Vous avez dit chômage des femmes?

Via Xavier Molénat, je découvre cet article de Christiane Marty sur le chômage des femmes, dans lequel elle
déplore l’absence de traitement politique du sujet : on s’intéresse au chômage des jeunes, des seniors, voire des minorités, mais pas à celui des femmes, pourtant supérieur systématiquement à
celui des hommes (à l’exception de 2009).

Comme
pour le taux de chômage des jeunes
, on peut cependant aller plus loin dans l’identification du problème en brassant quelques statistiques, que l’on peut trouver ici. L’idée est toujours la même : le taux de chômage est le rapport entre chômeurs et population
active, il est d’autant plus élevé que le numérateur est élevé et/ou le dénominateur est faible. Identifier ce qui joue le plus dans les écarts de taux de chômage homme/femme est donc important :
le problème est-il qu’elle participe moins (taux d’activité plus faible), où que, quand elles participent, elles souffrent plus du chômage? Voici les chiffres (source Insee, chiffres provisoires
du 3ème trimestre 2011) :


  hommes femmes ratio total
taux de chômage 8.8% 9.8% 1.11 9.3%
part au chômage 6.6% 6.5% 0.98 6.6%
taux d’activité 74.8% 66.1% 0.88 70.4%

 

Résultat : le taux de chômage des femmes est plus élevé que celui des hommes, mais ceci est dû à un taux d’activité beaucoup plus
faible. Si l’on regarde la part des personnes au chômage plutôt que le taux de chômage, on observe même qu’elle est plus faible pour les femmes.

Implication : la réduction de l’écart de taux de chômage entre hommes et femmes passe sans doute plutôt par des actions pour faire
monter leur taux d’activité.

Related posts:

3 commentaires sur “Vous avez dit chômage des femmes?

  1. J’ai du mal à comprendre cette volonté d’opposer chomage des hommes conttre chomage des femmes. Je comprends et je soutiens les revendications telles que « à travail égal, salaire égal » ou « pas de
    discrimination à l’embauche ». Mais si on se place à nombre de postes de travail constant, cette opposition signifie qu’il faudrait que le taux de chomage des hommes augmente pour que celui des
    femmes dimionue, ce qui ne résoudrait rien. Et quand une usine de confection le plus souvent occupant des salariées femmes, ferme, il faudrait fermer une usine de mécanique pour compenser.

    Mme Marty se trompe de combat

  2. On peut vouloir baisser le taux de chômage des femmes (idem des jeunes/seniors/etc) sans faire monter celui des autres catégories. L’hypothèse « si on se
    place à nombre de postes de travail constant » n’est pas recevable, un accroissement de la participation se traduit par un accroissement de ce nombre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>