1350 Shakespeariens à Boston !

À Boston (Massachusetts), du 5 au 7 avril 2012 s’est tenu le 40ème Congrès International de la Shakespeare Association of America (SAA).

Un événement au programme dense et à l’esprit fédérateur qui a rassemblé non moins de 1350 universitaires spécialistes de la Renaissance anglaise, dits « early modernists », membres de la SAA.

 Le Westin Copley Place, présentant de nombreuses salles de conférence et de séminaire, a été choisi pour accueillir cette rencontre d’une ampleur non égalée : « plenary presentations », « presentations », « seminars » et « workshop » se sont déroulés suivant un rythme soutenu pendant trois jours. Parmi les « presentations », on peut mentionner : « Shakespeare and the ‘Penalty of Adam’ », « Affective Masculinities in Shakespeare’s History Plays », « Estranging Shakespeare : Ethics, Authorship, Philology ». Parmi les « seminars » : « No Respect : Re-theorizing Comic Theory for Shakespeare », « Oceanic Shakespeares », « Shakespeare and Philosophy », « Women as Creators and Consumers of Early Modern Plays », « Literature and Theater as Skeptical Labs ». De quoi ouvrir de nouvelles perspectives. Shakespeare a-t-il jamais susciter autant d’enthousiasme et de réflexion critique ?

        The Westin Copley Place, Boston

Dans cette remarquable organisation, favorisant échanges scientifiques de tous horizons, ont été incluses des offres culturelles : « Tour of rare books and manuscripts at Houghton Library », « Book exhibits », « Concert : The Music of Shakespeare’s Plays », « Film screening and post-screening discussion : Henry IV », « The Dance ». Les organisateurs ont également ménagé des moments propices à ce que les anglo-saxons appellent « socializing » (« Opening Reception », « Annual Luncheon », « Mimosa Toast », « Cash bar ») et qui, lors de ces rencontres, ont toute leur importance car c’est là qu’on peut y rencontrer, en toute simplicité, des chercheurs de grande renommée comme Marjorie Garber (Havard University), Jean E. Howard (Columbia University), Peter Holland (University of Notre Dame) ou Stephen Greenblatt (General Editor of Norton Shakespeare).

Quelle magnifique machine ! Organisation impeccable témoignant à la fois d’indéniables qualités de gestion et d’un grand professionnalisme. Et nous avons tout le loisir d’en profiter car le travail pour participer à un séminaire se fait généralement en amont. C’était notamment le cas pour le séminaire proposé par Pamela Allen Brown (University of Connecticut) et Kent Cartwright (University of Maryland) – « No Respect : Re-theorizing Comic Theory for Shakespeare ». Les 14 communications ont été remises deux mois à l’avance, afin que chacun puisse en prendre connaissance, puis regroupées selon affinités avec des échanges questions/réponses entre petits groupes. Ainsi, les deux heures de séminaire ont pu donner lieu à un échange vivant, à un débat exigeant mené par Adam Zucher (University of Massachusetts) et William C. Carroll (Boston University) permettant de pousser plus avant la réflexion. J’y avais, pour ma part, proposé une réflexion autour de la théorie du rire à partir de La Tempête et du Conte d’hiver (introduction ci-dessous) :

LAUGHTER IN THE WINTER’S TALE AND THE TEMPEST,

AN ATTEMPT AT RE-THEORIZATION

Pascale Drouet (University of Poitiers, France)

            “Comedy is notoriously resistant to theorization,” David Galbraith notes, before adding that “Shakespeare’s comedies in particular resist theoretical and generic pigeonholing” (Galbraith 2002, 3). Why is that?

            Universal themes, archetypal structures and federating interpretations might more easily be drawn from Shakespearean tragedies, since suffering, degradation, loss and death tend to transcend cultural and social differences to focus on mankind’s never-ending struggle with its dark side and mortal essence. Conversely, comedies seem to favor a centrifugal perspective: what triggers laughter can hardly be dissociated from class, culture and education, as well as topicality. Is it possible to make “a systematic statement of rules and principles”[1] about something as unexpected and ephemerally sparkling as a comet or shooting star, that is, laughter? For Henri Bergson, the purpose of comedy should be to present types belonging to our everyday life and, as such, easy to identify (Bergson 2010 [1940], 114, 125). Still, if typologies aim at encompassing a variety of types presented according to a paradigmatic pattern, they may stray from theorizing attempts; what is needed is explanation, not juxtaposition. Yet, David Macey observes, “Despite the wide agreement as to the need for theory, there is no real consensus as to its content or even meaning” (Macey 2001 [2000], 379). Thinkers like Sigmund Freud, Henri Bergson, Hélène Cixous, Michael Edwards and Daniel Sibony may each have their own notions of what theorizing means and how to achieve it.[2] Cixous raises the interesting question of who theorizes and from whose point of view; she warns her readership against dominant ideology, against what she calls “the philosophical-theoretical domination” (Cixous 2010, 50-51). According to her, laughter is multifarious, subversive and cannot–and should not–be contained (Cixous 2010, 27). Sibony implicitly agrees with her when he writes that the idea of universal laughter is illusory because the world is furrowed by differences and can in no way be leveled (Sibony 2010, 202). This is probably why his latest book is entitled Les Sens du rire et de l’humour (The Meanings of Laughter and Humour), with a significant emphasis on plurality.

            The Winter’s Tale and The Tempest were comedies to the editors of the first Folio of 1623. Today, their respective episodes presenting the encounter between Autolycus and the shepherds and the encounter between Trinculo, Stephano and Caliban remain hilarious – at least to me. Departing from Baudelaire (for whom laughter is fiendish and hubristic because it comes from the idea of one’s own superiority) and Bergson (according to whom laughter is a means to castigate the comic character and remind him of the social norms to be respected),[3] I would like to see, in this paper, how Sibony’s recent analysis can illuminate the respective, comic episodes from The Winter’s Tale and The Tempest–and probably more comic episodes from other comedies by Shakespeare, too. To do so, laughter will, first, be considered as the collision between two opposite frameworks or levels of being, thought and expression, as in the playful interstice favoring games of hide-and-seek and role playing. Then, the focus will be on how hilarious discrepancies paradoxically create connection and help move away from strictness to spontaneity, from stereotypes and prejudices to critical questioning, from narcissism to otherness. Finally, laughter will be interpreted as a sign of jubilation–rather than mockery. It will be seen as the spontaneous production coming from our inmost energy and vitality. –Sibony’s analysis will converge with those of Edwards and Bakhtin on this point.


[1] Oxford English Dictionary (Second Edition 1989; online version December 2011), “theory, n1”, 3.

[2] Translations in English from Bergson’s, Cixous’, Edwards’ and Sibony’s respective works will be mine. To my knowledge, Edwards and Sibony have not been translated into English yet.

[3] See Charles Baudelaire, De l’essence du rire, 1855,1857, 1868, (Paris: Editions Sillage, 2008), 16. See Henri Bergson, Le rire. Essai sur la signification du comique, 1900, (Paris: PUF, [1940] 2010), 9.

Trois universités françaises seulement étaient représentées : l’université de Bordeaux (en la personne de Catherine Lisak), l’université de Caen (en la personne d’Isabelle Schwartz-Gastine) et l’université de Poitiers. Il est vrai que le coût de ce Congrès est plus que certain : billets de train et d’avion, inscription préalable nécessaire à la SAA (« membership fees »), inscription au Congrès, hôtel et repas (l’inscription au Congrès n’inclut que « opening drinks » et « luncheon ») – sans compter que tout est excessivement cher à Boston. C’est pourtant la garantie d’une visibilité internationale et la possibilité de se faire connaître pour participer à des projets internationaux. On ne peut que souhaiter que les laboratoires de recherche et l’université de Poitiers s’impliquent davantage dans leur participation financière à de tels événements (le financement actuel, et annuel, n’a couvert que le transport) – d’autant que la question du « rayonnement international » était au centre de la récente campagne présidentielle.

 Le Congrès 2013 de la SAA, sous la nouvelle présidence de Dympna C. Callaghan (Syracuse University) se déroulera à Toronto. Espérons que l’université de Poitiers continue d’y être représentée.

Related posts:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *