Effort de Recherche : le match France-Allemagne

Pour mesurer l’effort de recherche des pays (ou régions, secteur, entreprise, etc.), on utilise le plus souvent comme indicateur l’intensité technologique, rapport des dépenses de Recherche et Développement au PIB. En 2000, l’Europe, dans le cadre de la stratégie de Lisbonne, s’est fixé pour objectif d’atteindre une intensité technologique de 3% pour… 2010. N’y étant pas parvenu, le même objectif est maintenant assigné pour 2020.

A l’heure où la référence ultime semble être l’Allemagne, on peut s’interroger sur l’évolution de l’effort de recherche entrepris en France comparativement à son voisin allemand. On obtient ce graphique (données Eurostat) :

Au milieu des années 1990, le « score » de la France était légèrement supérieur à celui de l’Allemagne. Il est depuis inférieur, pour représenter en 2010 environ 80% du ratio allemand.

Quitte à se situer dans une stratégie d’imitation vis-à-vis de l’Allemagne, je suggère à nos politiques de l’imiter sur ce plan là plutôt que sur d’autres…

 

Related posts:

3 commentaires sur “Effort de Recherche : le match France-Allemagne

  1. L’analyse et la suggestion sont un peu simples à mon goût… L’effort de recherche est la somme de la recherche publique et de la recherche privée. En France et en Allemagne, l’effort public est de l’ordre de 1%. L’écart entre le 2.2% et 2.8% vient donc de la recherche privée, soit environ 1.2% pour la France et 1.8% pour l’Allemagne. Or la R&D est effectuée à 90% par l’industrie, et l’Allemagne dispose d’une industrie en gros 2 fois plus puissante que celle de la France. Ces chiffres sont donc cohérents : l’effort de R&D français plus faible est lié à sa faiblesse industrielle. La seule politique possible est non pas de favoriser plus la R&D, mais de savoir comment développer l’industrie en France. Un certain nombre de mesures gouvernementales depuis 5 ans va dans le bon sens, mais il y a un grand effort à fournir encore.

  2. Je ne sais pas ce que recouvre le terme « recherche publique » (que celle financée et réalisée dans des établissements publics, ou aussi celle réalisée dans l’industrie avec des aides publiques), mais pour le dernier cas (aides publiques à la recherche industrielle), on est très en-dessous de l’Allemagne dans un certain nombre de domaines. Même les anglais se remettent à faire de la subvention à la recherche industrielle!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *