L’étrange et le merveilleux. L’Extrême-Orient vu par les Européens du XVIe au XIXe siècle

Journal de dames et des modes.- Paris, 1914 (Poitiers, Bibliothèque universitaire, Fonds ancien)

L’Extrême-Orient… Une terre de mystères, qui fascine depuis toujours les habitants du Vieux Continent. Est-il vrai que là-bas toutes les maisons sont des pagodes, bâties en porcelaine colorée ? Est-il vrai que les Chinoises consentaient à de longues années de souffrance pour avoir des pieds comme des fleurs de lotus ? Le seul moyen de connaître la vérité était de partir. Ceux qui s’y aventuraient, pour voir de leurs propres yeux les prodiges d’Orient, n’étaient pas nombreux. Mais avec leurs récits et les objets exotiques rapportés d’outre-mer, ils nourrissaient l’imagination du large public européen qui demandait toujours plus de soieries, laques, porcelaines, kimonos et récits de voyages. Le goût pour les chinoiseries se développa vraiment au XVIIIe siècle, tandis que le siècle suivant fut l’ère du japonisme, qui influença non seulement la littérature et les arts décoratifs, mais aussi les grands courants de la peinture française et européenne.

Journal de dames et des modes.- Paris, 1912 (Poitiers, Bibliothèque universitaire, Fonds ancien)

Jusqu’au 13 février, au Fonds ancien, une courte exposition (les « Petites vitrines ») retrace l’histoire des découvertes géographiques en Asie, tout en interrogeant la façon dont les navigateurs européens percevaient les peuples autochtones. Elle montre des descriptions des premiers voyages des missionnaires chrétiens, des ouvrages de vulgarisation d’art, des journaux de mode. Les ouvrages témoignent des influences réciproques de deux mondes éloignés dans l’espace, qui pourtant se rapprochèrent grâce aux marchands et aventuriers. L’accent est mis sur l’art décoratif. L’art chinois et l’art japonais furent une source importante d’inspiration pour les artistes du vieux continent, notamment à la fin du XIXe siècle. Quant aux nations d’Asie, l’arrivée des jésuites au XVIe siècle leur apporta une meilleure connaissance de l’astronomie et des mathématiques.

Article écrit par Jozefina Swiecicka

Stagiaire au Fonds ancien d’octobre à décembre 2014

Bibliographie

DESLANDRES Yvonne, MÜLLER Florence, Histoire de la mode au XXe siècle, Paris, Somogy, 1986

GROUSSET René, Les civilisations de l’Orient . Tome IV , Le Japon, Paris, Les Editions G. Crès, 1930

GRUBER Alain, L’art décoratif en Europe. 3. Du néoclassicisme à l’art déco, Paris, Citadelles & Mazenod, 1994

LAMBOURNE Lionel, Japonisme. Échanges culturels entre le Japon et l’Occident, Paris, Phaidon, 2006

Pagodes et dragons : exotisme et fantaisie dans l’Europe rococo, 1720-1770 : [exposition], Musée Cernuschi, Musée des Arts de l’Asie de la Ville de Paris, 24 février-17 juin 2007, Paris, Paris musées , 2007

SHIMIZU Christine, L’art japonais, Paris, Flammarion, 1997

ZHAN SHI, « L’image de la Chine dans la pensée européenne du XVIIIe siècle : de l’apologie à la philosophie pratique », dans Annales historiques de la Révolution française, t. 347, 2007, p. 93-111

Related posts:

Une réflexion au sujet de « L’étrange et le merveilleux. L’Extrême-Orient vu par les Européens du XVIe au XIXe siècle »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *