Portrait d’Elsa RAUCHE-LUCAS, diplômée en 2019

  1. Pourriez-vous nous parler de votre parcours avant le CEPE ?

Mon parcours est assez atypique puisque j’ai à l’origine un profil plutôt littéraire. J’ai obtenu en 2014 un double-diplôme du Baccalauréat L franco-italien (ESABAC). Ma formation littéraire m’a permis de développer une réelle curiosité sur de nombreux sujets. J’ai toujours eu une passion pour les langues étrangères, raison pour laquelle j’ai choisi par la suite de m’orienter vers une licence de Langues Etrangères Appliquées. J’ai beaucoup apprécié l’aspect pluridisciplinaire de cette formation qui m’a donné la possibilité réellement découvrir le monde de l’entreprise en termes de gestion, en appliquant ces nouvelles connaissances à un environnement international. C’est notamment au cours de cette formation que j’ai eu l’opportunité de réaliser mon premier stage en entreprise à Milan.

Après l’obtention de ma licence en 2017, j’ai intégré le CEPE dès le M1, pour par la suite me spécialiser en M2 au sein du Master Marques et Produits Jeunesse. Durant les deux années que j’ai passées au CEPE, j’ai eu la chance d’effectuer deux stages dans de belles entreprises du secteur du jouet. J’ai effectué mon stage de Master 1 chez Vtech, où j’ai occupé le poste d’Assistante Chef de Produit Développement en prenant en charge le développement de 7 jouets de la gamme permanent 2019 (permanent signifie hors saison de Noël dans le monde du jouet). Mon expérience chez VTech a été très riche en termes d’apprentissage, c’est une belle société qui couvre de nombreux segments du marché du jouet (premier-âge, électronique junior, poupées…) et qui innove constamment ! Une fois entrée dans l’univers du jouet, il était pour moi difficile d’envisager en sortir… J’ai eu la chance d’effectuer mon stage de Master 2 chez Playmobil, où j’ai exercé la fonction d’Assistante Trade Marketing. Un stage qui s’est poursuivi par une embauche en CDD pour quelques mois. Cette expérience m’a non seulement donné l’opportunité d’élargir mes connaissances sur le secteur du jouet, mais aussi de découvrir une nouvelle fonction du marketing, le trade. Au cours de mes 6 mois de stage, j’ai notamment eu l’occasion d’organiser le Séminaire Nouveautés 2020 dédié aux équipes de la force de vente.

  1. Pourquoi avez-vous choisi le CEPE-IAE de Poitiers ?

Bien qu’ayant apprécié le panel de possibilités offert par mes études en LEA, j’éprouvais à la suite de ma licence le besoin de me spécialiser dans un domaine d’études spécifique. Le marketing et le commerce m’apparaissaient comme les deux disciplines les plus attractives, mais aussi les plus intéressantes en termes de débouchés. J’ai choisi le CEPE en premier lieu pour la capacité de l’établissement à valoriser tous les types de profils et à ne pas uniquement privilégier les étudiants ayant bénéficié d’une formation initiale en gestion. En effet, le CEPE présente la particularité de favoriser la double-compétence, et de mettre en contact des profils issus d’environnements et de formations très différentes (gestion, langues, psychologie, communication…). Cette spécificité permet aux étudiants d’apprendre les uns des autres et d’être complémentaires lors des nombreux projets de groupe organisés au cours de la formation.

Je n’aurais peut-être pas eu la chance d’intégrer une formation spécialisée en marketing avec un profil peu spécialisé comme l’était le mien en fin de licence, mais au CEPE, la diversité et la singularité sont des atouts pour réussir.

Par ailleurs, la formation Marques et Produits Jeunesse est unique en France, ce qui implique qu’elle dispose aujourd’hui dans l’univers de la jeunesse d’une réelle reconnaissance et d’un réseau d’anciens diplômés solide et attractif. Ce même réseau nous a permis à moi-même ainsi qu’à de nombreux camarades de ma promotion d’obtenir de belles opportunités de stages dans des entreprises de renom telles que Hasbro, Smoby ou encore Hachette. Nous avons aussi eu l’occasion d’assister à de nombreuses interventions d’anciens diplômés issus d’entreprises attractives (The Walt Disney Company, Ubisoft, Asmodée…) tout au long de notre formation, ce qui nous a permis de constituer notre propre réseau.

  1. Quels étaient vos plans après votre master ?

Mon parcours universitaire associé à mes différentes expériences professionnelles ont définitivement ancré chez moi une passion pour l’univers de la jeunesse et tout particulièrement pour le monde du jouet. Mon expérience au trade marketing chez Playmobil m’a permis de confirmer que la fonction marketing était intimement liée à la fonction commerciale. Ayant toujours eu un tempérament de “négociatrice”, j’éprouvais une certaine curiosité vis-à-vis de cette fonction.

Je débute à présent une nouvelle mission au sein du groupe LEGO, où j’ai eu la chance de me voir confier le poste de Compté Clé Junior. Cette expérience me permettra, je l’espère, de développer mes compétences tout en mettant en œuvre les connaissances acquises au cours de ma formation. Par la suite, j’envisage potentiellement de m’orienter vers le terrain pour mieux comprendre les enjeux du marché et comment celui-ci s’anime concrètement.

 

Portrait de Babis PAPAGEORGIOU, étudiant en 2019-20

 

Pourriez-vous nous parler de votre parcours en Grèce ?

Avant d’entrer au CEPE, j’ai obtenu une licence en sciences économiques à la faculté d’économie de l’Université Démocrite de Thrace en Grèce, mon pays d’origine.  Les études de licence y ont duré 4 ans. Ensuite, j’ai décidé de venir à Montpellier en France pour effectuer un semestre dans le cadre du programme d’échange Erasmus. Une fois le semestre terminé, j’ai dû retourner en Grèce pour faire le service militaire obligatoire de 9 mois. En sortant de l’armée je suis entré dans l’industrie maritime en tant que responsable d’affrètement et du commerce international des équipements de sécurité pour les bateaux (B to B). Cette expérience professionnelle m’a donné envie de poursuivre mes études dans le marketing. Comme mon séjour Erasmus en France a été une expérience très positive et enrichissante. C’est tout naturellement que j’ai choisi la France pour faire mon master.

Pourquoi avez-vous choisi le CEPE-IAE de Poitiers ?

La particularité de la formation Master « Marques et Produits Jeunesse » dispensée au CEPE a attiré mon attention car il s’agit d’un diplôme unique en France. Cette formation non seulement m’a familiarisé avec les outils du marketing et les stratégies plurimédia pour développer des propriétés culturelles, mais aussi m’a apporté des connaissances récentes en psychologie et sociologie pour comprendre l’enfant comme consommateur. Cette formation m’a permis de m’ouvrir à divers univers culturels, créatifs, comme l’audiovisuel, l’édition jeunesse, les jouets, la mode et l’agroalimentaire.

CEPE est implanté à Angoulême. Le riche patrimoine culturel de cette ville, son Festival International de la Bande Dessiné, son image attractive et son réseau des écoles universitaires artistiques et créatives du Pôle Image Magelis ont aussi influencé ma prise de décision.

Bien sûr, le faible coût de l’inscription à cette formation universitaire a été un facteur déterminant dans mon choix.

Quels sont vos plans après le master « Marques et Produits Jeunesse » ?

 Je souhaiterais rester en France pour faire mon stage de pré-insertion professionnelle et ensuite travailler au secteur de l’audiovisuel et notamment dans l’univers de dessins animés pour avoir une expérience professionnelle riche en défis. A la fin de mes études au CEPE, je suis sûr d’avoir acquis le savoir-faire et les compétences nécessaires pour réussir mon insertion professionnelle dans des secteurs qui me motivent.

Portrait d’Elisângela Assis do Nascimento, étudiante en 2019-20

1) Pourriez-vous nous parler de votre parcours au Brésil ?

J’ai commencé à travailler au Brésil à l’âge de 16 ans pour une marque de lingerie et je suis restée dans le domaine de la mode pendant 15 ans en développant des produits d’habillement. Dans ce contexte, en 2010, j’ai obtenu mon premier Master en Mode-Gestion de Produit.
En 2013, j’ai lancé avec un associé un site de e-commerce spécialisé dans la mode enfantine. Lors de l’ouverture de mon site e-commerce, comme la plupart des jeunes entrepreneurs, je ne disposais pas de ressources suffisantes pour recruter un responsable marketing. Du coup, j’ai décidé de faire appel aux services d’une agence de marketing spécialisée. Cependant, en raison d’une forte contrainte budgétaire, ces professionnels n’ont pas pu beaucoup m’aider.
Ces différentes expériences m’ont permis de définir mon aspiration professionnelle. Je voulais mettre mes connaissances en marketing à la disposition de petites entreprises. Des entreprises qui n’ont pas les moyens ni la demande interne suffisante pour développer un département marketing et qui en raison d’un budget limité, ne peuvent pas faire appel aux services de agences marketing… Ainsi, j’ai créé en 2016 au Brésil ma propre entreprise de marketing digital pour les PME spécialisées dans le domaine de la mode : E ! MKT Digital.
Passionnée par la culture française, j’ai décidé de traverser l’Atlantique et reprendre mes études tout en continuant mon activité professionnelle à distance. C’est à ce moment-là que j’ai connu le CEPE…

2) Pourquoi avez-vous choisi le CEPE-IAE de Poitiers ?

Pour acquérir de nouvelles connaissances et gagner en expérience, j’ai repris mes études en France, au CEPE-IAE de Poitiers. Quand j’ai décidé de reprendre mes études je cherchais une formation qui pourrait me donner de solides bases théoriques en marketing, ce qui manquait jusque-là dans mon parcours professionnel. Etant donné que tout ce que j’ai appris dans le domaine du marketing, a résulté d’un parcours autodidacte, j’attendais un cours qui pourrait m’aider à produire des rendus plus professionnel à mes clients.
J’ai comparé plusieurs formations et j’ai priorisés les IAE pour leur notoriété et leur coté managérial. Mon objectif était aussi d’avoir une connaissance approfondie de la stratégie marketing et j’ai pu trouver tous ces éléments dans la formation proposée au CEPE. J’ai choisi la spécialisation « Marques et Produit Jeunesse » parce que ça correspondait davantage à mon parcours et aussi parce que la plupart de mes clients brésiliens sont dans le domaine de la mode enfantine. Heureusement j’ai fait le bon choix !
A la fin de la première année de mes études à CEPE, j’avais déjà intégré dans mon travail plusieurs outils marketing que je ne connaissais pas et ainsi, j’ai pu améliorer la qualité de mes rendus et aussi les performances auprès de mes clients.

3) Vous venez d’obtenir le statut national d’ETUDIANT ENTREPRENEUR. Qu’est-ce que cela vous apporte pour votre Master 2 ?

Ce cursus m’as permis de mieux comprendre le marché français. Ce qui m’a donné envie d’élargir mes activités en aidant des entreprises françaises à se développer sur le digital. Pour cela, j’ai proposé à Inés de La Ville, la responsable de la formation, de remplacer le stage obligatoire par le Statut National d’Étudiant-Entrepreneur et le Diplôme Étudiant-Entrepreneur et elle m’a encouragée dans cette voie.
Plusieurs raisons m’ont poussée à demander aussi bien le statut national d’étudiant-entrepreneur que le soutien du réseau PEPITE. Bénéficier d’un accompagnement professionnel m’apportera des connaissances approfondies sur le marché français, me conduira à perfectionner mes compétences en entrepreneuriat et facilitera également les démarches administratives.
Un autre facteur que je considère d’extrême importance pour développer une nouvelle activité, c’est la mise en relation avec d’autres entrepreneurs et professionnels des secteurs divers. Cette mise en relation peut favoriser un environnement de travail innovant, de faire apparaître de nouvelles idées et de permettre le développement d’un réseau de partenaires fiables.

4) Quels sont vos plans après votre master ?

Donc, dans un futur proche, après l’obtention du Master « Marques et Produits Jeunesse » en septembre 2020, je serai fin prête pour officiellement mettre en place une filiale de mon entreprise en France.

Portrait de Narimane AYAD, diplômée en 2019

Ma vie avant le CEPE, un parcours…

Je m’appelle Narimane AYAD. J’ai 28 ans, et je suis algérienne.

Avant de rejoindre le CEPE en Septembre 2018, j’avais d’ores et déjà intégré la sphère professionnelle en Algérie et ce, depuis trois années.

En effet, après avoir obtenu, en 2015,  mon Master en Marketing à l’EHEC, l’École des Hautes Études Commerciales à Alger, ainsi que le diplôme du FIE (Formation Innovation Entrepreneuriat) en convention avec l’INSAA de Lyon, j’ai été embauchée chez ARDIS, le plus grand hypermarché en Algérie, et l’entreprise de grande distribution chez laquelle j’avais effectué mon stage de fin d’étude. J’y ai occupé le poste de chargée de référencement marketing pendant six mois, puis le poste de chef de produit « épicerie et boisson » pendant plus d’une année.

Après une expérience enrichissante et formatrice chez ARDIS, j’ai rejoint le cabinet d’audit et de conseil britannique « Grant Thornton » en occupant le poste de « Marketing Business Developement ». Quelques mois plus tard, j’ai quitté cette entreprise en optant pour « Like Com », une petite boite de communication où j’ai été « chef de projet » en charge de client tel que « SOPREM », le représentant officiel de Jaguar et Land Rover en Algérie.

En Octobre 2017, j’ai été appelée au poste de « Key Account Manager » chez Jumia, le leader Africain du commerce en ligne, et j’y ai assuré mes fonctions jusqu’à mon départ pour Angoulême en Septembre 2018, date à laquelle j’ai intégré le CEPE.

Le CEPE, un choix et pas des moindres

Lors de mes trois années d’expérience professionnelle, j’ai été amenée à collaborer avec des fournisseurs et des clients de différents domaines, et ce qui me passionnait le plus était le secteur agroalimentaire, et plus précisément, celui destiné aux enfants.

Pour ce faire, j’ai opté pour le CEPE pour faire de l’univers infantile, le mien. Ma décision a été confortée notamment après m’être entretenue avec Mme Inés de LA VILLE, directrice du CEPE, qui m’a expliqué que cette spécialité concerne aussi bien le secteur agroalimentaire, que celui de l’édition, du jeu et jouets, de l’animation, du textile ou encore du jeu vidéo.

Étant une grande fan de livres, je n’ai pas hésité une seconde à croire que mon choix était le bon, chose qui s’est confirmée non seulement lors de mes six premiers mois au CEPE, où j’ai appris nombre de sujets intéressants à propos de l’enfant, mais aussi lors de mon stage effectué chez Casterman, l’une des plus grandes maisons d’édition Jeunesse francophones.

Après le CEPE, un Master, et la vie continue…

Après avoir obtenu mon Master en « Marques et Produits Jeunesses » en septembre dernier, j’ai quitté la France pour la Suisse germanique où, aujourd’hui, j’affronte un nouveau challenge ; celui de la langue !

Une fois la langue allemande maîtrisée, je compte intégrer une maison d’édition jeunesse ou un distributeur du domaine, tel qu’Orell Füssli, afin d’explorer les tendances de lecture et les opportunités de licences susceptibles de connaître un succès dans des horizons qui vont au-delà du monde francophone.

Portrait de Camila CRISTANCHO DUQUE, diplômée en 2017

Pourriez-vous nous parler de votre parcours ?

J’ai tout d’abord obtenu une Licence en Design Industriel à la Pontificia Universidad Javeriana à Bogota en Colombie (mon pays d’origine). Il faut savoir qu’en Colombie une Licence dure 5 ans. Après avoir obtenu mon diplôme j’ai commencé mon parcours professionnel chez Danone en tant que Key Account Manager BTL, j’étais en charge de la mise en place de toutes les actions marketing BTL. Après un peu plus d’un an d’expérience professionnelle en Colombie, je souhaitais un renouveau. Aimant relever des défis, je me suis alors penchée sur l’idée d’un Master à l’international. De part mon intérêt pour la culture française et ma connaissance de la langue de Molière, mon choix s’est tout naturellement porté sur la France. C’est alors que j’ai découvert la formation Master 2 « Marketing Plurimédia et Consommation-Parcours Management des Marques et Produits Jeunesse » au Centre Européen des Produits de l’Enfant à Angoulême. Mes deux années de Master au sein du CEPE ne furent pas de tout repos, j’y ai beaucoup appris sur les industries très compétitives du jouet, des licences et de la production audiovisuelle. Le CEPE m’a permis de développer certaines compétences pour le digital ; j’ai donc décidé de réaliser mes deux stages dans ce domaine. Mon stage de fin d’année chez Kazachok a ouvert la voie à ma carrière professionnelle actuelle.

Pourquoi avez-vous choisi le CEPE ?

Je souhaitais me spécialiser en marketing pour des produits et services dirigés vers les familles et enfants ; le tout en y ajoutant une touche digitale. Le CEPE est le seul centre de formation proposant ce type de Master. La qualité de l’enseignement y est excellente et rivalise avec les meilleures universités et écoles privées. Outre les cours, les projets qui m’ont été confiés lors de ce cursus m’ont clairement préparée à affronter le monde du travail. Au cours de mes deux années de Master, j’ai pu travailler directement avec des professionnels de l’industrie sachant qu’Angoulême est réputée pour réunir les studios de production audiovisuelle. J’ai également pu assister au Global Kids Media Congress qui réunit chaque année les plus grands professionnels de l’industrie Media ciblant les enfants. Le Master « Marketing Plurimédia et Consommation-Parcours Management des Marques et Produits Jeunesse » est très bien perçu par les employeurs ce qui ouvre des portes aussi bien nationales qu’internationales. Je le conseille à toutes les personnes intéressées par l’industrie de la jeunesse et du digital.

Quels étaient vos plans après votre master en France ?

Après 3 années passées en France, je souhaitais retourner en Colombie et y développer les compétences que j’avais acquises. Le marché du travail colombien étant plus dynamique qu’en France (au moment où j’y étais) et les opportunités de développement professionnel y étant plus intéressantes, j’ai donc décidé de retourner en Colombie. J’y ai tout d’abord occupé un poste en tant que Content Manager dans une agence de Marketing digital puis je me suis tournée vers un nouveau défi dans l’industrie du cinéma. Je suis désormais Coordinatrice Marketing Digital pour l’un des plus gros distributeurs de films pour cinéma en Amérique Latine. C’est un univers très mouvementé et riche en défis, exactement ce que je cherchais en entrant au CEPE.

Intervention David Popineau – The Walt Disney Company France

davidpopineau

mickey

Le Lundi 10 décembre, nous avons eu la chance d’accueillir David Popineau actuel Director, Digital Marketing & Experiences, France, Benelux & French Speaking Africa, chez The Walt Disney Company France. Pour mieux appréhender la progression de sa carrière nous lui avons demandé de nous présenter son parcours.

Après avoir obtenu un baccalauréat littéraire, David Popineau fait des études de français/anglais à l’Université François Rabelais de Tours puis rejoind le CEPE pour intégrer le M2 Management des Marques et Produits Jeunesse (IAE de Poitiers).

Fraîchement diplômé du CEPE, David Popineau rejoint le géant de l’entertainement : Disney Channels au poste de Manager, new media marketing. Il est alors chargé de s’occuper marketing digital et de la gestion des sites des chaines Disney.

En Avril 2010, après six années, il est devient Digital Marketing Senior Manager chez The Walt Disney Company France, ses missions s’élargissent et il gère la stratégie marketing 360° marketing et de la communication online : réseaux sociaux, achats média, partenariats éditoriaux, relation journalistes internet et bloggeurs.

Après presque cinq ans à ce poste, David Popineau est promu Senior Digital Experience Manager, puis début 2016, Directeur Digital Experience il est alors à la tête des activités de marketing digital et de l’écosystème digital pour TWDC France à savoir : Marketing digital des activités cinéma, vidéo, TV, jeux et licensing; Réseaux sociaux ; CRM et Disney Privilèges (programme de fidélité).

Depuis 2018 il est Director, Digital Marketing & Experiences, France, Benelux & French Speaking Africa avec pour principales activités le marketing digital et l’écosystème numérique de Walt Disney Company en France, au Benelux et en Afrique francophone.

Ce que l’on peut retenir de ce portrait c’est que même dans des grands groupes il y a de belles opportunités de carrière pour évoluer et que comme l’a dit un jour Walt Disney lui-même : « If you can dream it, you can do it. »

Étudiants en Master 2 MPJ

Portrait d’Alexandre ALONSO, diplômé en 2013

Tout a commencé par un « rêve de gosse ». Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu avoir un papa vendeur de jouets (loupé, il est archiviste !), alors dès que j’ai pu, j’ai orienté mon parcours d’études vers cet objectif…

Tout a commencé lors de mon cursus au sein de l’école de commerce de Poitiers, en 2009. Nous avions l’opportunité de réaliser un stage facultatif sur la période d’été, et ce dans n’importe quel domaine (afin de pouvoir justifier d’une première expérience, ce qui n’est pas une mauvaise chose !). Muni d’un annuaire, j’ai commencé à recenser tous les magasins de jouet à proximité de chez moi, dans un rayon de 60 km à l’aide d’un compas (non je plaisante…, j’ai utilisé internet !). Et là, miracle, l’un d’eux me répond favorablement. Et c’est ainsi que je passe 2 mois dans un magasin La Grande récré de Cholet (49). Ma première expérience dans le jouet me conforte alors dans mon choix.

Arrive le fameux stage de fin de cursus (oui, celui avec mémoire, soutenance et tout ça !). Mais cette fois-ci, il s’agit de trouver un poste lié à la fonction marketing. Il faut viser plus gros… J’appelle donc mon ancien maître de stage afin de récupérer un éventuel contact au sein du siège de La Grande Récré. J’obtiens l’adresse e-mail du recruteur auquel j’envoie mon CV et ma candidature spontanée (on verra bien…). Une nuit blanche, 2 allers-retours sur paris et 3 entretiens plus tard, j’intègre le service marketing du groupe en tant que chef de projet digital. Ma mission principale : mettre en place le site internet du groupe.

C’est à cet instant que j’entends parler d’une formation magique qui dispenserait des cours sur le marketing adapté aux enfants, et qui plus est, très reconnue professionnellement dans le milieu du jouet (pile ce que j’ai toujours voulu faire !). Je crois alors à une légende, une utopie… un tel alignement de planètes n’est pas possible ! Mais on me confirme que cet Eldorado du jouet est bien réel, et je rencontre même une autochtone sur place qui m’en certifie l’existence. Ni une, ni deux, je m’y inscris sans tarder et attends la fin de mon stage à la Grande Récré pour réaliser ma rentrée en Master 1 au CEPE en Septembre 2011.

Une excellente année passe, et voici qu’une opportunité de stage pointe à nouveau le bout de son nez pour l’été 2012. Après avoir expérimenté la vie professionnelle du côté distributeur, j’avais envie de voir comment cela se passait du côté des fournisseurs. Et c’est finalement Spin Master France qui me convie pour un entretien et m’intègre à son équipe en tant qu’assistant chef de produit.

Lors de mon année de Master 2 au CEPE, je suis pris chez TF1 Games Dujardin. A la fin de cette année, je réponds à une annonce émise par Splash Toys sur le marché du jouet, et fort de mon expérience chez Dujardin et de ma formation au CEPE, j’intègre la société en tant que chef de produit dès la fin de mon cursus universitaire le 1er Octobre 2013.

Aujourd’hui responsable marketing chez Splash Toys, j’adresse un grand merci du fond du cœur à l’équipe pédagogique du CEPE et de l’IAE de Poitiers qui m’a permis, au cours de ces 2 merveilleuses années passées au CEPE, de transformer l’essai et d’exercer aujourd’hui le métier dont j’ai toujours rêvé…

Portrait d’Anastasia GARROS, diplômée en 2016

A peine diplômée du CEPE en septembre 2016, j’ai reçu une opportunité en or de Planeta Junior, l’entreprise dans laquelle j’avais réalisé mon stage de fin d’études, celle d’intégrer le siège social à Barcelone en tant que Marketing Executive dans le cadre d’un Volontariat International en Entreprise (VIE).

Planeta Junior est un agent de licences implanté dans 6 pays à travers l’Europe, dont la France, l’Espagne et le Portugal. En Ibérie, nous gérons les droits de diverses marques telles que les propriétés DreamWorks, Miraculous Ladybug, Zak Storm, Heidi, Maya l’Abeille, etc. A la fois agent, producteur et co-producteur de séries, Planeta Junior appartient à Grupo Planeta, premier groupe éditorial en Espagne et en Amérique Latine, et propriétaire depuis 2004 d’Editis, deuxième groupe éditorial en France.

 Ma principale mission en tant que Marketing Executive est d’apporter de la visibilité aux marques que nous représentons à travers les supports les plus plébiscités par le jeune public: télévision, magazines, sites web, … Je me charge par exemple d’organiser des jeux-concours mais également différents événements sur lesquels je travaille en étroite collaboration avec ma collègue du Retail. Le but est de multiplier les contacts entre nos marques et le jeune public, car sans visibilité, il devient moins aisé d’établir de nouveaux partenariats. Parallèlement et toujours dans la même optique, je travaille à la mise en place de nouvelles collaborations.

Je remercie sincèrement le CEPE de m’avoir formé et de m’avoir donné la chance de profiter de son solide réseau ! Durant les deux années que j’ai passées au CEPE, j’ai développé des connaissances et compétences dans divers secteurs, notamment dans le licensing, qui me sont très utiles au quotidien. Aujourd’hui, j’ai non seulement la chance d’occuper un très bon poste au sein d’un groupe aussi prestigieux que Grupo Planeta, mais aussi de vivre à Barcelone, une ville formidable !

Portrait de Marvin MENOU, diplômé en 2016

Avant d’entrer au CEPE, j’ai fait une licence LEA anglais-espagnol qui m’a permis de partir à deux reprises en Angleterre (Erasmus + Stage). Après cette licence, j’ai souhaité poursuivre mes études dans le marketing, et j’ai estimé qu’il était plus intéressant de se spécialiser dans un domaine. Dans ce sens, ce que proposait le CEPE m’a tout de suite attiré. J’ai rapidement su que parmi tous les secteurs en lien avec l’enfant, c’est dans celui du jouet que je souhaitais travailler.

J’ai fait mon stage mon stage de M1 chez Heller-Joustra (maquettes en plastique et loisirs créatifs), une PME française qui a fait le pari gagnant de rapatrier sa production en France. En M2, j’ai pu rejoindre une structure plus importante, la filiale française de Spin Master (10ème acteur du jouet en France) qui a fait l’actualité à Noël avec Hatchimals et Bunchems.

Le jouet est un univers merveilleux et magique ! Ce que j’apprécie, c’est le défi permanent de se réinventer pour proposer des jeux et jouets qui puissent plaire aux enfants car leurs goûts évoluent rapidement, en témoigne par exemple le succès des Looms ou plus récemment des Hand Spinners.

Après mon diplôme obtenu en septembre 2016, je suis en parti en janvier au Nicaragua dans le cadre d’un volontariat. Pour l’association La Esperanza Granada (http://www.la-esperanza-granada.org/) je travaillais dans une école primaire située dans un quartier pauvre avec des enfants de 6 à 9 ans. Une super expérience dans un pays où les enfants ne sont pas gâtés comme c’est le cas chez nous, au contraire ils travaillent en aidant leurs parents au quotidien.

Depuis peu, j’ai rejoint NPD, institut d’études qui fournit les chiffres du marché du jouet. En tant que « Account Specialist » au département Toys, je suis spécialisé dans l’univers de la fille. Mon travail consiste à étudier et analyser les chiffres des différentes catégories en vue de faire des recommandations à des clients selon leurs questions stratégiques.

Grâce au CEPE, j’ai su développer de nombreuses compétences transversales. J’ai apprécié les différentes interventions des professionnels qui permettent une compréhension globale du marché de la jeunesse. Je remercie l’équipe pédagogique qui sait être au plus près de ses étudiants pour les préparer à entrer dans la vie professionnelle de la meilleure des façons.

 

 

Portrait de Yingxue JIA, diplômée en 2015

jia

Pourriez-vous nous parler de votre parcours ?

Née à Jinan, la capitale de la province de Shandong, je suis restée dans cette ville jusqu’à l’obtention de mon diplôme de licence. Après le bac, j’ai choisi de faire des études spécialisées en langue anglaise. J’ai ainsi découvert l’Europe et décidé, après ma licence, d’y continuer mes études dans le domaine du marketing et de l’économie qui sont mes spécialités préférées. J’ai choisi de poursuivre mes études en France car c’est un pays puissant économiquement et riche d’expériences diverses.

 

Pourquoi avez-vous choisi le CEPE ?

Le CEPE est un centre d’expertise spécialisé sur le marché des enfants. On fait aujourd’hui de plus en plus attention aux besoins des enfants car ils jouent un rôle important dans notre société. Surtout en Chine, une nouvelle politique permet aux familles chinoises d’avoir un deuxième enfant. Le marché des enfants a donc un grand potentiel de développement en Chine. Puisque j’étais très intéressée par les produits destinés aux enfants, j’ai donc choisi le CEPE pour pouvoir travailler dans le domaine du licensing après mon Master.

 

Quel choix avez-vous fait pour votre stage longue durée de 6 mois ?

J’ai fait mon stage chez 2d3D Animations qui est un studio d’animation situé à Angoulême. Le thème de mon stage était de contribuer à la conception et à la diffusion d’un produit transmedia pour apprendre aux enfants à protéger les océans. Grâce à mon stage, j’ai pu allier les connaissances théoriques à la pratique et ainsi mettre directement en œuvre sur un projet concret les outils qui m’ont été enseignés.

 

Et pouvez-vous préciser quelles sont vos missions sur votre poste actuel chez

Dargaud ?

Je travaille chez Dargaud depuis Avril 2016 au sein de l‘antenne implantée à Shanghai. Ma mission principale est de présenter les bandes dessinées publiées par Dargaud, Dupuis et Le Lombard aux maisons d’édition chinoises. Je rédige également des contrats. D’ailleurs, afin de faire connaitre les Bandes Dessinées franco-belges, nous invitons chaque année plusieurs dessinateurs français ou belges à venir faire des séances de dédicace en Chine. Je suis chargée de contacter les dessinateurs et co-organisateurs (par exemple, l’Alliance française et l’Ambassade de Wallonnie Bruxelles) pour élaborer les déplacements et je participe également aux salons professionnels dédiés aux livres pour rencontrer des clients.