Histoire d’une Flore française de Lamarck

Flore françoise / Jean-Baptiste de Monet de Lamarck.- Paris : Imprimerie royale, 1778 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, MED 2420)

Flore françoise / Jean-Baptiste de Monet de Lamarck.- Paris : Imprimerie royale, 1778 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, MED 2420)

Connu pour être le fondateur du transformisme, Jean-Baptiste de Monet de Lamarck (1744-1829), professeur de zoologie au Muséum d’histoire naturelle et membre de l’Académie des sciences, était aussi un grand botaniste. Il rédigea en 1778 la Flore française, qui donne des méthodes d’identification des plantes de France à l’aide de clés dichotomiques. Cet ouvrage comprend trois tomes de textes (tome 1, tome 2 et tome 3), dans lesquels ont été insérés huit planches gravées sur cuivre (dont vous pouvez admirer ci-contre un exemple) par Étienne Fessard (1714-1777 ?), graveur du Roi, et un tableau dépliant.

Ce document du Fonds ancien est exposé à la BU Médecine-Pharmacie du 3 au 30 avril. Une présentation (une « Petite pause méridienne avec… », qui, en 30 minutes, permet de découvrir un ouvrage sur table plutôt que sous vitrine) est proposée le 11 avril à 13h (inscription : karine.furcy@univ-poitiers.fr).

Comment l’Université de Poitiers a-t-elle acquis cet ouvrage ?

Le tome 1 de l’exemplaire conservé au Fonds ancien comprend plusieurs marques de provenance, qui nous aident à comprendre son histoire :

  • une étiquette avec la mention « A Paris, chez Gogué & Née de La Rochelle, libraire, quai des Augustins, près le pont S. Michel » nous permet de savoir quel libraire a vendu cet exemplaire, imprimé par l’Imprimerie royale comme le précise la page de titre ; Jean-Baptiste Gogué (1735 ?-1786) a épousé la veuve de Jean-Baptiste Née de La Rochelle, dont le fils, Jean-Baptiste-François (1751-1838), devint en 1765 l’apprenti de Gogué, puis en 1773 son associé (c’était le cas à la date de la publication de notre ouvrage), avant d’être son successeur en 1786 ;
  • une mention manuscrite, « Levieil de la Marsonniere Doct. Med. », nous indique que cet ouvrage a été acheté par un médecin de Poitiers ; Louis-Jean-M. Isidore Levieil de la Marsonnière (1788-1865), docteur en médecine, fut nommé professeur à l’École de médecine en 1822, mais refusa en 1830 de prêter serment à la Monarchie de juillet et fut démissionnaire ;
  • le cachet « École préparatoire de médecine et de pharmacie Poitiers » rappelle que l’ouvrage a été versé à la bibliothèque universitaire par l’École de Médecine de la ville en 1949.

Ainsi, cet ouvrage, imprimé en 1778 à Paris, a été vendu avant 1786 par un libraire parisien. Nous ignorons quel en a été le premier acheteur. Mais nous savons qu’au XIXsiècle un médecin poitevin, qui a occupé des fonctions importantes à l’École de médecine, l’avait en sa possession : nous ignorons toutefois quand il l’a acquis, probablement entre les années 10 du siècle (époque à laquelle nous pouvons présumer, compte tenu de sa date de naissance, que Levieil de la Marsonniere devint docteur en médecine) et sa mort en 1865. L’ouvrage a été donné, par ses descendants ou par lui, à l’École de médecine, qui le céda en 1949 à la Bibliothèque universitaire. Il emménagea avec la Section Sciences de la Bibliothèque sur le campus en 1963 et trouva place dans les collections du Fonds ancien lors de la création du service en 1975.

Related posts:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *