SDT – Small Data Transmission (3ème)

Procédure d’accès aléatoire EDT/RA-SDT

La spécification R.15 propose une évolution de la procédure d’accès aléatoire nommée EDT Early Data Transmission. En cours de procédure d’accès aléatoire, le mobile UE peut transmettre des données dans le message 3 dont la taille est comprise entre 328 et 1000 bits et le message 4 est utilisé pour la transmission descendante [4]. La taille TBS (Transport Block Size) est toutefois imposée par l’accès radioélectrique RAN dans un message 2 RAR.

La transmission des données s’effectuant pendant la phase d’accès aléatoire, le mobile est soit à l’état RRC_IDLE soit à l’état RRC_INACTIVE, mais il n’est pas encore passé à l’état RRC_CONNECTED.

Deux optimisations pour la transmission EDT sont proposées :

  • CP-EDT : Control Plane EDT lorsque le mobile est à l’état RRC_IDLE
  • UP-EDT : User Plane EDT lorsque le mobile est à l’état RRC_INACTIVE

La procédure MO-EDT (Mobile Originating EDT) permet au mobile UE de transmettre des données lorsque la couche haute demande l’établissement d’une connexion RRC ou l’activation de la connexion RRC (resume) pour la transmission de données (MO Data). La cause de l’établissement n’est ni un SMS, ni de la signalisation mais la transmission de données.

Pour activer la transmission EDT, le mobile UE doit informer la station de base qu’il transmettra au cours du message 3 de la procédure RACH des paquets de données. Si la station de base supporte la transmission EDT, elle propose aux terminaux UE des séquences PRACH particulières (ou NPRACH pour le NB-IoT) en diffusant cette information dans le SIB2. Le terminal choisira une séquence PRACH pour constituer le message 1.

Dans le message 3 de la procédure RACH :

  • Si le terminal est à l’état RRC_IDLE, la transmission CP-EDT est mise en oeuvre et le terminal transmet la requête RRCEarlyData Request avec le message NAS encapsulé (S-TMSI, establishmentCause, dedicatedInfoNAS);
  • Si le terminal est à l’état RRC_INACTIVE, la transmission UP-EDT est mise en oeuvre et le terminal transmet la requête RRCResumeRequest

Le message EDT est transmis en clair sur l’interface radio si le mobile était à l’état RRC_IDLE ou chiffré en utilisant le contexte de sécurité AS si le mobile était à l’état RRC_INACTIVE. Le message NAS est quant à lui chiffré selon les clés de sécurités NAS connues au niveau du mobile UE et du cœur de réseau (MME/AMF).

Figure 8 : Protocole de transmission CP-EDT

Figure 9 : Protocole de transmission UP-EDT

Procédure de transmission pré-configurée PUR (Preconfigured Uplink resource)

La spécification 3GPP R.16 PUR [5,6] propose de réduire davantage la signalisation par rapport à la procédure EDT en supprimant les messages 1 et 2 de la procédure d’accès aléatoire.

Le mobile dispose ainsi d’une pré-configuration lorsqu’il est à l’état CONNECTE lui permettant de connaître :

  • Les spécifications de ressources (UL-Grant) ;
  • Le schéma de modulation et de codage MCS ;
  • Le nombre de répétition PUSCH ;
  • L’identifiant radio RNTI à utiliser : PUR C-RNTI

La configuration du mobile par un message RRC est déclenché soit par le mobile avec une requête PUR Configuration Request ou par l’eNB ou le réseau à travers un message RRC.

Dans le cas d’étude qui nous intéresse, le mobile étant statique la valeur du Timing Advanced (TA) ne change pas, dans le cas ou le mobile conserve la même cellule de service (Serving Cell). Comme évoqué dans l’introduction, le changement de cellule peut intervenir en cas de défaillance de la station de base lorsque le mobile est en écoute.

L’allocation de ressource de type 5, uniquement applicable pour les terminaux BL/CE est configurée à partir du paramètre PUR-Config [6].

La première transmission PUSCH PUR est séquencée par un message RRC, les messages subséquents sont ordonnancés par un message DCI.

Une étude plus importante doit être menée pour connaitre les conditions de validité de cette procédure.

 Etats RRC_INACTIVE et RRC_CONNECTED

L’état RRC INACTIVE a été introduit de manière à conserver au niveau de la station de base et du mobile UE le contexte AS (Access Stratum), dans le but de réduire la consommation énergétique et le nombre de messages échangés entre le mobile UE et la station de base.

La spécification R.13 introduit deux nouveaux messages : RRC SUSPEND et RRC RESUME pour modifier l’état du mobile UE au niveau du mobile et de la station de base.

Dans l’état RRC INACTIVE, le mobile et la station de base suspendent leur connexion radioélectrique mais le contexte AS est conservé au niveau du mobile et de la station de base. Le cœur de réseau considère que le mobile est toujours à l’état RRC CONNECTED. La sélection de cellule est gérée par le mobile mais le paging est géré par la station de base.

Figure 10 : Les états du mobile UE 4G/5G

Figure 11 : Grafcet des états du mobile

Lorsque le mobile UE est à l’état RRC INACTIVE, il dispose d’un identifiant I-RNTI permettant d’identifier le contexte AS et permettant à la station de base de s’adresser au mobile UE via les messages de signalisation RRC, mais l’identifiant I-RNTI n’est pas utilisé pour embrouiller les bits du CRC.

Il y a deux formats I-RNTI :

  • Un format court de 24 bits
  • Un format long de 40 bits

Le mobile UE utilise l’un des deux formats en fonction de l’information portée par le drapeau « useFullResumeId » porté par le message SIB1.

Figure 12 : Les informations concernant l’identifiant I-RNTI portées par le SIB1

Le format court est utilisé de préférence dans les macro-cellules, le format long pour les micro-cellules ou pico-cellule. En effet, dans le cas des macro-cellules, lorsque le terminal est situé à l’extrémité de la cellule, la connexion radio est mauvaise. La taille minimale du TBS est de 48 bits, si les conditions radios sont mauvaises alors les données pouvant être transmises sans segmentation doivent avoir une taille inférieure à 48 bits. Le Short-I-RNTI ne faisant que 20 bits est préféré au Full-I-RNTI.

L’identifiant I-RNTI est utilisé pour notifier le mobile UE d’une procédure de paging ou pour mettre à jour la localisation (RNA Update). L’identifiant I-RNTI n’est pas utilisé lors de la procédure PRACH pour embrouiller la séquence DCI, il est transmis dans un message RRC, remplaçant l’identifiant UE_Identity.

La séquence DCI est toujours embrouillée par un identifiant RA-RNTI puis TC-RNTI. A ce titre, le TC-RNTI doit remplacer l’ancien C-RNTI de la précédente transmission SDT (cf la demande de modification : https://portal.3gpp.org/ngppapp/DownloadTDoc.aspx?contributionUid=R2-2102084)

Procédure

Figure 13 : La procédure d’activation de lien RRC (Passage de l’état RRC INACTIVE à l’état RRC Connected)

RRCRESUMEREQUEST ou RRCRESUMEREQUEST1

Quand le mobile UE souhaite transmettre un message, il déclenche la procédure d’accès aléatoire puis demande le rétablissement de la connexion radioélectrique via le message RRCResumeRequest ou le message RRCResumeRequest1. Le mobile émet la requête RRCResumeRequest1 si le SIB1 contient l’information useFullResumeID pour transmettre l’identifiant I-RNTI sur 40 bits. Sinon, le mobile émet la requête RRCResumeRequest avec l’identifiant SHORT-IRNTI.

UE CONTEXT RESUME REQUEST

La procédure UE CONTEXT RESUME REQUEST permet à l’eNB d’indiquer au cœur de réseau (MME/AMF) que le mobile UE souhaite reprendre la connexion RRC suspendue ou pour permettre l’émission d’un message EDT.

5G-NR : RA-SDT et CG-SDT

La procédure RA-SDT est similaire à la procédure EDT lorsque le mobile est soit à l’état de veille, soit à l’état inactif en proposant de transmettre le signal en 4 étapes ou en 2 étapes. Plus précisément, la R.16 propose une procédure d’accès aléatoire en 2 étapes nommées 2-Step RA.

La transmission EDT ou RA-SDT transmet les informations lorsque le mobiles est à l’état de veille (CP-EDT) ou à l’état RRC_INACTIVE (UP-EDT ou RA-SDT). La procédure d’accès aléatoire 2-Step RA permet donc de transmettre les données en 2 étapes seulement.

La procédure CG-SDT est similaire à la procédure PUR lorsque le mobile est à l’état inactive.

L’une et l’autre sont en cours de spécification dans la R.17 [7]. La mise en œuvre de la R.17 radio ne sera pas réalisée avant 2024/2025.

Je bloque actuellement sur le point suivant :

En reprenant la spécification TS 36.300 :

« Transmission using PUR allows one uplink transmission from RRC_IDLE using a preconfigured uplink resource without performing the random access procedure. »

Mais, la 3GPP définit la transmission PUR de la manière suivante :

« Transmission using PUR is triggered when the upper layers request the establishment or resumption of the RRC Connection »

Cela signifie donc que l’UE est à l’état RRC_INACTIVE et non à l’état de veille?

Conclusion

Pour passer du mode de veille au mode connecté, le terminal UE émet une séquence aléatoire dont les caractéristiques (racine de la séquence) et l’instant d’émission est transmise par la station de base au mobile UE.

Concernant l’émission de la séquence aléatoire, la sous-trame de transmission est définie par le message SIB2.

La transmission SDT est défini comme une transmission pour laquelle l’UE n’a pas besoin de passer à l’état RRC_CONNECTED.

La procédure de transmission de message SDT à 2 messages (EDT ou RA-SDT) consiste à transmettre les données lors de la procédure d’accès aléatoire à l’état RRC_IDLE ou RRC_INACTIVE.

La procédure de transmission PUR ou CG-SDT nécessite que le mobile soit à l’état RRC_INACTIVE suivant un état RRC_CONNECTED. Lorsque le mobile est à l’état RRC_CONNECTED, la station de base transmet la configuration des allocations de ressource à l’UE (MCS, UL Grant, TA). Cette configuration n’est valable que tant que le mobile reste sous la couverture de la même station de base (pas de modification du TA Timing Advanced).

 Pour plus d’information, n’hésitez pas à me contacter pour une formation sur les réseaux LPWAN.

Ressources Bibliographiques

[1] TS 136 211 – V14.2.0 – LTE; Evolved Universal Terrestrial Radio  Table 5.7.1-2: Frame structure type 1 random access configuration for preamble formats 0-3

[2] TS 136 211 – V14.2.0 – LTE; Evolved Universal Terrestrial Radio  Table 5.7.2-4: Root Zadoff-Chu sequence order for preamble formats 0 – 3

[3] TS 136 211 – V14.2.0 – LTE; Evolved Universal Terrestrial Radio  Table 5.7.2-2 NCS for preamble generation (preamble formats 0-3)

[4] Andreas Höglund, Dung Pham Van, Tuomas Tirronen, Olof Liberg, Yutao Sui, and Emre A. Yavuz, “3GPP Release 15 Early Data Transmission”, 2018, IEEE Communications Standards Magazine ( Volume: 2, Issue: 2, JUNE 2018), p90-96, https://doi.org/10.1109/MCOMSTD.2018.1800002

[5] Andreas Höglund, G. A. Medina-Acosta, Sandeep Narayanan Kadan Veedu, Olof Liberg, Tuomas Tirronen, Emre A. Yavuz, and Johan Bergman , 3GPP Release-16 Preconfigured Uplink Resources for LTE-M and NB-IoT

[6] 3GPP TS 36.213, R.16.8.0 : Evolved Universal Terrestrial Radio Access (E-UTRA); Physical layer procedures

[7] 3GPP TS 38.321, R.17.0.0 (mars 2022), MAC protocol Specification.

Etablissement de la connexion radioélectrique : Comparaison 4G et 5G

En reprenant la procédure de demande de connexion d’accès 5G SA, j’ai constaté qu’il y avait deux types de requêtes RRC différentes pour la même procédure.

Le premier échange pour l’établissement de la connexion radioélectrique est identique aux échanges entre le terminal et la station de base 4G, le deuxième échange diffère dans le type de message transmis.

La question qui se pose est donc la suivante : Pourquoi trouve t’on deux types de messages différents pour la même procédure et laquelle est correcte?

Afin de comprendre laquelle était juste, j’ai comparé plusieurs articles pour m’apercevoir qu’au final, la spécification TS 3GPP a évolué entre mars 2018 et novembre 2018. Ce qui explique les deux formalismes différents rencontrés.

Ainsi, je propose dans cet article de comparer la demande d’accès radioélectrique entre un mobile et une station de base 4G et entre un mobile et une station de base 5G en se basant sur la spécification R15 (qui est à l’état gelé).

  1. Introduction

Lorsque le mobile souhaite établir ou ré-établir la connexion radioélectrique avec la station de base, il doit dans un premier temps informer la station de base de sa présence par la procédure d’accès aléatoire avec collision. Il s’agit de la connexion initiale destinée à gérer les conflits éventuels si plusieurs mobiles font simultanément une demande d’accès.

Ensuite, la station de base sécurise le lien radioélectrique (la strate d’accès AS) par chiffrement et intégrité de la strate radioélectrique AS (Access Stratum).

Nous allons présenter dans cet article la connexion radioélectrique sur l’interface 4G et sur l’interface 5G, mettant ainsi en avant les différences et les similitudes.

2) La procédure d’accès aléatoire avec collision 4G

La procédure d’accès aléatoire avec collision, lors de l’établissement ou du rétablissement de la connexion avec un nœud radioélectrique est décrite à la figure 1.

Le mobile choisi un préambule aléatoirement parmi la liste des préambules proposées par la station de base 4G (message SIB2) et transmet sa demande via le canal physique PRACH avec une puissance initiale P.

Le signal PRACH est transmis sur une fréquence porteuse et pendant une sous-trame qui permet de calculer la valeur RA-RNTI d’émission :

En cas de non-réponse de la station de base eNB, le mobile retransmet le même canal PRACH en augmentant la puissance d’émission. Le nombre maximal de retransmission est indiqué par l’information système porté par le SIB2.

Le risque de collision est lié au fait que plusieurs mobiles peuvent transmettre le message PRACH au même instant (donc avec le même identifiant RA-RNTI). La collision ne se produit que si deux mobiles émettent simultanément avec le même préambule.

Lorsque la station de base eNB reçoit le canal physique PRACH, elle calcule l’avance de temps TA et répond au mobile. Le mobile écoute le canal physique PDCCH (Physical Downlink Control Channel) à la recherche de l’information de contrôle DCI format 1A ou 1C dont le RRC est mélangé avec l’identifiant RA-RNTI. Lorsque le mobile récupère l’information DCI correspondant à la réponse d’une demande d’accès aléatoire avec l’identifiant RA-RNTI, le mobile récupère les données correspondantes qui sont transmises par la station de base dans le canal physique PDSCH (i s’agit de la trame MAC RAR).

La trame MAC RAR (Random Access Response) contient l’indice du préambule, l’avance de temps TA, la ressource à utiliser (UL Grant) pour la transmission dans le canal montant et l’identité temporaire TC-RNTI (Tempory Cell RNTI). C’est par l’indice de préambule que le mobile est capable de savoir si la réponse lui est destinée (sauf en cas de conflit). Ainsi, si deux mobiles ont fait simultanément la demande d’accès aléatoire avec deux préambules différents, chaque mobile trouvera son identifiant dans la trame MAC RAR.

Le mobile initialise son avance de temps TA et répond avec le message RRC ConnectionRequest contenant :

  • l’identité temporaire S-TMSI (Shortened Temporary Subscriber Identity), si le mobile est déjà attaché;
  • un nombre aléatoire dans le cas contraire (40 bits).

Si deux mobiles avaient fait une demande d’accès aléatoire simultanément avec le même préambule, alors l’entité eNB reçoit les deux message RRC ConnectionRequest sur les mêmes ressources radioélectrique, elle répond au mobile pour lequel elle a pu décoder la requête par le message RRC ConnectionSetupComplete comprenant :

  • l’information DCI dans le canal physique PDCCH ;
  • l’en-tête MAC RAR contenant l’élément de contrôle UE CRI (Contention Resolution Identity). Cet élément de contrôle reproduit l’identité du message RRC ConnectionRequest, permettant ainsi de résoudre la collision.

Le mobile récupère l’information DCI à partir de l’identité TC-RNTI et récupère, à partir de l’information DCI, la description de ses données dans le canal physique PDSCH.

Si deux mobiles avaient simultanément fait une demande d’accès aléatoire avec le même préambule, seul un mobile reçoit la réponse avec l’identifiant S-TMSI ou le numéro aléatoire choisi, le conflit est ainsi résolu.

Après résolution de collision, l’identité temporaire TC-RNTI devient l’identité définitive C-RNTI attribuée au mobile.

Le mobile confirme la connexion radioélectrique en indiquant son C-RNTI dans l’élément de contrôle de la trame MAC du message RRC ConnectionSetupComplete.

Figure 1 : La demande d’accès aléatoire en 4G

 

3) La procédure de connexion radioélectrique 4G

Dans le message RRC ConnectionSetupComplete, le mobile transfère le message NAS dédié au cœur de réseau. Il peut s’agir d’une demande d’attachement et d’établissement de support, ou d’une demande de service (ServiceRequest) pour le ré-établissement d’un support.

Figure 2 : La demande de ré-établissement de support en 4G

Les 4 premiers messages  concernent la procédure d’accès aléatoire. Dans le 5ème message RRC ConnectionSetupComplete, le mobile confirme la connexion du support radioélectrique et transmet la raison de sa demande (message NAS : Non Access Stratum);

L’entité eNB transfère la requête auprès du MME via le message X2 Initial UE Message (non présenté ici). Si l’entité MME acquitte la demande, alors la station de base eNB va procéder à la sécurisation du lien radioélectrique par la requête RRC Security Mode.

Une fois la capacité de chiffrement des messages validés par le mobile (RRC Security Mode Complete), la station de base configure un nouveau support radioélectrique pour l’échange de trafic (RRC Connection Reconfiguration).

 

4) La procédure d’accès aléatoire avec collision 5G

Dans le cas de la procédure d’accès aléatoire 5G, la bande passante est découpée en partition de bande BWP. Dans chaque sous bande BWP, la station de base diffuse le bloc SSB (signal de synchronisation et le canal BCCH) permettant au mobile de se synchroniser en temps et en fréquence et de lire les informations portées par le message MIB.

Pour faire sa demande d’accès aléatoire, le mobile recherche la partition BWP d’accès initiale. La partition de bande initiale correspond à une sous-bande de fréquence dans laquelle la station de base émet le bloc SSB avec en plus un espace de recherche sur lequel le mobile pourra scruter le message d’information DCI transmise par la station de base en réponse à la requête PRACH du mobile.

Si la station de base gNB peut émettre des slots SSB dans des faisceaux différents (beam sweeping), le mobile sélectionne le faisceau de meilleure qualité.

A l’instar de la 4G, le mobile transmet la demande d’accès par le canal PRACH avec une puissance P. Néanmoins, la valeur d’identifiant RA-RNTI se calcule de la manière suivante :

Si le nœud radioélectrique reçoit le canal physique PRACH, il calcule l’avance de temps TA et il transmet la trame MAC RAR (Random Access Response) au mobile (message 2) en lui attribuant les ressources radioélectriques pour le prochain message montant (UL Grant) et l’identité temporaire TC-RNTI (Tempory Cell RNTI).

Figure 3 : La demande d’accès aléatoire en 5G

 

Pour plus d’information sur la procédure RACH, se référer à l’article suivant : http://blogs.univ-poitiers.fr/f-launay/2019/10/14/etablissement-de-la-connexion-radio-partie-3-la-procedure/

5) La procédure de connexion radioélectrique 5G

Sur le web, on trouve deux procédures de connexion radioélectrique :

  • l’une antérieure à la Release V15.4.0 (par exemple : 3GPP TS 38.401 V15.3.0 (2018-09)) où l’on retrouve les mêmes messages que la procédure de connexion radioélectrique 4G
  • la version officielle pour laquelle les messages sont dorénavant les suivants (message RRC similaire en supprimant le mot Connection)

Figure 4 : Les messages RRC pour la demande d’accès aléatoire en 5G

Ainsi, en s’appuyant sur la Figure 8.1-1: UE Initial Access procedure du document 3GPP TS 38.401 V.15.4 ou supérieure (jusqu’à V16.2), on observe le call-flow suivant.

Figure 5 : La procédure d’accès initiale en 5G

 

6) Conclusion

La procédure d’accès initiale en 4G et 5G reste assez similaire, l’approche simplifiée de cet article ne permet pas d’entrer dans les détails de la sélection de faisceau pour l’accès initial 5G. Je prendrai le temps dans un prochain article pour le détailler.

Etablissement de la connexion radio – Partie 2 : Les ressources et l’identifiant aléatoire

Avant d’émettre sa demande d’accès aléatoire, le terminal doit récupérer un ensemble d’informations transmises par la station de base via le message SIB2 :

  • la configuration du PRACH (prach-ConfigIndex) ;
  • le jeu des préambules d’accès aléatoires disponibles (la racine q et les décalages de la séquence, se référer à la partie 1) ;
  • la fenêtre temporelle pour la réponse (ra-ResponseWindowsSize) ;
  • la puissance d’émission du préambule initial (preambleInitialRecievedTargetPower) ;
  • le facteur de rampe de puissance (powerRampingStep) ;
  • en cas de non réponse, le nombre maximum de préambules pouvant être émis (preambleTransMax) ;
  • le temporisateur de résolution de contention (mac-ContentionResolutionTimer)

Figure 1 : Extrait des informations du SIB2

A partir de :

  • l’information msg1-FrequencyStart, le terminal UE calcule la position fréquentielle de la localisation du canal PRACH ;
  • l’information msg1-FDM, le terminal connait le nombre d’occasion PRACH dans le domaine fréquentiel

A titre d’exemple :

Dans la bande FR2 :

Figure 2 : La configuration de l’accès aléatoire selon la table 38.211 v15.5-Table 6.3.3.2-4

Les numéros de slot de référence sont le 19 et le 29, nous allons maintenant calculer la position du slot du RACH à partir de la référence du slot 19 :

N°slot_RACH=Starting_symbol + Numero_occassion_PRACH*Durée_PRACH+Nbre_symboles_par_slot*numero_du_slot

Avec :

  • Starting_symbol est une valeur indiquée dans le tableau, la valeur est à 7
  • Numero_occassion_PRACH correspond aux occasions du RA. L’indice démarre à 0 jusqu’à Number_of_time_domain_occasion – 1. La valeur vaut 0
  • Nbre_symboles_par_slot est de 14
  • Numero_du_slot se calcule par la formule suivante :
    • Si SCS = {1,25 kHz, 5 kHz, 15 kHz, 60 kHz} alors Numero_du_slot=1
    • Si SCS = {30 kHz, 60 kHz} et
      • si le nombre de slot RACH par sous-trame =1 alors Numero_du_slot=1
      • sinon Numero_du_slot={0,1}

Dans notre exemple, le symbole sur lequel démarre le canal PRACH est à la position : 7+0*6+14*1=21 par rapport au slot 19. Il se situe donc à la position du symbole 7 du slot 20

Figure 3 : Exemple de transmission du PRACH (FR2, format A3)

Une fois le préambule sélectionné, le terminal UE détermine la prochaine occasion pour envoyer sa demande. La puissance d’émission est estimée à partir des paramètres reçus par le SIB2 et en augmentant la puissance à chaque retransmission.

La demande d’accès est contrôlée par la station de base en indiquant par le message SIB2 les occasions du canal PRACH dans le domaine temporel et fréquentiel.

Ressources Temporelles (prach-ConfigurationIndex)

La référence temporelle est la durée d’une trame, soit 10 ms. La transmission du canal PRACH au cours de la trame est définie par les paramètres suivants :

  • PRACH configuration period : Le numéro de trame SFN utilisé pour transmettre le canal PRACH est défini par la condition suivante : x mod SFN = y.
    • A titre d’exemple x=16, alors les occasions du canal PRACH sont espacées de 160 ms
    • Si x=16, y=1, alors les numéros de trames portant le canal PRACH sont définis par le numéro de trame SFN 1,17,33,49,…
  • SubFrame Number : Indique le ou les sous-trames dans la trames qui transportent le canal PRACH
  • Slots with PRACH : La référence est un espacement entre sous-porteuses (SCS) de 60 kHz, pour laquelle on a 4 slots par sous trames soit 40 slots par trame. Le nombre d’occasion est donc de 40 lorsque l’espacement entre sous-porteuses est de 60 kHz ou 40*2 slots pour un espacement entre porteuses de 120 kHz.

Ressources Fréquentielles

  • msg1-FrequencyStart : Indique la première ressource PRACH
  • msg1-FDM : Indique le nombre de ressources fréquentielles pour le PRACH (1,2, 4 ou 8)

A partir de ces valeurs, le numéro de la sous-trame et l’index de fréquence utilisé par le terminal pour transmettre sa demande d’accès aléatoire permet de calculer l’identifiant radio RA-RNTI :

RA-RNTI= 1 + s_id + 14 × t_id + 14 × 80 × f_id + 14 × 80 × 8 × ul_carrier_id

  • s_id : Index du premier symbole OFDM (entre 0 et 13)
  • t_id : Index du premier slot dans la trame (entre 0 et 79)
  • f_id : Index dans le domaine fréquentiel (entre 0 et 7)
  • ul_carrier_id est égal à 1 si la demande est faite dans la bande SUL, 0 sinon

Cette valeur sera utilisée par l’entité gNB pour répondre au terminal : le terminal écoute le canal PDCCH émis par l’entité gNb et recherche la réponse pour laquelle le code détecteur d’erreur CRC est mélangée par l’identifiant RA_RNTI (ou exclusif).

En fin de transmission, le terminal UE écoute (sur une durée définie) la réponse de l’entité gNB laquelle contient le numéro de référence RA-RNTI.

Références

3GPP 38.211

https://www.sharetechnote.com/html/5G/5G_RACH.html