Comment générer du profit, créer des emplois sans surtaxer les consommateurs?

Je n’ai pas la prétention de dire ce qu’il faudrait faire, je vous propose juste une réflexion sur d’autres solutions que je propose afin de compléter les quelques pistes proposées par le gouvernement (numéro illico notamment). Sans vouloir critiquer les pistes choisies par le gouvernement, je pense qu’il y a d’autres solutions et qu’il devient nécessaire de faire payer d’autres acteurs que les consommateurs.

Les 4 opérateurs ont été invités à Bercy mardi dernier pour trouver des solutions afin de contrer les pertes d’emplois provoquées soit disant par l’arrivée de Free.
Certes, un 4ème opérateur oblige un partage des profits, mais un 4ème opérateur représente aussi un investissement pour mettre en place le réseau 4G. Ce réseau s’appuie sur des investissement de matériel, mais on ne peut pas imposer le dernier entrant à acheter du matériel chez des équipementiers travaillant en France, de même qu’on ne peut pas empêcher Orange, SFR ou Bouygues d’acheter des équipements chez NSN, Huawai ou ZTE.
L’arrivé de Free génère aussi des emploi car cela nécessite la mise en place  d’équipements sur le territoire Français. Cela permet donc de créer des emplois en France (Je pense notamment à Dalkia Infrastructures et Telecommunications avec un clien d’oeil à Benoit,Ineo Com, Graniou, Spie, …) et toutes les autres entreprises qui sont spécialisées sur l’installation d’équipements, de la fibre optique, …

Une source de revenue qui n’est pas exploitée provient des applications. AppStore, GooglePlay, … ont ils investi dans le réseau 4G?
Non et pourtant qui profite de ce réseau 4G et de l’évolution du réseau 3G? Il serait peut être temps pour le gouvernement ou pour l’opérateur de faire payer l’utilisation du réseau à ces fournisseurs de contenu. Quand je paye une application 3 euros, ou va cet argent? 1 euro est directement remis à l’application store, 2 euros à celui qui a conçu l’application, rien à l’opérateur.
Les fournisseurs de contenu contre-argumenteraient mes propos en rappelant que leur contenu stimule la demande : Le réseau ne serait pas autant utilisé sans les applications, certes je veux bien entendre cette remarque, mais l’Apple Store devrait générer 2,9 Milliards de Dollar. Pourquoi l’opérateur n’impose pas un cout de téléchargement auprès des fournisseurs de contenu pour chaque application téléchargée : 1 milliards d’application téléchargées, 1 Mo en moyenne par application, je vous laisse faire le calcul.

Facebook utilisera le GPS pour vous localiser et envoyer ces informations sur le réseau. Pourquoi ne pas faire payer le trafic Uplink (du mobile vers l’opérateur) de la même manière que le particulier paye pour la volumétrie Downlink?

Youtube permet de visualiser des vidéos, une vidéo (en moyenne) est équivalente en terme de volume à 500 000 sms. Pourquoi ne pas proposer à Youtube de prioriser son flux en contre partie d’une subvention. Si la vidéo était traitée sur le réseau avec la même priorité que le ftp, le flux ne serait pas visualisable. La vidéo nécessite une diffusion en streaming (débit garanti, flux unidirectionnel, interactif), pourquoi ne pas faire payer Youtube pour mettre en place cette politique de transmission.

Et vous, que proposeriez vous?

Related posts:

2 commentaires sur “Comment générer du profit, créer des emplois sans surtaxer les consommateurs?

  1. On en revient toujours au même sujet. La monétisation du réseau par les fournisseurs de contenus. La question se posait et se pose toujours sur le réseau internet Fixe, par exemple Orange et Cogent, ou SFR et Megaupload.
    Le fournisseur de contenu n’est en général pas d’accord pour ajouter à leur frais un prix pour le réseau, puisqu’ils sont maitres sur le marché. Je m’explique.

    Dans le cas SFR vs Megaupload (via Cogent dans ce cas encore), SFR avait mis une QoS bien spécifique à MU, qui ne permettait pas d’utiliser le service dans de bonnes conditions. Cela revient au même à ce que vous soulignez avec le cas du streaming Youtube. Megaupload a réalisé un bandeau, qui rappelais que la faute incombait à l’opérateur. SFR a abandonné cette QoS aggressive même pas une semaine après.

    Ce ne sont que des exemples qui expliquent que les fournisseurs de contenus combattrons une idée comme vous l’avez proposé, car comme vous l’avez dit, le client s’en prendra toujours à l’opérateur, car le fournisseur de contenu se défaussera sur celui-ci.

    • Merci pour votre commentaire, je n’avais pas pris connaissance de la règle imposée par SFR. Et pourtant à l’inverse cela fonctionne : les opérateurs ont besoin de carte SIM pour les abonnements, avec le prochain Iphone, ils commandent des cartes nano-sim, mais qui perçoit les royalties?
      Je comprends que la solution ne soit pas simple, il s’agirait pourtant de faire financer les fournisseurs de contenus qui ne cautionnent pas le déploiement de l’infrastructure mais qui génèrent des profits grâce à la satisfaction des utilisateurs sur l’utilisation du réseau. Je me doute néanmoins, comme exprimé dans l’article, de la levé de véto des fournisseurs de contenu.

      Merci pour votre intervention

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *