cheese » et l’acquisition de la première unité de production de lait et de yaourts dans le groupe BEL au monde. Cette diversification est une chance car il est très rare de le faire dans une carrière avec une des marques mondiales telles que KIRI dans le cadre d’un exercice de brand stretch très passionnant. Mon apport a porté pendant une année sur le volet études (U&A, Inno Screen, et Pipeline Innovation), la stratégie Marketing et communication de KIRI lait et PLF sans oublier le développement de la gamme pack et surpack KIRI.

Après avoir achevé ma mission marketing, le groupe m’a confié les clés de l’équipe commerciale détail en tant que National Retail Manager avec des défis business et une équipe de 200 personnes à manager. Contribuer de près au développement du business et des collaborateurs étaient la mission que j’ai relevé avec beaucoup de satisfaction avec mes équipes.

Quelles sont vos perspectives d’évolution ?

La double casquette Marketing et commerciale me permet de me positionner sur les deux métiers mais surtout profiter de la synergie des deux pour apporter une valeur ajoutée dans l’accomplissement de mes missions. Continuer mon évolution dans des postes de direction est mon souhait afin de prendre à terme un poste de direction générale dans les années à venir.

Avez-vous quelques conseils pour les étudiants intéressés par cette formation ?

Le CEPE est une référence certaine dans la cible enfant et famille. Il ouvre des perspectives sur plusieurs catégories de produits et de services allant du jeu et jouet au secteur bancaire et télécom, sans oublier l’agroalimentaire. On mesure la valeur d’une formation par le niveau de confiance et de préparation qu’un candidat ressent lors de son début de carrière dans l’entreprise. Le CEPE vous procure suffisamment de confiance en vous préparant au monde d’entreprise à vous de faire la différence sur le terrain. Pour cela :

  • Profitez de chaque jour au sein du CEPE et des intervenants reçus dans le cadre du Master
  • Rentrez en interaction avec le monde professionnel avant le stage et pleinement durant le stage
  • Soyez force de proposition avec une valeur ajoutée concrète durant votre stage de fin d’étude
  • Montrez votre curiosité à vos recruteurs et faite preuve de générosité professionnelle pour en recevoir en retour.

 

 

Les lutins du Père Noël fabriquent et……. réparent les jouets !!!

 

 

Une Barbie sans bras, un Rex boiteux, une Gameboy silencieuse… Et si, au lieu de jeter ces jouets cassés, vous les répariez ? La société Dagoma a lancé l’opération Toy Rescue et permet, grâce à l’impression 3D, d’obtenir les pièces détachées des 100 jouets les plus vendus des 30 dernières années et cela gratuitement. Une manière de lutter contre le gaspillage immense lié à ce secteur et de mettre en avant la réparabilité comme issue de la crise écologique. 

Qui pensait qu’en arrivant à Roubaix, dans l’ancienne usine de la Redoute, nous allions découvrir les trésors du Père Noël le plus écoresponsable de France ? Sur les étagères de la société spécialiste des imprimantes 3D, Dagoma, trônent les jouets les plus populaires de notre enfance. Une Barbie mâchouillée par un chiot, un Rex sans pattes, un Wolverine qui a perdu ses griffes, un Spiderman décapité… Tous ces précieux objets étaient pourtant il y a encore quelques mois, voués à finir leur vie au fond d’une poubelle. Dagoma a trouvé la solution pour réparer nos jouets préférés.

« On s’est rendu compte que 40 millions de jouets sont jetés chaque année en France car il n’existe pas de pièces détachées des jouets« , constate Florent Vanhove, Développeur d’idées chez Damoga. « On a travaillé avec une équipe de designers pour rechercher et dessiner toutes les pièces des 100 jouets les plus vendus des 40 dernières années, du Monopoly à M. Patate. On a créé la plateforme Toy Rescue qui permet de télécharger gratuitement les pièces détachées des jouets qui sont cassés pour pouvoir les réimprimer en 3D », explique Florent Vanhove. Pour en savoir plus sur cette succes story : https://t.co/8s3iReCLtx

Source : Marina Fabre, Journaliste chez Novethic (Novethic.fr)