La France n’est pas gaie

Rappelez-vous, c’est ce que nous a affirmé Attali, et c’est, selon lui, une cause
importante de nos difficultés économiques :

«Un des principaux freins à la croissance française, c’est que la France n’est pas gaie, et un psychiatre mieux que personne peut nous expliquer pourquoi la
France n’est pas gaie»

Pour valider/invalider la théorie d’Attali, il faut vérifier i) que la France n’est pas gaie, ii) que la croissance dépend positivitement de la gaitée
d’un pays. On peut douter sur les deux points.

Sur le premier
point, d’abord, on dispose des enquêtes Eurobarometer menées depuis le début des années 1970 auprès des citoyens de l’Union. L’une des
questions posées est une proxy pas trop mauvaise pour juger de la gaieté des citoyens :

 

D’une façon générale, êtes-vous très satisfait, plutôt satisfait, plutôt pas satisfait ou pas du tout satisfait de la vie que vous menez ?

J’ai repris les résultats pour la France et pour l’UE, en additionnant la part des personnes très satisfaites et plutôt satisfaites, et j’ai obtenu ça
:

 
francegai-copie-1.gif

On ne peut pas dire que les écarts sont très importants. Le score de la France est inférieur de 10 points à la moyenne de l’UE sur la fin des années 1970 et de 1991
à 1996, sinon il est très proche, et même supérieur depuis 2004.


Sur le deuxième point : on peut se réfèrer à un document de travail du NBER (2007, WP12935,
)
dont je vous avais déjà parlé, rédigé par Blanchflower et Oswald, qui montrait notamment que le niveau de bonheur décroît aux Etats-Unis en fonction des générations de 1900 à nos jours, alors qu’en Europe, il décroît jusqu’à la génération
1950, mais il augmente depuis, si bien que les plus heureux sur terre sont les européens (les hommes plus que les femmes) nés après 1980. Difficilement compatible avec les différentiels de
croissance observés.

Je me suis également « amusé » à construire un nuage de point avec en abscisse la part des français très satisfaits/plutôt satisfaits de leur vie (source : les enquêtes Eurobarometer analysées plus
haut) et en ordonnée le taux de croissance du PIB (source : Insee), pour la période 1973 – 2007. Voici le résultat :

francegai2.gif
Pas très probant, comme relation : des taux de croissance très
différents peuvent être associés à un même niveau de gaité et réciproquement. Bon, on doit pouvoir raffiner les tests, mais jusqu’à preuve du contraire, la « théorie » d’Attali ne semble pas très
solide…

13 commentaires sur “La France n’est pas gaie

  1. Salut Olivier, content de voir que tu t’intéresses à l’Economics of Hapiness ! Au niveau macro, la relation entre niveau de vie (pib/tete) et "satisfaction avec la vie" (life satisfaction comme on dit outre atlantique) est plus que faible. Easterlin à montré (en 1974 puis plusieurs fois plus tard) que si la relation entre niveau de vie et satisfaction était à un moment donné assez forte (ou suffisamment significative) en revanche, en dynamique, on constate une stagnation de la satisfaction malgré une croissance important du Pib/tête. Plusieurs explications ont été avancées depuis. Cela a était qualifié de ‘Paradoxe d’Easterlin’ et les économistes s’en sont emparés depuis les années 1990 (voir notamment les travaux prolifiques de Bruno Frey et Alois Stutzer, très bons travaux!), les uns montrant que le paradoxe est vérifié d’autres montrant qu’il ne l’est pas, tous cherchant à expliquer le pourquoi du comment. Au niveau micro, là aussi les études sont très nombreuses et les tests économétriques montrent que la relation est également très peu significative, en dynamique. (ton R² montre par ailleurs que le lien est  très très faible). Pour ma part, il me semble que l’ensemble de ces études laissent de côté l’information la plus importante : pour ces chercheurs, la satisfaction n’est liée qu’à la croissance économique ou au niveau de vie. Cette vision me paraît très très limitée puisqu’elle ‘oublie’ des composantes importantes de la vie quotidienne : la santé, l’éducation, le logement, les libertés individuelles, l’importance du régime politique, bref à la fois les besoins de base (pour la majorité non monétaires) et les libertés individuelles (en faisant référence aux travaux de Sen). J’ai travaillé avec un collègue chercheur sur une possible résolution du paradoxe d’Easterlin, en introduisant dans la relation des variables non monétaires. Le cadre théorique étant posé, il nous reste à le vérifier empiriquement. Mais à coup sur, le R² devrait augmenter sensiblement. l’article en question est téléchargeable ici : http://alexandrebertin31.googlepages.com/BristolBertinDouai.doc

  2. Il y atellemnt d’hypothèses à prendre en compte qu’il n’est effectivement pas évident de tirer des conclusions solides. Toutefois, si on prend en compte l’hyptothèse de la satisfaction relative, on peut dire que la satisfaction de l’individu ne dépend pas de sa situation objective mais de la différence entre ce qu’il obtient et ce qu’il peut espérer avoir : 2% de croissance annuelle du pouvoir d’achat est insupportable quand on a eu 5% les années précédentes ou que les autres ont 5%.  En revanche, avoir du mal à boucler ses fins de mois peut "peut – être" aboutir à une certaine satisfaction si on est propriétaire de son logement et qu’on voit les autres se démener avec la bulle immobilière. Evidemment, le problème est de pouvoir mesurer les attentes des individus.

  3. C’est amusant c’est très vite parti sur "est-ce que être plus riche rend plus heureux" alors que l’affirmation d’Attali c’est exactement le contraire. Ciel, ne manquons-nous pas de variables instrumentales ? Il faut trouver quelque chose qui rende les gens plus heureux mais n’ait pas de lien avec la croissance économique autre que par ce biais… Alors le mondial de foot 1998 c’est pas évident parce que même s’il avait été perdu ça aurait attiré des touristes, des entreprises etc. Drugs, sex and rock’n roll dans les années 60 c’est assez corrélé avec la croissance mais en même temps c’est pas très exogène. Hmmmm… et si on regardait avec des données super micro qui n’existent pas comment évolue la croissance jour après jour selon les résultats de l’équipe de France de rugby ? y aura-t-il une journée de récession le jour de son élimination ?

  4. Amusant Olivier,  l’analyse des performances économiques de la France à travers le prisme des statistiques de la "gaité" des Français !Pourvu que cette statistique soit aussi "fiable" que notre baisse du chômage… (alors que le nombre d’emplois productifs est en baisse constante et que les délocalisations font rage).Enfin, je suppose que c’est juste un exercice de style pour nous faire parler !

  5. Ah non, je proteste, la satisfaction et la gaieté ça n’est pas du tout la même chose. Ces économistes, toujours à pinailler sur des queues de cerises, et prêts à côté de ça à se satisfaire des approximations les plus grossières.

  6. Tirer sur un bonimenteur en raz campagne, quel intérêt? La "grosse" comission Attali va pondre, c’est le terme, un énième rapport. Nous aurons l’occasion à sa publication de voir ce monsieur aux différents JT, et n’en doutons pas, à l’édition d’un pensum (30.000 exemplaires services de presse inclus et potes)SVP. Parlez de choses, pas nécessairement sérieuses, mais les plumes d’autruches – sympathique volatile- doivent rester le privilège des Folies Bergères et autres établissements attaliens

  7. Je propose un théoreme alternatif, qu’on pourrait appeler Theoreme de Bouba-Olga-Attali : plus la croissance du PIB ( Poids Iconoclaste en Billets) de ce blog est forte, plus je suis heureux.Un lecteur comblé!

  8. Amusant Olivier,  l’analyse des performances économiques de la France à travers le prisme des statistiques de la « gaité » des Français !Pourvu que cette statistique soit aussi « fiable » que notre baisse du chômage… (alors que le nombAmusant Olivier,  l’analyse des performances économiques de la France à travers le prisme des statistiques de la « gaité » des Français !Pourvu que cette statistique soit aussi « fiable » que notre baisse du chômage… (alors que le nombre d’emplois productifs est en baisse constante et que les délocalisations font rage).Enfin, je suppose que c’est juste un exercice de style pour nous faire parler !************************Amusant ? non, catastrophique quand on voit des meres faire les poubelles en france pour se nourrir ! Quand on voit les loyers sur reims (51) augmenter de 6, 7 %  ! Quand on voit que le rmi est donné aux drogués ! Si le chiffre du chomage baisse, c’est uniquement une jolie supercherie grace à  nos politiciens. On ne compte que les personnes indemnisées par les assedic (la categorie 1) or, il existe 8 categories ! Qui le sait ? . Une fois que ces personnes  ’n’ont plus droit aux allocations chomage, on les expedie au rmi en les radiant des chiffres des assedic. Cela fait un decompte de + de 5 millions de personnes en moins…que maintenant il faut entretenir. Cela coute beaucoup plus cher aux contribuables mais donnent du travail aux toubids, aux spy, aux assistantes sociales, les imprimeries avec leurs recettes miracles pour sortir du chomage,  etc…J’en arrive à m’interroger : le chomage ne serait il plutot volontaire finalement  pour avoir un pays sous le seuil de pauvreté ?  Gare quand ce peuple va se rebeller ! Ce gouvernement est assis aujourd’hui sur une poudrière !!!!Marie51  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *