«

»

Jan 17 2018

Hydroliennes, l’électricité de demain ?

Hydrolienne Sabella

By G.Mannaerts (Own work) [CC BY-SA 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons

L’hydrolienne installée au large de Paimpol, près de l’île de Bréhat ne tournera plus. Mise en place en 2011 pour la première hydrolienne, puis 2016 pour la deuxième, cette expérimentation qui visait à créer un parc hydrolien suscitait pourtant de nombreux espoirs comme en témoignent les articles de la presse locale et nationale ou de la presse spécialisée. L’arrêt de cette expérimentation amène à s’interroger sur l’énergie hydrolienne, entre promesses annoncées et craintes formulées.

Une première hydrolienne fut installée en 2003 au large de l’Angleterre, puis en France en 2008 au sud de la Bretagne (Bénodet). Aujourd’hui, les essais se poursuivent dans plusieurs pays comme la Norvège, le Canada, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne…

Les gros producteurs d’énergie (EDF-DCNS, Engie-Alstom) s’intéressent à cette technologie, au même titre que les autres énergies renouvelables.

Mais aussi des PME, telle la société Sabella, pour des marchés de niche, comme par exemple les îles de Sein ou d’Ouessant, des sites où l’approvisionnement en énergie électrique est difficile.

Techniquement, une hydrolienne se présente comme une grosse turbine immergée qui profite des courants forts et stables au large de la mer. L’avantage des courants de marée est qu’ils sont prévisibles, contrairement au vent difficilement prévisible. Ensuite, il faut résoudre la question du raccordement au réseau de transport de l’électricité.

Une fois les conditions techniques réunies, la question est de savoir si la technologie est concurrentielle par rapport aux autres sources d’énergie nucléaire, fossile, éolien, etc.

Enfin, que démontrent les études d’impact sur l’environnement, quels sont les risques de dégradation de l’environnement là où sont installées des parcs hydroliens ? Les hydroliennes sont plus petites que les éoliennes pour un même rendement, elles sont réputées invisibles et silencieuses, du moins en rapport avec les activités humaines. En revanche, les hydroliennes produisent des turbulences susceptibles de modifier la sédimentation et donc de perturber la flore et faune aquatique.

Pour se former aux énergies marines, il existe une formation unique en France, un mastère spécialisé expert en énergies marines renouvelables à Brest. On pourra aussi consulter le cours sur les énergies marines sur la chaîne UVED.

En conclusion, la technologie hydrolienne est encore en grande partie au stade de l’expérimentation. Le challenge reste de concilier le rendement énergétique avec le coût économique, tout en préservant l’environnement.

Bibliographie :

  • ANTHEAUME, Sylvain, MAITRE, Thierry et ACHARD, Jean-Luc, 2007. Optimisation d’une ferme d’hydrolienne à axe de rotation transverse. In : 18e Congrès français de mécanique [en ligne]. Grenoble : AFM, Maison de la mécanique [Consulté le 16 janvier 2018]. Disponible à l’adresse : http://documents.irevues.inist.fr/handle/2042/15984
  • BONNEFILLE, René, 2013. Énergie des marées et des courants en France. In : Ref : TIP202WEB – « Ressources énergétiques et stockage » [en ligne]. [Consulté le 12 janvier 2018]. Disponible à l’adresse : https://www-techniques-ingenieur-fr.ressources.univ-poitiers.fr/base-documentaire/energies-th4/energies-renouvelables-42594210/energie-des-marees-et-des-courants-en-france-be8572/. Accès réservé aux abonnés Techniques de l’ingénieur
  • DUBRANNA, Jean, 2017. Panorama des énergies marines renouvelables. In : ParisTech Review [en ligne]. [Consulté le 12 janvier 2018]. Disponible à l’adresse : http://parisinnovationreview.com/article/panorama-des-energies-marines-renouvelables.
  • DUPUIS, Marion et MIZZI, Lucie, 2015. Hydroliennes : du courant jaillit la lumière. Tandem image. BU Sciences campus DVD 62 DUP
  • GIRET, Alain, 2014. Énergie hydraulique. Paris : Ellipses. Technosup. ISBN 978-2-7298-8784-1. BU Sciences campus 621.22 GIR
  • GRENON, Georgina et THOMAS, Julien, 2013. Les énergies marines, des énergies d’avenir. In : Annales des Mines – Responsabilité et environnement. 2013. Vol. 2, n° 70, p. 57‑64. DOI 10.3917/re.070.0057. Accès réservé aux abonnés Cairn
  • LE CLANCHE, Jean-François, 2013. Les hydroliennes : un nouvel or noir pour le littoral ? In : Pour. Vol. 218, n° 2, p. 165. DOI 10.3917/pour.218.0165. Accès réservé aux abonnés à Cairn
  • LE VACON, Thierry, 2014. Energies marines : la nouvelle vague. Aligal production. BU Sciences campus DVD 62 LEV
  • MULTON, Bernard, 2011. Énergies marines renouvelables : aspects généraux, éolien, marémoteur et hydrolien. Paris : Lavoisier. EGEM. ISBN 978-2-7462-2597-8. BU Sciences Futuroscope 621.311 MMUL-1
  • WIESENFELD, Bernard, 2013. Promesses et réalités des énergies renouvelables. Paris : EDP Sciences. Intersections. ISBN 978-2-7598-0622-5. BU sciences Campus et Futuroscope 620.9 WIE

Mots clés

Énergie des mers, énergie marémotrice, énergies marines renouvelables, tidal turbine, hydrolienne, hydrolienne carénée, énergie des marées

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


*

Featuring WPMU Bloglist Widget by YD WordPress Developer