Sham and science sur le balado Scepticisme scientifique! #vaccination

Petite note très courte pour vous signaler l’interview qu’a réalisée Jean-Michel Abrassart sur le balado « Scepticisme scientifique » où je parle de la vaccination. Dans le genre, je ne réponds pas à la question posée et je blablate sans m’arrêter en finissant par oublier la question posée, j’ai peut-être un potentiel dans la politique…La prochaine fois je prendrai des cours avec Le Pharmachien!

Grand merci à Jean-Michel qui a bien voulu changer son planning pour diffuser cette interview pendant la semaine de la vaccination (mettez-vous à jour!) et longue vie au scepticisme scientifique.

Voici le lien vers l’interview: http://pangolia.com/blog/?p=1404

Quelques erreurs/imprécisions dans mon discours m’ont été signalées, j’aimerais rectifier les plus grossières:
1. A propos de l’efficacité des vaccins, je mets en avant le chiffre de 95% d’efficacité, ce chiffre est juste si on ne prend pas en compte les vaccins de la grippe qui ont une efficacité généralement bien plus faibles (de 30 à 70%, on reviendra un jour sur les vaccins contre la grippe).
2. Je parle de « préservatifs » dans les vaccins, le terme correct est « conservateurs ». J’ai tellement l’habitude de lire et parler en anglais que je mélange parfois les langues.
3. Ce n’est pas la varicelle qui a été éradiquée mais la variole je confonds régulièrement les deux)!
4. Vers la fin de l’interview je parle de « gens de gauches » mais c’est bien évidemment aux mouvements anti-vaccins que je faisais référence.
5. Je parle aussi « d’avortements » alors que je voulais évidemment parler de « fausses couches ».
6. Enfin, les puristes me pardonneront de parler de « chiffres » quand j’expose des données concernant la vaccination.
D’autres choses auraient pu être plus claires, mieux précisées, plus détaillées, etc. Ce sera pour les prochaines occasions!

Related posts:

10 réflexions au sujet de « Sham and science sur le balado Scepticisme scientifique! #vaccination »

  1. Heliantus

    « Je parle aussi « d’avortements » alors que je voulais évidemment parler de « fausses couches » »

    Comme une fausse couche peut aussi être décrite comme un avortement spontané (spontaneous abortion), l’erreur est compréhensible 🙂

    « Vers la fin de l’interview je parle de « gens de gauches » »

    De fait, les mouvements anti-vaccins (ou anti-ogm, etc) tendent à couvrir l’ensemble du champ politique. Avec une certaine accumulation aux estrêmes de droite et de gauche.
    En simplifiant, à gauche, on est méfiant des grosses corporations privées. A droite, on n’aime pas que le gouvernement se mèle de tout. Les vaccins, c’est produit par Big Pharma, et c’est plus ou moins imposé par le gouvernement. Tout pour plaire.
    Et des deux côtés, on peut trouver du conservatisme supporté fallacieusement par l’approche naturalistique : bonne Mère Nature est aimante et parfaite, alors pourquoi chercher à améliorer (Mère nature nous fournit le botulisme et, voir plus haut, fait aussi dans la teratogenie – autant pour aimante et parfaite).
    Avec aux extêmes, à droite comme à gauche, une trace d’eugénisme (les maladies éliminent les « faibles ») et du mythe du bon sauvage (« en harmonie avec la Nature »). Allez dire ça aux indiens tués par la rougeole, ou la variole.

    Ce qui ne veut pas dire que tous les arguments des antis-x sont à rejeter. L’agressivité économique de Monsanto est me semble-t’il est un sujet viable de crainte. Ceci dit, la question est distincte des OGMs : Monsanto vendrait des graines ordinaires, que le problème serait le même. Et de fait, Monsanto et les autres grands céréaliers en vendent, avec des contraintes similaires pour l’exploitant agricole. Et les problèmes de biodiversité, de sur-production, d’épuisement des terres, etc, datent d’avant les OGMs. Y compris les suicides de producteurs de coton indiens (dès 1995; coton Bt introduit en 2002).

    tl:dr; Les arguments basés sur une vision rosée de Mère Nature sont fournis par des gens de droite comme de gauche et, comme tout argument se rapportant à un prétentu âge d’or, sont assez mal étayés.

  2. Sceptique

    L’obligation de certaines vaccinations, celles qui concernent les plus courantes et les plus graves, n’est pas faite pour les fabricants, mais pour rendre la meilleure possible la couverture vaccinale et faire obstacle à la diffusion d’une épidémie ( il est plus facile de circuler sur une plaine plantée de quelques arbres, que dans une forêt dense). C’est tout bêtement de la science, d’aucune couleur politique, jusque il y a peu (quelques dizaines d’années).

  3. Heliantus

    Euh, oui. Je parlais des opposants aux vaccinations et de quelques-uns de leurs arguments favoris. Vous n’avez pas à me démontrer l’intérêt de la vaccination de masse.
    (mais si mon propos n’était pas clair, merci pour la précision 🙂 )

    Tiens, en parlant de forêt, un truc (un peu hors sujet) que j’ai réalisé juste récemment.
    J’avais lu une comparaison entre la propagation d’une épidémie et une explosion nucléaire : un atome d’Uranium explose et libère 2 ou 3 neutrons. Ces neutrons peuvent être absorbés par d’autres atomes, et déclencher leur explosion, qui à son tour… Si moins d’un atome est « activé » par chaque explosion, la réaction va rapidement s’arrêter, si exactement un atome est touché, c’est maintenu, si plus d’un atome est touché, ça s’emballe (1 donne 2 donne 4… donne 1024…) et c’est finalement l’explosion de toute la masse.

    De la même manière, si une personne malade en contamine plus d’une autre avant d’éliminer son virus – ou d’être éliminée par le virus 🙁 – ça peut s’emballer jusqu’à ce qu’il n’y ait plus personne pour s’occuper des malades…
    D’où l’intérêt de la quarantaine et autres mesures d’isolation. Ou de prévention, comme réduire le nombre d’individus susceptibles, ou de réduire le temps pendant lequel ils sont susceptibles de transmettre leur maladie.

    Ce que je n’avais pas réalisé, c’est que quand on pratique l’agriculture, on crée une forte densité de population d’une plante donnée – ce qui favorise la propagation rapide d’une maladie ou d’une vermine, par comparaison avec un milieu sauvage.
    Je ne parle pas d’un petit jardin potager, mais des grandes exploitations dont le but est de produire assez pour faire vivre une famille.
    D’où nécessité de traiter plantes et bétails contre les nuisibles connus, si vous voulez récolter quelque chose de votre travail. Bien que ce ne soit pas « naturel ». Dans la nature, personne ne vient saupoudrer les arbres fruitiers sauvages de sulfate de cuivre.

    Mes excuses si j’ai l’air de radoter, c’est juste que… Disons que ça me semble un autre exemple où il ne faut pas confondre « naturel » avec « apte à résoudre nos problèmes ».

  4. Guillaume

    Chouette, on peut écouter un balado sur ton bloc-notes ! Suppôt de la commission générale de terminologie et de néologie, va :-p

  5. AlainCo

    c’est bien noté que la vaccination agit surtout au niveau communautaire.
    La théorie de la percolation en explique bien le principe.

    C’est comme ca que de mauvais vaccins arrivent a être efficaces. non pas en sauvant des individus, mais en faisant passer le système sous le seuil épidémique.

    la théorie de la percolation explique par contre que l’aigmentation des contacts lointains augmente les risques d’épidémie.
    de même la théorie des réseaux a invariance d’échelle, explique que certaines personnes sont des relais principaux de l’épidémie….

    voyageurs, professeurs, médecins, …

  6. Ping : Sham and science sur le balado Scepticisme scie...

  7. Sceptique

    Je vous ai mal lu, et je suis d’accord avec vos descriptions. Le développement de l’agriculture a fini par atteindre un seuil qui a permis à des maladies et à des ravageurs d’anéantir certaines cultures, au point de ruiner leurs pratiquants, de provoquer une famine. Comme la grande famine d’Irlande, au 19ème siècle, avec l’apparition du mildiou de la pomme de terre.

  8. AlainCo

    juste pour info…
    http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2042
    on y retrouve l’explication que je donnjais:
    « Les adjuvants restent indispensables à la plupart des vaccins, notamment les plus récents et les plus purifiés et aussi pour les vaccins du futur. Leur rôle est de stimuler les mécanismes de l’immunité innée afin d’activer les cellules qui produisent la réponse immune acquise adaptative. »

  9. Ping : Sham and Science sur Podcast Science #vaccination | Sham and ScienceSham and Science

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *