Covid 19, épisode 10 : la diffusion spatiale de l’épidémie, suite

J’ai actualisé les chiffres d’un billet précédent, pour voir si la diffusion spatiale de l’épidémie se développait ou non, en France, en Espagne et en Italie.

J’ai de nouveau calculé un indicateur synthétique de concentration spatiale de la population, d’une part, et des décès, d’autre part. Les valeurs de l’indicateur varient entre 1 en cas de concentration géographique maximale et 100 en cas de concentration minimale.

Voici le nouveau tableau de résultats :

Je vous redonne le mode de lecture : l’indice de 58 pour la population en France signifie que tout se passe comme si la population française était répartie de manière homogène entre 58% des régions. Le même indice, pour les décès à la date du 4 avril est de 26, il est plus de deux fois plus faible, ce qui signifie que la concentration spatiale des décès est 2,2 fois plus forte que celle de la population.

Le résultat principal de cette actualisation est que les valeurs des indicateurs ont peu bougé depuis le 29/3, la concentration spatiale des décès reste relativement élevé. Elle se réduit un peu quand même en Espagne et à l’échelle des départements français,elle est remarquablement stable en Italie et à l’échelle des régions françaises.

Pour compléter, j’ai représenté l’évolution du nombre de décès par région, car un indice de concentration stable ne signifie pas qu’il n’y a pas de changement dans les positions des régions, on va le voir pour le cas de la France.

J’ai représenté la courbe de chaque région dès lors que le nombre de décès passe la barre des 10, toutes les courbes n’ont donc pas autant de points, ce qui permet de voir d’une certaine manière quand l’épidémie démarre ou plutôt s’accélère à chaque endroit. Pour l’Espagne et l’Italie, je dispose des chiffres par région depuis fin février, les graphiques sont donc complets. Pour la France, je ne dispose des chiffres par région que depuis le 18 mars, le graphique est donc incomplet.

L’échelle logarithmique de l’axe des ordonnées permet de visualiser le rythme d’évolution de l’épidémie pour chaque région. L’axe des abscisses représente le nombre de jours depuis que la région a dépassé le seuil de 10 décès.

On retrouve sur les graphiques l’idée d’une assez forte concentration géographique de l’épidémie, puisqu’à chaque fois deux régions ressortent et dépassent le seuil des 1000 décès : la région de Madrid et la Catalogne concentrent 61% des décès au 4 avril, l’Ile-de-France et Grand Est la même part de 61%, la Lombardie et l’Emilie Romagne montent à 69%.

On constate également pour l’Espagne que si l’épidémie a débuté plus tard en Catalogne que dans la région de Madrid, elle suit la même dynamique d’évolution. Pour la France, on constate la dynamique très forte en Ile-de-France, la région capitale dépassant sur la période le nombre de décès observé en Grand Est. Comme signalé plus haut, l’indice de concentration géographique stable ne signifie donc pas qu’il n’y a pas eu d’évolution.

Dans les trois cas, on observe enfin, globalement, un léger infléchissement des courbes, signe d’une réduction du rythme des décès, sans que l’on puisse dire que des régions soient arrivés à un plateau, ce qui serait le signe de l’arrêt de l’épidémie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Captcha loading...