Géographie des hauts salaires : une photographie du monde d’avant

Je ne sais pas à quoi ressemblera le monde d’après Covid, s’il se distinguera beaucoup du monde d’avant, en attendant la note que vient de publier l’Insee sur les hauts salaires en France permet de voir d’où l’on part.

On y apprend que le top 1% des salariés du privé est constitué de 163000 salariés équivalent temps plein, qui touchent au moins chaque mois  8680€ net, qu’il est constitué majoritairement de dirigeants et de cadres, qu’il concentre 8% de la masse salariale du secteur privé, part qui augmente depuis trente ans alors qu’elle avait baissé des années 1960 aux années 1980.

S’agissant de la géographie des salaires, si l’on regarde ce qu’ils pèsent dans deux des 101 départements français, Paris et les Hauts-de-Seine, le constat est édifiant :

Ces deux départements, qui représentent 5,8% de la population de France métropolitaine au 1er janvier 2020, concentrent une part déjà plus importante des salaires du privé, part qui croît pour atteindre des sommets quand on se focalise sur les très hauts salaires.

Ces résultats sont similaires à ceux que nous avions observé avec Michel Grossetti il y a deux ans de cela : nous montrions plus précisément que les différences géographiques de salaires en France étaient relativement faibles, en dehors précisément de ces deux départements, qui concentrent des métiers en lien avec l’activité des sièges sociaux, de la banque et de la finance.

Il convient de garder en tête ces chiffres quand on s’amuse ensuite à comparer les PIB par habitant des régions françaises : les PIB sont en effet régionalisés sur la base des salaires versés, le fait que l’Ile-de-France connaissent un PIB par habitant bien supérieur aux autres régions tient pour partie à cette concentration des très hauts salaires. Difficile dès lors de parler de “surproductivité” de l’Ile-de-France comme le font de trop nombreux commentateurs, c’était l’un des messages de notre article.

On peut s’interroger également sur le calibrage de notre système fiscal, sa progressivité, en se disant que ce serait bien qu’il résorbe un peu mieux qu’aujourd’hui les inégalités de niveau de vie, qui dépendent au moins pour partie de ces inégalités de salaire. On pourrait aussi s’interroger sur la pertinence de cette concentration atypique des pouvoirs économiques, politiques, médiatiques dans la région capitale. Bref, quelques sujets pour le monde d’après.

Un commentaire sur “Géographie des hauts salaires : une photographie du monde d’avant

  1. Ping : Géographie des hauts salaires : une photographie du monde d’avant – l'actualité rouge et verte de la Vienne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Captcha loading...