Détention d’armes à feu et homicides

Petit billet d’actualité suite à la tuerie du Colorado, qui ne va pas manquer de relancer le débat sur le lien entre port d’armes à feu et taux d’homicide. Je suis donc allé traîner du côté de Google Scholar pour recherche quelques articles sur le sujet.

J’ai trouvé cet article de M. Killias qui teste la corrélation entre taux d’équipement des ménages en armes à feu et taux d’homicide et de suicide par armes, sur la base d’une enquête réalisée auprès de 14 pays (11 pays européens, Australie, Canada, Etats-Unis). Résultat : corrélation positive entre taux d’équipement et taux d’homicide/suicide. Il montre également qu’il n’y a pas de corrélation négative entre taux d’équipement en armes et taux d’homicide et de suicide par d’autres moyens que les armes, résultat complémentaire important qui signifie que les autres moyens mobilisables pour tuer (ou se tuer) ne viennent pas compenser le sous-équipement.

J’ai également trouvé un article de W. Cukier qui se focalise sur la comparaison Etats-Unis/Canada :

3,5 fois plus d’armes à feu aux Etats-Unis, 3,6 fois plus de décès par armes à feu. Le lien semble donc très fort.

Une nuance cependant, les ratios diffèrent selon les type de décès : 3,5 fois plus d’armes à feu aux Etats-Unis, donc, mais « seulement » 2,3 fois plus de suicide par armes à feu et, en revanche, 12 fois plus d’homicides par armes à feu.

Conclusion : le plus fort taux d’équipement en armes semble bien conduire à plus d’homicides par armes à feu, mais il n’explique pas tout.

N’hésitez pas à poster en commentaire des liens vers d’autres articles, je n’ai fait qu’une petite recherche rapide.

8 commentaires sur “Détention d’armes à feu et homicides

  1. Votre billet est très intéressant mais je trouve que les résultats étaient prévisibles. En effet, plus il y a d’armes en circulation, plus son utilisation est fréquente et facile.
    J’ai aussi trouvé le lien suivant : http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2012/03/26/porter-une-arme-incite-a-en-voir-dans-la-main-des-autres/ .
    Il permet d’approfondir le sujet en nous expliquant les résultats de l’étude de deux chercheurs américains, Jessica Witt et James Brockmole. Cette étude montre que le fait de porter une arme influence notre perception de l’environnement dans lequel nous nous trouvons. Et donc que le fait de tenir une arme nous fait voir des armes partout, et par là, le nombre de « bavures » devient important. Les auteurs nous donnent comme exemple que le fait de voir quelqu’un avec un pistolet d’arrosage, une tongue ou encore une brosse, tout en tenant une arme, nous fait penser que l’individu (qui n’a rien d’offensif) détient une arme dans sa main.
    Je vous laisse découvrir leurs conditions d’étude données dans le lien précédent.

  2. Il convient d’être très, mais alors très, prudent en effet sur les corrélations ainsi faites :
    – homicides et suicides sont 2 choses très différentes et ne sont comparables ni en quantité ni en nature.
    – si on en croit le tableau comparatif, le nombre d’homicides par d’autres moyens que les armes feu serait bien plus élevé aux USA qu’au Canada. Ce serait donc à cause du suréquipement américain en armes à feu ?
    – la France, la Suisse, la Finlande, l’Autriche, suréquipées en armes elles aussi pour des raisons différentes, ont des taux d’homicides par arme à feu (et aussi par d’autres moyens) les plus bas du monde : ce ne serait donc pas normal ?
    – Si on regarde justement les USA, ce sont en moyenne les Etats les plus « permissifs » qui s’en sortent le mieux en termes de statistiques…lesquelles s’améliorent en permanence dans tout le pays depuis 20 ans malgré le taux d’équipement de plus en plus important de la population et l’octroi de « ports d’armes » dans pas mal d’Etats…
    – Le Japon a un taux de suicide bien plus élevé qu’ailleurs. Les armes n’y sont pour rien car le Japon mène depuis toujours une prohibition totale des armes à feu.
    – Il ne faut pas confondre port d’arme, détention d’arme et acquisition illégale d’arme.
    Attention donc à la lecture sommaire de tableaux qui comparent des choux et des carottes…et oublient à dessein certaines lignes dérangeantes comme par exemple le taux global de suicide tous moyens confondus. On y découvrirait ainsi que les Canadiens se suicident plus que les américains (13/100000 contre 11/100000). Les armes à feu – qui ne sont tout de même que des objets inanimés – n’auraient donc rien à voir sur la volonté de se suicider ?

    • oui, il faut toujours être prudent dans l’interprétation des corrélations. Comme indiqué en fin de billet, le taux d’équipement sembler expliquer une partie, mais une partie seulement, du taux d’homicide par armes à feu. Je suis preneur d’études qui montrent l’absence de corrélation si vous en avez sous la main.

    • J’ajouterai un problème flagrant d’endogénéité induit par une causalité inversée:
      Homicide « fréquent » -> Insécurité importante -> Détention d’armes pour s’en prémunir.

  3. Suite à vos commentaires, je reconnais avoir conclu quelque peu hâtivement. D’abord, le fait de posséder une arme ne veut pas forcément dire l’utiliser pour se tuer ou commettre un homicide. Je vais donc vous donner mon point de vue en espérant qu’il puisse vous intéresser.

    Tout d’abord, concernant le taux de suicide. Je ne pense pas que le fait qu’un pays ait un taux d’équipement élevé influx sur ce taux. Et ce parce que le suicide est, dans la plupart des cas, un acte de désespoir, l’individu ne voyant aucune autre solution pour sortir de son tourment. Par là donc, le suicide dépend plus de l’état mental de l’individu et de sa volonté d’en finir avec sa vie que le fait que son pays soit bien équipé ou pas en armes. En effet, l’individu qui veut se donner la mort a différentes possibilités pour le faire, avec ou sans armes. Il suffit de regarder la vague de suicide qu’il y a eu en France avec les TGV il n’y a pas si longtemps ou encore avec l’exemple donné plus haut par Laurent sur le Japon.
    La corrélation trouvée dans l’article de M. Killias, entre le taux d’équipement et le suicide, pourrait s’expliquer par le fait que dans les pays développés, et plus précisément dans le milieu du travail de ces pays, nous avons constaté l’apparition de nouvelles contraintes envers les salariés (plus d’autonomie demandée par l’employeurs, individualisme…), ce qui augmente le niveau de stress et d’anxiété. Et donc ce qui peut provoquer une volonté de se suicider pour mettre fin aux troubles, ainsi que l’on a pu le voir avec la vague de suicide qui a touché France Télécom.
    Pour en revenir à la corrélation : comme la plupart des 14 pays de l’enquête sont dans le haut du classement au niveau du nombre moyen d’armes détenues par habitant (d’après les chiffres de la Small Arms Survey), la corrélation est possible !

    Ensuite concernant le taux d’homicide. Plusieurs études nous montrent que les pays les plus touchés par cela sont les pays en voie de développement. Une explication possible serait de dire que dans les pays développés il existe d’autre moyen pour résoudre un conflit que d’en venir aux mains, ou aux armes. En effet, dans ces pays il existe un système judiciaire et un système exécutif forts et actifs, qui permettent de juger et/ou d’arrêter les individus en ayant le moins possible recours à la violence.
    D’autres caractéristiques, expliquant le recours aux armes et à la violence, sont l’instabilité politique ou encore la corruption de la justice et des représentant de l’ordre dans certains pays (même développés). Comme exemple, nous pouvons citer la guerre d’indépendance de l’Irlande en 1920 et plus récemment, la crise économique qui touche plus ou moins fortement les pays européens, je pense surtout à la Grèce et à ses excès de violence.

    Et enfin, concernant une étude qui montrerait une corrélation négative entre taux d’homicide et équipement, je suis tombé sur un article de John R. Lott., Jr. and David B. Mustard dans le Journal of Legal Studies, de l’université de Chicago. J’espère qu’il vous intéressera (j’en ai lu quelques lignes mais mon anglais n’est pas irréprochable). Je vous transmets le lien : http://www.law.uchicago.edu/files/files/41.lott_.final_.pdf . Bonne lecture et bonne continuation dans vos recherches.

  4. J’avais vu Bowling for Columbine de Micheal Moore il y a plusieurs années de cela.
    Certains objecteront que Moore étant Moore, ses docus sont orientés et plutôt pas objectifs.

    J’ai souvenir qu’il explique que en fait les canadiens possèdent eux aussi beaucoup d’armes et que pourtant il y a peu d’homicides par armes à feu.

    Et il émet l’hypothèse qu’au Canada l’état d’esprit de la population est différent. Car à l’école, dans les talk shows à la télé, dans les journaux, etc. on pousse les gens à s’interroger sur les problèmes de fond plutôt que de se comporter en cow-boys.

    J’ai trouvé cela sur le site d’Arte:
    http://www.arte.tv/fr/345156,CmC=345154.html
    Je cite:
    « Vers la fin du film, Moore est au Canada, intrigué qu’il n’y ait dans ce pays que 165 personnes tuées chaque année par des armes à feu, alors que leur nombre est de 11 000 aux États-Unis. A quoi cela peut-il bien tenir ? Les Canadiens interrogés sur la question ne connaissent pas la réponse. Dix millions de Canadiens possèdent à titre privé plus de sept millions d’armes à feu. Ils voient les mêmes films de violence au cinéma. La télévision, elle, fait preuve il est vrai de plus de retenue. Comble de l’étrange, les Canadiens ne ferment même pas leur porte à clé dans les grandes villes. C’en est trop pour Moore, qui veut en avoir le cœur net. Il ouvre des portes puis présente ses excuses. Voilà qui le rend plutôt sympathique, ce bougre de trublion que rien n’arrête… »

  5. Dans le Monde que nous vivons il est très important d’être capable d’utilise une arme à feu parce que nous devons veiller sur cette planète avant qu’elle ne se détruise par les hypocrite qui vivent avec nous et se cache derrière certains religion. Vive les ETAT UNIS et leur dictature…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *