Esclavage et engagement dans l’Empire anglais

A Modest proposal for preventing the children of poor people from being a burthen to their parents or the country, and for making them beneficial to the publicks / Jonathan Swift.- Dublin et Londres : Weaver Bickerton, 1730 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, FD 2154)

Au Fonds ancien, les vendredi 13 octobre à 12h et lundi 16 octobre à 18h, une Heure du Livre ancien est animée par Élodie Peyrol-Kleiber, maître de conférences à l’UFR de Lettres et langues de l’Université de Poitiers, sur le thème Esclavage et engagement dans l’Empire anglais.

L’entrée est gratuite, mais il est nécessaire de s’inscrire (05 49 45 32 91 ou FondsAncien@univ-poitiers.fr).

Au XVIIe siècle, l’Empire britannique est peu à peu peuplé grâce à deux types de colons non libres, les esclaves et les engagés. Ce système de travail forcé présentait deux avantages : il permettait non seulement d’occuper physiquement les terres, mais également de vider l’Angleterre de toutes les personnes indésirables, prisonniers, mendiants et pauvres. Or on manque de bras en Écosse et en Irlande, comme en Angleterre, et certains auteurs se demandent si l’envoi de main d’œuvre dans le Nouveau Monde ne se fait pas au détriment des îles britanniques.

C’est ce questionnement qu’illustrent les livres sélectionnés pour cette présentation dans l’ancienne bibliothèque d’Auguste Dubois, aujourd’hui conservée au Fonds ancien :

Some proposals for the imployment of the poor, and for the prevention of idleness and the consequence thereof, begging / Thomas Firmin.- Londres : John Grover, Francis Smith et B. Aylmer, 1681 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, FD 2300)

Some proposals for the imployment of the poor, and for the prevention of idleness and the consequence thereof, begging / Thomas Firmin.- Londres : John Grover, Francis Smith et B. Aylmer, 1681 (Poitiers, Bibliothèques universitaires, Fonds ancien, FD 2300)

La plupart des ces ouvrages sont couverts de belles reliures ou demi-reliures, ornées très sobrement. Vous pouvez retrouver ces livres et les consulter en ligne dans deux bases de données acquises dans le cadre des licences nationales et accessibles dans toutes les bibliothèques publiques de France :

(et, prochainement, dans l’exposition virtuelle mise en ligne par le Service commun de la documentation sur la glorieuse révolution).

Related posts:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *