Vaccination: conséquences funestes des peurs irrationnelles

28 février 1998. Andrew Wakefield, un scientifique britannique aujourd’hui tristement célèbre, lâche sa bombe médiatique. Il annonce devant la presse avoir trouvé un lien entre le vaccin ROR et l’autisme. Il s’appuie pour cela sur un article qu’il vient de publier dans une prestigieuse revue: The Lancet. La nouvelle fait sensation dans les médias britanniques tandis que les réfutations scientifiques peinent à se faire entendre. C’est d’ailleurs bien plus tard que l’on apprendra que Wakefield avait truqué ses résultats. Mais le mal est fait: vent de panique en Angleterre, le taux de vaccination chute. Des épidémies de maladies qu’on pensait éradiquer refont surface. C’est 14 ans après seulement que le niveau de vaccination revient enfin à son niveau « pré-Wakefield » en Angleterre, toujours pas suffisant pour garantir une immunité de groupe. Le business de la peur tue!

La peur, puissant destructeur de la raison

Ce n’est pas seulement grâce au charisme de Wakefield ou à la vraisemblance de ses résultats que l’amalgame vaccins/autisme a si bien fonctionné 1. Le succès de cette annonce est principalement lié à la manière dont le cerveau traite une information à caractère anxiogène. Dans cette affaire, les enfants sont en première ligne, l’autisme est une maladie terrifiante dans l’imaginaire collectif et la vaccination est souvent vécue comme quelque chose d’imposé et de chimique/industriel (donc non naturelle). De plus, ses bénéfices -paradoxalement- sont oubliés du fait de son incroyable efficacité: des parents qui, autrefois, voyaient autour d’eux des enfants mourir de la rougeole 2 avaient bien plus tendance à suivre à la lettre le calendrier vaccinal.

Voilà une parfaite recette pour déclencher la peur au delà de la raison: absence de sentiment de contrôle, rapport risque/bénéfice complètement biaisé car les bénéfices sont oubliés, risques artificiellement décuplés (d’autant plus que cela touche les enfants) et enfin produits non « naturels » donc considérés comme potentiellement dangereux. Je ne parle même pas des théories de types conspirationnistes mêlant gouvernement, médecins et trusts pharmaceutiques.

Les vaccins ne sont en rien corrélés à l’autisme!

L’annonce de Wakefield a déclenché un tel choc dans la communauté scientifique que de nombreuses études ont été publiées sur le sujet depuis 3. Toutes sont unanimes: aucun lien n’a pu être observé entre les vaccins et l’autisme. Le Japon fut aussi le lieu d’une expérience grandeur nature. L’injection du vaccin fut arrêtée dès 1993 (soupçonnée à tort de provoquer la méningite) mais l’incidence de l’autisme a continué d’augmenter. Qu’à cela ne tienne, les mouvements antivaccination se sont alors attaqués à une autre caractéristique, les adjuvants utilisés dans les vaccins et notamment le mercure. Ce dernier est en effet un composé connu pour être fortement neurotoxique. Oubliez le ROR, la nouvelle bombe médiatique est encore plus puissante: les vaccins sont tous dangereux! Il suffit de regarder certains ingrédients utilisés 4: mercure, aluminium, formaldéhydes. Les scientifiques le disent eux-mêmes, ces composés sont dangereux pour la santé!

Certes ces produits sont dangereux, mais comme d’habitude la science est un peu plus complexe, car tout composé est susceptible d’être dangereux: c’est la dose qui fait le poison! 5

Mercure

Le mercure dont on parle dans les vaccins est en fait contenu dans un composé appelé thimérosal. C’est un agent de conservation qui permet de prévenir la contamination du vaccin par des bactéries pendant sa production, un peu à l’image du mercurochrome pour ceux qui se souviennent. Deux peurs non fondées sont liées à l’utilisation de ce conservateur: d’abord, la toxicité bien documentée du mercure, ensuite, le fait qu’il puisse s’accumuler dans le corps et finir par dépasser les doses autorisées.

Comme je le disais, la toxicité du mercure n’est pas discutée, des exemples d’intoxications grandeur nature existent malheureusement dans l’histoire, les habitants de Minamata sont là pour en témoigner. Cette histoire dramatique est néanmoins éclairante dans notre problématique. Minamata est une région japonaise où une entreprise dénommée Chisso a déversé du méthylmercure dans les eaux usées pendant des décennies (1930 à 1960). Ce méthylmercure a la particularité de s’accumuler dans les organismes et a fini par intoxiquer des milliers de personnes via l’alimentation de produits de mer. Qu’en est-il pour nos vaccins?

Il se trouve que le thimérosal est un éthylmercure, une forme qui est connue pour être beaucoup moins toxique. Contrairement au méthylmercure, il se dégrade dans le corps au bout de quelques semaines et ne présente pas les mêmes dangers d’intoxication par accumulation que le méthylmercure. Quant aux doses, sachez que celles reçues par un vaccin qui contiendrait du thimérosal est inférieure à celles que vous ingérez en mangeant une boîte de thon sans oublier que le thon contient du méthylmercure tandis que le vaccin contient un éthylmercure. Cela devrait, je l’espère, faire réfléchir un peu (et non, arrêter de manger du thon n’est pas là où je voulais en venir!!).

Notons enfin que la campagne antivaccination est largement à l’origine du retrait du thimérosal dans de nombreux vaccins contribuant à un effet « boule de neige »: « si les trusts pharmaceutiques décident de l’enlever, c’est un aveu de sa dangerosité ». Ce retrait n’est nullement justifié scientifiquement et est largement une affaire de politique/marketing. Il n’est d’ailleurs pas sans conséquences pour les pays en voie de développement (voir plus bas).

Aluminium

L’aluminium contenu dans les vaccins sert principalement à augmenter et rallonger la réponse immunitaire. Cela permet de réduire la présence d’antigènes dans les vaccins, diminuant ainsi le risque d’effets secondaires. L’aluminium est aussi connu pour ses effets toxiques à des doses supérieures à la norme (moins de 2mg par kilo: un homme de 80kg peut recevoir jusqu’à 100mg sans risques). Comme dans le cas du thimérosal, la dose reçue d’aluminium par les vaccins (la plupart entre 0,2 mg à 0,85 mg) est extrêmement faible comparée aux normes exposées ci-dessus. Nous absorbons d’ailleurs de l’aluminium par notre alimentation. Le lait maternel en contient 0.04 mg, les préparations lactées pour bébés contiennent de 0.2 mg à 1.1 mg. Notons pour finir que cet aluminium est encore plus rapidement éliminé de l’organisme que l’éthylmercure; le corps en élimine la moitié en une journée.

Formaldéhyde

Le formaldéhyde est bien connu des biologistes qui s’en servent pour conserver des tissus (biologiques) en tous genres. Dans les vaccins, il est utilisé principalement pour « inactiver » les virus contre lesquels on cherche justement à s’immuniser. A vrai dire, on n’en trouve que des traces dans les vaccins: jamais plus de 0.1mg par dose de vaccin. Pour vous donner une idée, manger des fruits vous expose à quelques milligrammes de formaldéhyde (à vos calculettes)! Sans parler du fait que votre sang contient naturellement du formaldéhyde, un bébé par exemple en possède environ 1mg par litre de sang à comparer au 0.1mg injecté par le vaccin.

Conséquences par ricochet d’une peur non fondée

Au delà des retours d’épidémies de maladies que l’on pensait bannir à jamais, des conséquences plus sournoises de cette campagne, basée principalement sur la peur, touchent les pays pauvres. C’est le cas par exemple du retrait du thimérosal dans de nombreux vaccins et les discussions de son interdiction. Ce conservatif permet en effet de développer des vaccins qu’on appelle multi-doses. Comme leur nom l’indique, les vaccins multi-doses peuvent être utilisés plusieurs fois grâce à la présence du thimérosal qui empêche d’éventuelles contaminations. Les multi-doses sont particulièrement adaptées pour lutter contre les épidémies de masses (particulièrement dans les pays pauvres): ils sont beaucoup moins chers à développer et permettent d’économiser de la place! Bannir le thimérosal ne devrait pas affecter les pays riches qui ont les infrastructures nécessaires pour développer des vaccins mono-doses (qui ne contiennent pas de thimérosal) mais touchera inévitablement les pays pauvres. On pourra lire avec intérêt deux articles du New York Times sur les conséquences catastrophiques possibles si l’on venait à abandonner le thimérosal: ici et un autre article encore plus récent, .

Dans un futur article, nous reviendrons sur le cas du vaccin de l’hépatite B qui a défrayé la chronique en France, le vaccin de la grippe souvent mis au pilori et les maladies de type autoimmunes liées à la vaccination. D’ici là, n’oubliez pas: si vous voulez sauvez des vies, vaccinez-vous!

Pour rester en contact: @shamandsience et flux RSS!

Related posts:

Notes:

  1. Sur l’affaire Wakefield, pour les amoureux de BD, je vous conseille vivement cette lecture: http://tallguywrites.livejournal.com/148012.html
  2. La rougeole tue, y compris en France.
  3. On peut aussi consulter cet article publié sur le site Les charlatans et un bilan fournit par le CDC que vous trouverez ici.
  4. Initiative Citoyenne m’a signalé une erreur ici, puisque je parlais dans la version initiale de l’article d' »adjuvants » alors que le mercure est un additif.
  5. Les informations qui suivent proviennent en grande partie de cet article et de nombreuses lectures notamment dans le journal La Recherche.

95 réflexions au sujet de « Vaccination: conséquences funestes des peurs irrationnelles »

  1. Sceptique

    On peut imaginer un rapport Peur de la maladie/Peur du vaccin. L’épidémiologie informant de la disparition ou du faible taux d’infestation par une maladie, le rapport décrit précédemment se modifie au profit de la peur du vaccin. Ceux qui ne sont pas armés par la connaissance sont en principe plus influençables par les rumeurs anti-vaccination qui circulent. Chez l’homme, le cerveau n’est qu’un organe passif de traitement de l’information. La part de l’instinct doit y être extrêmement faible. En tout cas, elle est indémontrable. Nos peurs sont, soit liées à des expériences réelles, intégrées dans la connaissance et transmise avec tout ce qui la constitue*, soit imaginaires, fabriquées et diffusées par leurs inventeurs.

    *Tous les ans, il y a des cas d’intoxications par les champignons vénéneux.

  2. Rith Jean-marie

    Bonjour,
    Il semble manquer dans cet article quelques informations sur la manière dont l’aluminium allonge la réponse la réponse immunitaire ( enfin la réponse du système immunitaire), mais de fait il est permis de se poser la question : La réponse immunitaire est-elle correctement dirigée contre les antigènes vaccinaux ? – Il est de fait, dans les sphères médicales et médiatiques de considérer ce phénomène « aluminium vaccinal » comme Idiopathique ( ce qui signifie en clair : de mécanisme inconnu ) mais il est beaucoup plus probable que l’aluminium interfère avec le calcium et le remplace dans protéines présentes in vivo ( albumine-cellulaire mais aussi protéines fonctionnelles-cellulaires) dénaturant celles-ci par modification de leurs structures tri-dimensionnelles et dés-lors conduisent le système immunitaire à les considérer comme des protéines étrangères avec destructions des cellules touchées. De plus les anticorps produits et le mécanisme acquis par ce moyen n’est plus spécifique de l’antigène vaccinal, et peuvent s’attaquer d’autres protéines pour peu que les domaines de celles-ci soient proches de celles de ces protéines dénaturées – Bien sûr cette réponse ne soit systématique pour tous les individus et dépende essentiellement des enchaînements propres d’un groupe d’individus – De ce fait certains groupes seront indemnes tandis que d’autres présentant un gène commun favorable seront touchés.
    Il est semble t’il difficile de considérer la toxicité des métaux ( As,Pb,etc..) autrement que par cette dénaturation protéique par remplacement du Ca – Pour rappel nous citerons ici les encéphalopathies Bismuthiques fort heureusement réversibles à l’arrêt de prise de sous-nitrate de Bismuth et les dermites exématiforme liées au chrome présent dans l’eau de Javel ( Bichromate de potassium utilisé pour colorer le produit, ainsi de les démences liées à l’aluminium dans les anciens procédés de dialyse utilisant ce corps –

  3. AlainCo

    Il y avait dans pour la science vers la période de l’épidémie de grippe A pandémique un article expliquant le fonctionnement des adjuvants.

    le rôle des adjuvants est d’activer le système immunitaire « instinctif » non spécifique. en effet le système immunitaire adaptatif ne s’active pas si le système inné ne s’est pas activé.

  4. sham Auteur de l’article

    bonjour jean-marie et merci pour votre commentaire, quelque peu technique, j’ai eu du mal à tout suivre pour être honnête 🙂 je ne m’étais pas vraiment posé la question du mécanisme concernant l’aluminium mais j’ai quelques amis médecins, je vais essayer de me renseigner.

    @AlainCo: si vous avez le numéro du « pour la science » en question, je suis intéressé.

  5. Rith Jean-marie

    Bonsoir,
    Non les explications de pour la Science sur les adjuvants restent pour le moins empiriques et si pour d’autres adjuvants que l’aluminium ont peut encore comprendre le fonctionnement de ceux-ci, tel le perhydrosqualène par exemple, (ou un dérivé,) qui sera alors considéré comme une protéine étrangère et augmentera la réponse du système immunitaire dirigé contre la protéine vaccinale et le perhydrosqualène, mais les anticorps ainsi formés seront alors dirigés contre les protéines virales (effet hautement bénéfique) et le perhydrosqualène (effet non souhaité)– Seul le seuil d’antigène vaccinal sera alors abaissé pour entrainer une réponse notable du système immunitaire – Sans effet secondaire si l’anticorps produit contre le perhydrosqualène ne trouve pas une « cible » parmi les protéines constitutives du sujet vacciné !

  6. AlainCo

    l’empirisme est la base de la science. c’est a trop s’en éloigner qu’on part dans le délire.

    Le fait est qu’il est connu qu’un vaccin trop pur, trop propre ne marche pas. Les faits sont là et ca marche.
    On a même une théorie.

    une autre chose qui ture, ce sont les peurs.
    ca tue d’abbord par le stress.
    ensuite, et en tant que grimpeur, que parachustiste, que patient, qu’ingénieurs, je le sais, c’est parce que les peurs injustifiées vous font fuir les solution « empiriques » validées pour partir dans des théories, des principes de précautions, des empilages inutiles de sécurités injustifiés.

    35 personnes sont mort de la peur de l’alimentation industrielle. une centaine d’autre mourra ou est déjamorte des conséquence de cette peur.

    des dizaines ont été empoisonés de peur des farines industrielles.

    des milliers de personnes à tcherbnobyl, et bientor a fukushim sont mortes de peur, et de douleurs a cause des peurs des autres.

    ce que je vous dis est un mystère pout 99.9% de la population car vous n’avez pas les info, et que vous ne voudrez probablement jamais les voir.

    la peur CA TUE!

    et c’est un peureux qui a appris a gérer son stress pour éviter la peur qui vous le dis.

    les données sont publiques.
    seuls les petits secrets ont besoin d’être cachés, les grands secrets sont couverts par l’incrédulité.

  7. Sceptique

    Votre énumération des inconvénients des adjuvants des vaccins, destinés à améliorer la réponse immunitaire, est une liste de suppositions. Face aux attaques des « anti-vaccins », dont l’efficacité sur les esprits n’est pas nulle, les concepteurs des vaccins sont en mesure de vérifier ces suppositions. Mais la rigueur de leur travail n’entamera jamais la conviction des anti-vaccins. Nous sommes dans une phase, ou nous sommes entrés dans une ère, anti-scientifique, où la démonstration n’est plus indispensable.

  8. Initiative Citoyenne

    Ce qui est terrible, c’est que rien de ce qui est affirmé ici n’est basé sur des standards scientifiques acceptables. Rien de ce que vous avez dit n’est vrai et nous l’avons démontré dans notre article « Réticences à la vaccination: tout sauf des peurs irrationnelles!! »

    http://www.initiativecitoyenne.be/article-reticences-a-la-vaccination-tout-sauf-des-peurs-irrationnelles-116132267.html

    Peut-être est-il préférable d’en rester aux asymptotes?

    En tout cas, puisque vous comptez vous aventurer à écrire sur le lien entre vaccin HB et SEP (sclérose en plaques pour ceux qui ne savent pas ce que veut dire cette abréviation) ainsi que sur la vaccination antigrippale, vous trouverez aux liens suivants de solides références scientifiques:

    http://www.initiativecitoyenne.be/article-sclerose-en-plaques-la-ligue-belge-se-moque-t-elle-du-monde-au-sujet-du-vaccin-hepatite-b-112973803.html

    http://www.initiativecitoyenne.be/pages/Certains_effets_secondaires_graves_du_vaccin_contre_la_grippe_classique-1757037.html

    Puis les méta-analyses aussi Cochrane+ celle des chercheurs de l’Université du Minessota sur l’inefficacité patente des vaccins antigrippaux actuels:

    http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/14651858.CD001269.pub4/full

    http://www.initiativecitoyenne.be/article-c-est-la-croyance-et-non-la-science-qui-est-a-la-base-de-la-promotion-du-vaccin-antigrippal-conclut-112999745.html

    Puis tâchez aussi de nous trouver une réponse « rationnelle » à la question de savoir pourquoi diable la mortalité des enfants liée à la grippe a grimpé en flèche en 2003, soit l’année après que les CDC aient décrété obligatoire la vaccination antigrippale de tous les enfants de moins de 5 ans??

    http://genesgreenbook.com/helpers/flashgallery/obamsawin/fig26_under_age_5_influenza_deaths_before_and_after_US_CDC_mandates_flu_vaccines_early_childhood.jpg

    Finalement, vous portez très mal votre qualificatif de « sceptique » puisque vous semblez gober tout cru toutes les inepties officielles autorisées dans le « financièrement correct ». A moins que nous ayons mal interprété ce terme de sceptique?!

    A vous lire,

    L’équipe d’Initiative Citoyenne

  9. sham Auteur de l’article

    Bonjour à toute l’équipe! J’ai malheureusement un timing très serré cette semaine avec un article que je dois finir sur le « café des sciences » pour demain pour la semaine du cerveau. mais je reviendrais sur vos arguments. d’ici là, je peux vous signaler le petit communiqué de l’AFIS (rien à voir avec les vaccins) que vous trouverez ici: http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2081
    qui me semble assez bien illustrer votre organisme « citoyen ». « sceptique » ce n’est pas remettre en cause tout, c’est avant tout tenter d’avoir une démarche honnête, d’expliquer qu’est ce que la méthodologie scientifique, de tenter de ne pas céder aux peurs et émotions non fondées, de défendre un point de vue rationnel. je fais de mon mieux pour y arriver!

  10. Ratio

    ah… initiative citoyenne!

    … leurs liens avec le monde des « gourous » de « médecine naturelles » (en allant de l’homéo qu’elles croient capable de guérir les cancers, à la biologie totale(*)),
    … leur tendance aux sophismes en tout genre (dont l’incontournable « vous me parlez de X, mais parlez-moi donc de Y bandes de vendus »),
    … leurs lacunes incommensurables en épidémiologie,
    … leur tendance à se regarder le nombril en s’auto-citant jusqu’à la nausée,

    Bref, un parfait exemple de ces mouvements qui vivent (au sens large, ça peut simplement être la satisfaction de faire parler d’elles…) des peurs infondées.

    (*) Elles sont potes avec les gens de la revue Neosanté (Rasir, Crèvecoeur). Ca la fout mal quand même …

  11. Initiative Citoyenne

    Pour ceux qui n’ont aucun argument, il reste toujours les attaques inconsistantes et infondées avec la biologie totale alors que JAMAIS, nulle part, vous ne trouverez le moindre avis ou le moindre lien sur notre site avec la biologie totale. Ce n’est pas parce que Néosanté choisit de parler de nos démarches ou de reprendre une photo de nous (qui a d’ailleurs été reprise sans autorisation en dépit du copyright soit) que pour autant nous serions le moins du monde lié à la biologie totale. Mais il s’agit là de tentatives bons marché de discrédit et vous vous gardez bien de rentrer dans le fond du débat et dans les réponses que nous avons publiées sur notre site suite à cet article. Et vous avez bien raison car vous en êtes visiblement incapables.

    En 1875 déjà, le Dr Emery Coderre l’écrivait déjà dans un ouvrage éclairant sur « les effets de la vaccination »:

    « Et Jenner n’avait d’autre raisonnement que le persifflage à l’adresse de ceux qui ne partageaient pas ses vues. Selon lui, il n’y avait que des ignorants qui pussent s’opposer à sa découverte, comme aujourd’hui ceux qui s’opposent à la vaccination devraient être envoyés dans des maisons de santé. »

    Vous vous situez exactement dans la ligne de Jenner et nous nous situons exactement dans la ligne opposée. Ce qui est intéressant, c’est que déjà à une époque où il n’existait qu’un seul vaccin, ce médecin de l’Univerité de Montréal pointait (ainsi que nombre d’autres confrères) les mêmes travers que nous poitons encore aujourd’hui: déni du moindre effet secondaire systématiquement qualifié de coïncidence ou d’exception, défense de l’infaillibilité de la vaccination, conflits d’intérêts des vaccinateurs, partialité des médias, collusion des autorités. Vous devriez lire son ouvrage car épidémiologiquement parlant aussi, il est intéressant. On peut ainsi mieux comprendre pourquoi la Grande-Bretagne a dû lever l’obligation innique de vaccination (inefficace et même contre-productive) contre la variole et les chiffres d’aggravation des flambées épidémiques en de nombreux lieux sous l’effet de la vaccination.
    http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/27/09/71/dec-2011/Livre-ancien-sur-la-vaccination–Coderre.pdf

    La notion de « gourous » que vous mentionnez est aussi éclairante puisque les gourous s’arrogent le droit de dire aux gens ce qu’ils doivent faire et penser (cfr ce que nous venons de répondre à Mr Yeganefar sur ces deux conceptions différentes de la Science: la conception paternaliste et autoritaire et la conception citoyenne et participative). Jusqu’à preuve du contraire, ceux qui sont dans les dogmes et l’infantilisation des gens en leur disant « faites-vous vacciner ou alors au moins pour les autres! », cela n’est pas nous. On préfère donc vous laisser ce terme qui correspond apparemment mieux à votre mode de conception de la liberté de pensée et d’action des gens.

  12. sham Auteur de l’article

    vous ne démontez pas plus mes arguments que moi les vôtres, soyons précis. vous reprenez mes propos et vous dites, non c’est faux, regarder on a des études/scientifiques qui le montrent. la question est de savoir qui a tort qui a raison ce qui souvent revient à se demander: à qui faire confiance? je répondrai aux nombreux points que vous soulevez quand j’aurai le temps de m’y plonger réellement, j’ai malheureusement en ce moment un emploi du temps drastique, et puis, ne pas réagir à chaud a parfois du bon.

    Par ailleurs, laissons les lecteurs de ce blog juger de la valeur « paternaliste » de mes propos. Et mes excuses pour la confusion amenée par le logo « parole d’expert », j’avais abordé ce problème dans le premier article de ce blog: http://blogs.univ-poitiers.fr/n-yeganefar/2012/11/19/pourquoi-ouvrir-ce-blog/
    Si le problème devient récurrent, j’essayerai de voir si on peut modifier l’image pour que ce terme n’apparaisse plus.

  13. Ratio

    Votre site fait référence à un certain Marc Deru qui se situe bien dans la mouvance « hamer/révionisme sida ». Il faudrait aussi faire un peu attention aux amitiés gênantes … (l’une des vôtre est bien pote avec Yves Rasir, rédacteur en chef de Neosanté et avec JJ Crèvecoeur, grand prosélyte hamérien qui écrit pour la même revue)

    Bref, ou vous êtes des froussardes qui ont peur d’étaler leur opinion au grand jour, ou vous faites de l’échange de base militante sans vous mouiller dans un sens ou dans l’autre (ca c’est très laid intellectuellement parlant)

  14. Ratio

    L’argument d’autorité, ce n’est un problème que quand ce sont les autres qui l’utilisent… (the pot calling the kettle black)

    « Ce qui est intéressant, c’est que déjà à une époque où il n’existait qu’un seul vaccin, ce médecin de l’Univerité de Montréal pointait (ainsi que nombre d’autres confrères) les mêmes travers que nous poitons encore aujourd’hui »
    (celui-là, c’est l’argument d’autorité par procuration ^^ )

  15. Ratio

    « ces deux conceptions différentes de la Science: la conception paternaliste et autoritaire et la conception citoyenne et participative »

    celui-là, c’est le sophisme du « faux dilemne » 😀

  16. Initiative Citoyenne

    Marc Deru a effectivement écrit un article pertinent sur le lien entre vaccinations infantiles et problèmes socio-psychologiques, est-ce à dire pour autant que nous allons plus loin que ce simple relai? Non bien sûr.

    Autre exemple, nous avons relayé sur notre site un article il nous semble qui évoquait les prises de positions qui nous semblent pertinentes du Pr Even par rapport au nombre préoccupant de médicaments inutiles voire dangereux. Pour autant, est-ce à dire que nous sommes d’accord avec Even quand celui-ci a un jour estimé et dit que le tabagisme passif, ça n’existait pas et qu’il n’y avait aucun risque? Non bien sûr, mais ça voyez vous, c’est parce que nous n’avons pas la prétention d’organiser la police de la pensée et de ne relayer sur notre site que des points de vue qui sont unilatéraux. Nous prenons les gens comme ils sont et écoutons ce qu’ils ont à nous dire. Et s’ils ont dit ceci ou ça avec lequel nous ne sommes pas d’accord, nous ne nous en estimons pas responsables mais ce n’est pas pour autant que ces gens sont « à jeter » ou à « baillonner ». Une fois encore, ça en dit vraiment long sur votre sectarisme, mais soit. Si certaines des confondatrices d’IC prennent la liberté de relayer sur leur mur facebook des articles ou infos qui leurs paraissent pertinentes issues de Néosanté, ça n’engage pas pour autant le collectif lui-même qui est divers et rassemble différentes personalités. Une fois encore, nous ne nous érigeons pas en policiers de la pensée.

    Le fait d’avoir évoqué le livre du Dr Coderre était un des nombreux éléments informationnels. Nous ne le considérons pas comme un argument d’autorité puisque nous indiquions au contraire qu’il était intéressant de le lire (pourquoi, parce qu’il renvoie à des éléments concrets et factuels) mais il est clair que cela a toujours dérangé que des médecins sceptiques soient cités car tout a toujours été fait pour faire croire que le corps médical était unanimement en faveur de la vaccination, ce qui est bien sûr très loin d’être le cas à en lire les chiffres d’un sondage aux résultats « étrangement » non publiés de l’INPES en 2005 auprès d’un échantillon représentatif de 400 médecins généralistes et pédiatres français (58% d’entre eux s’interrogent sur la pertinence des vaccins faits aux enfants et 31% d’entre eux sur leur sécurité).

  17. Ratio

    C’était donc bien de l’échange de base militante (autrement dit: mangeons à tout les rateliers!)

    Si vous pensez avez raison sur un point, vous n’avez pas besoin de faire référence à des personnes que vous savez être douteuses pour faire valoir votre opinion. Essayez d’être originales!

  18. Rith Jean-marie

    non, je n’ai pas ce numéro, ni aucun autre d’ailleurs ! => Ce magazine est généralement trop vague ou trop orienté vers des théories potentiellement prometteuses,

  19. sham Auteur de l’article

    Je m’amuse de voir que les critiques de la vaccination qui se sont déclarées sur ce blog sont des défenseurs de médecines alternatives comme l’homéopathie. Et je suis accusé d’incompétence réelle et grave.
    Oui il existe des éléments qui peuvent agir à « faible » doses, la toxicologie a fait à ce sujet effectivement de nombreuses avancées. Non, dire que c’est la dose qui fait le poison n’est pas une ânerie: le mercure est connu pour être dangereux, c’est un fait. A « faible » dose, il l’est beaucoup moins, c’est un fait. La dose fait le poison. Pour des partisans des l’homéopathie, je comprends que ça puisse faire un choc.
    @initiative citoyenne: merci d’essayer de faire court (au possible) dans les commentaires (regarder votre mail).

  20. Bernard

    Bonjour
    Ben moi aussi je fus enseignant à l’université de Poitiers ! J’y enseignais les mathématiques et aussi la statistique à des étudiants de Sciences de la Vie, ce qui m’a beaucoup appris. Cela m’a permis plus tard d’investiguer les publications Michaeloff-Tardieu sur le lien entre atteintes démyélinisantes centrales simples ou multiples (sclérose en plaques) et la vaccination hépatite B.
    Alors je me permets de vous suggérer d’aller faire un tour sur ces 2 articles qui sont le fruit de longues et laborieuses investigations faites avec les seules données publiées (on a droit à rien d’autre …) :
    http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2011/03/18/20609338.html
    http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2011/04/10/20863058.html

    Et aussi sur l’éradication de la variole :
    « L’expérimentation animale impose de revoir notre plan variole » :
    http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2012/01/03/23148650.html
    et «1974, année noire de la variole en Inde : la clé de l’énigme »
     http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2012/02/03/23430717.html
    Bernard Guennebaud

  21. Rith Jean-marie

    J’ajouterais,
    Favorable au sytème vaccinal ( Bien que là il s’agisse plus d’un sérum ) On espère, non ?
    http://www.francetvinfo.fr/sida-un-vaccin-curatif-teste-sur-des-patients-a-marseille_213629.html
    Un traitement permettant de guérir du sida est-il en passe de voir le jour ? Mis au point par le laboratoire de biologie structurale de la Timone, à Marseille, un vaccin curatif va être testé sur des patients de cet hôpital, rapporte mardi 29 janvier le quotidien La Provence.

    Testé avec succès sur des animaux, ce vaccin va être injecté à trois reprises à 48 volontaires séropositifs. Le protocole, qui se déroule sur une année, doit déterminer la dose de vaccin la plus efficace chez l’homme, précise le journal. Déjà annoncés il y a plusieurs mois, ces tests devraient démarrer dans quelques jours au service des maladies infectieuses de la Conception, également à Marseille.

    La Provence précise que le directeur du laboratoire de biologie structurale de la Timone, le Dr Erwann Loret, est l’inventeur de la « molécule anti-sida », un principe actif qui agit sur la protéine TAT, laquelle empêche le système immunitaire de « nettoyer » les cellules infectées.

    Mais S.V.P !arrêtez une guerre des Gangs ! La seule question posée dans les additifs vaccinaux est le devenir de l’apprentissage par système immunitaire, du mécanisme de formation des anticorps dirigés contre des adjuvants de vaccination ou des protèines humaines dénaturées par ces adjuvants – « Aluminium en cause » certes, pour l’aluminium vaccinal, mais aussi celui qui est utilisé dans le traitement des eaux potables, en patisserie, etc, a des doses ++++qui là non rien de comparables – Ici la question reste quand même posée vis à vis des risques vaccinaux,-( Engerix B suspecté par exemple, mais aussi pour le premier vaccin anti B Ph.Maupas … ) ok Rien de prouvé à ce jour, mais + de sep après qu’avant !!

  22. Ratio

    Ca ne s’arrange pas du côté « mangeons à tout les rateliers » (http://psiram.com/fr/index.php/Votre_santé)
    « Ont participé à la rédaction de ce numéro : […], Bernard Guennebaud, […], Françoise Joët, […], Alain Scohy, […] »

    à comparer utilement avec la liste des collaborateurs de Neosanté (http://www.neosante.eu/?page_id=107)

    le copinage de circonstance, c’est pas très joli joli… (et on va même pas parler de l’ALIS qui publie les livres qu’on ne saurait pas placer ailleurs…) Dire que ce sont les mêmes qui vont ensuite hurler aux conflits d’intérêt!

  23. sham Auteur de l’article

    j’ai lu trop vite le message de Bernard, et du coup, ma réponse pourrait être interprétée de manière ironique. mea culpa!

  24. Bernard

    Oui Ratio il arrive effectivement que certains de mes articles soient repris par une revue ou un site, souvent sans même m’en informer ou m’en demander l’autorisation.
    Ainsi, sur un site j’ai été présenté comme un médecin de Rouen tout en laissant croire que c’était moi qui avait sollicité la publication !!!
    Depuis longtemps je me contente de publier sur mon blog sans m’occuper de ce que mes articles deviennent ensuite. J’ai assez à faire ainsi. Si vous allez jeter un coup d’œil sur ceux que j’ai signalé vous verrez que, quoique vous pensiez du contenu, il y a du travail … Vous verrez aussi qu’il faut que le lecteur travaille, sinon on reste dans des polémiques aussi stériles qu’inutiles.
    Essayez donc de trouver des failles dans mon argumentation, ce serait plus intéressant, non ? Vous dites chiche ? J’attends …

  25. sham Auteur de l’article

    rien ne vous empêche d’essayer de publier vos articles, vous aurez des relecteurs spécialisés dans le domaine d’autant plus qu’il s’agit d’un problème particulièrement important.

  26. Ratio

    Sans blagues…

    Donc vous vous écrivez dans des une revue pro-biologie totale à l’insu de votre plein gré? (ca vous fera un point commun avec Marc Girard qui est listé collaborateur de Neosanté).
    Et l’ALIS édite un (des?) livres à votre nom sans votre consentement…

    Pas facile tous les jours le militantisme anti-vaccins 😉

  27. fleur

    Bonjour,
    Témoignage d’une mère de famille ayant décidé depuis la « fausse » pandémie de grippe H1n1 de s’informer par elle même afin d’échapper à « la peur irrationnelle » (je reprends les termes de votre article) dans laquelle la campagne d’ information et de vaccination d’alors m’avait plongée…Malaise…Puis « retour à la raison » : fini les journaux TV, magazines et pseudos émissions d’informations médicales type magazine de la santé avec leurs cohortes d’experts -toujours les mêmes, bien consensuels- portes paroles d’autorités bienveillantes….ou alors avec un oeil averti…
    Alors je lis, je lis encore et encore sur le sujet….Je regarde certains documentaires comme celui qui est passé ce mardi 12 mars sur Arte (soirée thématique : aluminium : attention danger) difficilement contestable et fort instructif. A voir tant qu’il est encore disponible sur le site d’arte.
    Parmi mes lectures des ouvrages passionnants, « éclairants », toujours documentés avec de nombreuses références pour pousser la réflexion ; parfois inquiétants, certes, le sujet l’impose, mais ne jouant jamais sur la peur, se voulant au contraire informatifs et donnant à réfléchir.
    Actuellement je lis et recommande vivement la lecture du livre du Professeur Michel Georget « Vaccinations-les vérités indésirables »
    Extrait de la préface écrite par le professeur Pierre Cornillot;
    (…) une affirmation qui ne supporterait ni critique ni contestation n’appartiendrait pas au domaine scientifique mais relèverait d’une démarche dogmatique et sectaire. Tout dogme a ses dévots et ses contempteurs, et nous connaissons tous quelques dossiers brûlants où la dévotion des clercs tient lieu de culte de la vérité. La vaccination constitue l’un de ces dossiers, et non des moindre.(…)
    Extrait du résumé de présentation de l’ouvrage :
    (…) »L’ouvrage de Michel Georget nous aide à y voir plus clair, à séparer le bon grain de l’ivraie.La démarche scientifique de ce biologiste féru de vérité rend compte avec objectivité des multiples implications de ce sujet si sensible.Sa méthodologie rigoureuse d’enseignant apparaît dans la construction du livre, selon une pédagogie qui répond aux questions essentielles : Quelles sont les clés pour comprendre le problème des vaccinations ? Quels sont les différents types de vaccins et comment sont-ils fabriqués ? A quels risques nous exposent les vaccinations ? Quels sont les accidents observés, vaccin par vaccin ? L’éthique du marché des vaccins n’est-elle pas déficiente ? Devons-nous réviser nos concepts ?(…)
    Je ne suis pas spécialiste. Je n’ai pas fait d’études scientifiques. Je ne suis qu’une mère de famille, au foyer d’abord puis aide-ménagère, mais je me sens concernée et impliquée (parce que vaccinée et ayant fait vacciner mes enfants). Ce livre m’apporte beaucoup d’informations et je le trouve passionnant.
    Pour ma part plus je trouve d’informations sur le sujet plus je me rends compte qu’il est complexe, que les implications sont immenses et que réduire la contestation vaccinaliste à un mouvement limite sectaire/conspirationniste jouant sur nos peurs.
    Pour ma part c’est quand j’entends les campagnes de prévention contre telle ou telle maladie que j’ai peur (que j’avais peur) surtout quand elles sont suivies de scandales sanitaires majeurs (et la liste est longue).
    C’est quand la désinformation et la diabolisation d’une « saine opposition » dominent que j’ai peur.
    De l’information, de l’objectivité, des faits, de la science….

  28. Bernard

    @ Ratio
    Mon livre c’était en 2000. Cela fait 13 ans et à l’époque je n’avais pas de blog. Il aurait sans doute été difficile de le publier chez un grand éditeur. C’est pourquoi de telles associations ont aussi leur utilité. Maintenant je travaille seul. La seule association dont je sois membre aujourd’hui est la Sfsp (Société française de santé publique) dirigée par des professeurs de santé publique. A son congrès de Lille en 2011 j’avais présenté 3 communications dont vous pouvez lire les résumés sur son site (allez sur mon nom) :
    http://www.sfsp.fr/manifestations/congres2011/donnees/fs_tout_auteurs.htm
    Deux étaient sur posters et une orale sur l’éradication de la variole. Mes 2 posters sont sur mon blog :
    http://p3.storage.canalblog.com/33/58/310209/69807519.pdf
    http://p3.storage.canalblog.com/35/91/310209/69807497.pdf
    Ils m’ont permis d’avoir des échanges avec des épidémiologistes intéressés par mon travail et même avec le spécialiste des modélisations grippales d’un grand labo de vaccins qui avait photographié mon poster. Le jury scientifique qui avait accepté mes 3 propositions était présidé par un membre du HCSP.
    Je trouve aujourd’hui cela beaucoup plus intéressant que de travailler avec des associations dites antivaccinales. C’est pourquoi je n’ai plus aucuns liens avec elles. J’ai compris que plutôt que de chercher à inciter les gens à éviter les vaccinations, il valait mieux essayer de faire prendre conscience aux experts des limites de leurs expertises et qu’il n’était pas nécessaire d’être de leur milieu pour en découvrir certaines comme vous pourriez le constater en allant sur mes articles mais c’est plus difficile que ce que vous faites … Allez, un peu de courage que diable !!!

    @ sham
    Google se charge de me trouver des lecteurs intéressés par ces questions et de haut niveau. J’en ai eu plusieurs preuves par leurs adresses internet.

  29. ravingscientist

    @BERNARD
    C’est très bien de présenter des posters à des congrès scientifiques, toutefois, même si ceux-ci sont validés par un comité de lecture, ils ne le sont souvent que sur la base de l’abstract. Le choix, dans ce cas, est plus un choix « éditorial » qu’autre chose: évaluer la pertinence du poster dans le cadre du sujet de la conférence. Maintenant, il est admis que les posters présentent souvent des données préliminaires, et par conséquent, la « charge de la preuve » est moindre que dans le cas des articles scientifiques. Si vos données sont aussi bonnes que vous le dites, pourquoi ne pas en faire profiter la communauté scientifique dans son ensemble, par l’intermédiaire d’une revue à comité de lecture ? Cela permettrait, si vos données ont un quelconque mérite, à cette communauté de débattre de celles-ci. Les lecteurs amenés à vos articles par google ne sont en aucun cas un gage de la qualité de vos articles, ni même de vos données. D’abord parce que parmi ces lecteurs, certains peuvent être en désaccord avec ce que vous pouvez avancer et ensuite parce que la science, ce n’est pas un concours de popularité. Si c’était le cas, le créationnisme serait considéré comme une théorie scientifique valable, eu égard au nombre assez important de gens qui y croient.

  30. Ping : Croyances, le cerveau et ses biais, une première approche [c@fé des sciences] | Sham and Science

  31. chch

    @fleur
    Puisque vous semblez être déterminée à vous faire une opinion par vous même,(ce qui est tout à fait louable et souhaitable) je vous conseille cet excellent livre Gérald Bronner, » la démocratie des crédules », il nous permet de réfléchir à la façon dont nous construisons nos convictions et, peut-être, de la remettre en cause…
    Bon courage.

  32. Ping : Croyances, le cerveau et ses biais, une première approche | Le comptoir du C@fé des sciences

  33. Sparouge

    My dear BoBo anti-vaccine friends,

    In a population where the vast majority has the sense to vaccinate their children, it is safe to not do so yourselves, it’s called herd immunity. However, when the population group starts to contain higher and higher numbers of non-immunized individuals the risk for the entire population is raised. So, a proposal: while I fully respect your right to not vaccinate your children, I consider it a fully avoidable public health risk and kindly ask that you move out of heavily populated urban areas. This will deprive you of farmers’ markets, but being in closer proximity to actual cows may allow you to rediscover the miracle of vaccination on your own, at which point you are welcome to return to rational risk-avoiding society.

  34. Ratio

    c’est toujours aussi drôle de se plonger dans les arguments des anti-vaccins.

    Acte 1 : « sham » cite un document qui référence 25 études qui disent que le lien entre autisme et ROR n’existe pas contre 3 qui disent le contraire (dont la majeure a été rétractée, si vous suivez bien, et une autre était du même auteur).

    Acte 2: initiative citoyenne dit sur son blog: « Bien sûr, l’auteur [sham] passe complètement sous silence toutes les autres études qui ont confirmé les travaux de Wakefield (logique, il [sham] ne les connaît même pas […])

    Alors là, on s’attendrait à trouver en retour un magnifique liste d’au moins une vingtaine d’études qui disent qui confirment… Or, on a juste droit à un lien

    http://www.dailymail.co.uk/news/article-388051/Scientists-fear-MMR-link-autism.html

    vers un article en ligne du Daily Mail daté du 28 mai 2006 où la rédactrice de service nous parle d’un certain Dr Stephen walker et des ses fabuleuses découvertes. Mais comme il n’y a pas de références vers une publication, on est bien obligé de googler un peu.

    http://www.blisstree.com/2006/05/28/mental-health-well-being/the-rush-to-report-on-mmrregressive-autism-study/

    « However, Dr. Walker’s study is funded by the National Autism Association (NAA), which endorses an MMR vaccine/autism link. The Daily Mail, the Telegraph, and the Times online articles give the impression that Dr. Walker’s research has or is being published when actually, it is only being presented as a poster presentation at the International Meeting For Autism Research (IMFAR). »

    Bilan: initiative citoyenne ne peut pas reprocher à sham de ne pas connaitre une étude qu’initiative citoyenne ne peut pas même pas référencer correctement, puisque cette étude n’existe pas. Initiative citoyenne ne peut pas parler au pluriel quand elle ne référence aucune étude. Initiative passe elle-même sous silence les quantités d’étude qui infirment le lien.

    the pot calling the kettle black

  35. Initiative Citoyenne

    @Ratio: montrez-nous ne serait-ce qu’UNE SEULE étude qui compare des enfants vaccinés à des enfants VIERGES DE TOUT VACCIN et qui prouverait que les vaccins n’augmentent pas la fréquence de l’autisme, allez courage, une seule?

    Vous n’en trouvez pas n’est-ce pas… voilà on revient au problème méthodologique dont nous avons clairement parlé supra. Prétendre que si vous avez 10 études qui disent « pas de lien » et mettons 2 ou 3 qui disent « il y a un lien », c’est forcément les 10 études qui sont dans le vrai, c’est aussi con que d’affirmer « c’est la dose qui fait le poison ». Pourquoi, parce qu’on sait très bien que toutes les études ne sont pas comparables, que la méthodologie n’est pas forcément la même etc. A chaque étude qui montre les risques des vaccins, l’industrie et les officiels financent en catastrophe des études qui « comme par hasard » viennent toujours démontrer (la narcolepsie est vraiment l’exception qui confirme la règle!!) que les vaccins n’y étaient pour rien. Dans la pièce de théâtre dramatique qui se joue, il est très clair que les autorités et les labos n’ont aucun intérêt en termes de responsabilité, à financer la moindre étude susceptible de remettre en cause leurs politiques aveugles et de déclencher des procès à la chaîne!!

    ps: voici plusieurs références d’études intéressantes:
    http://www.whale.to/vaccine/wakefield_confirmations.html
    http://www.whale.to/vaccine/mmr58.html

  36. Ratio

    Fuite en avant et gloubiboulga… (en plus d’un subtil renversement de la charge de la preuve…^^)

    Donc ce ne serait plus le ROR, ce serait tous les vaccins.
    Mais Wakefield aurait quand même raison pour le ROR (puisque le site conspiro-zozo whale le dit!)
    Mais finalement ce serait le mercure (alors que le ROR ne contient pas et n’a jamais contenu de mercure).

    Faites un peu attention à votre méthodologie si vous voulez être un peu prise au sérieux.

  37. Initiative Citoyenne

    Vos arguments sont spécieux, l’un n’empêche absolument pas l’autre. Ca nous fait penser aux diversions officielles disant « en France, on se plaint de SEP avec le vaccin HB mais au Royaume-Uni, c’est l’autisme avec le ROR. »
    Comme si les problèmes étaient propres à certains pays seulement, ridicule donc. Comme c’est aussi ridicule de nier à priori qu’on puisse par divers mécanismes physiopathologiques (que vous les compreniez ou non) aboutir au même genre de maladies! Vous savez, un livre, celui de Judy Converse a été écrit rien que sur le lien entre vaccin HB et autisme. Est-ce que pour autant, c’est une preuve en soi qu’il est non prouvé que l’autisme ne puisse pas découler d’autres vaccins à base d’aluminium, être lié aussi au mercure? Et même au ROR? Le fait est qu’on vit dans un monde de plus ne plus toxique et que la vaccination est une des formes d’intoxication et d’insulte faite au système immunitaire ainsi court-circuité (le Pr Bastin, qui n’était pas anti-vaccin le disait bien « toute vaccination est toujours biologiquement et immunologiquement parlant une offense faite à l’organisme. »). Tiens, voyez cette conférence d’Andrew Wakefield fin décembre dernier au Texas, vraiment très intéressant sur « votre méthodologie »:
    http://www.youtube.com/watch?v=6_BR2O6JtmM

    Mais comme vous êtes un idéologue, vous n’écouterez même pas!

  38. Ratio

    « […] l’un n’empêche absolument pas l’autre […] »

    Merci de confirmer que vous ne savez plus dans quelle direction aller.

  39. Ariane

    Initiative Citoyenne a parfaitement raison! Les vaccins sont une offense au système immunitaire! Mieux vaut le laisser se débrouiller seul et faire confiance à la sélection naturelle! Les personnes qui meurent de maladie qu’elles auraient pu éviter par le vaccin (ou l’avoir de façon fortement atténuée) seront au moins mortes…..naturellement, sans additif ni produits de synthèse! Ou, si elles survivent avec de graves séquelles, elles seront heureuse d’apprendre que ces suites sont garantie « bio »! Et surtout, qu’elles auront échappé à des effets secondaires, certes moins graves, mais bon, que ne ferait-on pas pour éviter toute chimie pharmaceutique! Les séquelles graves sont un prix léger à payer!

    Oh!! Et puis zut, alors! Pourquoi s’arrêter en si bon chemin!? Les médicaments sont une insulte au merveilleux système immunitaire! Il ne faut pas l’aider, surtout pas avec des médicaments scientifiques (trop secs, matérialistes et désincarnés), ce serait aller à l’encontre des plans de mamie nature! Si vous mourrez ou gardez de graves séquelles d’une maladie autrement guérissable avec un minimum d’effets secondaires par la médecine scientifique, c’est probablement que vous n’avez pas bu assez de jus de carrottes ni mangé suffisamment de cardons locaux garntis « biodynamie », et que vous avez oublié de porter vos crystaux énergisés autour du cou, à moins que vous ayez négligé vos gelules au sucre supposées prévenir toute infection!

    Désolée, mais l’ironie reste encore une des meilleures réponses face à de tels délires oscillant entre pseudo-science et anti-science!

  40. Courbure

    Il y a une chose qui m’interpelle. Vous semblez remettre en cause tout ce qui va à l’encontre de ce que vous pensez, en dénonçant des problèmes de méthodologie et des conflits d’intérêts. Pourtant, vous n’hésitez pas à appuyer vos propos en faisant appel par exemple aux personnes suivantes :
    – Andrew Wakefield, connu pour ses travaux frauduleux (dont l’article choc à The Lancet a été retiré par la suite), ses conflits d’intérêts, et qui n’est plus autorisé à exercer la médecine (voir les liens postés par el sombrero)

    – Stephen Walker, qui a des conflits d’intérêts selon vos propres critères, puisque l’étude que vous citez de lui a été financée par une association qui essaie précisément de montrer des liens entre le vaccin ROR et l’autisme

    – Robert Kennedy Jr., dont vous citez un article dans la réponse sur votre blog, alors que cet article était manifestement faux et finalement retiré par le journal dans lequel il avait été initialement publié
    http://www.salon.com/2011/01/16/dangerous_immunity/

    Petite remarque aussi sur la forme de votre réponse sur votre blog : je trouve cette réponse inutilement agressive et à bien des égards insultante à l’égard de Sham.

  41. Ernst

    Je n’ai aucune connaissance scientifiques comme certains d’entre vous , je suis juste une personne atteinte de myofasciite à macrophage dans un fauteuil électrique , affirmation de neurologues réputés : Pr Authier et du Dr North de Strasbourg (Expert au tribunal de Colmar )

    Qu’on m’ explique pourquoi si l’aluminium utilise comme adjuvant dans les vaccins n’ est pas nocif pourquoi les laboratoires sanofi l’on retiré des vaccins pour les chats ??

    Lors d’une assemblée nationale il a été dit

    M. Gérard Bapt. Je terminerai par le vaccin et les inquiétudes qu’il suscite. Les publicités de votre département santé animale mettent en avant le fait que les vaccins destinés aux animaux sont sans adjuvants, donc sans sels d’aluminium. Comment se fait-il que vous ayez abandonné la production sans sels d’aluminium pour des vaccins obligatoires destinés aux hommes ? Les patients ne mériteraient-ils pas d’avoir le choix ?

    http://www.assemblee-nationale.fr/14/pdf/cr-soc/12-13/c1213026.pdf

    Dans le doute du bénéfice risque , ne vaudrait- il pas mieux de retirer cet adjuvant des vaccins humain ???

  42. sham Auteur de l’article

    Bonjour Ernst, je suis sincèrement désolé de votre situation. Sachez que l’aluminium est utilisé de longue dates dans les vaccins, des millions et des centaines de millions de vaccins contenant de l’aluminium ont été injectés sans qu’on repère la moindre augmentation d’une maladie liée à ces vaccins. La science cherche avant tout à évaluer le rapport risque bénéfice. Ici les avantages dépassent largement les éventuels risques (de l’aluminium) qu’on n’aurait pas détecté.
    Pourquoi les labos se passent parfois d’adjuvants? Sous la montée des peurs, les labos pharmaceutiques peuvent préférer prendre des mesures inutiles pour rassurer les citoyens, c’est une erreur tactique puisque c’est l’effet boule de neige assuré, comme le montre le raisonnement pas si idiot que vous faites. Le même effet s’observe par exemple avec les normes des téléphones mobiles ou portables. On les diminue sans raison, ça inquiète encore plus la population. Toutes les agences sanitaires, partout dans le monde, convergent néanmoins vers la même conclusion, l’aluminium aux doses utilisées dans les vaccins, ne présente pas de dangers particuliers.

  43. Ernst

    sham vous affirmez que la toxicité de l’aluminium n’a pas été prouvée

    Pourtant Mardi 12 mars sur ARTE, à 20h50, une emission ALUMINIUM: ATTENTION DANGER
    Date(s) de rediffusion sur ARTE: Mercredi, 20 mars 2013, 10h00 et Samedi, 23 mars 2013, 11h35
    Ce documentaire est disponible pendant une semaine sur Internet:http://videos.arte.tv/fr/videos/planete-alu–7367250.html
    L’interview du Pr Chris Exley est disponible pendant une semaine ici: http://videos.arte.tv/fr/videos/entretien-avec-dr-christopher-exley–7367254.html
    Et le très bon résumé de Xenius est disponible pendant une semaine ici:http://videos.arte.tv/fr/videos/x-enius–7367218.html

    Les professeurs Chris Exley , le pr Guerhardi ainsi que le Pr Authier démontrent la toxicité de l’aluminium .

    l’ANSM à accorder récemment un financement de 640 .000 € pour la recherche sur la nocivité de l’aluminium au Pr Guerhardi

    pourquoi s’ il n’y a pas de nocivité ??

    Y a t’il des recherches non financées par les laboratoires prouvant la non nocivité de l’aluminium dans les vaccins ????

    Il y a 30 ans l’amiante n’était pas considérée comme étant dangereuse , il y a 1 mois quand on mangeait des lasagnes au bœuf , on ne savait pas qu’elles contenaient du cheval ……..

  44. sham Auteur de l’article

    Vous déformez mes propos: j’ai dit que la dose d’aluminium injectée par un vaccin ne présente pas de dangers sanitaires. Par ailleurs, vous faites confiance à un documentaire sur Arte, mais vous ne faites pas confiance à l’OMS, les agences sanitaires en France, en Europe, aux USA, dans tous les pays industrialisés qui regroupent des milliers de scientifiques travaillant dans des domaines extrêmement larges pour permettre une expertise la plus précise possible et qui convergent TOUTES dans le même sens. C’est ce que l’on appelle un biais cognitif: vous refusez de voir les preuves qui vont à l’encontre de votre croyance.

  45. AlainCo

    citer Arte c’est déjà dé-crédibiliser son discours.
    cette télé est un repaire de pseudo-scientifiques, de lobbyiste…

    je sais que cette télé est intouchable, une référence bobo, mais quand on a une culture scientifiques large, une compétence professionnelle, on est écoeuré par leurs méthodes , les reportages biaisés, a charges, incohérent scientifiquement…

    la télé chinoise est plus honnête.

  46. sham Auteur de l’article

    j’ai regardé rapidement le documentaire et surtout l’interview du chercheur mis en avant. il me donne l’impression de chercher à accentuer la portée de ses travaux pour obtenir plus de financements, ce n’est pas forcément un reproche, dans la situation actuelle c’est quasi forcé. il est évident que ses travaux sont à un stade préliminaire et j’espère qu’il aura les moyens de les continuer. cela m’a fait sourire quand il a souligné qu’on avait un moyen très simple d’éliminer l’aluminium du corps humain: en buvant de l’eau enrichi en silicium (vers le milieu de l’interview). je me demande combien l’eau du robinet en contient.

  47. Ping : L’association Initiative Citoyenne est fâchée avec l’éthique et la vaccination | Sham and Science

  48. Ping : Sirtin » Réagir ou se taire face aux pseudo-science ?

  49. Ping : Réagir ou se taire face aux pseudo-science ? | Sirtin science

  50. fleur

    Bonjour « chch »,
    Réponse un peu tardive….Merci pour le conseil de lecture.J’ai entendu il y a peu ce sociologue français,( sur france-inter le 1er mars) et je pense que la lecture de son dernier livre ne pourra qu’être instructive. J’envisage aussi de lire sur le même thème plusieurs ouvrages de Noam Chomsky (La fabrication du consentement, pour n’en citer qu’un) dont j’ai vu il y a quelque temps déjà un documentaire très intéressant et en parallèle m’intéresser à Edward Bernays (Propaganda ou « comment manipuler l’opinion en démocratie).

  51. fleur

    Bonjour Ariane,
    Je ne crois pas que l’ironie soit une meilleure réponse. Le sujet est amplement sérieux. La vaccination, telle qu’elle a été pratiquée et sera pratiquée (vaccins issus du génie génétique) a des implications qu’on n’imagine même pas.
    Dès les débuts Pasteur et la vaccination avaient des détracteurs (chercheurs et médecins tout aussi compétents que lui). Partout ailleurs dans le monde chercheurs, médecins,grands spécialistes se sont aussi posé des questions à ce sujet, avec le recul sur l’histoire de la vaccination et tous les problèmes et les problématiques qui se sont posés au fur et à mesure.
    Alors tous fous? tous gourous ? tous pseudo-scientifiques délirants ou anti-science ? ou au contraire libres- penseurs, libres- chercheurs qui, en vrais scientifiques se sont posés et se posent encore des questions, ont remis en cause des savoirs, des vérités tenues pour acquises et parfois même leurs propres convictions ? Il me semble qu’il est sain d’avoir des contradicteurs : leurs études, leurs travail, leurs recherches et leur argumentation pour un grand nombre d’entre eux (et pour en avoir lu certains) suffisent à ce que l’on s’intéresse à la question, que l’on se pose des questions à notre tour….et je préfère cela à l’ironie que vous avez choisie, mêlant la vaccination à tous les autres sujets potentiellement à polémique (et plus d’un le sont pourtant à juste titre), fourrant le tout dans le même sac et hop, on vire tout ça, on tire un trait, circulez « il n’y a rien à discuter » puisque tout ça n’est qu’un ramassis de fadaises qui ne mérite pas qu’on s’y arrête. Un problème ? quel problème ?
    Un écrivain et journaliste américain, Upton Sinclair a écrit :
    « Quelle étrange religion que la médecine! C’est la seule religion qui soit soutenue par la politique et, même lors de controverses scientifiques, on ne peut la mettre en cause sans risquer d’être persécuté ou ridiculisé »
    ou encore
    « Il est plus facile de croire ce qu’on nous affirme officiellement, que de s’aventurer dans l’indépendance intellectuelle. En fait, ce n’est pas l’opposition, mais le conformisme et l’inertie qui ont de tout temps été les plus sérieux obstacles à l’évolution des consciences » GHANDI (encore un opposant obscur et probablement illuminé).

  52. sham Auteur de l’article

    Fleur, vous citez Upton Sinclair, un de mes auteurs favoris, cela me fait très plaisir. Néanmoins vous déformez un peu la réalité avec ce discours. Personne n’a nié que la science était en évolution, qu’elle avançait par à-coups, que certaines personnes étaient d’abord minoritaires et ont fini par convaincre, qu’on ne sait pas tout et qu’on a bien des choses à découvrir. Simplement certains débats sont faussés aujourd’hui. Il n’y a pas de controverses concernant l’efficacité et les effets négatifs des vaccins sont plutôt bien connus. Certains mythes persistent, comme le lien vaccin/autisme qui n’est pas fondé, ou encore hépB/sclérose en plaque, non fondé. D’autres risques sont largement exagérés et jamais mis en balance par rapport aux bénéfices. On assiste de plus en plus à une défiance des autorités sanitaires, le taux de vaccination diminue dans la pop française, des épidémies resurgissent alors qu’on espérait pouvoir éradiquer certaines maladies en début de 21e siècle. Ce n’est pas, circulez y’a rien à voir, mais bien tout le contraire! Il faut expliquer, détailler le processus scientifique, mettre en perspectives les résultats, apprendre des outils pour se faire une opinion juste et quel meilleur outil pour cela que la méthode scientifique. Je vous invite d’ailleurs à lire ma réponse à l’IC.

  53. Ping : C’est tellement compliqué on ne peut jamais savoir ! Pas de vaccins, pas d’OGM et pas de jus de tomate ! | Tout se passe comme si

  54. RITH Jean-Marie

    http://www.romandie.com/news/n/_Vaccins_a_l_aluminium__une_infirmiere_obtient_une_victoire_judiciaire78220320131625.asp

    inShare
    A commenter si vous le souhaitez ! Cette nouvelle semble s’inscrire dans le domaine !

    Vaccins à l’aluminium : une infirmière obtient une victoire judiciaire

    BAYONNE – Le juge des référés du tribunal administratif de Pau a accordé à une infirmière la suspension d’une décision refusant de considérer comme une maladie d’origine professionnelle les conséquences d’une sur-vaccination dans le cadre de son emploi, a-t-on appris vendredi auprès de son avocate.

    Cette aide-soignante, Martine Sempietro, 47 ans, en congé maladie depuis 2006 pour un accident du travail lié à une chute, ne recevait plus, depuis le début du mois de mars, qu’un demi-salaire, son employeur estimant qu’elle était victime d’une maladie ordinaire.

    Le tribunal a fait droit à sa demande en ordonnant à son employeur, le centre hospitalier d’Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques), de suspendre la décision ayant eu pour conséquence le versement de ce demi-traitement, dans une ordonnance rendue jeudi.

    L’infirmière avait chuté en 2006 alors qu’elle était pompier bénévole, car ses jambes ont lâché, sa maladie, la myofasciite à macrophages, qui se rapproche de la sclérose en plaques, pouvant entraîner ce genre de symptômes, avait expliqué son avocate, Me Denise Pombieilh.

    Le tribunal s’est fondé notamment sur une expertise réalisée en juillet 2011. Avec cette décision, elle touchera l’intégralité de son salaire ainsi que la prise en charge des frais liés au traitement de sa maladie jusqu’à que l’affaire soit examinée sur le fond, s’est félicitée l’avocate.

    Le juge a également condamné l’hôpital à verser 1.000 euros à Mme Sempietro pour ses frais de justice.

    L’aide-soignante a obtenu trois expertises médicales rattachant sa maladie aux administrations successives de vaccins adjuvantés sur hydroxydes d’aluminium. Une quatrième expertise conclut en revanche à l’absence de cause certaine, directe et exclusive.

    Mme Sempietro avait été soumise à des vaccinations répétées à compter de 1983, notamment contre l’hépatite B, comprenant de l’aluminium, obligatoires en tant qu’infirmière. A la fin de l’année 2012, l’aide-soignante avait observé une grève de la faim de 24 jours avec des membres de l’association E3M (malades de la myofasciite à macrophages et leurs proches) pour réclamer une recherche renforcée sur l’aluminium dans les vaccins, ce a quoi s’est engagée l’agence du médicament (ANSM).

    (©AFP / 22 mars 2013 16h23)

  55. sham Auteur de l’article

    Merci pour l’info Jean-Marie. Je n’ai pas grand chose à commenter à vrai dire. Les vaccins ne sont pas sans risques, personne n’a jamais dit le contraire, c’est le rapport risque bénéfice qui est important et qui est régulièrement réévalué. Les études scientifiques, jusqu’à présent, reste néanmoins claires sur le sujet, les bénéfices sont largement supérieurs aux risques éventuels. Et heureusement que dans certaines professions, comme dans le domaine de la santé, on incite fortement les gens à se vacciner, immunité de groupe oblige.

  56. AlainCo

    Ce ne serais pa sle première fois qu’un juge se fait enfumer sur une question scientifique par des lobbies mieux financés, et plus puissants médiatiquement.

    je me souvien d’affaire pseudo-scientifique similaire sur les antennes relais, alors que là ya pas de doute, ni la physique, ni l’épidémiologie, ni la psychjiatrie, ne contredisent la thèse actuelle : maladie imaginaire a effet réel, ie: nocebo (un concept récent que j’ai vu arriver il y a 10-20 ans).

    pour ces vaccins je vous rappelle que la moitié de la population a été vacciné contre les hépatites a une époque sans augmentation d’incidence. (vu l’échantillon en question ca se verrait).
    a noter aussi que les gens normaux reçoivent pas mal de vaccins, et que les maladies ont des effets pire encore que les vaccins… il y a des accidents d’entrainement, mais la guerre est plus mortelle.

    le seul cas suspect du vaccin épidémique grippe A a été semble t’il consécutif à une invection virale, et pas au vaccins (trop tot). Même sur les maladies neuro-dégénérative les maladie bénignes sont largement plus dangereuse que le vaccin.

    établir une causalité entre vaccination et une maladie neuro dégénérative, ca mérite un beau papier.
    Mais bon, un beau parleur ca suffit souvent, surtout sur des personnes qui n’ont pas l’habitude de se remettre en cause (ce n’est pas mon avis, mais celui de la fédération des pilotes amateurs américains – les plus sujets aux « track and lock » sont les professions juridiques,).

    en tout cas cet article montre non pas que les vaccins sont dangereux mais que la société le croit.

    là au moins on est d’accord.

    Ma douce qui viens du tiers monde elle m’a dis que si on avait offert le vaccin épidémique chez elle, les gens se seraient rués dans les gymnases pour se faire vacciner. là bas, grippe (aviaire aussi), e-coli, tetanos, hépatites (une voisine en est morte), malaria (une autre copine aussi)…
    il y 70 ans aussi en france…

    et pendant ce temps le gens boivent du vin, traversent en dehors des clous, roulent vites, mangent des graines germées, de la farine bio, … où là il n’y a pas de doutes mais des mesures.

    monde de barges.


    Un grimpeur, parachutistes, cycliste urbain… autant vous dire que les risques je les mesure. les vrais, et aussi le coût des mesures inutiles et de la peur injustifiée.

  57. sham Auteur de l’article

    Hermione, qui travaille sur le virus du sida et que j’ai citée dans mon article précédent, me disait effectivement que les gens dans les pays du tiers monde (avec qui elle travaille) se précipitaient lors de campagnes de vaccinations.

  58. Ping : Comment savoir qui a tort ou qui a raison dans un débat scientifique? | Sham and Science

  59. Isa04

    @fleur ,j’ai le même avis que vous ,les peurs sont (étaient pour ma part) induites par les discours officiels .Depuis que je m’informe par moi même ,je n’ai plus peur ! Je suis identiquement dans la même démarche que vous avec une formation d’infirmière et des séquelles d’effets secondaires de vaccination en plus .Le malaise des médecins devant des effets secondaires de vaccin est énorme ,c’est étrange .Beaucoup de personnes dans mon entourage se rendent compte que la médecine et la science sont à l’heure actuelle trop proche de la finance et c’est dangereux . Même certains médecins hospitaliers rencontrés sont persuadés que les hôpitaux seront bientôt cotés en bourse comme les firmes pharmaceutiques qui le sont déjà depuis longtemps ! C’est une réalité dont il faut tenir compte ,c’est tout !Le monde est actuellement régit presque exclusivement par la finance ,c’est un fait et cela ne permet plus au citoyen d’avoir confiance !

  60. Isa04

     » Le 16 mars 2013 à 21 h 38 min,
    sham
    a dit :
    Bonjour Ernst, je suis sincèrement désolé de votre situation. Sachez que l’aluminium est utilisé de longue dates dans les vaccins, des millions et des centaines de millions de vaccins contenant de l’aluminium ont été injectés sans qu’on repère la moindre augmentation d’une maladie liée à ces vaccins. »

    Voir mode d’injection ,sous-cutané avant puis recommandé en intra-musculaire et errances de la médecine face à des symptômes nouveaux et/ou inconnus ,délais de reconnaissance et de compréhension de nouvelles pathologies très ,très long !

  61. jp

    Bla bla bla bla!!!! ( à mon tour les amis de blablater)

    C’est toujours très intéressant de lire des avis et des contre avis, mais bon au delà de tout ça et de ce sujet si sensible qu’est la vaccination ( on l’aura tous compris money is money), franchement il faut se rendre à l’évidence on en veut plus de toutes ces cochonneries.
    J’ai mal au crâne quand je vous lis, vous les pseudo scientifiques et je pense que je ne suis pas le seul!
    La vérité c’est qu’aujourd’hui toutes ces personnes qui sortent de ces grandes écoles ont été tellement formatées qu’ils n’arrivent même plus à se poser les bonnes questions. On ne peut donc même pas leurs en vouloir ils ne font cracher tout se qu’ils ont docilement appris pendant leurs magnifique cursus.
    En échange y’aura peut être un poste à pourvoir, va savoir? ( euh pardon je suis mauvaise langue).
    Ce qui est sur c’est que ce tabou de la vaccination est en train de tomber.
    Les gens discutent entre eux, s’informe bref essaye de se forger une opinion vierge de toute corruption. Et c’est très bien comme ça!
    Le combat sera encore long mais je reste très positif quand à l’issue.
    Quand à ceux qu’y voudront encore jouer à roulette russe qu’il le fasse et foutent la paix aux personnes doué de bon sens.

    Longue vie à ce magnifique site qui transpire la franchise et l’honnêteté intellectuelle! ( humour je précise)

  62. Peter

    Bonjour,

    Cela est bien dommage de voir que sur un site d’une université, qui normalement apprend la science et ses principes : lorsqu’on apporte une réponse scientifique comme veut le faire l’article écrit plus haut, il faut avoir étudié tous les éléments de la question… sous peine de donner une réponse fausse comme ici.
    En effet, des études menées récemment et terminées et approuvées par la communauté scientifique, montrent très bien que l’aluminium vaccinal qui est décrit dans cet article a la capacité de migrer vers le cerveau chez certains patients par un mécanisme très bien décrit, puis cela provoque, de part la présence d’aluminium dans le cerveau, une maladie très invalidante (douleurs fortes, fatigue forte, troubles cognitifs forts et tout une constellation d’autres symptômes) : c’est la Myofasciite à Macrophages. Eh oui, même une « si extrêmement faible » (comme dit plus haut) quantité d’aluminium présente dans les vaccins peut provoquer une maladie grave ! De plus qu’aucun traitement n’existe.

    ATTENTION : je ne suis pas contre les vaccins. Ceux qui ont cette maladie non plus ! Nous sommes pour, mais s’il vous plaît, arrêter de fermer les yeux sur les dangers évidents que l’on vous prévient d’abord, puis que l’on vous démontre ensuite. Appliquer le principe de la médecine : Mieux vaut prévenir que guérir !!! C’est bien le but des vaccins, n’est-ce pas ?
    Pourtant il existe des alternatives saines à l’aluminium vaccinal, dont on sait qu’aucune maladie ne pourra être créée ainsi. Mais cela coûte cher … Notre santé n’en vaut apparemment pas le prix. Et je ne suis pas d’accord avec cela. L’êtes-vous ?
    Voici un lien pour signer une pétition pour la remise sur le marché d’un vaccin sans adjuvant aluminique, retiré du marché en 2008 sans raisons valables, ainsi que pour la poursuite de la recherche sur la Myofasciite à Macrophage, conséquence de l’aluminium vaccinal :

    http://www.myofasciite.fr/?page=petition

    Nous avons le droit au choix pour notre santé, surtout quand il y a danger prouvé.

    Merci de votre attention, et n’hésitez pas à signer et diffuser cette pétition si vous aussi vous partagez cet avis.

    Cordialement.

  63. sham Auteur de l’article

    Je crois qu’il y a une différence que vous ne comprenez pas forcément bien entre des études récentes, discutées, débattues et controversées et un consensus scientifique bien établi. Donc non, ce que vous dites à propos de l’aluminium n’est pas approuvé par la communauté scientifique. On retrouve effectivement bien de l’aluminium à l’endroit ou l’injection du vaccin est faite. Que cet aluminium provoque des maladies autoimmunes est néanmoins largement contesté. Le dernier rapport de l’ANSM est explicite:
    http://www.academie-medecine.fr/Upload/adjuvants%20vaccinaux%20rapport%20ANM1.pdf
    Je vous invite à lire ce rapport plutôt court et assez accessible:
    « Aucune preuve de toxicité neurologique imputable à l’aluminium de l’alimentation ou des adjuvants n’ayant pu être fournie, il existe un consensus pour considérer
    l’aluminium comme un produit neurotoxique de façon aiguë, lors d’une forte ingestion et en cas de consommation chronique à des dosages élevés. » DONC pas pour les vaccins!

    Les alternatives « saines » à l’aluminium vaccinal n’existent pas aujourd’hui, cela prendrait du temps à développer, de l’ordre de 5 à 10 ans estime justement l’ANSM (dans le même rapport): « Si la recherche s’orientait pour remplacer l’aluminium, la substitution ne pourrait être faite qu’après de longs et nombreux essais et contrôles, nécessitant de nombreuses années (environ 5 à 10 ans). »
    que faut-il faire pendant ce temps? arrêter les vaccins? Faire peur à la population? faire croire qu’on empêche la recherche sur ce sujet comme votre pétition cherche à le faire? certainement pas. Il faut expliquer le rapport risque bénéfice, la manière dont la science discute d’un problème et le consensus qui prime sur un sujet en l’état actuel des connaissances.

  64. Peter

    Je suis attristé de votre réponse, surtout de votre ignorance sur le sujet (ou bien de votre malhonnêteté ?).

    Premièrement, si, les preuves scientifiques sont là et sont indiscutables.
    Elles montrent très bien les mécanismes de migration de l’aluminium vaccinal dans le cerveau. Ses preuves ne sont d’ailleurs plus contredites (tout simplement parce que même ceux qui ne veulent pas voir la vérité n’ont plus aucun argument scientifiquement valable pour contredire ces faits). Elles sont aussi reprises par des médecins de renommée internationale (je citerai seulement le professeur Yehuda Shoenfeld).

    Deuxièmement, le gouvernement a reconnu que l’aluminium vaccinal était un problème très sérieux et qu’il fallait agir.
    Lors d’une réunion au Ministère de la santé en Décembre 2012, le Directeur de la Santé a précisé que la volonté de la Ministre de la Santé était que la problématique de l’aluminium vaccinal soit pris en compte.
    La recherche sur les sels d’aluminium et les vaccins est enfin financée, non sans peines (des malades de Myofasciite à macrophages ont beaucoup risqué leur santé en faisant une grève de la faim pendant plusieurs semaines pour enfin se faire entendre). Il est bien dommage de devoir en arriver là (pourtant, selon vous, rien ne bloquait la recherche sur ce sujet).
    Un comité de pilotage, pour poursuivre les recherches, répondre aux questions de la toxicité de l’aluminium ainsi que de la nécessité de la mise sur le marché d’un vaccin DTP sans aluminium, est déjà créé aujourd’hui.
    Le fait qu’un financement soit accordé sur fonds publics, sur le sujet des sels d’aluminium vaccinaux, est une grande avancée, car cela signifie une reconnaissance des travaux menés par l’équipe de médecins de Henri Mondor, et une reconnaissance que l’aluminium peut engendrer la Myofasciite à Macrophages.
    Comme vous le voyez, le consensus scientifique dont vous parlez N’EST PLUS : il est maintenant bien établi que l’aluminium vaccinal migre vers le cerveau par un processus auto-immun très précis. DONC si, le lien entre l’aluminium vaccinal et la maladie d’origine auto-immun appelée Myofasciite à Macrophage est très bien établi, et prouvé scientifiquement.

    Le fait que la recherche soit financée démontre que nous sommes devant un problème potentiel important. Le principe de précaution impose bien évidemment que les familles qui le souhaitent bénéficient d’un vaccin DTPolio sans aluminium, comme s’y était engagée Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé.
    Et si, les alternatives à l’aluminium vaccinal existent depuis des décennies … (je suis bien surpris de votre manque d’information…). Par exemple le phosphate de calcium (constituant naturel de l’organisme, bien toléré, et facilement résorbé).
    L’Institut Pasteur a décidé, au début des années 1970, de retirer l’aluminium comme adjuvant de ses vaccins et de le remplacer par le phosphate de calcium, pour des raisons de Santé Publique.
    Le Pr Relyveld, chercheur de l’Institut Pasteur, est à l’origine de ce choix. Lors du Congrès international sur l’histoire de la vaccinologie (1995), il expliquait ainsi les raisons ayant amené l’Institut Pasteur à privilégier le phosphate de calcium :

    «L’utilisation d’adjuvants pour stimuler la réponse immunitaire et accroître le niveau d’anticorps circulants a été découverte par Ramon {Institut Pasteur} en 1925. (…) Près d’un an plus tard, Glenny {Welcomme, devenu GSK} démontra
    que l’anatoxine brute neutralisée précipitée sur aluminium donnait une réponse immunitaire nettement supérieure après une seule injection. (…) Plusieurs études ont démontré que, chez l’animal comme chez l’homme, les adjuvants aluminiques augmentent le niveau d’anticorps IgE et peuvent induire des réactions allergiques provoquées par les IgE. (…)
    L’utilisation du phosphate de calcium offre de nombreux avantages. Principalement parce qu’il est un constituant naturel de l’organisme, bien toléré, et facilement résorbé. Il a été démontré que, contrairement à l’aluminium, le phosphate de calcium n’accroît pas la production d’IgE spécifique ou totale chez l’homme ou l’animal, même après des injections répétées. (…). Des vaccins simples ou combinés adsorbés sur phosphate de calcium ont été utilisés pendant de nombreuses années en France comme dans d’autres pays, et les effets secondaires ont été faibles. Des schémas de vaccination ont été mis en œuvre pour simplifier des campagnes dans les pays en voie de développement.»

    De nombreuses publications, écrits scientifiques et
    comptes-rendus de réunions officielles confirment les
    propos du Pr Relyveld.

    Enfin, pour répondre à vos questions, non il ne faut pas arrêter les vaccins (comme je l’ai déjà dit dans mon précédent message, je ne suis pas contre les vaccins). Il ne faut pas faire peur non plus à la population, MAIS il ne faut pas (1) l’empoisonner, et (2) lui mentir. Il faut dire la vérité à la population, elle se vaccine pour se protéger, non pas pour attraper des maladies.
    Et il est bien dommage que vous vous appuyez sans cesse sur un « consensus scientifique » qui est dépassé. Mais cela montre explicitement votre volonté d’endormir le problème sans regarder les preuves, car vous savez que ces preuves existent et vont contre vos idées.

    Je remets le lien pour signer une pétition pour la remise sur le marché d’un vaccin sans adjuvant aluminique, retiré du marché en 2008 sans raisons valables, ainsi que pour la poursuite de la recherche sur la Myofasciite à Macrophage, conséquence de l’aluminium vaccinal :

    http://www.myofasciite.fr/?page=petition

    Nous avons le droit au choix pour notre santé, surtout quand il y a danger prouvé.

    Merci de votre attention, et n’hésitez pas à signer et diffuser cette pétition si vous aussi vous partagez cet avis.

    Cordialement.

  65. sham Auteur de l’article

    je viens de vous citer un rapport de l’académie de médecine, tout récent, précisément sur ce sujet, qui va à l’encontre de ce que vous affirmez! ce rapport redit que le consensus scientifique est de mise, pas de danger en l’état actuel des connaissances ou si vous préférez, le rapport risque bénéfice est largement en faveurs des vaccins qui utilisent du sel d’aluminium comme adjuvant. vous vous amusez de nouveau à utiliser les techniques que j’ai dénoncé dans un post plus récent: http://blogs.univ-poitiers.fr/n-yeganefar/2013/03/25/comment-savoir-qui-a-tort-ou-qui-a-raison-dans-un-debat-scientifique/
    vous citez des noms, des scientifiques, des citations (qu’il me faudrait vérifier car l’exp a montré que sur ce terrain l’honnêteté n’est pas toujours de mise), vous confondez choix politiques et problèmes scientifiques. En plus, vous m’accusez de tordre la vérité, de mentir, sans preuve sérieuse. et vous remettez en plus la pétition que vous avez déjà signalée. quand on arrive à plus de 70 commentaires sur un sujet aussi grave avec autant de commentaires contestant ce qui fait consensus, la tentation est grande de censurer vos propos.

    le phosphate de calcium est précisément cité dans le rapport de l’académie de médecine, son efficacité fait débat aujourd’hui. « Pour le phosphate de calcium, parfois revendiqué en remplacement de l’aluminium, les études sont dissociées, voire contradictoires sur son efficacité. Le débat reste donc ouvert et des travaux supplémentaires seraient souhaitables ».

  66. Peter

    Monsieur,
    je n’ai regardé qui vous étiez (professeur d’automatisme il me semble) seulement après avoir écrit mon dernier message. Je pensais avant cela que vous étiez un médecin, ou bien membre de l’ANSM, c’est pourquoi vos propos m’ont interpellés car ils sont bel et bien faussés. Mais vous n’êtes pas médecin, vous ne savez donc pas la vérité.
    En effet, la vérité (aussi surprenante au premier abord il est vrai que révoltante, indignante) est que l’ANSM (anciennement AFSSAPS) est complètement malhonnête dans ses rapports concernant l’aluminium vaccinal et les preuves de lien avec la Myofasciite à Macrophages. Elle adopte une attitude complètement à l’opposé de la démarche scientifique : elle occulte les choses.
    Je vous comprends tout à fait de vous appuyer sur de telles sources, qui sont NORMALEMENT fiables et objectives. Malheureusement ce n’est pas le cas. Il y a tout autour de l’aluminium vaccinal, des laboratoires qui l’utilisent, et l’ANSM (AFSSAPS) des conflits d’intérêts très important. En effet, l’hydroxyde d’aluminium revient à moins cher pour les laboratoires, et il est utilisé depuis des décennies. Admettre que l’aluminium vaccinal est nocif pour la santé, et qui plus est qu’il peut induire une maladie grave, remettrait totalement en question la formule des vaccins : les laboratoires devraient revoir la composition d’un nombre très important de vaccin, puis ils devraient changer de produit (phosphate de calcium par exemple, qui lui est plus cher). Cela induirait beaucoup de frais, vous le concevez très bien je suppose : études à financer pour revoir les formules des vaccins, puis changer de produit à un coût important.
    Je me souviens d’une émission de 2012 (« Aluminium, notre poison quotidien ») dans laquelle était interviewé un ancien directeur de laboratoire. Il a lui même dit les choses suivantes : (ce ne sont pas là ses propos exacts bien entendu)
    Dans les années 80, son laboratoire (Pasteur-Mérieux) avait deux vaccins DTP : avec aluminium et avec phosphate de calcium. Cependant, comme le laboratoire Pasteur venait d’être racheté par Mérieux, ce dernier a décidé de supprimer le vaccin avec phosphate de calcium pour n’avoir qu’un seul produit à fabriquer, ce qui réduit les coûts ! Pourquoi avoir supprimé le vaccin avec phosphate de calcium et pas l’inverse ? Tout simplement parce que (comme je l’ai déjà dit) le phosphate de calcium est plus cher (ce point n’est pas dit par Marc Girard), et que c’était plus logique de se tourner vers l’aluminium car les autres laboratoires faisaient ainsi.
    Vous constaterez que la science n’a eu aucune place dans cette décision. Au contraire, des scientifiques ont prévenu à ce moment là des dangers de l’aluminium vaccinal et de l’importance de préférer le phosphate de calcium. Mais les intérêts des directeurs étaient ailleurs…

    Je vous mets en lien internet pour cette émission qui illustreront bien mes propos :
    http://www.youtube.com/watch?v=WvKk9RTqIbw

    A la 42’45secondes, commence l’interview de Marc Girard.
    A la 39’15secondes, commence l’explication de ce dont je viens de vous parler ci-dessus.

    Je m’excuse sincèrement d’avoir fait erreur sur la personne, et je pense avoir compris en lisant « Qui suis-je » que vous recherchez la vérité. Je vous invite donc à considérez la vidéo que je vous ai donné en lien.
    S’il vous plaît, considérez mon point de vue. Vous semblez vous battre contre l’ignorance qui entraîne des erreurs graves : en effet il ne faut pas laisser dire que les vaccins sont mauvais sans rien faire car il y a danger. Je me bats selon le même principe, pour que cette vérité là ne tombe pas dans les oubliettes, car il y a danger aussi.

    Je vous remercie de votre attention,

    Cordialement.

  67. Ratio

    Bonsoir Peter,

    « […] des études menées récemment […] montrent très bien que l’aluminium vaccinal […] a la capacité de migrer vers le cerveau chez certains patients par un mécanisme très bien décrit »

    De mémoire, je pense que ca été démontré chez l’animal (souris?) mais pas chez l’humain. De plus, je ne pense pas qu’il s’agisse du même « aluminium » que celui des vaccins (un autre molécule avec alu mais pas l’hydroxyde d’alu). Peut-être pourrez-vous préciser ces points. Je note que si tout cela était aussi indiscutablement établi que vous le dites, il ne serait pas nécessaire de faire du lobying (grêve de la faim, pressions via des politiques, …) pour obtenir des financements pour des études futures (il y a comme une contradiction dans votre discours vous ne trouvez pas?).

    Est-ce que le lien entre alu au site d’injection et tableau clinique de la MàM a été établi? Je n’ai rien vu dans ce sens.
    (c’est-à-dire qu’on pourrait tout à fait avoir de l’alu au site d’injection sans pour autant développer la MàM, non?)

    « Pourtant il existe des alternatives saines à l’aluminium vaccinal […] »

    Quelles sont les preuves que ces alternatives seraient plus saines que l’adjuvant aluminique utilisé pour le moment? Existe-t-il des études comparatives en double aveugle avec une branche « alu » et une branche « autre », comparant les bénéfices et risques? De ce que j’ai pu lire des avis des uns et des autres jusqu’à présent, je pense que non, que vous vous basez sur les dires de tel ou tel, mais sans plus. Mais mon impression ne valant pas une bonne recherche Pubmed…

    De plus, « saine » à quel niveau? Car même SI la MàM résultait de l’alu, ce ne serait pas détectable avec les effectifs réduits des études en double aveugle, mais seulement en pharmacovigilance post AMM, étant donné sa rareté supposée. C’est d’ailleurs là que vous ne pouvez pas parler de remise en cause du consensus. Essayez de vous mettre dans les baskets d’un décideur de santé public: Même en admettant que les MàM soient reliées aux vaccins, la balance bénéfices/risques resterait en faveur de la vaccination. (Dans ce cas, vous auriez évidemment raison de demander dédomagement et études pour le passage vers un autre adjuvant, entendons-nous bien…). Mais en attendant que les utopies d’aujourd’hui se réalisent demain (voir plus bas), que doit faire le décideur ? En rester au consensus, sous peine de se voir repprocher (à juste titre) une mauvaise gestion!

    « Voici un lien pour signer une pétition pour la remise sur le marché d’un vaccin sans adjuvant aluminique, retiré du marché en 2008 sans raisons valables »

    Pourriez-vous préciser à qui s’adresse cette pétition:
    1) l’état qui devrait forcer les labos à produire le vaccins en question? (utopie à mon sens)
    2) l’état qui devrait produire de façon publique le vaccin dont il est question? (utopie à mon sens)
    3) le labo qui devrait produire le vaccins en question? (utopie à mon sens)
    4) autre?

    Cette demande de votre part me semble utopique car
    – les autorités de santé préfèrent de toute façon que les gens se vaccinent DTPC au lieu de DTP, et n’ont pas vraiment de moyen légal je pense de forcer un labo à produire un truc, ni les moyens financiers de se lancer dans la production publique,
    – le labo n’a pas forcément envie de se remettre à produire un truc dont le public sera restreint aux parents réfractaires à la valence C…

    Ca peut vous sembler moche, mais ca la réalité VS l’utopie, et en termes de santé publique, on pourrait argumenter que la disparition de la vaccination DTP est une bonne chose. Il est toujours plus facile de critiquer que de se mettre dans le peau du décideur 😉

    De plus, pardonnez ma naïveté, mais ce DTP retiré du marché pose surtout problème (du point de vue de certains parents) pour la primo-vaccination des nourissons. Or, les témoignages de MàM proviennent toujours (il me semble) d’adultes en lien supposé avec une vaccination récente. Du coup, je ne vois pas trop le rapport.

    Ratio

  68. Ping : C’est la semaine de la vaccination: à vos carnets! | Sham and Science

  69. BIANCHINI

    C’est honteux ces mensonges et ce manque de foi sur les vaccins … Il faut savoir que si aucun des salariés de l’Institut pasteur ne vaccine ses enfants c’est parce qu’ils savent ce qu’il y a dedans, et c’est autre chose que les M & M’s …

    L’étude menée en Allemagne par l’Institut Koch (équivalent de l’Institut Pasteur) auprès de 20.000 enfants a prouvé que pour toutes les pathologies les enfants vaccinés étaient plus contaminés que les autres. On savait déjà que les enfants vaccinés développaient plus d’allergies que les autres, mais ce qui est surprenant c’est de « voir » que les enfants vaccinés ont 3 fois plus la myopie que les autres, ce que le Dr Eisenstein appelle « Epidémie de lunettes », ce qui est un peu compréhensible car les adjuvants perturbent la transmission de l’information nerveuse au niveau de la gaine de myéline.

  70. sham Auteur de l’article

    ce qui est honteux c’est que des bébés meurent aujourd’hui dans les pays développés, de rougeole, de la coqueluche et d’autres maladies qu’on pourrait éviter en vaccinant. ce qui est honteux c’est qu’une connaissance a du avorter car son copain a chopé la rougeole, par manque d’information, il n’avait pas fait ses rappels. ce qui est honteux c’est que la polio existe encore aujourd’hui sur la planète alors qu’il aurait dû être éradiqué au début des années 2000 suivant le programme de l’ONU. ce qui est honteux, c’est quand des mouvements anti vaccins dans les sociétés riches freinent la propagation des vaccins en y mettant toutes les barrières possibles empêchant les pays du tiers monde, par ricochet, d’accéder à ce formidable outil de santé publique.

    et enfin, ce qui est honteux, c’est le manque de culture scientifique, de culture de la méthode scientifique, empêchant ainsi toute discussion rationnelle un thème donné.

  71. Bernard

    Bonjour Julie, ravi de vous retrouver !

    Vous avez raison de dire que l’étude ne conclue pas comme l’indique Bianchini puisque les auteurs écrivent : « The prevalence of allergic diseases and non-specific infections in children and adolescents was not found to depend on vaccination status »

    Cependant, il ne faut pas en faire un théorème signifiant cela de façon absolue car il s’agit de statistiques. Or les enfants non vaccinés étaient très peu nombreux et c’est ce qui peut empêcher les écarts observés d’être statistiquement significatifs (ce qui ne signifierait pas probant pour autant).

    Selon le résumé des résultats (je n’ai pas tout lu) il y a des résultats en faveur des non vaccinés mais peut-être non significatifs (il faudrait regarder de plus près avec les nombres absolus). On lit par exemple : « 12.6% (5.0% – 28.3%) in unvaccinated children and 15.0% (13.6% –16.4%) in vaccinated children » qui permet de constater que l’intervalle de confiance est beaucoup plus large chez les non vaccinés : -7,6 +15,7 de part et d’autre de la valeur centrale 12,6 ; contre -1,4 +1,4 autour de 15%. Cela atteste de la faiblesse de l’échantillon des non vaccinés.

    Aussi la conclusion des auteurs aurait dû être plus prudente en se contentant d’écrire que l’étude ne permettait pas d’obtenir des écarts significatifs en faveur des non vaccinés sur certains aspects de l’étude mais qu’on ne pouvait exclure que cela serait possible avec des échantillons plus consistants de non vaccinés. Il devrait paraître évident que si tous les enfants sont vaccinés sauf ceux qui sont trop malades pour l’être on ne verra plus rien (au cas où il y aurait quelque chose à voir).

  72. Julie

    Il est impossible de démontrer qu’un risque (d’allergies par exemple) entre deux groupes est identique, quelque soit la taille des groupes, car on peut toujours supposer que les barres d’erreur cachent la différence. C’est pour cà que la conclusion dans ce genre de situation est qu’ « on a pas observé de différences entre les deux groupes » et non « les deux groupes sont les mêmes » (il n’y a pas besoin de prudence supplémentaire).
    Par ailleurs, une différence pourrait être démontrée, quelque soit la taille des groupe (il suffit que les barres d’erreur ne se recouvrent pas). C’est bien le cas pour la prévalence des maladies vaccinales, signe que la taille des groupes suffit pour observer des choses triviales…

    PS: les enfants trop malades pour être vaccinés ont été exclus du groupe des non vaccinés, pour ne pas brouiller les choses… (lisez le papier en entier 😉 )

  73. Bernard

    Je ne comprends pas : s’il est impossible, quelle que soit la taille des échantillons, de mettre en évidence une différence significative sur, par exemple l’allergie, pourquoi alors en avoir présenté une étude ? Quand vous dites que les barres d’erreur (les intervalles de confiance IC) cacheront toujours la différence je ne comprends vraiment pas. Si pour vous un écart significatif est obtenu quand les IC sont disjoints (ce n’est pas la définition en statistique), ils pourraient le devenir avec des échantillons plus grands puisque la largeur des IC décroit avec l’accroissement de leurs tailles.

    Si vous acceptez ce critère pour les cas de rougeole, pourquoi vous le refuseriez pour les cas d’allergies ? La théorie statistique est indépendante des cas de quoi on parle, bien évidemment !!!

    PS – J’avais bien lu que les enfants trop malades pour être vaccinés avaient été exclus de l’étude mais, s’il-vous-plait, lisez mon commentaire : je ne parlais pas de cela mais de la situation où tous les enfants sauf ces derniers seraient vaccinés. Il deviendrait alors impossible de faire une étude pour comparer la fréquence des allergies entre enfants vaccinés et non vaccinés, en supposant bien entendu qu’à la naissance ces 2 groupes d’enfants seraient comparables en potentiel santé. Mais si l’un des 2 groupes est vide ou presque alors ce n’est plus possible et c’est ce que je voulais dire. Dois-je voir dans votre remarque non fondée un début de tentative polémiste ?

    PS – Une différence peut être significative même quand les IC se recouvrent. Quand le seuil de signification est fixé à 5%, l’écart devient significatif (par définition) quand la probabilité d’observer un écart au moins aussi grand que celui observé est inférieure à 5% (test unilatéral) ou 2,5% (test bilatéral). J’ai enseigné la statistique pendant 20 ans à l’université de Poitiers à laquelle (sans que je sache pourquoi) se réfère ce blog.

  74. sham Auteur de l’article

    @bernard
    ce blog est hébergé par l’université de poitiers car je suis maitre de conférence à l’université de poitiers et que l’université a accepté un tel blog.

    @julie @bernard
    on va arrêter la discussion qui ne mènera nulle part entre vous deux (d’autant plus que l’article commence à dater) car il me semble que vous vous connaissez déjà très bien au vu de vos échanges sur d’autres forums. Il me semble que julie a clairement montré qu’une nouvelle fois un article avait été cité de manière impropre par un anti vaccin. la discussion est close. merci de votre compréhension.

  75. gastu

    Bonjour,
    ça fait quelques années que je lis les divers avis sur la vaccination.
    Et je dois dire qu’il m’est bien difficile aujourd’hui d’avoir un avis tranché sur la question.
    Je suis heureux papa d’une petite fille. Elle va avoir deux mois et donc bientôt l’étape de la vaccination.
    J’ai conscience que avec pas de bol, elle pourrait avoir des effets secondaires. Si c’est de la fièvre 2 jours c’est pas bien grave mais ça peux être pire. Alors à force de recherche, j’ai vu que l’afsaps avait mis sous surveillance prevenar 13 donc et au vu de ce que ça protège et pour combien de temps c’est critique. Je pense que le rapport bénéfice risque n’est pas favorable à la vaccination.
    Par contre pour le pentavax, je suis déçu que ce soit le seul dtp disponible et qu’en plus il contienne de l’aluminium. Non pas que ce soit prouvé mais par le principe de précaution.
    Sinon je suis jeune agriculteur et quand je vois la façon dont les lobbies participent à la destruction active de la planète alors qu’il existe des alternatives valables, je me dis qu’on peux difficilement faire confiance aux organismes d’État ou indépendant.
    Par contre en étant rationnel, si les vaccins étaient vraiment si dangereux que cela. Il y aurait énormément plus de gens malades autours de nous à cause de ceux ci. Je vois suffisamment de monde pour constater qu’il n’en ai rien. Je ne connais personne autours de moi qui soit malade à cause d’un vaccin. Et dans mes nombreuses recherches internet, je n’ai trouvé au final que très peu de cas.
    Et les sites anti-vaccins manquent quand même de crédibilité quant à toutes leurs preuves qui sont reprise en boucle et date de mathusalem pour la plupart. Souvent c’est du même niveau que le respiranisme…
    Si j’étais l’industrie pharmaceutique, je participerais activement au finance des mouvements comme initiative citoyenne. Car il n’y a pas mieux que ce genre de groupement pour dé-crédibiliser une cause. De la même manière que les roots-babacool pour les communautés alternatives, les prepers pour l’effondrement de nos sociétés modernes.
    C’est pratique d’avoir ce genre d’individu à disposition car ils sont naïfs et dans le dogme et occupent l’espace médiatique. Ce qui empêche les contradicteurs sérieux d’avoir la parole, car au mieux ils ne seront pas entendu au pire amalgamé avec les illuminés.

  76. Ping : Le vaccin contre la grippe: trier entre l’information et la désinformation | Sham and ScienceSham and Science

  77. Baobab

    @Julie : Tout va bien Madame la marquise ?!

    En juillet 2003, le propriétaire du Lancet, Crispin DAVIS devient le directeur de Glaxo SmithKline, fabricant du ROR.

    Six mois plus tard, son frère, le juge Nigel DAVIS retire l’assistance judiciaire des plaignants (les vaccinés malades), pendant que le Lancet rejette la publication d’Andrew Wakefield, qui est alors traîné dans la boue par la BBC et le Sunday Times.

    Un an plus tard, Crispin Davis, frère du juge et proprio du Lancet, est anobli par le gouvernement de Tony Blair.

    Quant à James Murdoch – fils du multimilliardaire Rupert Murdoch qui possède un véritable empire médiatique d’ampleur mondiale dont le Sunday Times (tiens ! tiens !) et qui a récemment été impliqué dans un immense scandale – a été engagé par Sir Crispin Davis pour rejoindre le groupe GlaxoSmithKline (qui on le répète est le fabriquant du ROR).

    La compilation de liens pour ceux qui voudraient vérifier (en anglais désolé !) :
    http://www.whale.to/vaccines/davis_h.html

    et les plaignants peuvent continuer à aller se faire … vacciner ailleurs !

  78. Émily

    Hé bien comme une grande majorité des pros vaccineurs blogueurs, vous RIDICULISEZ, bafouez et remettez en question l’intelligence des parents. Vous-même voulez faire peur en disant  »si vous voulez sauvez des vies vaccinez-vous » alors que vous reprochez vous même à ceux qui questionnent la validité des vaccins d’utiliser la peur. Oups vous n’avez peut-être pas trop réfléchis à la cohérence de vos propos? D’ailleurs, la  »science » vaccinale ne nous apporte aucune preuve de leur efficacité et sécurité à ce jour. Les vaccins c’est comme la religion, c’est une science basée sur la croyance et non la science. AUCUNE PREUVE N’EXISTE. Cherchez les il n’y en a pas. Simplement des chiffres donnés Ici et là par des gens qui après coup on se rend compte qu’ils ont des intérêts monétaires ou des chiffres donées hors contexte par l’OMS pour biaiser la vérité. Ou encore des études bidons.

    Et quand j’entends les gens répéter bêtement les chiffres de l’OSM je me dis et voilà le problème. Certaines personnes croient sans avoir vu et ne remettent jamais les autorités médicales en question et surtout, ne prenne pas la peine de prendre les chiffres de l’OSM et de les remettre en contexte. Ce qui leur donnerait le morceau du casse-tête manquant. Les chiffres de l’OMS peuvent peut-être être vraies. Mais il faut les remettre en contexte. Les gens ont perdu leur pouvoir et recherchent la santé dans quelque chose d’extérieur à eux et vivent dans la peur constante. La peur est le pire ennemi du système immunitaire.

    Il y a des dizaines de livres qui existent et qui vont vous donner l’heure juste sur la science de la vaccination. Que les gens les lisent avant de choisir. Vous verrez que ces livres sont une mine d’or d’informations pertinentes et intelligentes. L’industrie des vaccins est un business plus grand que vous ne pourriez jamais imaginer. Le pouvoir de l’argent est ce qui gouverne notre monde malheureusement. La conscience et l’accès aux informations va permettre aux gens de se réveiller tôt ou tard.

    Simple question : Pourquoi on ne voit jamais les spécialistes anti vaccins à TVA ou sur les grandes chaînes de télévision? Réponse : Parce qu’on ne leur donne pas la parole. D’ailleurs une amie qui a perdu un bébé de 3 mois suite à un vaccin est absolument incapable de porter sa voix sur les chaînes de télévision pour raconter son histoire. On lui cloue le bec en refusant tout entrevue. Charlie ce n’est pas seulement les journalistes. C’est monsieur et madame tout le monde.

    J’ai vécu 2 accidents vaccinaux dans ma famille dont un décès. Ce n’est pas aussi rare qu’on veut nous laisser croire. Votre enfant présente peut-être même des troubles d’apprentissage à l’école reliés aux vaccins ou autre problèmes de santé dont vous ne soupçonnez même pas la cause. Le simple doute devrait vous incitez à faire des recherches. Par respect et amour pour eux.

  79. Ping : Comment les peurs des vaccins respectent les cultures locales | Associations Libres

  80. Ping : Vaccins et anti-vaccins | Pearltrees

  81. Ping : Pensée unique : La publication scientifique est-elle interdite aux dissidents ? [Difficulté : facile] (4500 mots / ~20 mins) | La Théière Cosmique

  82. encinal

    Je suis Dr en génotoxicologie et cadre dans l’industrie pharmaceutique… Dommage de ne pas prendre en compte toutes les publications INDEPENDANTES réalisées sur les vaccins, sur l’aluminium, etc… pour écrire un article aussi dénué d’objectivité. La peur et la culpabilité sont les armes indéniables utilisées par l’industrie pharmaceutique pour faire vendre. Les personnes qui ont peur sont celles qui vaccinent… Celles qui ne vaccinent pas sont celles qui se sont informées et qui, à partir de sources objectives se sont fait leur propre critique et opinion sur le sujet… Ouvrez vos yeux et lisez autre chose que des publications en lien avec les industriels…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *