Covid 19, épisode 4 : une comparaison des géographies française et italienne

Petit billet pour explorer la géographie de l’épidémie de l’autre côté des Alpes, grâce à des données pour l’Italie disponibles ici.

Comme indiqué dans mon premier billet consacré au Covid 19, lorsque l’on brasse des données par territoire, il convient de rapporter le nombre de cas observés à la population pour neutraliser les différences de taille des territoires. J’ai donc récupéré les données sur les populations des régions italiennes sur Eurostat pour calculer le nombre de cas par habitant.

En rapportant les valeurs obtenues pour chaque région au résultat pour le pays dans son ensemble, on obtient un indice qui vaut 1 si la valeur de la région est la même que dans l’ensemble du pays, et une valeur supérieure à 1 si cette valeur est supérieure. Un indice de 2, par exemple, signifie que le ratio observé pour la région considérée est le double de celui observé en moyenne. Ou, dit d’une autre façon, que la région considérée pèse deux fois plus pour l’indicateur considéré que pour la population (c’est comme cela que je vais présenter les résultats). Je me concentre sur les données relatives aux décès cumulés observés à la date du 27 mars 2020.

Région part de la région dans la population nationale (%)
(1)
part de la région dans l’ensemble des décès (%)
(2)
indice

(2)/(1)

Lombardia 16.7% 59.1%                   3.5
Valle d’Aosta 0.2% 0.4%                   1.9
Emilia Romagna 7.4% 13.9%                   1.9
Marche 2.5% 3.7%                   1.5
Liguria 2.6% 3.6%                   1.4
P.A. Trento 0.9% 1.1%                   1.2
Piemonte 7.2% 6.2%                   0.9
P.A. Bolzano 0.9% 0.7%                   0.7
Veneto 8.1% 3.4%                   0.4
Friuli Venezia Giulia 2.0% 0.8%                   0.4
Abruzzo 2.2% 0.7%                   0.3
Toscana 6.2% 1.9%                   0.3
Molise 0.5% 0.1%                   0.2
Umbria 1.5% 0.2%                   0.2
Lazio 9.7% 1.3%                   0.1
Puglia 6.7% 0.8%                   0.1
Campania 9.6% 1.1%                   0.1
Sardegna 2.7% 0.2%                   0.1
Calabria 3.2% 0.2%                   0.1
Sicilia 8.3% 0.4%                   0.1
Basilicata 0.9% 0.0%                   0.0

La géographie de l’épidémie est fortement marquée, la Lombardie concentrant 59% des décès. Comme cette région concentre 17% des habitants, l’indice obtenu est de 3,5 : on observe 3,5 fois plus de décès dans cette région que ce que l’on observe pour l’Italie dans son ensemble.

L’Emilie-Romagne est dans une situation similaire (poids dans les décès supérieur au poids dans la population), mais moins marquée (indice « seulement » de 1,9). Le Piémont, en revanche, qui arrive en troisième position en termes de décès, présente un indice inférieur à 1.

En procédant de même à l’échelle des régions françaises, on obtient les résultats suivants :

Région part de la région dans la population nationale (%)
(1)
part de la région dans l’ensemble des décès

(2)

indice

(2)/(1)

Grand-Est 8.2% 32.9%                4.0
Corse 0.5% 1.0%                1.8
Bourgogne-Franche-Comté 4.1% 7.0%                1.7
Île-de-France 18.3% 29.0%                1.6
Hauts-de-France 8.9% 8.5%                0.9
Auvergne-Rhône-Alpes 12.0% 8.3%                0.7
Occitanie 8.8% 3.1%                0.3
Bretagne 5.0% 1.7%                0.3
Centre-Val de Loire 3.8% 1.3%                0.3
Provence-Alpes-Côte d’Azur 7.5% 2.4%                0.3
Pays de la Loire 5.7% 1.6%                0.3
Normandie 4.9% 1.2%                0.2
Nouvelle-Aquitaine 8.9% 2.1%                0.2
Martinique 0.5% 0.1%                0.1
Guadeloupe 0.6% 0.1%                0.1
Guyane 0.4% 0.0%                     –
La Réunion 1.3% 0.0%                     –
Mayotte 0.4% 0.0%                     –

Même si Grand Est concentre une part moins importante des décès que la Lombardie, son indice est encore supérieur. Les Hauts-de-France sont dans une situation similaire à celle du Piémont : nombre absolu de cas élevé mais, compte-tenu de la taille de cette région, l’indice reste inférieur à 1.

Dans le cas Italien comme dans le cas français, l’épidémie reste donc pour l’instant très concentrée géographiquement : 62% des décès sont situés dans les deux régions françaises les plus touchées (Grand Est et Ile-de-France), 73% dans le cas italien (Lombardie et Emilie-Romagne).

5 commentaires sur “Covid 19, épisode 4 : une comparaison des géographies française et italienne

  1. Merci de cette info et de cette réflexion.
    Reste à expliquer pourquoi ces deux régions sont tant impactées. Il y a sans doute un lien avec les clusters d’origine ( le rassemblement évangélique pour l’Alsace ?) et peut-être avec la densité de la population ?
    Le nouveau découpage des grandes régions empêche une analyse plus fine par exemple sur l’Auvergne ou le Limousin …
    Et à savoir si/comment l’épidémie va ou non s’étendre. L’extension de l’épidémie n’est pas une fatalité : le cas chinois l’atteste !

    • Pour la France, impact évident du rassemblement évangélique. Pour l’Italie, région industrielle entretenant de nombreux liens économiques avec la Chine. On peut reproduire l’analyse à une échelle plus fine, département au mieux en France.

      • Effectivement pour la France, il semblerait que le rassemblement évangélique est fortement contribué à la diffusion du virus localement mais aussi sur l’ensemble du territoire (cf. enquêtes du Monde et de Franceinfo).
        Pour l’Italie, ce serait un match de foot de Ligue des champions opposant Bergame à Valence (Espagne) et se jouant à Milan.
        Hâte de lire les papiers qui sortiront au cours des prochains mois sur cette question de la diffusion.

  2. Il me semble qu’une analyse par département (province pour l’Italie) serait plus pertinente, les nouvelles méga-régions englobant parfois des réalités assez différentes. Par exemple, l’Oise et l’Aisne ont un indice de 2.2 tandis que le Nord et le Pas-de-Calais sont à 0.4 et 0.2 en utilisant votre règle de calcul, les chiffres au lien ci-dessous et les populations de Wikipedia

    https://geodes.santepubliquefrance.fr/#c=indicator&f=0&i=covid_hospit.dc&s=2020-03-28&t=a01&view=map2
    Pour les provinces italiennes, je n’ai trouvé que les nombres (et pourcentages) de cas positifs, les décès restant agrégés au niveau régional.
    https://lab24.ilsole24ore.com/coronavirus/#box_5

    Pour l’Italie, le 1er cas a été recensé à Codogno à la limite des provinces de Lodi et Crémone qui ont justement le plus haut pourcentage de cas positifs, autour de 1%. Plus on s’éloigne de Codogno, plus le pourcentage est bas.

    En France, le 1er mort a été recensé à Crépy-en-Valois dans l’Oise tout près de l’Aisne, du Val d’Oise et de la Seine-et-Marne. Il se trouve que l’Oise, l’Aisne et le Val d’Oise (indice de 2.2) sont parmi les plus touchés mais étrangement pas la Seine-et-Marne (indice de 0.6). La particularité française est qu’un 2e foyer plus fort encore s’est développé autour de Mulhouse. Le Haut-Rhin, le Territoire de Belfort et les Vosges ont l’indice le plus élevé à 12.3, 8.9 et 5.4.
    Pour le reste, en dehors de quelques foyers isolés comme la Corse et le Morbihan, plus on s’éloigne de Mulhouse moins l’indice est élevé.

  3. Ping : Covid 19, épisode 5 : géographie américaine et espagnole | Olivier Bouba-Olga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Captcha loading...