Plans et vues du Poitou au XVIIe siècle

Plans et profilz des principales villes de la province de Poictou / Christophe Tassin .- Paris, XVIIe s. (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, FAP 4345)

Plans et profilz des principales villes de la province de Poictou / Christophe Tassin .- Paris, XVIIe s. (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, FAP 4345)

Durant tout le mois d’octobre, est exposée à la BU Michel Foucault une petite brochure de Christophe Tassin, Plans et profilz des principales villes de la province de Poictou.

Elle constitue la huitième partie de l’une des nombreuses éditions des Plans et profils de toutes les principales villes et lieux considerables de France ensemble les cartes generales de chacune province & les particulieres de chaque gouvernement d’icelles par le sieur Tassin geographe ordinaire de sa majeste.

Ce document fera l’objet d’une Petite pause méridienne (30 min) le lundi 23 octobre à midi (entrée libre sur inscription : FondsAncien@univ-poitiers.fr ou 05 49 45 32 91).

Plans et profilz des principales villes de la province de Poictou / Christophe Tassin .- Paris, XVIIe s. (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, FAP 4345)

Plans et profilz des principales villes de la province de Poictou / Christophe Tassin .- Paris, XVIIe s. (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, FAP 4345)

Histoire de la cartographie

Les premières cartes

Les plus anciennes cartes gravées sur bois datent de 1150 et ont été réalisées en Chine. Mais ce n’est qu’à la fin du XVe siècle que les premières cartes géographiques furent gravées en Europe (en Allemagne). La redécouverte, grâce à l’imprimerie, de l’œuvre du savant géographe et astronome de l’Antiquité Claude Ptolémée et les grandes explorations contribuèrent à l’essor de leur fabrication.

le rôle des Pays-bas

Le premier grand atlas universel (qui rassemblait dans un même document mappemondes, cartes de continents et cartes de pays) a été réalisé par l’Anversois Abraham Ortelius en 1570. Au XVIIe siècle, la cartographie flamande, illustrée notamment par la famille Blaeu, était florissante.

Les éditeurs remployaient des cuivres existants mais la qualité esthétique s’améliora grâce à l’utilisation de la taille douce (qui regroupe tous les procédés de gravure sur métal en creux, à l’outil comme à l’acide). La démarche esthétique faisait souvent passer au second plan la recherche de l’exactitude. Mais la précision augmenta grâce à l’invention de nouvelles techniques pour les relevés topographiques.

En France

Au XVIe siècle, les cartes françaises étaient gravées soit par les imprimeurs-libraires, soit par les producteurs d’estampes, ce qui engendra une rivalité et conduisit à la dissociation de la production du texte (pour les premiers) et de l’image (pour les seconds). Les tensions politiques fragilisèrent encore les réseaux éditoriaux. À la fin du XVIe siècle, les projets civils importants de cartographie n’aboutirent pas et les concurrents étrangers bénéficièrent de la situation.

La cartographie française se développa au siècle suivant car les éditeurs se mirent à exploiter les travaux des ingénieurs militaires. Alors que, au XVIe siècle, on appréciait les vues de sièges et de batailles, ce furent au XVIIe siècle la cartographie et les globes, qui complétaient atlas et cartes marines, qui eurent le plus de succès. Les atlas manuscrits étaient nombreux sous Louis XIII et Louis XIV car ils permettaient de figurer les nouvelles fortifications et les actions glorieuses, mais Christophe Tassin fut l’un de ceux qui permirent le passage à l’œuvre gravée.

Plans et profilz des principales villes de la province de Poictou / Christophe Tassin .- Paris, XVIIe s. (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, FAP 4345)

Plans et profilz des principales villes de la province de Poictou / Christophe Tassin .- Paris, XVIIe s. (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, FAP 4345)

Christophe Tassin et son œuvre

L’auteur

Christophe Tassin, longtemps connu sous le prénom de Nicolas, était géographe du roi et entretint des relations étroites avec le milieu des éditeurs de cartes. En 1631, il devint commissaire ordinaire des guerres. Les cartes et plans de C. Tassin ne portent ni nom de graveur ni nom d’auteur mais sont, grâce à certaines caractéristiques, facilement identifiables.

Cartes générales de toutes les provinces de France

En 1634, il publia les Cartes générales de toutes les provinces de France. Pour cela, il eut recours à trois sources :

  • les cartes du siècle précédent (l’atlas, appelé Théâtre français, de Maurice Bouguereau par exemple) pour les régions qui n’intéressaient pas les militaires et qui n’avaient donc pas fait l’objet de plans,
  • les cartes du règne d’Henri IV faites par des ingénieurs de fortifications ou des maîtres des logis,
  • des matériaux plus récents produits par les ingénieurs du roi.

Il montra ainsi des provinces périphériques à grand intérêt stratégique. Cette publication souligne l’importance de l’apport des militaires à la cartographie civile.

Plans et profils

En 1634 également, il publia chez Melchior Tavernier à Paris le petit atlas des Plans et profils de toutes les principales villes et lieux considerables de France : celui-ci comprend les cartes des gouvernements qui composent les provinces (leur nombre a cru au XVIe siècle). Par ce découpage administratif de l’espace, il annonçait Nicolas Sanson, spécialiste de la cartographie administrative.

Plans et profilz des principales villes de la province de Poictou / Christophe Tassin .- Paris, XVIIe s. (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, FAP 4345)

Plans et profilz des principales villes de la province de Poictou / Christophe Tassin .- Paris, XVIIe s. (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, FAP 4345)

Pour aller plus loin…

On consultera avec profit la Galerie des cartes et globes des expositions virtuelles de la Bibliothèque nationale de France, ainsi que ces quelques titres :

Related posts:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *