Innovation, Success Stories, Failure Stories, ce genre de choses…

Petit billet complémentaire à celui posté par Alexandre Delaigue, qui indique que l’innovation, ben… c’est bien… oui… mais peut-être moins important qu’on l’imagine… Que la maintenance de choses très banales, c’est important aussi, même si ça fait moins rêver… Message auprès des décideurs qui s’égareraient par là, lisez son billet : ce qui ne tue pas rend plus fort, ce genre de choses, vous connaissez…

L’idée est de livrer en complément quelques interrogations par rapport à ce sujet qui passionne les foules (ou pas).

  1. la plupart des chercheurs et des politiques ont en tête la séquence : innovation=croissance=emploi. Il faut donc soutenir l’innovation, à toutes les échelles. Ce faisant, on occulte la distinction essentielle entre l’innovation et la diffusion de l’innovation. Ce qui est source de croissance et d’emploi, c’est moins l’innovation stricto sensu (introduction d’un nouveau produit, procédé, mode d’organisation au sein d’une entreprise) que sa diffusion à l’ensemble du système économique. On ferait bien de consacrer moins d’argent à tenter de repérer le nouveau Steve Jobs qu’à favoriser la diffusion des innovations passées dans l’ensemble du système (en la matière, les innovations organisationnelles sont les parents pauvres du système, sphères publiques et privées comprises. Il y a du boulot, pourtant),
  2. Le top du top, pour le politique, c’est donc de se doter d’un système permettant de détecter les futurs innovateurs (les futurs Steve Jobs, Bill Gates, etc.), histoire de se dire que si on investit quelques millions d’euros sur un projet, autant que ce soit le bon, que ce soit la pépite. Sauf qu’il y a contradiction dans les termes : si on était capable d’identifier à l’avance l’innovation de rupture, ce ne serait plus une innovation de rupture, juste un truc un peu nouveau, un peu anticipable. L’innovation de rupture, par définition, c’est l’innovation non anticipable, celle qu’on ne peut pas détecter, à l’avance. Autant arrêter de la chercher : on ne la trouvera pas.
  3. Quelle solution alors, pour le politique ? Favoriser le bouillonnement, le jeu d’essais/erreurs, savoir qu’il y aura beaucoup d’essais, beaucoup d’erreurs, quelques réussites. Ne pas se dire qu’un type qui a planté un projet, c’est une planche pourrie (mal français par excellence), regarder ce qu’il a fait, pourquoi il s’est planté, le soutenir de nouveau, en fonction. Se méfier des chasseurs de prime, aussi, diversifier son portefeuille, quoi.
  4. Décentralisation oblige, ce réflexe « cherchons l’innovateur sur notre territoire pour avoir la croissance et l’emploi » se déploie à toutes les échelles. Avec un angle mort, à chaque fois, une question qui reste ouverte : est-ce que la géographie de l’innovation est la même que la géographie de la croissance et de l’emploi ? Un innovateur localisé dans la région X peut développer de l’activité et de l’emploi dans la région Y. Pas beaucoup d’études sur le sujet, pour l’instant, tout le monde raisonne comme si lieu d’innovation, de création de richesses et d’emplois se superposaient. Mon intuition est que non, que ce n’est pas très grave si on raisonne en termes d’intérêt général, que c’est très grave si on raisonne en termes de retombées locales des dépenses publiques, que ce faisant la décentralisation peut faire du mal si elle consiste à faire croire que tous les territoires sont en concurrence les uns avec les autres, que C’EST MAL si un innovateur toulousain créée de l’emploi à Bordeaux (ou l’inverse), ce genre de chose.
  5. Schumpeter a dit des choses passionnantes sur l’innovation, mais il a fait beaucoup de dégâts, aussi, lui ou ses thuriféraires : genre le type tout seul dans son garage, qui développe une invention géniale, lui tout seul, vraiment tout seul, mec. En fait, désolé de vous décevoir, ce type n’existe pas. Un mec tout seul, vraiment tout seul, il n’innove pas : il se suicide. L’innovation est un truc très collectif, dont les motivations sont très hétérogènes, qui parfois aboutit, parfois n’aboutit pas. L’innovateur est un type très banal, au final, qui ressemble au serial killer dont ses voisins vous parlent, dans les journaux télé : « il avait l’air normal, il avait l’air gentil, franchement, je ne comprend pas… ».
  6. Ce qui manque le plus, dans les médias, dans la tête des politiques, dans la recherche, ce n’est pas une histoire des success stories, c’est une histoire des failure stories, des mecs qui se plantent grave, des échecs, quoi. Pas pour se moquer d’eux, juste parce que c’est nous. J’ai toujours été amusé de l’appétence des médias (des politiques, des chercheurs) pour les trucs qui ont fonctionné. Le créateur de start-up devenu multimillionnaire. L’acteur à l’affiche d’un blockbuster. Le romancier à succès. Vous trouverez toujours un passage, dans l’article, quand le mec ou la nana vous explique que « ça a été dur, que j’ai beaucoup bossé pour ça, que c’est sans doute une des clés expliquant mon succès ». Je pressens que si on interrogeait le créateur de start-up qui a lamentablement échoué, l’acteur qui se rêvait tout en haut de l’affiche (mais non, colleur d’affiche, à la limite!), le romancier qui se voyait prix Goncourt (mais non mon gars c’est nul ton truc!), tous auraient dit que « ça a été dur, j’ai beaucoup bossé pour ça, mais en fait, aujourd’hui, je suis …[Complétez comme vous voulez]».
  7. On peut assez facilement transposer au monde de la recherche ce que je viens de dire au sujet de l’innovation. Parce que le lien c’est Recherche=innovation=croissance=emploi. Mais en fait non. Parce que le lien recherche/innovation, c’est compliqué. Parce que le lien innovation/croissance, c’est compliqué. Parce que le lien croissance/emploi c’est compliqué (quoique, par rapport aux autres, c’est le moins compliqué. Comme quoi, toute relation n’est pas nécessairement compliquée). Les politiques ont plutôt tendance à demander « quels sont les excellents, qu’on mise tout dessus? », en oubliant que l’excellence d’hier ne dit rien de demain. Bon, je ne développe pas, j »en avais parlé ici. Je reste persuadé qu’arroser un peu large est la meilleure option.

Avec tout ça, j’en oublie le sujet… Ah  oui, l’innovation ! Ah oui, l’innovation. Ah oui, l’innovation…

Related posts:

Un commentaire sur “Innovation, Success Stories, Failure Stories, ce genre de choses…

  1. Sur ce thème « Innovation 50 success stories, ruptures, héritages et coups de génie » paru chez Dunod en mars 2017, vous intéressera probablement. Thierry Bouron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *