Pour une nouvelle démarche d’évaluation

L’Association Française d’Economie Politique vient de publier un document intitulé « Pour une nouvelle démarche d’évaluation des
laboratoires de recherche, des enseignants-chercheurs et des chercheurs en économie », coordonné par Gabriel Colletis et Thomas Lamarche.

Le document complet est ici.

En voici la présentation reprise du site de
l’AFEP
:

La Commission évaluation de l’AFEP a regroupé une trentaine d’enseignants-chercheurs et de chercheurs qui se sont organisés en
trois sous-groupes : l’un consacré à la question de l’évaluation des laboratoires de recherche, l’autre à celle de l’évaluation des enseignants chercheurs, le troisième à la question des
publications.

 Ces trois sous-groupes ont travaillé en parallèle et de façon concertée pour produire le présent document. La méthode de
travail a donc été itérative et a favorisé le débat. Au final, les contributeurs ont convergé sur l’essentiel et ont maintenu certaines différences d’appréciation sur tel ou tel aspect de
l’analyse et des préconisations (en particulier sur l’AERES).

 Le présent document se compose de cinq parties :

La première partie (I) pose la question générale de l’évaluation dans le contexte actuel en examinant les différents aspects des
pratiques actuelles, et que l’AFEP entend contester. Au final, apparaît clairement la nécessité d’une clarification de l’intention de l’évaluation. À l’opposé de l’actuelle évaluation sanction,
que l’on peut suspecter d’introduire de sérieux biais, l’AFEP propose une évaluation professionnelle visant à promouvoir la qualité et le pluralisme des approches, des méthodes et des objets de
recherche.

 La deuxième partie (II) analyse les conditions d’évaluation des laboratoires de recherche. La question fondamentale est celle
de leur cohérence avec les missions que la société assigne à ces laboratoires, missions parmi lesquelles l’élaboration de questions de recherche ayant une finalité d’avancée des connaissances
et/ou de production de savoirs utiles est essentielle. Le corollaire de cette question est la façon dont on se représente ce qu’est un laboratoire. Dominent actuellement la représentation d’un
laboratoire comme somme de chercheurs produisants et des modalités d’évaluation reflétant cette conception. L’AFEP entend rappeler que les missions fondamentales des laboratoires ne peuvent être
réalisées qu’à la condition de considérer qu’un laboratoire est un collectif de chercheurs rassemblés autour d’un projet scientifique porté par des valeurs partagées. Les modalités d’évaluation
des laboratoires que l’AFEP entend promouvoir sont en cohérence avec la dimension collective, le rôle social et la qualité scientifique attestée par un projet des laboratoires
concernés.

 La troisième partie du présent document (III) concerne l’évaluation des enseignants-chercheurs. Dans l’actuelle pratique
d’évaluation, les enseignants chercheurs (EC) sont pour l’essentiel évalués en fonction de leur activité de publication. Si ce n’est pas le rang des publications mais leur nombre qui détermine la
qualité de chercheur « publiant » ou « produisant »2 (2 pour un EC, 4 pour un chercheur), l’appréciation de la « qualité » de l’EC dépend en revanche du rang des publications issu de la liste de
la section 37 du Cnrs. Les conséquences néfastes de cette façon d’évaluer l’activité des enseignants-chercheurs sont nombreuses et considérables, notamment pour ce qui est de l’innovation
scientifique. L’AFEP propose de reconsidérer profondément le mode d’évaluation des enseignants-chercheurs en reconnaissant la diversité de leurs missions et celle de leurs pratiques. Plutôt que
de les considérer comme des individus isolés et calculateurs, intéressés de façon principale par l’optimisation de leur carrière et leur accès aux primes, l’AFEP entend promouvoir la liberté du
chercheur et son autonomie dans le cadre de collectifs orientés par le souci d’une progression de chacun et de tous, au service de la société.

 La quatrième partie (IV) rassemble les préconisations de l’AFEP dans la perspective d’une refonte très profonde de la
démarche d’évaluation. Cette partie propose tout d’abord des préconisations à caractère général puis des préconisations aux deux niveaux appréhendés dans ce document : celui des laboratoires,
celui des enseignants chercheurs. L’ensemble de ces préconisations résulte des débats que la commission a eus pendant le temps de son existence, des analyses qui ont été produites, de l’examen
aussi de travaux disponibles portés à la connaissance de la commission par ses membres. Un espace spécifique a été créé sur le site de l’AFEP afin de déposer certains de ces travaux ou
documents.

La cinquième et dernière partie du présent document (V) rassemble sous la forme d’annexes des extraits de documents qui ont été
utilisés pour la production de ce travail.

Related posts:

Un commentaire sur “Pour une nouvelle démarche d’évaluation

Répondre à Gizmo Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *