Newton, l’alchimiste

Sir Isaac Newton par Godfrey Kneller (1702) - source : Wikimedia Commons

Après la bibliothèque universitaire de Cambridge, c’est au tour de la Bibliothèque Nationale d’Israël d’annoncer la mise en ligne de sa collection de manuscrits d’Isaac Newton. Contrairement à ce qu’on pourrait attendre de l’illustre homme de sciences que fut Newton, ces textes concernent essentiellement des questions religieuses : interprétations de la Bible et des Écritures visant à y trouver une explication cachée aux secrets de la nature, tentatives de prédiction de la fin du monde, notes sur l’alchimie, etc. L’occasion est bonne de remettre en lumière cette partie longtemps méconnue de l’œuvre de Newton qui refit surface lors d’une vente aux enchères en 1936 de ses textes non religieux, dont une partie fut alors acquise par le célèbre économiste John Maynard Keynes.

Ainsi, si Newton fut un mathématicien et physicien de génie, à qui l’on doit entre autres la loi de la gravitation universelle, il consacra aussi une part importante de sa vie à étudier l’alchimie et d’autres questions plus ou moins ésotériques, à une époque où les frontières entre raison scientifique et croyances étaient beaucoup plus floues qu’aujourd’hui.

La petite sélection de documents ci-dessous devrait vous permettre d’approfondir le sujet :

N’hésitez pas à nous signaler d’autres références que vous connaîtriez en commentaires…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*

Captcha loading...

Featuring WPMU Bloglist Widget by YD WordPress Developer