A qui a appartenu la Loïe Fuller de l’Université de Poitiers ?

En décembre, un billet décrivait l’ouvrage La Loïe Fuller que le Fonds ancien conserve. La présentation de ce livre en janvier lors d’une Petite pause méridienne a permis de faire de nouvelles découvertes…

Ex-libris de Frédéric Raisin placé sur les plats de la reliure

Ex-libris de Frédéric Raisin placé sur les plats de la reliure

Un exemplaire unique !

L’exemplaire de la Loïe Fuller présent au Fonds ancien porte le numéro 28. Il a été fait pour Frédéric Raisin (1851-1923), comme l’indique le nom placé sous le numéro. Juriste et homme politique, il fut successivement avocat d’affaires à Genève, puis juge suppléant au tribunal civil et à la cour de justice. Il exerça plusieurs mandats de député au Grand Conseil genevois et fut conseiller aux États de 1890 à 1892. Amateur de littérature, Frédéric Raisin traduisit les poèmes de l’Argentin Leopoldo Diaz (Las Sombras de Hellas et Atlántida conquistada) et composa des poésies satiriques. Il fut membre de jurys de peintures et de commissions artistiques.

Deux ex-libris

Deux ex-libris figurent dans son exemplaire de la Loïe Fuller. Celui qui se trouve sur les plats fait allusion au patronyme de son propriétaire : il représente une vigne, avec un renard debout regardant les grappes de raisin, allusion probable à la fable de La Fontaine « Le renard et les raisins ». Contre l’arbre figure un grand livre ouvert. Sur la page de gauche, on distingue des armes, sans doute celles de Frédéric Raisin. Sur la page de droite se trouve l’inscription « Ex biblioth F. Uvae. MCMV », avec la forme latinisée du nom du propriétaire initial de la Loïe Fuller.

Ex-libris de Frédéric Raisin sur la page d'avant-titre

Ex-libris de Frédéric Raisin sur la page d’avant-titre

Sur la page d’avant-titre se trouve un second ex-libris. Il s’agit d’une gravure à l’eau forte réalisée par Jean Kauffmann (1866-1924), médailleur, graveur et sculpteur, qui contribua à la renaissance de l’ex-libris en Suisse. Autour de la gravure, des lettres entrelacées de feuilles de vignes et de motifs de raisins forment le nom de Frédéric Raisin, et indiquent sa qualité d’avocat à Genève. La devise « Sursum liber » (littéralement « le livre vers le haut »), allusion aux activités littéraires du propriétaire, est illustrée par la gravure centrale, qui représente une scène aux connotations mythologiques : un homme au milieu d’une forêt élève un livre d’où sortent des rayons lumineux, comme pour le protéger de la menace des serpents qui grouillent sur le sol. Cette gravure centrale porte la signature de Carlos Schwabe (Émile Martin Charles Schwabe, 1866-1926), peintre symboliste, qui a fait le dessin préalable à la gravure.

Une directrice bibliophile

Ce livre est entré dans les collections de la bibliothèque en 1953. Il a été acquis par Charlotte (dite Jeanne) Giraud, qui fut directrice de la Bibliothèque universitaire de Poitiers dans les années 1950. Bibliographe, elle publia des travaux sur le romantisme et trois volumes d’un Manuel de bibliographie littéraire pour les XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles français (1921-1935 en 1939 ; 1936-1945 en 1956 ; 1946-1955 en 1970), qui fut plus tard remplacé par les travaux d’Alexandre Cioranescu. Ce fut elle également qui commença le traitement des ouvrages du XVIe siècle de la bibliothèque. Par ailleurs, elle enrichit les collections de la bibliothèque universitaire par des acquisitions de différents ouvrages de bibliophilie, regroupés dans une armoire. Lors du déménagement de la bibliothèque universitaire des locaux de la Place du Marché (qu’elle partageait avec la Bibliothèque municipale) à la bibliothèque nouvellement construite (1971) sur le campus, les livres de cette armoire furent d’abord entreposés dans ce qui devint, avec l’avènement de l’informatique, la salle des serveurs, avant de constituer le noyau de la réserve du Fonds ancien.

Précisons pour finir qu’un autre exemplaire de la Loïe Fuller figure dans Gallica. Il s’agit de celui portant le numéro 63, attribué à Eugène Le Senne (1846-1938), collectionneur et bibliophile, qui légua ses collections à la Bibliothèque nationale de France.

Florence Davost

Related posts:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *