Le Muret, par Fraipont & Bailly

Rosie, 13 ans, vit dans un village ordinaire de Belgique entre ses parents, le collège et son amitié fusionnelle avec sa copine Nath. Mais un jour sa vie bascule : sa mère part à Dubaï avec l’homme qu’elle aime et son père, très pris par son travail, la laisse se débrouiller seule. Rapidement Rosie se retrouve totalement livrée à elle-même : elle mange n’importe quoi, dort n’importe quand, passe des heures dans son bain, sèche les cours et se réfugie pour fumer et boire de l’alcool dans son endroit familier, un muret au bord de la route.

Le Muret

Peu à peu Rosie perd pied, jette les lettres de sa mère au fond d’un tiroir sans les ouvrir, se laisse envahir par la l’angoisse et la noirceur de la vie quotidienne.

Un jour elle rencontre Jo, un garçon à peine plus âgé qu’elle, qui vit de trafics et d’expédients avec sa bande de copains. Il l’héberge et lui offre un certain réconfort. Avec lui elle va découvrir l’amour mais aussi la drogue, ses charmes… et ses dangers.

Jo va y laisser sa peau mais Rosie s’en sortira, retrouvera son père, sa vie de jeune fille encore au bord de l’enfance, et surtout l’envie de vivre.

Le graphisme noir et blanc très sombre, qui ne s’éclaire qu’à la toute fin de l’histoire, traduit bien les états d’âme d’une héroïne attachante, entre enfance et adolescence, négligée par ses parents à l’âge critique où l’on se révolte, où l’on a envie d’être libre et de prendre des risques mais où l’on a encore besoin d’être entourée, l’âge des premières expériences et des premières blessures, celles qui vont permettre de grandir.

Une BD très émouvante, qui aborde avec beaucoup de finesse les difficultés de l’adolescence.

Le muret / Céline Fraipont et Bruno Bailly

Related posts:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *