« What fools these mortals be! » Adaptation de la célèbre comédie de Shakespeare à la MDE

A Midsummer Night’s Dream ou les tribulations comiques du désir. Les amateurs étudiants et enseignants de l’Université de Poitiers s’y risquent!

La jeune Association THISBÉ (THéâtre Improvisation Spectacle élisaBéthains Et après) présente une adaptation scénique libre et moderne, loin des attentes conventionnelles, de A Midsummer Night’s Dream, célèbre comédie de Shakespeare où l’on rit de l’inconstance de l’amour et des revirements du désir. Le spectacle, en langue anglaise, est dirigé par Graeme Watson (Maison des Langues) et compte pour acteurs amateurs aussi bien des étudiants et anciens étudiants que des enseignants-chercheurs et lecteurs du Département d’Etudes Anglophones (UFR de Lettres & Langues) de l’Université de Poitiers (voir ci-dessous).

Représentation UNIQUE dans le cadre de CAMPUS EN FESTIVAL: samedi 23 mars 2013 à 21h, salle de spectacle de la Maison Des Etudiants. Entrée libre. Nous vous attendons nombreux.

En savoir plus sur l’intrigue de A Midsummer Night’s Dream?

La jeune Hermia est amoureuse de Lysander, qui l’aime en retour, mais son père, Egeus, a d’autres plans : il veut qu’elle épouse Demetrius. Hermia résiste à son père qui, pour faire entendre raison à sa fille, en appelle à l’autorité du duc d’Athènes, Theseus. Theseus, qui s’apprête à épouser la reine des Amazones, Hippolyta, donne quelques jours de réflexion à Hermia pour se soumettre à la volonté de son père. Hermia et Lysander fuient alors les règles contraignantes de la cité d’Athènes et se réfugient dans la forêt. Or, ils sont suivis par Demetrius, amoureux d’Hermia, lui-même suivi par Helena qui lui voue un amour aveugle. Par ailleurs, plusieurs artisans d’Athènes projettent de mettre en scène, pour célébrer les noces à venir de Theseus et d’Hippolyta, la tragédie de Pyramus and Thisby. Afin de pouvoir répéter à leur aise, loin des quolibets des acteurs professionnels, ils décident de se retrouver en secret dans les bois.

La nuit tombée, les fées règnent sur la forêt. Or leur reine Titania n’entend pas se soumettre aux caprices de son roi Oberon et lui céder son petit page. Oberon, à l’aide de son fidèle Puck, aussi malicieux que maladroit, décide alors de lui jouer un bon tour qui lui servira de leçon…

La forêt labyrinthique va favoriser les rencontres les plus improbables entre les quatre jeunes amoureux, les artisans-acteurs et le roi et la reine des fées, d’autant qu’il y pousse une petite fleur très particulière appelée « love-in- idleness ». Qu’a-t-elle de si particulier? Il suffit de presser quelques gouttes de son suc sur des paupières endormies pour qu’au réveil le coup de foudre avec le premier être aperçu soit instantané. Ainsi les couples vont-ils se faire et se défaire dans un enchevêtrement comique, nous invitant à réfléchir sur les fluctuations du désir et la réversibilité des situations. A l’aube du quatre-centième anniversaire de la mort de Shakespeare, cette comédie n’a pas pris une seule ride: « What fools these mortals be! » est toujours d’actualité.

 

Related posts:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *