Lune Terre Soleil Tourne Qui Autour ?



Un partenaire de footing et néanmoins ami (sauf quand il essaie de courir plus vite que moi), prof de physique-chimie dans un lycée poitevin à ses heures perdues, a décidé de poser à deux classes de seconde
la terrible question du jeu de Jean-Pierre Foucault. Pour mémoire, dans le jeu télévisé, 56% des personnes ont répondu que le Soleil tournait autour de la Terre.

En fait, il a posé la question suivante : "Quel astre gravite autour de la terre?" avec quatre réponses possibles : A : la lune, B : le soleil, C : mars, D : Vénus. Résultat des courses :

A – La Lune 70%
B – Le Soleil 11%
C – Mars 8%
D – Vénus 11%

 Les résultats sont significativement supérieurs à ceux du public de TF1 (c’est peu dire) et conformes à ceux de l’étude européenne posant une question approchante (29% d’erreur à l’item "le Soleil tourne autour de la terre : vrai/faux").

Complément important : ayant échangé avec certains élèves, on s’aperçoit qu’une partie a été piégée par le vocabulaire. Certains savaient que la lune tourne autour de la terre, mais n’étaient pas sûr que la lune était un astre. D’autres s’interrogeaient sur le terme "gravite". De plus, comme le signale mon partenaire de footing et néanmoins ami "ceux qui ne répondent pas "réponse A la lune" sont-ils pour autant nuls en sciences ? pas sûr, car à coté de cet exemple où la mise en situation et l’énoncé de la question peuvent déstabiliser, certains s’étant trompés sont capables par ailleurs de se livrer à une réelle démarche scientifique ( appréhender une situation, formuler une hypothèse argumentée, élaborer un protocole expérimental pour valider l’hypothèse, modéliser …)".

Proposition, donc : si des enseignants sont intéressés pour faire passer le questionnaire à différentes classes, ou groupes de classes, on pourrait imaginer des variantes dans la formulation de la question, et voir si les résultats sont modifiés, histoire de discriminer entre connaissances en science et connaissances en français. Par exemple :

G1 : qu’est-ce qui tourne autour de la terre?
G2 : qu’est-ce qui gravite autour de la terre?
G3 : quel astre tourne autour de la terre?
G4 : quel astre gravite autour de la terre?

N’hésitez pas à m’envoyer vos résultats, je les mettrai en ligne au fur et à mesure.

Related posts:

18 commentaires sur “Lune Terre Soleil Tourne Qui Autour ?

  1. La question telle qu elle est posée et beaucoup trop imprécise pour admettre une réponse correcte.

    La première des choses est de considérer le référentiel dans lequel on se place. Ainsi dans le référentiel de la Terre, le Soleil « tourne autour » de celle-ci, la Lune aussi et la Terre est immobile.
    Dans le référentiel du Soleil, la Terre « tourne » autour de celui-ci.

    De plus que ce soit « graviter » ou « tourner » ce ne sont pas des verbes adéquates.
    « Graviter autour » n’a pas de sens physique précis et relève du langage courant. On peut le comprendre dans le sens de « tourner autour » avec cette idée de subir les lois de la gravitation.

    Quant à « tourner autour » il est trop vague. Qu’est ce que cela veut dire ? Décrire un cercle, une ellipse, parcourir une trajectoire qui passe par un même point, ou considérer que la trajectoire soit inclue dans un volume bornée (dans ce cas là Venus tourne aussi autour de la Terre) ?

    Suivant le choix de cette définition, toutes les réponses sont bonnes !

    Une question type de ce genre de problématique plus adéquate serait :
    Dans le référentiel X, quelle est la trajectoire de Y ?
    A cette question est suivant les approximations considérées on peut répondre que dans le référentiel terrestre, la Lune décrit une ellipse (ou un cercle qui est une ellipse particulière) dont l\\\’un des foyer est la Terre.

    • olaa t es sacrement douté toi, sinon je ne suis pas sur d avoir pu comprendre la 1ere partie « La première des choses est de considérer le référentiel dans lequel on se place. Ainsi dans le référentiel de la Terre, le Soleil « tourne autour » de celle-ci, la Lune aussi et la Terre est immobile. »

  2. Il faudrait signaler aux élèves que ce contrôle est noté, afin d’éviter le biais provoqué par le "foutage de gueule" que l’on est tous tenté de faire, en général à cet âge, lors d’un tel test. :o)Ce genre de biais sont généralement combattus lors de véritables études en psychologie, me semble t’il. Par exemple, l’expérience de Milgram n’aurait pas été la même si l’on avait demandé directement à des individus : "seriez-vous capable d’envoyer des décharges électriques d’une puissance quasi-mortelle au sein d’un autre organisme humain si un docteur vous le demandait dans le cadre d’une expérience scientifique ?".AJC

  3. Il faudrait peut-être aussi tenir compte de deux autres paramètres :
    – le milieu social des élèves
    – le fait qu’être au lycée, c’est déjà avoir franchi une étape du système scolaire.

  4. C’est vrai qu’il y a quand même un gros paquet de biais possibles…Me semble pas que de tels résultats soient réellement significatifs vu que l’on oublie tout cela…AJC

  5. euh … on peut quand même s’interroger, certain raisonnement ci-dessus, en gommant toute notion de progressivité des apprentissages ( comme vous et AJC le faites remarquer ) ne participent ils pas amplement de la fabrication de l’inculture générale …

  6. Ce qui aurait été aussi  très intéressant, c’est de savoir si les 70% qui ont répondu "la lune", sont capables d’une réelle démarche scientifique ( appréhender une situation, formuler une hypothèse argumentée, élaborer un protocole expérimental pour valider l’hypothèse, modéliser …)".

  7. Je ne critique pas les réponses des étudiants et n’attend pas d’eux en seconde le raisonnement que j’ai tenu.
    Ce que je critique ce sont les commentaires moqueurs qui ont lieu suite à ce genre de questions et que j’ai vu lors du précédent billet sur ce sujet.
    Le « ha ha ils sont nuls ils ne savent pas que la terre tourne autour du soleil et pas l’inverse »
    Alors que ceux qui tiennent ce genre de discours ont simplement substitué à une connaissance académique (« le Soleil tourne autoir de la Terre ») une autre (« La Terre tourne autour du soleil ») sans se poser la question de sa pertinence et sans comprendre ce qu’il y a derrière. Encore une fois ce n’est pas grave de ne pas savoir. Ce qui est dérangeant c’est d’être persuadé que l’on sait alors que ce n’est pas le cas.

    Comme l’a souligné Olivier dans ce billet répondre juste ou faux à cette question ne préjuge en rien de la qualité scientifique des étudiants. De plus le flou de la question telle qu’elle est posée montre que ceux qui la posent ne maîtrisent pas non plus le sujet. C’est ça qui est amusant.
    Autrement dit, on se focalise sur cette question en faisant un enjeu d’évaluation alors qu’elle n’a aucun sens.

    Oui bien sûr il faut une progression dans l’apprentissage et on ne peut balancer immédiatement une grosse théorie. Seulement il ne faut pas mélanger moyen et finalité.
    Soyons honnête, je ne suis pas persuadé que tout ceux qui ont répondu que le Soleil tourne autour de la Terre ont fait les petits malins comme je l’ai fait plus haut. Plus vraissemblablment, ils se placent naturellement dans le référentiel terrestre et voient le soleil tourner sans avoir conscience qu’il est possible de changer de point de vue.

    En celà l’affirmation « La Terre tourne autour du Soleil » peut sembler plus juste car elle fait preuve d’une démarche intellectuelle supplémentaire en quittant le point de vue de tous les jours.
    C’est en celà qu’est importante la révolution copernicienne : pas par le remplacement d’une connaissance par une autre mais par l’apport d’un nouvel outil conceptuel, le changement de référentiel.
    Et si on se complait dans l’affirmation « La Terre tourne autour du Soleil » en oubliant ce changement de point de vue, on passe à côté de la compréhension.

    Cette affirmation que l’on enseigne peut donc être utile et nécessaire à l’apprentissage mais ce focaliser la dessus et en tirer quoique ce soit sur le niveau des élèves, c’est comme juger la solidité d’un bâtiment à la qualité de son échaffaudage.

    Bien sûr dans la vie de tout les jours, lorsque l’on demande si la Terre tourne autour du Soleil ou l’inverse, la question contient implicitement le référentiel dans lequel on se place. Seulement il faut se méfier de l’implicite. Par exemple, le public de Qui veut gagner des millions n’a apparement pas le même référentiel implcite.
    Une petite anecdote pour se méfier de l’implicite. En 1999, la sonde Mars Climate Orbiter se crashe sur la planète rouge. Pourquoi ? Parce qu’il y a eu une confusion entre les mesures anglo-saxonnes et les mesures métriques. Ce qui était naturel pour certain n’était pas naturel pour d’autres.

    J’en finis avec une dernière remarque préciser le réferentiel n’est pas une lubie de physicien pour se donner des airs plus scientique. Cette notion de changement de référentiel est fondamentale dans l’histoire de la mécanique. On l’a vu plus haut avec Copernic. La relativité restreinte d’Eintein répond à cette simple question : que ce passe-t-il quand on change de référentiel galiléen (une classe de référentiel particulière) ?

    • Par hasard je tombe sur ces intéressantes remarques.

      Je permets de lancer celle-ci : la relativité des points de vue, ou des référentiels, n’implique pas leur équivalence. Il y a de bonnes raisons d’affirmer que l’énoncé « la terre tourne autour du soleil » a un contenu de connaissance supérieur à  » le soleil tourne autour de la terre ».
      Il est inconséquent de passer de la relativité au relativisme.

      • Le système Terre-Lune pivote sur son centre gravitationnel, qui est dans la sphère terrestre. Et le système solaire pivote également sur son propre centre gravitationnel, barycentre de toutes les masses du soleil, des planètes, des lunes et des comètes. Youpi, le manège !

        • Non, je me suis trompé.
          Le système Terre-Lune pivote, dans le référentiel solaire, sur son centre gravitationnel, qui est dans la sphère terrestre.
          Et le système solaire pivote également, dans le référentiel galactique, sur son propre centre gravitationnel, barycentre de toutes les masses du soleil, des planètes, des lunes et des comètes.
          Mais tous les référentiels ne sont pas équivalents : leur hiérarchie dépend de leur masse totale.

          • Et là, on touche à la capacité de se situer dans l’Univers, ce que n’aiment pas beaucoup les théologies basées sur la lecture littérale de certains livres datés.

          • Ce qui est rigolo, c’est qu’il est possible d’écrite des équations décrivant le mouvement de l’Univers autour de moi, parce que c’est vrai, tout tourne autour de moi :)))

  8. Questions bêtes et méchantes : qu’est ce qu’on en a à faire, et surtout, en quoi cette question est si importante ? Que l’on sache que la Terre tourne autour du Soleil ou de Jupiter, c’est plus anecdotique que scientifique : combien sauront vous expliquer pourquoi ? Ou quelle est l’utilité d’une telle information ? Cette question tient plus de la culture générale et non des aptitudes scientifiques des populations interrogées… Elle est comparable -en économie par exemple- à la connaissance du taux de chômage Français d’une population soumise à enquête, avec comme conclusion finale "les Français s’y connaissent beaucoup/peu en économie". Ou alors : "connaissez-vous l’importance du PIB de l’année dernière ? Non ? Vous n’avez que peu de compétences en économie…". Et même si cela ne constitue pas le même type de "culture générale" (La connaissance de ce qui tourne autour du Soleil étant plus répandu et "indispensable" socialement par rapport à la connaissance du PIB de l’année dernière.), cela ne constitue en rien une véritable capacité dans les domaines liés. (Astronomie/physique ou économie.) Non seulement nous ne savons que trop peu de choses au sujet d’un protocole expérimental (Indispensable.), il peut exister pas mal de biais possibles, mais en plus cela ne répond pas vraiment à la question posée… (Au sujet des aptitudes scientifiques des Français ou des populations visées.) En gros, si j’ai bien compris (Une partie de…) votre orientation jusqu’à présent, il s’agit malheureusement d’un type de démarche que vous n’appréciez guère… (Généralisant peut-être de manière abusive et à la démarche peu scientifique.) Respectueusement, AJC PS : je crois que c’est le personnage de Sherlock Holmes qui préfère ignorer ce genre de "détails" astronomiques. Marrant.

  9. Cette histoire me fait songer au système éducatif actuel où le contrôle des connaissances repose sur des consensus communément admis par les spécialistes de chacunes des matières enseignées.Quelque part, ces paradigmes "dominants" tendrait à restreindre les facultés de relativisation de chacuns, qui n’auraient d’autre choix que de se soumettre à ce consensus pour avoir une chance d’être reconnu par ses compères, via des examens qui favoriseraient un certaine logique.Certe, le système n’est pas à remettre en cause car il faut bien commencer l’éducation par son début.Mais ne peut-on pas penser qu’ il y ait une certaine perte de substance -des gens dont la compréhension diffèrente du monde ne permettrait pas d’être révèlée car contraint à rejoindre un système de pensées dominant- et que par là l’approche de nombreux paradigmes se fermeraient d’eux même?Je pense à la médecine occidentale que l’on peut comparer aux médecines orientales, où les méthodes diffèrent et répondent chacuns à leur manière à une attente (soigner un mal). Par exemple nous avons beaucoup de mal à concevoir le fait qu\\\’à l’aide d’une simple aiguille appliquée sur un orteil, la probabilité de retournement (dans le bon sens) d’un bébé dans le ventre de sa mère et bien plus élevée que n’importe quelle thérapeutique occidentale (sans aller jusqu’à la chirurgie…)De même pour la recherche, toujours autant de paradigmes manquant pour concevoir de nouveaux axes.Bien que l’on soit dans une socièté de la critique, où le recul sur les choses sert de référence pour avancer, ne sommes nous pas piègé dans ces enchevétrements de paradigmes qui finalement nous échappent? Et d’en avoir pris conscience de certains ne nous empêcherait-il pas d’en concevoir d’autres? C’est en celà que les modèles de pensée seraient un frein. Bien des "génies" sont autodidactes, et ce n’est sans doute pas pour rien. (la réciproque n’est pas forcement vrai)

  10. a mon avis ,  il n’ya pa de manièrre a prouver que c’est la terre qui tourne autour du soleil et qu’elle tourne autour d’elle meme :  il y a une manièrre tres simple qui prouver que la
    terre ne tourne pa (je n’en sui pa sur) , veillez imaginer la situation : si la terre tourne autour d’elle meme a une vitesse X , si l’avion décole du poin A en esseillan de tourner au meme sense
    que la terre  et a la meme vitesse X que la terre , elle restera dans la meme position tans qu’elle gard la vitesse (car la distance parcouru par la terre seras la meme distance parcouru par
    l’avion) , se qui prouve que la terre ne bouge pas .
     si la terre ne bouge pas , se la veux dire que c’est le soleil qui tourne au tour de la terre , en peu éxpliquer la suite des saison par la forme de la terre(qu’elle n’est pas en forme de
    ballon) . ceci explique les mouvement tectoniques des plaques . aussi en peu expliquer la suite des 6 mois de soleil dans les 2 pols(pol sud et pol nord) : en peu expliquer sa pars  la lois de
    la gravité  qui s’aplique entre la terre et le soleil , (la terre ne bougepas mes les plaques bouge …) et temps que les pols ne sont que de l’eau glacée ,  les frotement sont négligé ,
    c’est sa qui provoque que les pols tourne autour d’eux meme  vers le soleil , meme si les frotement sont négligé , elles existes , se qui ne permet pas au pols de passé 12 mois ensoleillé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *