La sécurité sur les réseaux de mobiles – Part 1

Merci à Tony Boucheau pour la relecture de l’article

 Introduction

A l’exception des appels d’urgence, le client mobile n’a accès à aucun des services offerts par le cœur de réseau mobile tant que celui-ci n’est pas authentifié.

Les échanges liés au processus d’authentification sont relayés par le point d’accès vers le serveur d’authentification. Le point d’accès est en général une station de base 2G/3G/4G/5G. Toutefois, le point d’accès WiFi est également vu comme une passerelle radioélectrique permettant de connecter l’utilisateur mobile au cœur de réseau 5G.

Une fois le client authentifié, le point d’accès laisse passer le trafic. Afin de garantir le secret des informations échangées, les données sont chiffrées et un contrôle d’intégrité par une signature MAC (Message Authentication Code) permet de vérifier l’authenticité de l’émetteur.

Le chiffrement est mis en place entre les acteurs de la transaction ce qui garantit que la session devient inintelligible aux autres personnes. Enfin, pour se prémunir des attaques de type Man in the Middle (IMSI Catcher), l’intégrité des données permet de vérifier que les données de signalisation échangées n’ont pas été altérées (de manière fortuite ou intentionnelle). Le chiffrement et l’intégrité sont réalisés au niveau du terminal et :

  • si le point d’accès est une station de base 4G ou 5G, celle-ci apporte un chiffrement sur le trafic de données et sur le trafic de signalisation ainsi qu’un contrôle d’intégrité sur la signalisation. Optionnellement, pour le réseau 5G, le contrôle d’intégrité peut aussi s’appliquer sur le trafic des données. Les clés de chiffrement et d’intégrité sont dérivées à partir d’une clé secrète et à partir des paramètres échangés lors du processus d’authentification ;
  • si le point d’accès est une station de base 2G, le chiffrement est réalisé au niveau de la station de base pour les communications téléphoniques et au niveau du SGSN pour les sessions IP ;
  • si le point d’accès est une station de base 3G, le chiffrement est réalisé au niveau du contrôleur RNC ;
  • si le point d’accès est un point WiFi, un tunnel est mis en œuvre entre le mobile et une entité de passerelle WAG (Wireless Access Gateway). Cette entité se nomme ePDG (evolved Packet Data Gateway) pour le réseau 4G et N3IWF pour le réseau 5G.

 

Le processus d’authentification a pour objectif de vérifier l’identité d’un client (aussi nommé pair ou supplicant). Le protocole d’authentification spécifie le format des messages échangés (requêtes/réponses) entre le client et l’authentificateur. En se basant sur l’identité présumée du client, l’authentificateur transmet au client un défi (un challenge). A partir du défi, le client calcule sa réponse qu’il transmet à l’authentificateur. Cette réponse permettra à l’authentificateur soit d’authentifier le client soit de démasquer un usurpateur d’identité.

L’architecture d’authentification est composée d’un point d’accès, d’un authentificateur et d’un serveur d’authentification. Dans le cas des réseaux de mobiles, l’authentificateur et le serveur d’authentification sont deux entités distinctes : le serveur d’authentification correspond à l’entité HSS pour les réseaux de mobiles 4G ou à l’entité UDM pour les réseaux de mobiles 5G. Le serveur d’authentification (HSS/UDM) est situé en back-end de l’authentificateur. La fonction d’authentificateur est gérée par l’entité MME en 4G ou par la fonction AMF en 5G.

Les étapes d’authentification sont les suivantes :

  • L’authentificateur reçoit une demande d’identification de la part d’un client comprenant l’identité du client. Cette requête peut être initiée par le client ou par l’authentificateur. A partir de cette demande d’identification, l’authentificateur transmet un défi au client ;
  • Le client calcule la réponse au défi et transmet la réponse à l’authentificateur ;
  • L’authentificateur contrôle la réponse en comparant la réponse du client à la réponse attendue.

L’authentificateur interroge le serveur d’authentification en lui fournissant l’identité du client. Le serveur d’authentification vérifie l’existence de l’identité du client, et le cas échéant génère un défi. Le client peut supporter plusieurs méthodes d’authentification. Le défi est choisi selon la méthode d’authentification supportée par le client. Le défi et la réponse sont transmises à l’authentificateur.

Pour les réseaux de mobiles, le client est la carte UICC et les méthodes d’authentifications sont définies dans l’application USIM (et dans l’application ISIM pour l’authentification avec le réseau IMS).

La carte UICC contient une identité IMSI unique et une clé d’authentification Ki. Ces deux informations sont stockées au niveau du serveur d’authentification.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Captcha loading...