Gustave Doré illustre la Divine Comédie (2/2)

Ce billet complète celui du 9 mai 2018, consacré à Dante Alighieri et la Comédie, ainsi qu’à leur influence jusque vers les années 1860.

Gustave Doré (1832-1883) et La Divine Comédie

Quand, en 1861, Gustave Doré publia L’Enfer de Dante, il avait déjà illustré Rabelais (1854), les Contes drolatiques de Balzac (1855), Le Juif errant (1856) et fourni des caricatures lithographiques au Journal pour rire (1847-1850).

L’Enfer / Dante Alighieri ; ill. Gustave Doré.- Paris : Hachette, 1861 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, FG 1369-01)

Vers 1855, il projeta de « faire dans un format uniforme et devant faire collection tous les chefs-d’œuvre de la littérature », une trentaine de titres selon sa liste. L’Enfer fut le premier de ces luxueux in-folios à cent francs, le salaire mensuel moyen d’un ouvrier. « Vous n’en vendrez pas 400 exemplaires », lui aurait déclaré Hachette, le seul consentant à l’éditer, à condition qu’il assume tous les frais. 3000 furent écoulés en quelques jours.

Pour ce premier volume de La Divine Comédie, Doré exécuta 76 dessins (dont un portrait), contre 60 pour le second, paru en 1868 : 42 pour Le Purgatoire, 18 pour Le Paradis. Ils furent gravés sur bois de bout ou debout, c’est-à-dire dans une planche constituée de blocs découpés perpendiculairement au tronc de l’arbre, technique anglaise introduite en France au début du XIXe siècle et permettant un rendu très fin. Auparavant les planches étaient découpées parallèlement au tronc, dans le sens des fibres, qui avaient tendance à éclater à la gravure ou l’impression (c’est ce qu’on appelait le bois de fil). Dans un premier temps, on continua avec le bois de bout à épargner simplement les traits, puis Gustave Doré développa le bois de teinte ou de ton. Il réalisait ses illustrations directement sur les plaques de bois au lavis et à la gouache. Celles-ci étaient alors confiées aux graveurs, chargés de rendre les valeurs, les modelés grâce à un réseau de lignes et de points, faisant ainsi disparaître les illustrations originelles sur bois. Gustave Doré initia ce procédé avec Le Juif errant, l’appliqua ensuite à La Divine Comédie.

Des photos des illustrations sur bois avant gravure furent présentées au Salon de 1861, ainsi que des dessins, des estampes et un tableau, Dante et Virgile dans le neuvième cercle de l’Enfer. Cette grande toile n’obtint toutefois pas le succès escompté. Gustave Doré, artiste précoce, autodidacte, polyvalent, extrêmement inventif et productif, avec à son actif plus de 120 volumes illustrés, souffrit toute sa vie de ne pas être reconnu en tant que peintre, d’être seulement « le plus illustre des illustrateurs », selon la formule de Philippe Kaenel, son biographe.

Quelques suggestions

Le Purgatoire ; Le Paradis / Dante Alighieri ; ill. Gustave Doré.- Paris : Hachette, 1868 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, FG 1369-02)

Sur Dante et La Divine Comédie en général

Barbi (Michele), « Dante Alighieri », in Enciclopedia italiana di scienze, lettere ed arti, vol XII, Rome, Istituto della Enciclopedia italiana, 1949, p. 327-347, sur papier ou en ligne

Barbi (Michele), Dante, vita, opere e fortuna, Florence, G. C. Sansoni, 1952

Borges (Jorge Luis), « Neuf essais sur Dante », in Œuvres complètes, vol. II, Paris, Gallimard, 1999 ou 2010 (Bibliothèque de La Pléiade)

Bosco (Umberto) (dir.), Enciclopedia dantesca, Rome, Istituto della Enciclopedia italiana, 1970-1976, sur papier, vol.1. A-CIL., vol. 2. CIM-FO., vol. 3. FR-M., vol. 4. N.-SAM., vol. 5. SAN-Z ou en ligne

Chimenz (Siro), « Alighieri, Dante », in Dizionario biografico degli Italiani, vol. II‎, [Albicante-Ammannati], Rome‎, Istituto della Enciclopedia italiana‎, 1960, sur papier ou en ligne

« Dante Alighieri », in Grande Encyclopédie, Paris, Larousse, 1971-1976, en ligne

«Dante Alighièri », in Enciclopedie on line, Rome, Istituto della Enciclopedia italiana‎

Hauvette (Henri), Études sur La Divine Comédie, la composition du poème et son rayonnement, Paris, H. Champion, 1922

Marietti (Marina), Dante, Paris, Presses universitaires de France, 1995 (Que sais-je ? ; 2971)

Masseron (Alexandre), Pour comprendre La Divine Comédie, Paris, Desclée de Brouwer, 1939

Passerini (Giuseppe Lando), Dante et son temps, 1265-1321, Paris, Payot, 1953

Portier (Lucienne), Dante, Paris, P. Seghers, 1965

Risset (Jacqueline), Dante écrivain ou l’Intelletto d’amore, Paris, Seuil, 1982

Risset (Jacqueline), Dante, une vie, Paris, Flammarion, 1995

Sur l’influence de Dante et La Divine Comédie illustrée

Brieger (Peter), Meiss (Millard), Singleton (Charles Southward), Illuminated manuscripts of the Divine Comedy, Princeton, Princeton University Press, 1969

Dante Alighieri, Botticelli (ill.), Risset (Jacqueline) (trad., éd.), La Divine Comédie, Paris, Diane de Selliers, 1996

Friederich (Werner Paul), Dante’s fame abroad, 1350-1850, the influence of Dante Alighieri on the poets and scholars of Spain, France, England, Germany, Switzerland and the United States, Rome, Edizioni di storia e di letteratura, 1950

Levillain (Henriette) (éd.), Dante et ses lecteurs (du Moyen Age au XXe siècle), Poitiers, La Licorne, UFR Langues Littérature, Maison des Sciences de l’Homme et de la Société, 2001

Nassar (Paul Eugene), Illustrations to Dante’s Inferno, Cranbury (N.J.), Associated University Presses, 1994

Pitwood (Michael), Dante and the French romantics, Genève, Droz, 1985

Roe (Albert S.), Blake’s illustrations to the Divine Comedy, Princeton (N.J.), University Press, 1953

Vasconcellos (Irène), L’inspiration dantesque dans l’art romantique français, Paris, Picart, thèse de doctorat, Lettres, 1925

Le Purgatoire ; Le Paradis / Dante Alighieri ; ill. Gustave Doré.- Paris : Hachette, 1868 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, FG 1369-02)

Sur Gustave Doré

Kaenel (Philippe), « Le plus illustre des illustrateurs… Le cas Gustave Doré 1832/1883 », in Actes de la recherche en sciences sociales, Paris, Éd. de Minuit, 1987, 66/67, p. 35-46, sur papier ou en ligne

Kaenel (Philippe), Le métier d’illustrateur : Rodolphe Töpffer, J.-J. Grandville, Gustave Doré, 2e éd., Genève, Droz, 2005

Kaenel (Philippe) (dir.), Doré, l’imaginaire au pouvoir, exposition, Paris, Musée d’Orsay, Flammarion, Ottawa, Musée des Beaux-Arts du Canada, 2014

Renonciat (Annie), La vie et l’œuvre de Gustave Doré, Paris, ACR Édition, Bibliothèque des arts, 1983

et le site réalisé par la Bibliothèque nationale de France en partenariat avec le musée d’Orsay et le musée des Beaux-arts du Canada

Related posts:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *