Quand Marc Prensky enterre trop vite les digital natives

Marc Prensky est connu de tous pour avoir popularisé l’idée que le monde était fait de digital natives et de digital immigrants. Et il est vrai que cette proposition, érigée un peu vite au statut de concept, a fait florès. Au point de surprendre son auditoire lorsque, invité à prononcer la conférence d’ouverture d’une journée d’échanges organisée par Microsoft le 5 avril dernier sur le thème de l’Ecole de demain, Marc Prensky a très rapidement éludé ce thème. Il s’en était rapidement expliqué dans une interview de Jason Wiels que l’on pourra lire sur le site de Regards sur le numérique. Il y évoque les nombreuses critiques reçues comme autant d’incompréhensions de ses propositions. L’idée des digital natives, avec ses forces et ses faiblesses était pourtant très intéressante. Retour sur l’un des buzz de ce début de siècle ! 

Marc Prensky le 5 avril 2012 (photo publiée sur le site RSLN)

C’est en 2001 que Marc Prensky a publié l’article qui devait le rendre célèbre : « Digital Natives, Digital Immigrants ». Pour lui, le surgissement de la culture numérique conjugue deux processus : le renouvellement générationnel avec des jeunes nés dans un environnement marqué par l’immanence des technologies numériques (les « digital natives ») et l’acculturation des plus âgés (les « digital immigrants ») nés dans un monde dépourvu ou presque de ces technologies. Selon Marc Prensky, avoir grandi avec les technologies numériques implique une modification des façons d’agir et d’apprendre. Il diagnostique une rupture culturelle et milite pour une acculturation numérique de l’Ecole, afin d’adapter l’Ecole au contexte culturel des jeunes.   

La proposition de Marc Prensky repose sur deux prémisses. La première postule que les jeunes sont nés dans un environnement où les technologies étaient déjà omniprésentes. La deuxième repose sur l’idée d’une certaine stabilité culturelle à l’échelle générationnelle.

Les deux sont fausses.

Pour discuter la première, il convient de s’accorder sur la définition d’un digital native. Pour l’être, faut-il être né après l’invention de l’ordinateur, d’internet ou de Facebook ? Suffit-il d’avoir vécu dans une foyer équipé d’un ordinateur familial ou bien faut-il posséder soi-même tous les artefacts  numériques d’aujourd’hui et en faire un usage intensif ? Peut-on être un digital native après avoir étudié dans un système éducatif qui n’a pas pris en compte le numérique ? Dans son article, Marc Prensky fixe imprudemment le début des années 80 comme date au-delà de laquelle les enfants sont des digital natives. Cela lui sera souvent reproché et c’est justice. L’espèce d’immanence des technologies numériques que l’on peut observer aujourd’hui n’était pas établie à cette époque. De plus, c’était faire fi de différences sociologiques et sociétales dont on sait l’importance qu’elles ont, tant l’appropriation des technologies répond à des déterminants socioéconomiques. A vrai dire pourtant, le problème est moins d’ordre empirique qu’épistémologique. Marc Prensky n’a sans doute  pas choisi les bons indicateurs. Les digital natives sont nés, moins dans une société équipées des dernières technologies numériques que dans une société dont les pratiques et représentations individuelles et collectives ont été transformées par l’ensemble des usages des technologies numériques. En ce sens, c’est de culture et non de technologie qu’il s’agit. Présentée ainsi, la proposition de Marc Prensky retrouve toute sa force. Les digital natives grandissent dans une société dont la culture a été transformée par les spécificités de la médiation instrumentale numérique. On ne s’informe plus, on ne s’exprime plus, on ne raisonne plus exactement de la même manière qu’auparavant et les technologies numériques y sont pour quelque chose. Notre image du Monde, nos relations sociales ne s’élaborent plus  tout à fait pareil. Et cet impact des technologies numériques sur les jeunes s’exerce finalement sur eux, qu’ils fassent un usage intensif des technologies ou non, puisque ce sont l’ensemble des dimensions de notre culture qui ont été affectées par le numérique.

La deuxième prémisse repose sur une idée classique de la sociologie des générations. Elle est  fondée sur l’idée que l’on peut attribuer un ensemble de caractéristiques spécifiques à un groupe social défini par son année de naissance. Alan Spitzer, connu pour ses travaux sur les questions générationnelles a souvent été cité pour avoir écrit « Each generation write its own history ». Mais Alan Spitzer est un historien et il a essentiellement travaillé sur le 19ème siècle. Aujourd’hui, les évolutions culturelles ne s’observent plus à l’échelle générationnelle mais infra-générationnelle. La classification des générations proposée par William Strauss et Neil Howe et 1991 (génération des baby boomers post seconde guerre mondiale suivi des générations  X, Y .. ) ne fonctionne plus. Les évolutions culturelles, dans toutes leurs dimensions, sont plus rapides que le renouvellement des générations. Ainsi les digital natives nés aujourd’hui sont d’ores et déjà soumis à de profonds changements sociétaux et culturels.

A relire l’article de Marc Prensky, on ne peut que le trouver naïf et maladroit. Je l’ai beaucoup critiqué et depuis longtemps parce qu’il projette sur un monde en changement un cadre sociologique du passé. Pour autant, je regrette que Marc Prensky ne le défende pas davantage aujourd’hui. Derrière le simplisme de son argumentation, il y a une réalité qui ne se dément pas et une heuristique très féconde. La réalité qu’il dépeint dès 1981 est celle que nous vivons aujourd’hui. Les technologies numériques sont devenues  symbiotique avec notre culture et il est important d’en analyser les mécanismes et les conséquences. L’une des premières est à l’évidence qu’il est urgent de repenser l’Ecole à l’ère du numérique et Marc Prensky est de ceux qui appellent cette refondation depuis longtemps. C’est surtout l’heuristique de la migration qui retient mon attention dans l’article de Marc Prensky. L’idée des digital immigrants pose la question de l’acculturation numérique sous un angle intéressant. Elle invite à considérer l’évolution des individus au sein d’une culture changeante comme une sorte de migration temporelle. Penser l’acculturation comme une migration temporelle, c’est aussi utiliser les travaux des spécialistes des migrations géographiques pour mieux comprendre les processus de l’acculturation numérique.

 C’est une belle perspective !

Related posts:

4 commentaires sur “Quand Marc Prensky enterre trop vite les digital natives

  1. Merci Bruno. Je me suis laissé aller à l’enthousiasme de l’écriture. Marc Prensky écrivait en 2001 (l’article est en lien dans mon texte) que les jeunes de moins de 20 ans, donc nés après 1981 étaient des digital natives. D’où mon erreur… Elle est corrigée.

  2. Ping : Quand Marc Prensky enterre trop vite les digital natives | Jean-François Cerisier | intérêts numériques | Scoop.it

  3. Ping : Digital natives | Pearltrees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *