Les dures semaines des députés…

(sur une idée originale de @Bank_Able)

A quoi ressemble la vie de nos députés ? Pour m’en faire une idée, je suis allé sur le site de l’Assemblée Nationale, j’ai récupéré les résultats des votes aux scrutins publics ordinaires pour 2010, 2011 et 2012 et j’ai fait un peu de statistiques.

Genre : sachant qu’il y a quelque chose comme 577 députés, quelle est la proportion de votants par année? Résultat : 42% en moyenne en 2010, 45% en 2011, 35% en 2012. Si on regarde l’ensemble des votes sur l’ensemble des années, la médiane est à 22% : la moitié des scrutins avec moins de 22% de votants, la moitié de scrutin avec plus de 22% de votants. Ça sèche dur, quand même…

Autre question, plus rigolote : quelle proportion de votants par jour de la semaine ? Résultat en image :

En ordonnée, le pourcentage de votants. En abscisse, les jours de la semaine (1=lundi, 2=mardi, 3=mercredi, etc.). Chaque boîte synthétise différentes valeurs : le trait inférieur représente le premier décile, le trait supérieur le neuvième décile, la partie basse du rectangle, le premier quartile, la partie haute, le troisième quartile, le trait dans le rectangle, c’est la médiane.

Le lundi et le vendredi, ça bosse pas trop, pour pas dire pas du tout. Le jeudi, pas trop non plus. Le mercredi, ça dépend, mais la médiane est autour de 20%. En revanche, le mardi, c’est top : médiane à plus de 80%.

La prochaine fois que vous croisez votre député, qu’il vous demande comment ça va, répondez-lui : ça va comme un mardi. Il comprendra.

Related posts:

11 commentaires sur “Les dures semaines des députés…

  1. Vu que d’une part les séances de plénière n’ont lieu les lundi et vendredi qu’en cas de calendrier parlementaire chargé ou de retards, et que d’autre part les scrutins solennels sur l’ensemble d’un projet de loi et les demandes de vote réservé ont généralement lieu le mardi, parfois le mercredi, après les questions au gouvernement, on n’apprend pas grand chose en fait…

  2. Vous êtes injuste!

    Le vrai travail d’un député consistant à se faire réélire, pourquoi réaliser une analyse des votes en la faisant passer pour une analyse de leur travail?

    Je regrette votre absence de rigueur et de déontologie.

    🙂

  3. C’est un peu démago quand même, non ? Avec ce type de procédé, les profs du secondaire ne travaillent que 18 heures par semaine, les maîtres de conf. 192 heures par an…

    • @Smith : sans doute ne faut-il pas conclure trop vite de ces statistiques, disons que ce sont les seules données que j’avais pour approcher le phénomène. J’en ai trouvé d’autres depuis, je complète à l’occasion.

      • dac. Il faut pas négliger le travail en commissions mais pas seulement. Surtout, @Tanguy dit en ricanant que le travail d’un député consiste à se faire réélire. Il n’a pas tort, mais ca n’a rien de honteux, et c’est même le but : il faut aussi compter les aller-retours entre paris et la circo, les permanences, les inaugurations de salles de fêtes, les heures passées en réunions diverses à tous les échelons territoriales… En fait, franchement, à part peut-être la banque d’affaires et l’entrepreneuriat, il y a probablement peu de carrières qui soient autant consommatrices de temps.

  4. Ping : Le travail des députés : des compléments | Olivier Bouba-Olga

  5. Ping : Et le cumul des mandats, au fait? | Olivier Bouba-Olga

  6. Bonjour Olivier
    Je reprends ces échanges bien tardivement (un vieux blog de 2012) pour te demander si tu es aller voir le lien avec l’exercice d’un mandat de maire ou de conseiller général (départemental dirions nous désormais) ce qui permet de penser que le/la député rentre dans sa circonscription le vendredi (ou le jeudi) pour travailler avec le personnel de mairie le vendredi (le samedi c’est moins évident, la fonction publique ayant ses avantages) et pouvoir le samedi assurer une permanence en mairie et être avec ses administrés le week-end.

Répondre à Olivier Bouba Olga Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *