Un livre du XVIe siècle sur les Turcs

Chronicorum Turcicorum liber primus [-tertius] / Philipp Lonicer.- Francfort-sur-le-Main : Johann et Sigmund Feyerabend, 1578 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, XVIg 1415)

Pendant tout le mois de février, les trois tomes, reliés en un seul volume, des Chronicorum Turcicorum, de Philipp Lonicer (1578), sont exposés à la BU Michel Foucault. Une présentation (une Petite pause méridienne d’une demi-heure) lui sera consacrée le mardi 6 février à midi (entrée libre sur inscription : FondsAncien@univ-poitiers.fr ou 05 49 45 32 91).

Les auteurs

Philipp Lonicer (1532-1599) est un historien, pédagogue et théologien allemand qui a publié une édition scientifique des Gesta Danorum de Saxo Grammaticus et un ouvrage d’apologétique protestante plusieurs fois réédité.

Dans son ouvrage sur les Turcs paru en 1578 (la seconde édition date de 1584), il est question des princes, des empereurs, des guerres, avec leurs victoires et leurs défaites, et des questions militaires dans l’empire ottoman, comme l’indique le titre, très long comme c’est l’habitude à l’époque moderne. Des précisions sont également données sur la religion musulmane, sur la justice, sur la Cour et sur les modes de vie de la population turque. Une histoire des discordes entre les fils de Bajazet Ier, mort en 1403, qui se disputèrent le pouvoir, et des éléments sur les chrétiens retenus captifs par les Turcs complètent le propos.

A été ajouté aux écrits de Philipp Lonicer un livre de l’historien et humaniste allemand Johannes Turmair, dit Aventinus (1477-1534), connu pour son histoire de la Bavière. Le troisième auteur est l’historien albanais Marin Barleti (1450-1512).

De nombreuses illustrations

Cet ouvrage comprend de très nombreuses gravures sur bois : des portraits représentant Mahomet et les sultans turcs ou encore scènes de batailles. Certaines sont signées de Jost Amman (1539-1591), dessinateur, peintre et graveur né à Zurich et mort à Nuremberg.

Les imprimeurs-libraires

Les deux imprimeurs-libraires sont Johann et Sigmund Feyerabend (1528 ?-1590), probablement frères et originaires d’Heidelberg. Leur père était Ägidius Feyerabend, peintre et graveur sur bois.

Johann est actif à Francfort-sur-le-Main de 1573 à 1599. Sigmund fait son apprentissage à Augsbourg, puis poursuit sa formation en Italie et peut-être à Mayence. D’abord graveur, il devient libraire et travaille en association avec de nombreux confrères. Auteur d’un livre sur les familles d’Augsbourg et d’un guide de voyage en Terre sainte, il édite et préface un grand nombre d’ouvrages.

L’ouvrage conservé au Fonds ancien

La reliure en peau retournée qui couvre cet ouvrage a été restaurée. Plusieurs marques anciennes permettent de retracer une partie de l’histoire de ce document. Grâce à l’estampille « Bibliothèque du séminaire de Poitiers » et à l’ex-libris manuscrit des Augustins de Montmorillon sur la page de titre (« Est conventus Monmoriliensium fratrum Augustinianorum 1689 »), le bibliothécaire peut savoir que, jusqu’en 1909, le livre appartenait à la bibliothèque du Grand Séminaire de Poitiers, qui l’avait hérité de celle des religieux Augustins de Montmorillon. Mais aucune information ne subsiste sur le parcours du document entre son impression à Francfort-sur-le Main en 1578 et l’inscription au catalogue de la bibliothèque des Augustins de Montmorillon en 1689 (le livre est peut-être arrivé quelques années avant dans la bibliothèque).

Related posts:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *