Covid 19, épisode 9 : sur la mortalité, suite

J’avais indiqué dans un billet précédent, sur la base des chiffres diffusés par l’Insee, que l’épidémie ne se traduisait pas à la date du 16 mars par une surmortalité à l’échelle du pays. L’Insee vient de livrer les mêmes chiffres à la date du 23 mars, ce qui permet d’actualiser l’analyse. Il s’avère que le nombre de décès toutes causes confondues du 1er au 23 mars 2020 a dépassé le nombre observé en 2019 (40 684 contre 39 707), mais pas encore celui de 2018 (année caractérisée par un épisode de grippe long et virulent).

A l’échelle des départements, les choses évoluent également. Pour le montrer, j’ai rapporté le nombre de décès en 2020 au même nombre en 2019, afin d’identifier les départements connaissant une surmortalité. A la date du 16 mars, 24 départements connaissaient une surmortalité (dont 9 départements une surmortalité de plus de 10%). A la date du 23 mars, ce chiffre a doublé, 48 départements connaissent une surmortalité par rapport à 2019 (dont 16 de plus de 10%).

On ne peut cependant pas dire avec certitude que ces surmortalités sont liés à l’épidémie. Pour en juger un peu mieux, j’ai comparé la surmortalité calculée sur les données Insee aux chiffres de Santé publique France sur les décès cumulés en hôpitaux à la même date du 23 mars, afin de répondre à la question suivante : est-ce que les départements connaissant une surmortalité en 2020 par rapport à 2019 de plus de 10% (données Insee) sont ceux qui ont une part dans les décès liés au Covid 19 supérieure de plus de 10% à leur poids dans la population (données Santé publique France) ?

On obtient le tableau suivant :

Sur les 16 départements connaissant une surmortalité de plus de 10% d’après les données Insee, 11 en connaissent également une d’après les données Santé publique France (Haut-Rhin, Vosges, Aisne, Moselle, Bas-Rhin, Oise, Corse-du-Sud, Paris, Côte-d’Or, Hauts-de-Seine, Aude). Pour 5 départements, on a une surmortalité d’après les données Insee, mais pas d’après les données Santé publique France : c’est le cas de Mayotte, des Deux-Sèvres, de la Manche, de la Mayenne et des Yvelines. Le cas des Yvelines est cependant limite, car l’indice pour les données Santé publique France est proche du seuil de 10% (il est en fait de 7%). On trouve enfin 13 départements qui pèsent plus dans les décès en hôpital que dans la population (de plus de 10% je rappelle), sans que cela se traduise par une surmortalité de plus de 10% par rapport à 2019 d’après les données Insee. Pour 11 d’entre eux, cependant, on n’est pas loin du seuil de 10%, deux seulement ont une mortalité inférieure en 2020 à ce qu’elle était en 2019 (la Marne et la Saône-et-Loire).

Au final, il semble que les résultats issus des deux sources tendent à se rapprocher, et que l’on s’oriente vers une surmortalité liée à l’épidémie par rapport aux années précédentes, surmortalité qui touche cependant certains départements beaucoup plus que d’autres.

Un commentaire sur “Covid 19, épisode 9 : sur la mortalité, suite

  1. Ping : Covid 19, épisode 14 : actualisation des chiffres de l’Insee | Olivier Bouba-Olga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Captcha loading...