Niort, première métropole de Nouvelle-Aquitaine

Je suis en train de brasser des statistiques Insee sur la géographie des fonctions d’emploi en France métropolitaine, sur la période 1982-2014, dans le cadre de la préparation d’un article dont le titre sera « les fonctions métropolitaines sont-elles de plus en plus métropolitaines ? ».

Vu les résultats obtenus, je tue dès maintenant le suspense : la réponse est non. Mais laissons cela pour un prochain billet. Aujourd’hui, je voulais juste vous faire part d’un résultat rigolo : la 1ère métropole de Nouvelle-Aquitaine, ce n’est pas Bordeaux, c’est Niort.

Si l’on regarde la taille des villes (des aires urbaines, plus précisément, c’est le découpage que j’ai retenu) en nombre d’emplois, Bordeaux est certes en pôle position, avec 517 351 emplois au recensement 2014, contre 71 324 pour Niort, soit 7 fois moins environ. Mais bon, à ce compte-là, Pékin, Bombay et São Polo sont plus métropoles que New-York, Londres et Paris.

Une autre façon de mesurer la « métropolisation » consiste à regarder ce que pèsent les fonctions d’emploi dites métropolitaines, ou bien, au sein de ces fonctions d’emploi, le sous-ensemble des cadres des fonctions métropolitaines, censés assurer des fonctions de « commandement » (je laisse ouverte la question de la qualité dudit commandement).

Qu’est-ce qu’une fonction métropolitaine, me direz-vous ? C’est une notion forgée par l’Insee, à partir d’une agrégation des 486 professions en 15 fonctions d’emploi. 5 de ces 15 fonctions sont dites métropolitaines (conception-recherche, commerce interentreprises, gestion, culture-loisir et prestations intellectuelles), sur la base d’une analyse de leur géographie : les fonctions métropolitaines sont les fonctions surreprésentées dans le haut de la hiérarchie urbaine. Définition tautologique s’il en est, qui mériterait pas mal de discussion, mais bon, c’est une façon de mesurer le phénomène et son évolution.

Sur la base des données disponibles, on peut donc calculer pour chaque aire urbaine ce que pèsent, dans l’ensemble des emplois, les emplois des fonctions métropolitaines, ainsi que le poids de l’ensemble des cadres des fonctions métropolitaines.

Sur l’ensemble des 771 aires urbaines, la part moyenne des fonctions métropolitaines est de 27,4%, celle des cadres des mêmes fonctions est de 11,4%. Regardons ce que cela donne en Nouvelle-Aquitaine.

S’agissant de l’ensemble des emplois des fonctions métropolitaines, c’est Niort qui est en tête, avec une part de 34,7%, contre 28,4% pour Bordeaux. Viennent ensuite Pau (26,1%), Cerizay (23,3%), Poitiers (23,2%) et la Rochelle (23,1%), tout ça pour le recensement 2014 (qui correspond en fait à une interrogation quinquennale qui couvre la période 2012-2016).

Pour les cadres des fonctions métropolitaines, Niort est toujours en tête de la région, avec une part de 12,7%, contre 11% pour Bordeaux, 9,8% pour Pau, 7,3% pour Poitiers et 7,2% pour la Rochelle.

France entière, sur l’ensemble des aires urbaines de « grande taille » (les 68 aires urbaines de plus de 50 000 emplois), Niort se classe d’ailleurs juste derrière Paris (38%) mais devant Toulouse (32,6%), Lyon (32,5%) et Nantes (32,1%), Bordeaux n’arrivant qu’en 15ème position. Pour les cadres des fonctions métropolitaines, Niort recule au 6ème rang (derrière Paris, Toulouse, Grenoble, Lyon et Montpellier), Bordeaux remonte au 11ème rang (Nantes, Lille, Rennes et Marseille s’intercalent entre les deux prétendants).

La métropolisation étant l’avenir incontournable de la création de richesses et d’emplois pour la France, je préconise donc, logiquement, que l’on concentre l’ensemble des pouvoirs régionaux sur la ville de Niort, plutôt que sur Bordeaux, largement reléguée.

Related posts:

8 commentaires sur “Niort, première métropole de Nouvelle-Aquitaine

  1. J’enfonce sans doute une porte ouverte, mais il me semble que cette définition va sur-pondérer le caractère métropolitain de villes en crise. Pour celles-ci, on peut penser que les emplois totaux (dénominateur) vont baisser plus vite que les emplois liés à l’administration publique (qui font figurer de manière forte dans le numérateur).

    Après, pour Niort, sa spécialisation historique dans les mutuelles en fait un cas assez atypique en France.

    • Sur le premier point, bof, d’autant que les emplois publics ne sont pas trop dans les fonctions dites métropolitaines (même si en fait, sur la période étudiée, la fonction « administration publique » devient plus concentrée que d’autres fonctions métropolitaines).
      Pour la spécialisation de Niort dans les mutuelles, oui, c’est l’explication. Niort est atypique, donc. Toulouse aussi, avec l’aéronautique. Paris aussi, avec la concentration de beaucoup de pouvoirs en son sein. Et puis Grenoble, aussi, pour d’autres raisons. Donc: à partir de quand convoque-t-on des raisons « atypiques » ?

  2. Pas certain qu’Alain Rousset se remette rapidement de ce beau scoop ! Il fallait qd même la dénicher cette info ! Chapeau bas !

  3. Bonjour Olivier,
    Merci pour votre analyse qui flatte mon ego de Niortais.
    Comme l’a dit Confucius « une image vaut mille mots », étant spécialisé pour ma part dans l’analyse visuelle et la dataviz, je souhaite vous proposer mon concours (gracieusement) pour traduire vos données en cartographies et graphiques appropriés. Je réalise des visualisations avec le logiciel « Tableau » qui est gratuit pour les étudiants et les enseignants.
    Si ma proposition vous intéresse vous pouvez me contacter via LinkedIn.

  4. Ping : Niort, première métropole de Nouvelle-Aquitaine – Pour une info rouge et verte dans la Vienne

  5. Comme quoi les tronches du CRIEF / TEIR peuvent toujours nous surprendre
    et nous apporter la vraie connaissance .
    Que la bête continue de bouger et de bousculer pour notre plus grand
    plaisir …. Sacré Olivier !
    Ceci dit, l’analyse est quand même un peu tirée par les stats que tu as dû brasser;
    mais ça permet de claquer un peu le bec aux bordelais qui ont toujours tendance
    à se la péter un peu trop avec la LGV, le prix de l’immobilier et les fusées …
    Allez Olivier, encore quelques-uns comme ça et on rapatrie toute la matière
    grise dans le Marais poitevin (après étude CDC évidemment …) !
    Et vive la France périphérique !
    JP Michel .

  6. pas étonnant.. en effet sur l’agglomération urbaine de BX on trouve surtout en augmentation les faux emplois .. les métiers illusoires …c’est essentiellement l’effet d’aubaine du marché immobilier qui attire des gens en rupture de trajectoire professionnelle .. je ne stigmatiserai personne mais ce modèle correspond parfaitement aux conclusions de Thomas Piketty le revenu du capital se trouve privilégié au détriment du salariat.. j’espère que vincent Feltesse prendra enfin conscience de cette problématique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *