Covid 19 et densité : le cas américain (épisode 33)

Je continue mon exploration du lien entre densité et Covid 19, en me focalisant sur le cas américain, à l’échelle des États américains. Je croise ici le nombre de décès par million d’habitants et le nombre d’habitants par km².

Lorsqu’on retient l’ensemble des États américains, on obtient ce graphique :

La corrélation entre les deux variables est relativement forte, mais on voit qu’elle est tirée par 6 États tous contigus à L’État de New-York (New-Jersey, Connecticut, Massachusetts, Rhode Island, Maryland, Delaware). Pris ensemble, ces 7 États concentrent un peu plus de 15% de la population et un peu plus de 58% des décès Covid.

Lorsqu’on estime le lien sans New-York ni ces États, la relation disparaît :

Au final, le résultat récurrent est le suivant : on n’observe pas de relation générale entre densité et épidémie, mais dans la plupart des pays, une zone plus ou moins large de forte densité est particulièrement touchée. C’est le cas en France avec Paris (voir ici), au Royaume-Uni avec Londres (voir ici), en Espagne avec Madrid (voir ici) et désormais aux États-Unis avec New-York et les États limitrophes. Seule l’Italie fait exception, aucun lien entre densité et épidémie même quand on intègre l’ensemble des territoires (voir ici).

Attention à ne pas aller trop vite en besogne, car j’imagine déjà certains m’expliquant qu’il s’agit là de “villes monde”, qui seraient plus touchées : d’autres très grandes villes rangées dans cette catégorie comme Chicago, Los Angeles, Singapour, Séoul, Shangaï, Tokyo,… ne le sont pas ou beaucoup moins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Captcha loading...