Le catalogue d’exposition : un outil pour l’étude de l’histoire de l’art

exposition Charles Percier (1764-1838). Architecture et design, château de Fontainebleau, http://www.chateaudefontainebleau.fr

exposition Charles Percier (1764-1838). Architecture et design, château de Fontainebleau, http://www.chateaudefontainebleau.fr

Heureusement, pour tout visiteur qui aurait raté une exposition majeure dans le domaine de l’art, le catalogue est là pour combler sa frustration. Même s’il ne peut remplacer l’expérience sensorielle de la déambulation et du rapport visuel avec les œuvres, il constitue un livre somme qui permet de prolonger la réflexion, de répondre à la problématique proposée par l’institution et les chercheurs organisateurs de l’exposition, de garder la trace d’un évènement éphémère. De riches ressources documentaires disponibles en ligne nous permettent de profiter gratuitement de catalogues d’exposition de trois grands musées américains: le Getty, le Metropolitan Museum of Art, et le Guggenheim, qui offrent de quoi partir à la découverte des grands artistes.

catalogue de l'exposition "Apollinaire: le regard du poète", Musée de l'Orangerie, http://www.musee-orangerie.fr

catalogue de l’exposition « Apollinaire: le regard du poète », Musée de l’Orangerie, http://www.musee-orangerie.fr

Au départ simple inventaire des œuvres exposées, le catalogue a évolué tant dans le fond que dans la forme : c’est devenu un objet travaillé, avec un contenu à haute teneur scientifique qui prend toute sa place dans l’environnement de la recherche en histoire de l’art. En outre, par le biais de sa présentation, à travers le graphisme de sa première de couverture, le catalogue est conçu pour susciter l’envie des visiteurs, en marquant l’esprit à l’aide d’une image représentative du sujet exposé, ou un stylisme qui évoque une esthétique propre à l’artiste exposé. On peut citer par exemple, parmi les catalogues d’exposition disponibles en BU Michel Foucault, le catalogue « Apollinaire: le regard du poète ». Organisée en 2016 par le Musée de l’Orangerie, l’exposition a pour sujet l’influence artistique d’Apollinaire sur son époque : sur le cinéma, sur ses contemporains, sur le cubisme…  et la première de couverture du catalogue est d’ailleurs là pour évoquer ce dernier thème grâce à sa typographie.

catalogue de l'exposition "The color line : les artistes africains-américains et la ségrégation : 1865-2016", http://www.quaibranly.fr

catalogue de l’exposition « The color line : les artistes africains-américains et la ségrégation : 1865-2016 », http://www.quaibranly.fr

Les catalogues permettent également de mettre en lumière des pans oubliés de l’histoire de l’art et de (re)découvrir des artistes méconnus : c’est le cas de l’exposition d’art contemporain  « The color line : les artistes africains-américains et la ségrégation : 1865-2016 ». Organisée par le musée du quai Branly en 2016-2017, celle-ci fait dialoguer art et question sociale, en étudiant la manière dont les artistes africains-américains ont pu trouver un moyen d’expression dans le contexte de la ségrégation. Des éloges de l’exposition sont à retrouver dans un article de Télérama, ainsi que dans de la revue Transatlantica, revue d’études américaines, dans un compte rendu d’exposition complet.

Le catalogue d’exposition peut aussi constituer le témoin d’une occasion exceptionnelle : la première synthèse du travail d’un artiste encore jamais réalisée jusqu’à présent. C’est le cas de l’exposition consacrée à Charles Percier (1764-1838), visible jusqu’au 19 juin prochain, qui présente dessins et réalisations de l’architecte néoclassique et décorateur, un des représentants du style Empire.

exposition "Tenue correcte exigée: quand le vêtement fait scandale", musée des Arts Décoratifs, http://www.lesartsdecoratifs.fr

exposition « Tenue correcte exigée: quand le vêtement fait scandale », musée des Arts Décoratifs, http://www.lesartsdecoratifs.fr

Prochainement disponible en BU Michel Foucault : le catalogue de l’exposition « Tenue correcte exigée: quand le vêtement fait scandale » organisée aux Arts Décoratifs en 2016-2017, qui aborde l’histoire de la mode sous l’angle du code et de la morale, évoquant ainsi les libertés prises sur les interdictions, le franchissement des frontières entre masculin et féminin… L’affiche résume à elle-seule le thème de l’exposition, en superposant l’injonction qui édicte la règle et la provocation du vêtement déchiré qui fait opposition à la bonne tenue.

Pour aller plus loin, on pourra également consulter le catalogue en ligne des collections du musée des Arts Décoratifs, qui recense ses œuvres dans les domaines du graphisme, du mobilier, de la mode.

Références bibliographiques :

  • Charles Percier, 1764-1838 : architecture et design [exposition, New-York, Bard graduate center gallery, 18 novembre 2016-5 février 2017, Chateau de Fontainebleau, 18 mars-19 juin 2017], Paris: Réunion des Musées Nationaux, 2017, Espace Etudes, cote 724.5 CHA;

Related posts:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *