Histoire des collections de la BU : l’abbaye de l’Etoile

Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, Etoile 98

Les armes de l’abbé Jean-Bernard de Cerizay du Teillé

Depuis le début de cette année universitaire, le Service du Livre ancien travaille de manière approfondie sur les provenances de ses livres ; il fera connaître le résultat de ses recherches par des expositions (« Petites vitrines »), des billets de blog et la création d’une base données accessible gratuitement en ligne.

La première petite exposition, consacrée à l’abbaye de l’Étoile, aura lieu jusqu’au 30 octobre.

L’abbaye de l’Étoile

Située à Archigny (Vienne), dans un vallon boisé, à l’écart des grandes routes, l’abbaye cistercienne de l’Étoile fut fondée au 12e siècle. Elle fut l’une des premières à suivre les règles de l’étroite observance, dont l’objectif, à partir du début du 17e siècle, était de revenir à l’idéal cistercien primitif. Les abbés, moines réguliers, y résidèrent de 1621 à 1758 et l’abbaye devint prospère grâce aux efforts qu’ils déployèrent. Des bâtiments furent restaurés pendant cette période de rayonnement, en particulier celui dans lequel se trouvait la bibliothèque à la fin du 18e siècle.

Jean-Bernard de Cerizay du Teillé et la bibliothèque

Ecclésiastique très bien formé (il étudia la théologie à Paris et devint docteur) et ayant pris des responsabilités importantes diverses, notamment dans l’ordre de Cîteaux, Jean-Bernard de Cerizay du Teillé, abbé de 1676 à 1702, joua un rôle important dans le rayonnement de l’abbaye de l’Étoile. La plupart des livres de la bibliothèque ont été achetés par lui. Il acquit les ouvrages de base en théologie et patristique, mais aussi des livres permettant de prendre connaissance des principaux progrès scientifiques.

La composition de la bibliothèque est connue par l’examen du catalogue de 1759, qui est incomplet ; les conclusions faites à la lecture de ce document doivent de ce fait être tirées avec prudence. Le contenu du fonds était varié, comme le montre la présence de 30 % d’ouvrages profanes (géographie, sciences, médecine, histoire profane, littérature latine et grecque, linguistique, arts), de livres hétérodoxes et d’ouvrages à l’Index. Il permettait un travail poussé et s’adressait à un public de lettrés.

Dispersion des collections

Avant la vente des bâtiments de l’abbaye en 1791, les commissaires du district de Châtellerault prirent probablement des livres. Les documents furent envoyés à Châtellerault, puis à Poitiers (dans l’actuel collège Henri IV, avant leur installation dans la Bibliothèque municipale en face de Notre-Dame). Il est possible qu’ils aient en partie été vendus en 1812 ; ils ont pu également être dispersés avant.

Aujourd’hui, 106 livres (105 folio et un in-12) se trouvent dans le fonds de la Bibliothèque universitaire de Poitiers provenant du Grand séminaire (patristique, exégèse et théologie). Ils sont pour la plupart reliés aux armes de l’abbé et, de ce fait, ne portent pas d’autre marque d’appartenance. Il s’agit d’un tiers des folios de l’abbaye ; ce sont uniquement des œuvres de patristique, exégèse et théologie. Depuis janvier 1988, les 105 folios ont été regroupés dans la salle de lecture, rangés dans l’ordre du catalogue de 1759, avec des cotes portant le numéro d’ordre du catalogue.

Toutes les œuvres de la bibliothèque de l’abbaye de l’Étoile ne sont pas conservées par la bibliothèque universitaire ; on sait qu’il en reste 99 à la Bibliothèque du Centre théologique à Poitiers, qui dépend du diocèse, et un au moins à l’abbaye de Ligugé. Par ailleurs, deux malles ont été retrouvées dans les années 1980 : les livres les plus abîmés ont été confiés à l’abbaye de l’Étoile ; ceux qui l’étaient moins ont été mis en vente.

Related posts:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *