«

»

Sep 06 2012

La science en crise ?

Dr. Helen Gilkey with students in Botany lab - Oregon State Univ. Libraries - Flickr Commons

Le monde de la publication scientifique semble traverser depuis plusieurs mois une crise protéiforme dont témoignent plusieurs affaires récentes.

Nous avons déjà mentionné dans ces pages le mouvement de fronde mené par de nombreux scientifiques contre les pratiques commerciales des grandes maisons d’édition scientifique, Elsevier en tête. D’autres polémiques touchant cette fois à la qualité même des publications se sont fait jour au cours des derniers mois. Parmi celles-ci, on retiendra les deux exemples suivants.

  1. La Haute Cour de Londres a récemment tranché en faveur de la revue Nature dans un procès l’opposant à l’éditeur de la revue de physique théorique Chaos, solitons and fractals. Cet éditeur poursuivait Nature en diffamation pour avoir affirmé que le rédacteur en chef de cette revue profitait de ses fonctions pour y publier ses propres articles. Pour en savoir plus : Ariel Fenster. « Une victoire pour la liberté d’expression… scientifique » [en ligne]. Agence Science Presse, 09/07/2012 [consulté le 27/08/2012] .
  2. Dans son numéro 337 du 27/07/2012, la prestigieuse revue Science a publié une double réfutation d’un article paru dans ses propres pages en décembre 2010 et faisant état de l’existence d’une bactérie « extra-terrestre » qui aurait remplacé le phosphore dans son ADN par de l’arsenic. Pour en savoir plus :
    – T.J. Erb et al. « GFAJ-1 is an arsenate-resistant, phosphate-dependent organism ». Science, vol. 337, 27/07/2012, pp. 467-469 ;
    – M.L. Reaves et al. « Absence of detectable arsenate in DNA from arsenate-grown GFAJ-1 cells ». Science, vol. 337, 27/07/2012, pp. 470-473 ;
    – on pourra lire également l’article consacré à cette affaire par le journaliste scientifique Sylvestre Huet sur le blog Sciences², « Polémique : la bactérie alien de la NASA réfutée », 09/07/2012 [consulté le 27/08/2012]

Sur cette crise de la publication scientifique, on pourra également se référer à plusieurs articles publiés en ligne ces derniers mois :

A noter enfin l’existence du blog Retraction Watch, qui effectue depuis août 2010 un suivi précis des recherches retirées, des rétractations et des corrections d’articles, qu’elles soient liées à des erreurs de recherche ou à des conduites malhonnêtes (plagiat, manipulation de résultats, etc.). Ce blog constitue aujourd’hui un baromètre important d’un certain état de la science, un outil de suivi de la qualité de la production scientifique dont les conclusions récentes ont mis en évidence une forte hausse des retraits d’articles au cours des dernières années. Encore un symptôme d’une science dysfonctionnelle ?

 

 

 

 

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


*

Featuring WPMU Bloglist Widget by YD WordPress Developer