Où fait-il bon vivre en France ? La copie très moyenne des Echos

Ça doit être l’effet vacances, pas d’étudiants, pas de copies à corriger, que voulez-vous, cela me manque… Alors quand j’ai vu le petit exercice cartographique des Echos, je n’ai pas pu m’empêcher de faire mon prof. Bilan? Copie moyenne, très moyenne…

Les Echos ont récupéré des données Insee par zones d’emplois pour 9 indicateurs (variation de la population, taux de chômage, revenu médian, espérance de vie, …), ils ont bâti un classement des zones sur chaque indicateur, puis ils ont calculé la moyenne de ces 9 classements et cartographié le résultat obtenu, ce qui donne cette carte :

carte_les_echosPremier problème, bien qu’affirmant travailler sur données zones d’emplois, on s’aperçoit que pour 4 des 9 indicateurs, ce sont en fait des données départementales. Or, le découpage par zones d’emploi ne respecte pas le découpage départemental. Mais rien n’est dit sur la façon dont les Echos ont procédé pour affecter des valeurs aux zones qui traversent les départements.

Deuxième problème, rien n’est dit sur le lien entre l’objectif de l’article (mesurer la qualité de vie des territoires) et les variables retenues. En quoi le fait qu’un territoire accueille plus de diplômés du supérieur améliore-t-il la qualité de vie sur ce territoire ? Ça manque de justification…

Troisième problème, faire des classements, calculer des moyennes de classements, ça n’a pas beaucoup de sens. Avec ce type de données hétérogènes, mieux vaut procéder à des analyses de données pour faire émerger des typologies. L’enjeu n’est alors plus de faire ressortir les meilleurs/moins bons, mais de faire émerger des classes de territoires semblables et de repérer les variables discriminantes. Moins vendeur mais plus utile. L’Insee s’était livré à ce type d’exercice, j’en avais parlé ici.

Troisième problème, je pressens des corrélations fortes entre les indicateurs mobilisés : taux de pauvreté, revenu médian, taux de chômage, … tout ça me semble un peu redondant. Pour preuve, je me suis contenté de récupérer le taux de chômage par zones d’emploi pour 2012 (j’avais ça en stock sur mon ordinateur) et j’ai cartographié ce simple indicateur, ça donne cette carte :

ma_carte_choJe vous laisse regarder, on retrouve globalement la même chose : situation mauvaise au Nord et dans le Sud-Est, bien meilleure en Rhône-Alpes, Alsace et dans l’Ouest. La carte des Echos est en gros la carte des taux de chômage.

Bref, peut mieux faire, je propose aux Echos de revenir en deuxième session…

 

 

Related posts:

3 commentaires sur “Où fait-il bon vivre en France ? La copie très moyenne des Echos

  1. Post très interessant, sur les indicateurs synthétiques.

    Le décalage entre l’approche scientifique, la votre, et celle du grand public, qui est également celle des medias et pour l’essentiel celle des cabinets de conseils, concernant les indicateurs synthétiques est toujours une source d’émerveillement.

  2. J’ajouterai : l’usage ultra-prévisible fait par les collectivités locales du jugement faussement scientifique de la carte : applaudissement ou dénigrement de territoires et « donc » de leurs politiques publiques (« donc » surtout si le résultat est bon, à double usage : l’électeur local et le lecteur-type des Echos : cadres et entreprises, venez vous installer dans ma région où il fait bon vivre ! La richesse ira ainsi à la richesse, et toute la mise en concurrence hit-paradisée des territoires y incite.

  3. Il est vrai que la forme est moyenne et comme le dit Muledupape, c’est un cercle économique vertueux pour les territoires loués.

    M’enfin, le jour ou on me dit que l’on vit mieux à Perpignan, Avignon, Douai qu’à Rennes, Nantes, Poitiers ou Annecy, je change de pays. Car c’est bien connu, les clichés ont la vie dure mais il y a toujours une part de vérité. Et Montpellier a beau nous faire toute la communication du monde pour dire que c’est la meilleure ville de monde (elle est d’ailleurs perçue comme telle), les études comme celle-ci nous prouve la contraire !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *