Made in France vs. Made in Monde

Je découvre dans cet article (via EcoInter View) le petit tableau ci-dessous, traduit et complété par mes soins.

Balance commerciale des Etats-Unis pour l’iPhone, en 2009 (millions de dollars)

Chine Japon Corée du Sud Allemagne Reste du Monde Monde
Mesure traditionnelle -1901.2 0 0 0 0 -1901.2
en % 100% 0% 0% 0% 0% 100%
Mesure en valeur ajoutée -73.5 -684.8 -259.4 -340.7 -542.8 -1901.2
en % 4% 36% 14% 18% 29% 100%

 

Il s’agit d’un tableau résumant la balance commerciale des Etats-Unis, en 2009, pour un seul produit, l’iPhone. La mesure traditionnelle du commerce montre que les Etats-Unis payent 1901.2 millions de dollars à la Chine, qui assemble ce produit. Une mesure révisée, en valeur ajoutée, modifie totalement notre perception : la Chine, pour assembler l’iPhone, importe beaucoup du Japon, de l’Allemagne, de la Corée du Sud et d’autres pays encore. Si l’on déduit des exportations chinoises d’iPhone les importations chinoises nécessaires, les Etats-Unis ne payent plus que 73.5 millions de dollars à la Chine, soit 4%, contre 36% au Japon ou 18% à l’Allemagne.

J’avais déjà parlé de l’importance de l’analyse du commerce international en valeur ajoutée ici et . Je voulais en remettre une couche, vu le débat politique actuel sur le fabriqué en France :

Sarkozy/Jego proposent de labelliser « Origine France Garantie » les produits dont plus de 50% de la valeur ajoutée est française. Bayrou a fait du « Fabriqué en France » un point essentiel de sa campagne. Sur la base de ce critère, on observe que l’iPhone est un produit Made in Nulle Part. Ou plutôt Made in Monde,

* Le Japon et l’Allemagne ne peuvent pas revendiquer que l’iPhone est un pays respectivement Made in Japan ou Made in Germany. Mais ils sont très bien positionnés dans la chaîne de valeur ajoutée de ce produit Monde,

* On peut donc opposer deux stratégies en matière de politique industrielle : i) la stratégie Sarkozy/Jego/Bayrou, qui vise à soutenir la production de biens Made in France vendus en France, ii) la stratégie Japonaise ou Allemande, qui vise à être bien placé dans les processus de production de produits Made in Monde vendus… partout dans le Monde.

Personnellement, je ne sais pas, mais alors absolument pas, quelle est la meilleure stratégie…

Related posts:

8 commentaires sur “Made in France vs. Made in Monde

  1. Article très intéressant, merci.

    Est-ce que l’on ne pourrait pas considérer que le label « France », quelque soit sa déclinaison, est, en plus
    de tout le reste, un avantage pour mieux vendre le produit au reste du monde, comme l’est la qualité allemande pour les voitures, ou le Swiss made dans l’horlogerie ?

    Chacun sait plus ou moins que les allemands ne produisent pas la totalité des composants des voitures, mais
    le fait que la valeur ajoutée provienne essentiellement d’eux est un argument commercial, qui fonctionne comme une garantie sur la qualité et la marque.

    On pourrait imaginer que cela soit le cas en France avec des produits phares (mode, gastronomie,
    aéronautique, automobile). N’est pas déjà d’ailleurs cas avec le champagne? Ce dernier se vendant bien mieux que le vin pétillant espagnol ou du reste du monde, sans que leur qualité soit remise
    en cause.

    Enfin, il y a peut-être un aspect psychologique, être fier des produits et de la production française, pour
    mieux la consommer à l’intérieur, et la vendre à l’extérieur.

  2. Certains japonais se fécilitent de ce résultat aussi à travers le fait qu’ils ont réussi à obtenir un complet renversement de tendance par rapport à l’iPhone 1, dont aucun des composants ne
    venaient du Japon.

    cf ici http://blog.globis.co.jp/hori_english/2011/12/launch-of-the-g.html

    “The ratio of iPhone components made in Japan was zero at first, but Japanese-made components were estimated to account for nearly 57% in the new iPhone 4s model,” noted Koll. “And these
    components offer a degree of precision only Japanese manufacturers could achieve.”

    Encore que l’histoire de ce changement est probablement plus complexe, et vaudrait surement la peine d’être regardée en détail.

  3. Je le réalise après coup, si le chiffre cité est exact (il peut aussi y avoir erreurs, ou divergence de méthodologie, c’est 57% ne soleur ajoutée) mais même s’il ne l’est qu’à peu près, le Japon
    a encore donc depuis 2009 renforcé sa position déjà majoritaire sur l’Iphone

    Le moins qu’on puisse c’est que la stratégie suivie donne des résultats vraiment efficace, ça relativise tous les discours sur le Japon vieillisant, ayant perdu la main, en train de couler dans
    ses dettes et sa déinflation, etc.

  4. Ping : La fragmentation des processus productifs | Olivier Bouba-Olga

  5. bravo pour l’article, très intéressant.
    Par contre, je ne retrouve pas un élément: c’est la valeur ajoutée de la distribution de l’iPhone aux Etats-Unis. Parce qu’ici on parle essentiellement de fabrication/production, mais j’ai le sentiment que c’est la distribution et le marketing qui captent l’essentiel de la valeur ajoutée (ce qui, dans une perspective « nationale », n’est pas forcément un mal!).
    Qu’en pensez-vous ?

  6. Ping : Panneaux solaires : le protectionnisme inutile | Classe éco | Francetv info

  7. Ping : En finir avec la compétitivité (1/2) | Des hauts et débats

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *